Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bal de Noël entre ami... [Fini]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 10:23

Prio Maxou


    Assise sur son lit, elle regardait les filles de son dortoir s’agitaient comme des abeilles. A droite puis à gauche, elles envahissaient l’espace avec grâce et empressement. Ce qui d’ordinaire l’aurait amusé, l’agaçait aujourd’hui. Pourquoi, oh pour beaucoup de raison.

    Lors de l’annonce du bal, elle n’avait pas partagé avec le reste des élèves leur enthousiasme. Dans le fond c’était une très bonne idée, car la tristesse des derniers évènements avait tellement submergé l’école, que jamais on n’aurait pu s’imaginer être dans une école. Les rires se faisaient plus que rares, l’école était en quelque sorte morte au fur et à mesure des disparitions. Organiser ce bal, allait permettre de la faire revivre. Mais les absents le seraient toujours et encore, et cela pesait sur le cœur de Lia. D’autre par, elle savait aussi qu’elle n’irait pas au bal avec celui qu’elle aimait par dessus tout. Elle ne pourrait pas profiter de la soirée avec lui, ni même danser avec lui. Non l’école avait décidé qu’il serait mieux pour l’un comme pour l’autre qu’il ne soit plus ensemble, ainsi pour toute l’école, ou presque, ils n’étaient plus un couple. Elle n’avait alors pas vraiment l’envie de si rendre, mais cela c’était sans compter sur ses amis. Notamment Fred et Annabeth. Ce qu’ils pouvaient être agaçant à la longue. * Il sera content de t’y voir* lui avait dit Anna. Bon oui elle avait raison, mais aller seule à un bal. Elle y serait bien allé avec Fred, mais il avait déjà une cavalière, autant dire qu’il n’avait pas perdu son temps. Elle avait laissé le bal de coté, malgré l’acharnement de ses amis, mais le sujet fut remit sur le tapis par un échange de lettre avec un ami pour lequel elle se faisait du souci : Maximillien. Au fil des lettres, ils avaient décidé de si rendre ensemble, ainsi leurs amis les laisseraient tranquille et chacun y trouvait son compte. De plus ils partageaient la même détresse des absents, surement pas à la même intensité.

    Puis il avait eu la virée en ville pour choisir les robes, elle c’était vu trainée de boutique en boutique sans la moindre envie. La dernière fois qu’elle avait fait les boutiques pour ce choisir une robe pour la même occasion, c’était avec Keiko. Ça avait toujours été une aventure de faire les boutiques avec Keiko, elle avait toujours sût la conseillé sur ce qui lui irait le mieux, mais ne pouvait s’empêcher pour autant de trouver les robes les plus laides et bien entendu il était de défit d’en enfiler une et de défiler à travers le magasin. Elles en avaient eux des fous rires. Alors oui, elle avait suivit les filles, non pas par envie mais parce qu’il le fallait. Mais une fois dans le magasin, elle l’avait regretté, les filles avaient été bien trop joyeuses à son goût. Elle c’était isolé dans un coin de la boutique, les laissant faire leur choix, mais sans oublier de se chercher quand même une robe. Un robe qui pourrait plaire à Timothé, oui, car si elle était venu c’était aussi pour lui, même si elle n’allait pas au bal avec lui, il y serait et elle voulait être belle pour lui, mais aussi pour son cavalier. Un pincement au cœur, cela lui était difficile de ne pas si rendre avec Tim. Elle avait regardé les robes, sans vraiment leur porter d’attention. De temps à autre elle c’était fait de petites réflexions, comme si c’était Keiko elle-même qui les eu prononcé. Heureusement qu’elle avait été dans son coin, on l’aurait facilement prise pour une folle. Finalement, son choix c’était arrêté sur une robe blanche et noir, légère, simple mais originale. * Oh Ju, elle est superbe, c’est celle-là qu’il te faut, j’en suis sur.* Elle avait sourit rien qu’a pensé à ce que Keiko lui aurait dit, mais au souvenir de son absence bien trop réel, ce dernier c’était effacé. Elle avait attrapé la robe, l’avait payé et avait attendu les filles à l’entrée. Au finale si elle n’avait pas été là, cela n’aurait pas changé grand-chose, elles n’avaient pas vraiment eu besoin d’elle, bien trop prise dans leur choix et leur excitation.

    Et en ce grand soir, elle se retrouvait assise sur son lit a contemplé le va et viens de ses camarades. Ces dernières de temps à autre ne pouvaient s’empêcher de lui lancer un « Julia prépare toi » ou encore un « Julia dépêche toi ou tu va être en retard ». Mais elle n’en avait que faire. Elle avait encore le temps, pour la simple et bonne raison, qu’elle avait donné rendez-vous à Max seulement à 20H30, pour leur évité à tout les deux la foule du début de fête et d’être entassé sans raison dans le Hall. Tous cela seulement pour être les premiers dans la salle de bal, alors qu’au final ils si trouveront quand même, alors à quoi bon… Elle commença à ce lever de son lit, lorsque quelque unes des filles commencèrent à franchir la porte du dortoir en direction de la grande salle. Alors elle se prépara. Elle enfila sa robe, et se coiffa le plus simplement possible, elle les laissa détaché et plaça dans ses cheveux la barrette qui était vendu avec. Elle s’appliqua un maquillage des plus légers, contrairement à certaines filles qui avait cru bon de forcé un peu sur la couleur. Elle était enfin prête et était la dernière à sortir du dortoir et même de la maison de Gryffondor. Elle descendit tranquillement les escaliers. Lorsqu’elle arriva non loin du Hall, parvenait à elle les échos du bal qui avait déjà commençait. En descendant les dernières marches, elle le vit. Max était déjà de la Hall, en même temps, ils n’étaient que trois ou quatre à attendre. Elle s’avança vers lui et lui déposa un baisé sur la joue.

    Julia « Bonsoir Max, tu es très élégant »


    Son ton n’était ni enjoué, ni triste, simplement amicale.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 10:25

    Un bal ?! Pourquoi donc cette école organisait elle encore un bal ? A quoi cela allait il servir ? C’en était fini de poudlard et le directeur ainsi que les professeurs auraient du le savoir : quand on trouve trois morts assassiné dans une école, l’heure n’est plus à célébré noël mais plutôt à s’inquiété pour la sécurité des élèves mais aussi pour leur moral ! Ouai, ils avaient beau dire que c’était pour cette raison, pour les aider à remonter la pente, qu’ils organisaient cette niaiserie, Maximilien n’y croyait pas du tout ! C’était de l’arnaque, une manière de se faire bien voir et une façon bien hypocrite de faire croire à tout le monde que tout allait bien, qu’on pouvait encore sourire, s’amuser, rigoler comme avant et que ces évènements n’étaient pas si importants ! C’était FAUX ! Des gens étaient morts, morts et morts. On les avait tués de manières différentes et parfois atroces : Tristan de qui le serdaigle était très proches, Keiko qui était une de ses meilleurs amis et Travis, son frère de cœur ! Comment oublier ? Comment ces professeurs pouvaient il prétendre vouloir faire oublier aux élèves leurs amis décédés, leurs peurs, leurs tristesses, leurs souffrances ? C’était absurde, ridicule et un manque de respect pour les décédés qui méritaient bien des semaines de silences en leurs honneurs ! Maximilien n’avait pas envie de d’amuser, pas envie de voir que d’autres gens s’enfoutaient de la mort de Travis. Léo et Julia et tant d’autres encore avaient beau lui dire que Keiko, Travis et Tristan auraient voulu le voir s’amuser, profiter de ce moment, il n’y croyait pas, il n’y croyait plus. Cependant, il avait promis au fil de plusieurs lettres d’accompagner son amie Julia au bal alors il allait devoir y aller et jouer le jeu…

    Par respect pour la gryffondor, Maximilien n’avait pas été se saoulé la vieille et s’était forcé à dormir pour être en forme. Il n’avait pas non plus bu ni fumé de la journée histoire de se montrer un minimum distingué et à la hauteur mais il ne savait pas combien de temps il allait tenir à être sage : il ferait son possible c’était ce qui comptait, non ? Allongé sur son lit, l’adolescent soupira en regardant ses amis quittés le dortoir. Tous étaient déjà prêts et tous se mettaient en route. Maximilien remercia intérieurement Julia pour avoir fixé le rendez vous après le temps où la foule se serait bousculée. Le serdaigle releva les yeux pour observer le mur derrière lui, ce mur rempli de photo sorcières accrochées magiquement au mur. Il y voyait Travis, Léo, Keiko et tant d’autres du temps où ils étaient heureux et ensemble et puis il y avait au centre une photo de Loreana et de lui : il n’allait pas pouvoir aller au bal avec. Pas seulement parce qu’elle était son professeurs mais parce qu’il l’avait trompé plusieurs fois depuis la mort de Travis et qu’ils n’étaient tout simplement plus ensemble…Triste vie, triste cauchemars. Les choses n’auraient jamais du se passer comme cela, Maximilien aurait du être heureux avec Loreana toute sa vie, Travis aurait trouvé un garçon bien pour construire on futur et Léo, une jeune femme originale qui l’aurait stabilisé mais rien ne s’était passé de cette façon : rien !

    Maximilien Middle, se décida enfin à se lever et à bouger ses fesses. Il allait prendre une douche. Voilà bien une semaine qu’il ne s’était plus lavé et il s’était promis de faire un effort ce soir, il se dit alors qu’il fallait commencer par être propre. C’était ainsi que, la décision prise, il pénétra dans la salle de bain, se déshabilla et entra dans la baignoire tournant la manivelle d’eau et se mouillant à volonté. L’eau le lavait et le soulageait en même temps, cela lui fit beaucoup de bien de se savonner puis de se rincer à nouveau. Cette sensation de propre, de fraîcheur et de bien être il ne l’avait plus sentie depuis si longtemps. Malheureusement, l’eau n’avait pas effacé ses malheurs et en ressortant de la baignoire, il se sentit à nouveau seul, abandonné et triste….Mais il devait le faire, pour Julia, pour Léo, pour Timothé, pour Louan, pour Dann, pour Tristan, pour Keiko, pour Travis ! Il jeta un coup d’œil dans la glace : son corps était encore tout marqué par la batail avec Travis mais maintenant, Maximilien ne voulait pas que ces cicatrices partent, c’était ce qu’il lui restait de son ami aux cheveux noirs… Le serdaigle enfila rapidement sa chemise, puis noua sa cravate avant de mettre son boxer, son pantalon et pour finir sa veste de costume. Il se coiffa rapidement, se parfuma et se mit en route : direction le calver !

    Les escaliers furent longs à descendre et plus il progressait plus il lui semblait qu’il en restait des tonnes mais finalement il arriva enfin de la hall tant attendre. Il n’y avait pas beaucoup de gens, tous étaient déjà rentrés et c’était tant mieux. Il restait juste quelques groupes ici et là. Maximilien repéra rapidement Julia qui s’avançait déjà vers lui. Elle était très jolie ! Elle l’embrassa sur la joue pour lui dire bonjour et puis lui glissa à l’oreille :


    JULIA_ « Bonsoir Max, tu es très élégant »
    MAXIMILIEN_ « Bonsoir Julia, je te retourne le compliment, merci ! On y va ? »

    L’adolescent présenta son bras à la jeune fille, se préparant à entrer dans la pièce.


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 10:29

    Le faible sourire qu’elle lui adressait été l’expression de son mal-être. Non pas qu’elle n’était pas heureuse de le revoir, car le temps avait finalement passé bien vite depuis leur dernière accolade, mais elle s’en voulait de l’avoir en quelque sorte obligé à venir au bal, alors qu’il n’en avait pas forcément ou pas du tout le cœur.

    Le sentiment de culpabilité et d’égoïsme, elle l’avait ressenti lorsqu’elle avait enfilé sa robe de bal et qu’elle avait fait les premiers pas en direction du Hall. C’était à ce même instant, que la petite boule au fond de son ventre avait fait son apparition. Oui elle avait peur. Peur que son ami lui en veuille de l’avoir en trainé au bal. Peur de le voir lui et d’affronter sa peine, qui devait être bien grande et qui lui renverrait la sienne en pleine figure. Non elle ne les avait pas mit de coté, ils resteraient auprès d’elle. Mais surtout, elle n’avait pas été aussi présente qu’elle l’aurait voulu auprès de Max. Cela faisait bien longtemps qu’il ne c’était pas vu depuis la mort de Travis. Sa présence lui avait manqué pourtant. Mais c’était égoïste de sa part de penser ça alors que lui venait de perdre plus qu’un ami. Travis était comme un frère. A bien y réfléchir, elle ne les avait jamais vi l’un sans l’autre, ou très rarement. Alors de quel droit l’entrainait-elle à cette soirée. Il aurait certainement préféré ce retrouvé seule encore plus que jamais. Mais non, et pourquoi lui avait-il dit oui ? Elle le connaissait, elle savait qu’il pouvait être déterminé mais qu’il était aussi un jeune homme bien trop gentil par moment. Alors surement le chagrin qui l’accablait aujourd’hui, avait-il parlait à sa place. Mais cela n’enlevait en rien le mal aise que lia ressentait en descendant l’escalier.

    Il paraissait fatigué, les trait tiré, comme s’il n’avait pas dormir depuis longtemps, ce qui devait certainement être le cas. Cela donné à son visage un peu plus de maturité que d’ordinaire, renforcé d’autant plus par les cicatrices qui aujourd’hui encore marqué son si doux visage. Il n’en avait jamais parlé et lorsqu’elle les avait remarqué lia n’avait pas posé de questions, c’étant dit qu’il en parlerait certainement le moment venu. Elle ne lui fit rien remarqué de tout cela lorsqu’elle se trouva à ses coté ce soir, ce contentant de lui adresser un fin sourire et de lui déposer un baiser sur la joue accompagné d’un petit compliment. Compliment qui lui paraissait bien banale et surtout bine trop en règle dans ce type de soirée.

    Elle accepta le bras qu’il lui tendait pour faire leur entré dans la grande salle. Elle ne dit rien, mais n’en resta pas moins éblouie par la décoration de la salle pour l’occasion. A croire que pour leur faire oublier tous ses évènements, ils avaient mit le paquet sur l’ambiance. En promenant son regard sur la salle, elle remarqua des têtes qu’elle connaissait bien. Tel qu’Amanda Miller au bras d’un jeune homme dont-elle ne connaissait pas le nom. Comme d’ordinaire, la jeune femme était magnifique dans sa simplicité. Elle remarqua aussi une autre jeune femme qu’elle appréciait, Laura Owend et qu’elle ne fut pas sa surprise en constatant qui l’accompagnait, Hugo. Son retour dans l’enceinte de l’école avait du faire jaser certains, ce qui la fit doucement sourire, elle avait toujours eu une relation bien particulière avec lui, disons beaucoup plus sympa que celle qu’il avait pu avoir avec d’autres. Elle continua de scruter la salle à la recherche d’un tout autre visage. Elle le cherchait lui, celui qui occupé son esprit, son cœur et sa vie. Celui avec qui elle n’avait le droit d’étaler sa vie sentimental en ces lieux et dont bien des gens croyait en la fin fictive de leur histoire, pour des raisons de bien séances, l’administration en avait décidé ainsi. Mais c’était sans compté sur l’entêtement de nos deux amoureux qui se débrouillé tant bien que mal pour se retrouver de temps à autre. De quel droit se permettaient-ils de leur interdire de s’aimer. Elle avait beau regarder partout, rien, il n’était pas là. Aurait-il finalement prit la décision de ne pas venir ? Non il le lui aurait dit, elle en était sur.

    Elle regarda alors son cavalier, tout aussi absent qu’elle avait du l’être l’instant d’avant, mais certainement pas pour les même raisons. Ils avaient continué d’avancé dans la grande salle. Plus elle avançait et plus elle avait l’impression que la fête avait vraiment fait oublier à bon nombre ce qui c’était passé et elle regretta bien dit avoir trainé Max. Mais maintenant ils étaient là. Elle se retourna vers lui et toujours d’un faible sourire elle lui demanda :

    Julia « Il y a une table encore libre dans le fond là bas si tu veux »

    Plus elle le regardait et plus elle s’en voulait. Elle n’avait pas le droit de lui infliger ça, non vraiment. Elle se mordit l’intérieur des lèvres. Puis sans attendre la réponse de Max à sa précédente question, elle enchaina :

    Julia « Max pardon de t’avoir incité à venir avec moi, je ne t’en voudrais pas si tu préféré rejoindre ton dortoir ou un tout autre endroit. Je te demande encore pardon, je ne pensais pas que, enfin tu comprends. Vraiment je suis désolé. »

    Ce n’était pas seulement pour lui qu’elle disait ça. Elle se rendait compte aussi, que plus aucune fête ne serait comme avant, sans les absents. Elle avait cru pourtant, mais non. Cela ne faisait que renforcer sa peine, alors elle n’osait imaginer pour Maximillien.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 10:32

    Maximilien se sentit tout d’un coup très nauséeux tandis qu’il descendait les escaliers qui menait à ce bal qu’il détestait tant et dont il n’avait pas voulu entendre parler. Il ne voulait pas y aller, il n’avait pas voulu y aller et une fois qu’il y serait, il ne voudrait certainement pas resté. Mais il avait promis, il s’était laissé convaincre par son ami Julia, qu’il n’avait pas vu depuis la mort de Travis, comme beaucoup de ses amis d’ailleurs. Il les fuyait tous, il ne voulait pas les voir, pas les entendre. Ils lui feraient tous la morale ou pire encore, ils essaieraient de le comprendre, de le réconforter, de le consoler. Il était inconsolable et cela, les gens qui l’entouraient, de voulaient pas le comprendre. Il n’avait pas envie d’être aider, pas envie d’être encourager, pas envie d’être secouru. Il voulait qu’on le laisse seul encore et surtout qu’on arrête de le plaindre, qu’on arrête de le regarder avec cette écœurante pitié dégoulinante. Il avait perdu Travis, oui, mais il n’était pas devenu infirme pour autant. Il avait juste décidé de prendre un autre chemin que celui dans lequel il s’était engagé. Il s’était laissé guidé sur la route du chagrin, de la tristesse, de la perdition, de l’oublie, de la folie. Mais il avait choisi d’y aller et il en avait marre que les gens le regarde comme si il s’était fait manipulé par sa douleur. Il avait décidé de laisser la douleur l’envahir parce que Travis le méritait, parce que Travis le valait bien et parce que Travis était mort…

    Il fut saisi d’une violente envie de vomir comme si le bonheur et la joie qui envahissaient les couloirs en cet instant le dégoûtait. Il voulait s’enfuir, courir loin de ces gens souriants et de ces gens qui avaient déjà oublié qu’il y avait eut deux morts, qu’il y avait eut des tas de gens blessés par des causes inconnues. Oh comme Maximilien les haïssait ces professeurs qui avaient voulu faire la fête, faire oublier la mémoire des disparus et si le jeune s’était écouté, il serait resté dans son dortoir à ruminer, à raller ou il serait sorti ailleurs pour boire, fumer et baiser mais il allait se tenir correctement malgré les crampes au ventre, malgré les larmes qui lui montaient aux yeux, il allait y aller voir même essayer de s’amuser et tout cela pour Julia Brown, une de ses amis qui était aussi la fiancée de son deuxième meilleur ami : Timothé Smith. Mais il souffrait, le pauvre, de savoir que ce bal serait le premier sans son camarade de serdaigle, de savoir que le bal précédent, ce jeune aux cheveux noirs avait été présent…Même Léo, le fêtard avait préféré, par respect pour Travis, resté dans le dortoir en promettant à Maxou qu’il passerait quand même boire un coup et le soutenir voir même leur tenir compagnie. Maximilien soupira alors un bon coup pour se donner du courage. Il n’allait pas aller à une véritable fête mais dans sa tête c’était comme une cérémonie d’Adieu à Travis et à Keiko. Les gens allaient passer au dessus de sa mort et s’en remettre ce soir après lui avoir adressé un dernier au revoir. Hors l’héritier Middle ne voulait pas dire au revoir à Travis, il n’acceptait pas sa mort et ne l’accepterait jamais. Il avait promis à Julia, alors il irait…

    Ainsi il arriva dans le grand hall, heureux de constater qu’il ne restait plus beaucoup de monde ce qui leurs évitera d’être bousculer et étouffer par la foule, cela valait beaucoup mieux. L’adolescent repéra sa cavalière assez rapidement et si il n’avait pas été aussi malheureux il aurait pu se rendre compte à quel point elle était magnifique, élégante et resplendissante. Il s’avança, penaud de lui faire subir son humeur et son mal être et tandis qu’elle le complimentait il se mit à culpabiliser. Julia méritait mieux qu’un bal raté avec un cavalier raleur et triste qui tirait la tête jusque par terre. Julia méritait mieux que lui pour ce soir mais c’était trop tard alors il s’efforça de sourire et de la complimenter à son tour mais son regard était si vitreux que la belle avait du rapidement comprendre qu’il n’avait même pas vraiment pris la peine de la regarder enfin tampis…Elle devrait faire avec et il était condamné à se tenir correctement même si au fond de lui, il sentait qu’il allait sans doute déraper durant cette soirée mais le moment n’était pas encore venu d’y penser. Il pénétrèrent ensemble dans la grande salle et Maximilien du reconnaître qu’ils avaient sorti le grand jeu pour la décorer et qu’elle était réellement magnifique, lumineuse et…joyeuse. Il avancèrent encore un peu et observèrent les couples et les groupes d’amis qui se trouvaient ici et là en train de dîner et de discuter le sourire aux lèvres. Maximilien eut fortement envie de s’énerver de tout balancer par terre mais il se retint et se contenta d’avancer, droit comme un i, à la recherche d’une table…


    JULIA_ « Il y a une table encore libre dans le fond là bas si tu veux »

    Maximilien acquiesça sans répondre mais intérieurement il remercia Julia d’avoir compris et surtout de respecter l’état dans lequel il était. Il n’avait pas envie d’être au milieu de l’attention et déjà le fait qu’il se présente à ce bal attirait le regard de beaucoup d’élève hors ces temps-ci le jeune Middle n’avait qu’une seule envie : celle d’être ignoré par tous voir presque même inexistant ce qui lui donnerait la possibilité de ruminer sans être interrompu. Il fut donc soulagé de voir que Julia n’avait pas non plus envie d’être observée, regardée et saluée de toute part ainsi ils allaient passer une petite soirée tranquille à l’abris des regards ce à quoi Maximilien ne disait bien entendu pas non ! Tandis qu’ils se dirigeaient vers leur table, Julia prit cependant tout d’un coup la parole :

    JULIA_ « Max pardon de t’avoir incité à venir avec moi, je ne t’en voudrais pas si tu préféré rejoindre ton dortoir ou un tout autre endroit. Je te demande encore pardon, je ne pensais pas que, enfin tu comprends. Vraiment je suis désolé. »

    Maximilien baissa la tête mais encore une fois ne répondit rien. Il se sentait mal à l’aise de faire subir cela à Julia. Elle culpabilisait pour rien parce que si il y avait un fautif ici, c’était lui et uniquement lui. Il lui serra alors un peu plus le bras et accéléra le pas pour arriver plus vite à la table. Il n’avait pas envie de se mettre à discuter devant tout le monde et préférait attendre d’être installé à l’abri de tous. Une fois arrivés dans leur petit coin bien tranquille, Maximilien tira la chaise comme un gentleman pour que Julia s’installe et il partit s’asseoir à son tour en face de la gryffondor. Il se pencha alors en avant et lui dit d’un ton calme :

    MAXIMILIEN_ « C’est moi qui suis désolé Julia. Cette soirée était une merveilleuse idée qui aurait du servir à me remonter le moral et je ne veux pas que tu t’en veuille pour cela…Je t’ai dis que je viendrai et j’assume pleinement. Je ne veux pas te gâcher ton noël et si je le fais je m’en excuse…Maintenant oublions, essayons de nous amuser et si cela ne va pas…On aura au moins essayer… »

    Il reprit sa respiration en empêchant ses larmes de couler. Il se disait que Travis serait fier de lui…Oh comme il aurait voulu que le bleu et argent fusse au près de lui en ce moment…Après une minute de battement, il tendit une des cartes du menus présente à Julia et prit l’autre avant de dire d’un ton plus ferme :

    MAXIMILIEN_ « Maintenant, dis moi, que veux tu manger ? »


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 10:33

    Petit à petit la colère montait en elle, depuis qu'ils avaient passé le seuil de la grande salle, franchit les portes, elle avait eux envie de tous les taper. Pourquoi, certainement la bêtise humaine, mais cela n'excusait pas tout, loin de là. Depuis qu'ils avaient fait leur premier pas dans la salle, elle avait sentit les regard se tourner vers eux. Elle ne cherchait pas trop à savoir pourquoi, cela ne pouvait être que pour deux raison bine évidente. L'une était le visage marqué de Maximillien, mais dans cette école c'était chose courante de rencontrer des élèves avec des cicatrices. résultante d'un cour de potion qui tourne mal, un duel un peu trop violent ou mal contrôlé, une partit d'échec qui tourne mal, une chute lors d'un entrainement de Quiddicht. Alors le visage de Max n'aurait pas du paraître si difforme à leur yeux. Et encore le temps avait bien joué son rôle, car il en avait adouci les contours. Et puis il y avait aussi le fait que c'était certainement une des rare fois que Max revenait dans la grande salle depuis la mort de Travis. Car depuis il n'était que peu descendu de son dortoir. Alors oui, cela pouvait surprendre les gens de le voir ici. C'était une des raisons qui avait poussé Lia à lui donner rendez-vous bien après tout le monde dans le Hall, pour ne pas que l'on pose les yeux sur lui comme à cet instant précis. Pour ne pas qu'on le regarde comme une bête curieuse ou comme une personne que l'on plain pour la perte de son frère de cœur. Non ce n'était pas de cela qu'il avait besoin. Sa peine était assez grande sans que qui que ce soit lui rajoute sa compassion. Du moins c'était ce que Lia supposé pour Max, mais c'était aussi ce qu'elle ressentait-elle, même si sa peine était moins grande.

    A cette instant, la petite boule au fond de son ventre se fit sentir bien d'avantage et cette petite voie intérieur * Pourquoi tu là attirait ici, simplement pour toi, sans pensé à Lui* Mais bien sur que si elle pensait à lui, elle avait pensé que de ce retrouver ici, avec d'autre personne, cela lui ferait du bien. Mais la situation semblait bien être l'inverse. Alors que faire, continuer à faire acte de présence en ce lieux ou bien s'en retourné comme s'ils n'y avait jamais mit les pieds. Elle pensa à cela après lui avoir proposé d'aller s'installer à la table au fond, il ne lui répondit que d'un hochement de tête et tout deux prirent la direction de la dit table. Mais ni tenant plus de toute ses questions et certainement à tort, elle s'excusa auprès de lui. Alors elle sentit Max l'entrainer un peu plus vite vers la table, il se comporta en gentleman et tira sa chaise pour qu'elle s'installe. Cela l'aurait surement faire sourire en d'autre circonstance, mais là, elle n'en avait pas le coeur. Pourquoi ne lui répondait-il pas? Cela l'inquiétai. Avait-elle dit ou fait quelque chose ? Oui bien sur qu'elle avait dit quelque chose. Finalement elle le vit s'avancer vers elle.

    Maximillien « C’est moi qui suis désolé Julia. Cette soirée était une merveilleuse idée qui aurait du servir à me remonter le moral et je ne veux pas que tu t’en veuille pour cela…Je t’ai dis que je viendrai et j’assume pleinement. Je ne veux pas te gâcher ton noël et si je le fais je m’en excuse…Maintenant oublions, essayons de nous amuser et si cela ne va pas…On aura au moins essayer… »

    Ah Max. Elle le reconnaissait bien là. Les autres, toujours les autres, elle se demandait si il lui arrivait de penser à lui de temps en temps. Malgré le chagrin qui l'accablait, il ce souciait plus qu'elle essaye de passer une bonne soirée qu'autre choses. Mais cela ne marchait pas comme cela. Si elle l'avait conduit ici, ce n'était pas pour qu'elle passe une bonne soirée, non, même si cela lui aurait fait plaisir, non. Elle l'avait invité pour que lui passe une bonne soirée et cela il l'avait bien comprit aussi, mais il se laissait encore une foi de coté. Elle posa sa main sur la sienne.

    Julia " Max, tu n'as pas à t'excuser non plus. Et puis Noël est un jour comme les autres pour moi tu sais, alors ça n'a pas d'importance. Mais tu as raison, faisons de notre mieux, mais je ne t'en voudrais pas."

    Elle lui adressa un mince sourire, lui montrant qu'elle tenait la promesse qu'ils c'étaient fait un jour, celle de rester présente pour lui à n'importe qu'elle moment et circonstance. Même si ce n'était que par sa présence, sans pour autant trouver les mots juste. Elle tenait à ce qu'il sache qu'elle était la simplement. Elle attrapa en suite la carte du menu qu'il lui tendait, rompant ainsi le moment de silence qui c'était installé entre eux. Le ton ferme de Max la surprit quelque peu, mais elle ne dit rien et regarda le menu. Rien ne lui faisait vraiment envie, pas que ce qui était sur le menu ne lui plaisait pas, mais elle n'avait pas très faim, cela était certainement du à la petite boule qui persisté dans son ventre. Mais elle devait faire un choix.

    Julia" je prendrais un Magret de canard avec des petites patates et un cocktail alcoolisé pour l'accompagner."

    Ce dernier atténuerait certainement la sensation de mal aise qu'elle ressentait encore. Après avoir passé commande, elle quitta max des yeux pour les reporter sur la foule. C'est alors qu'elle le vit accompagner d'une jeune femme. Cette dernière n'était autre qu'Heaven Hamilton. En la voyant à son bras, elle ressentit un pincement au cœur. Elle la pensait partit pour de bon. Elle devait rester calme, elle n'était pas sans connaître le passé de ses deux là et l'amour qu'avait ressentit Tim pour elle. Même si elle savait combien Tim l'aimait aujourd'hui, elle devait aussi savoir que leur histoire ne pouvait plus être vu comme telle au grand jour et elle avait peur qu'Heaven joue de cela contre elle. Car autant le dire, leur relation avait toujours été basé sur la haine, et elle ne douté pas un instant que cela soit changé. En tout cas pas de sa part. Elle croisa son regard à cette instant, un regard bien assez explicite à son gout. Elle reporta son regard sur Max. On pouvait y lire la colère et la peur mélangé, la souffrance.



Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Sam 4 Déc 2010 - 11:08

MON PREMIER RP AVEC MAXOOOO DEPUIS LA RE OUVERTURE… CA SE FETE Razz

    Noël ! Quelle connerie quand même ! Noël ?! Et puis, c’était quoi finalement cette fête que tout le monde, petits et grands attendaient avec impatience ? Qu’est ce que cela pouvait-il bien signifier ? Pas grand-chose, vraiment pas grand-chose, Maximilien en était persuadé ! Premièrement, déjà c’était à la base une fête religieuse pour célébrer la naissance de Jésus ou quelque chose du style et des milliards de gens réveillonnaient un peu partout dans le monde pour célébrer l’arrivée sur terre d’un soi-disant prophète qui devait apporter le bonheur aux hommes ! Quel bonheur, dîtes-moi ! Et puis, petit à petit, c’était devenu surtout une fête de familles, les gens dînaient tous ensemble, parlaient, se rencontraient, discutaient ! Mais tout ceci n’était que de l’hypocrisie au final puisque cette famille qui se réunissait comportait des gens qui ne voulaient plus se voir, plus se parler ou qui avaient une montagne de choses à se reprocher les uns aux autres et qui venaient là, le sourire aux lèvres : « On va faire un effort pour Noël, hein ? » ! Connerie ! Et puis et puis, il y avait eu pire encore comme si cela ne suffisait pas. On avait inventé : le Père-Noël ! OUAW ! Invention de coca-cola digne d’un petit machin commercial et qui forçait tout le monde à s’offrir des cadeaux et pire encore : à mentir aux enfants qui lorsqu’ils découvraient la vérité se sentaient à la fois trahis mais aussi abandonnés ! Noël… Noël si on en faisait le résumer n’était rien de plus que tout cela, rien de plus qu’une montagne donc de contes religieux, mêlés à une hypocrisie et à la feintise de retrouvailles familiale bercées de haines et de mensonges ainsi qu’une énorme fête commerciale qui enrichissait à nouveau les plus riches aux dépends des plus pauvres ! Bravo Noël, Bravo ! Il n’y avait rien à attendre de noël et certes, cela faisait très jolie : la neige, le rouge, le vert, le sapin décoré au coin du feu, les sourires éblouissants des enfants mais c’était tout parce que les gens restaient pareils, digne d’eux-mêmes : des imbéciles finis, des hypocrites, des menteurs, des égoïstes encore un tas d’autres qualificatifs !

    Mais Maximilien lui n’avait pas de famille en plus ! Et non ! Personne ! Enfin si mais tout cela n’existait pas, n’était qu’illusion et les soirs de Noël, il était soit seul soit convié à des réceptions interminables durant lesquelles il devait se tenir à carreau, droit comme un I sans pouvoir bouger d’un mini pouce, joyeux n’est ce pas ? Oh, bien entendu, il y avait les cadeaux en bas du sapin mais il avait très vite compris, le petit malin que ce n’était pas le père noël mais Marie qui s’en occupait et voilà…Sa seule joie à lui, c’était quand Marie arrivait le matin du 25 décembre et qu’il ouvrait ses cadeaux avec elle ! Cependant, cependant, il avait toujours aimé Noël et surtout en grandissant et en arrivant à Poudlard. Toutes ces décorations, toute cette bonne humeur, cette entraide et cette joie qui régnait dans le château ! Toutes les disputes cessaient lors de la période de Noël. Il offrait des cadeaux à tous ses amis et surtout à Travis et Léo, il recevait aussi des cadeaux, papotaient tard le soir au coin du feu avec ses deux meilleurs amis et puis, lors du bal, il y allait avec une fille quelconque et finissait toujours la nuit en beauté ! Mais voilà, cette joie n’était plus aujourd’hui et tout avait changé ! Il était tombé amoureux, entre temps et avait cessé d’y aller avec mille et une filles mais surtout, il avait tout perdu ! Loréana, son amour, qu’il avait trompé mais surtout Travis, son meilleur ami…Les temps étaient noirs au château et Travis était mort… Mort !


    MAXIMILIEN_ « C’est moi qui suis désolé Julia. Cette soirée était une merveilleuse idée qui aurait du servir à me remonter le moral et je ne veux pas que tu t’en veuille pour cela…Je t’ai dis que je viendrai et j’assume pleinement. Je ne veux pas te gâcher ton noël et si je le fais je m’en excuse…Maintenant oublions, essayons de nous amuser et si cela ne va pas…On aura au moins essayé… »

    Et Julia qui s’excusait…Julia, son amie qui n’avait rien demandée à part peut-être de l’aider. Elle lui avait proposé de venir au bal avec lui, dans l’espoir de lui remonter le moral et Maximilien avait accepté pour lui et surtout pour elle, pour lui faire plaisir parce qu’il savait qu’elle aussi avait besoin qu’on lui remonte le moral alors voilà…Ils étaient venus ensemble à ce bal et si Maximilien avait cru pouvait faire un effort, le temps d’une soirée, il avait présumé de ses forces. C’était difficile, toutes ses pensées étaient tournés vers l’absent : Travis Cohen. Il avait l’impression de ne pas avoir sa place ici, Léo, lui n’était même pas venu, préférant rester dans son lit ! Il aurait dû resté avec Léo…Mais c’était trop tard et puis, Julia ne méritait pas qu’il se comporte comme cela, Julia qui venait de s’excuser…Maximilien n’avait pas eu d’autres choix, il s’était excusé aussi ! Il avait pris conscience que son attitude n’était pas adaptée, pas adaptée du tout même, qu’il ne se comportait pas du tout comme il le devrait, qu’il était à côté de la plaque, un vrai Monstre ! Julia méritait d’avoir sa soirée de Noël, déjà qu’elle ne pouvait pas la passer avec Timothé ! Il allait faire un effort alors il s’était excusé encore et encor et avait même fait l’effort de lui proposer de s’amuser, d’essayer d’oublier les malheurs qui les accablaient tous deux et de profiter de cette soirée, de profiter de leur amitié, du fait qu’ils soient là, ensemble, tous les deux, là l’un pour l’autre et ce, sans doute, pour toujours…Maximilien tenta un sourire alors qu’il contemplait la salle emplie et alors, Julia, se mit à parler :

    JULIA_ « Max, tu n'as pas à t'excuser non plus. Et puis Noël est un jour comme les autres pour moi tu sais, alors ça n'a pas d'importance. Mais tu as raison, faisons de notre mieux, mais je ne t'en voudrais pas »

    Quel ange ! Quel ange ! Julia avait tout compris, compris qu’il ne fallait pas faire de ce jour un jour exceptionnel puisque jamais il ne le sera : Travis n’était plus ! Elle avait compris, qu’il ne fallait plus essayer de changer les choses, qu’il fallait juste tenter de se retrouver un peu, de passer au dessus, le temps d’une soirée, une petite soirée qui leur redonnerait peut-être un peu espoir…Tous deux n’avaient que cette idée en tête : essayer de retrouver un peu de lumière au bout du tunnel. Maximilien sourit alors, d’un sourire franc cette fois-ci et attrapa la carte qu’il se mit à parcourir d’un bout à l’autre, essayant de savoir ce qu’ils allaient manger ce soir, ce qu’il allait se mettre dans le ventre, lui qui ne mangeait presque plus depuis que Travis…Depuis que Travis était mort ! Rien ne lui faisait envie mais ce soir, ce soir, il mangerait ! Il leva alors les yeux de la carte et contempla Julia qui était magnifique ce soir, il devait bien le noter et il lui dit :

    MAXIMILIEN_ « Maintenant, dis-moi, que veux-tu manger ? »
    JULIA_ « je prendrais un Magret de canard avec des petites patates et un cocktail alcoolisé pour l'accompagner." ».
    MAXIMILIEN_ « Et bien…Je vais prendre comme toi ! »

    Il ferma alors la carte et prononça à haute voix les plats qu’ils souhaitaient tout deux manger et aussitôt dit, aussitôt fait, la nourriture apparut soudainement sur la table sans qu’ils n’eurent besoin de bouger le petit doigt ! Maximilien remercia intérieurement à la fois et les elfes et la magie en générale et se mit à manger. C’était délicieux, comme d’habitude mais la nourriture passait quand même mal dans son corps…Il avait tellement perdu l’habitude de tout cela : manger, savourer, apprécier ! Son estomac se tordait au fur et à mesure qu’il se remplissait mais Maximilien se forçait car il savait que manger lui faisait aussi du bien, beaucoup de bien, que cela lui donnerait de l’énergie et qu’il lui en faudrait beaucoup pour réussir à se battre…

    MAXIMILIEN_ « C’est bon, hein ? »

    La discussion était un peu plate, certes et ils ne trouvaient presque rien à se dire mais au moins, ils essayaient, comme il l’avait dit plus tôt ! Il fallait bien commencer et c’était finalement un bon début de sujet…Mais ou donc cette soirée allait-elle les mener ? C’était surtout cela la question du moment ! Qu’allaient-ils devenir maintenant ? Maximilien avala encore une bouchée puis pris son verre, empli d’alcool et le vida d’une traite…L’alcool avait toujours été un moyen de fuir et peut-être que ce soir encore, cette substance allait l’aider à tenir le coup, le choc et à s’en sortir vivant, ce soir encore. Aussitôt qu’il eut vidé son verre et que le liquide chaud de l’alcool se propageait dans son corps, son verre se reremplit à nouveau…Peut-être allait il trop boire ?!


[spoiler]OMG, ça fait du bien de rp avec Max ! Bon je sais pas si tu vas aimer mais voilààà Very Happy sois honnoré en tout cas Razz mon premier rp avec maximilien est avec toi xD Razz[spoiler]


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Dim 5 Déc 2010 - 11:15



    La table était vraiment au bon endroit. Loin de la foule, loin des curieux et des regards indiscret et pourtant pas assez loin pour ne pas garder un œil sur cette foule. Peut être en un sens aurait-il été préférable de se trouver encore plus loin pour ne reconnaitre personne. Peut être alors n’aurait-il pas fallu venir. Mais elle c’était dit que le bal de noël était peut être la solution pout laisser derrière elle tristesse et mauvais souvenir. C’était aussi pout cette raison qu’elle y avait entrainé son ami.

    Elle ce souvenait des histoires que lui raconté sa grand-mère, alors qu’elle venait juste d’avoir 7 ans. Elle lui expliquait la joie que c’était d’étudier à Poudlard. Les soirées qu’elle y faisait avec ses amis. Mais l’histoire qu’elle avait toujours le plus apprécié, était celle de son dernier bal de noël. Cette histoire lui semblait magique. Elle avait souvent rêvé elle aussi de cette soirée, le voyant comme la meilleure de toutes celle qu’elle aurait pu vivre à Poudlard. Mais aujourd’hui ce rêve était bien loin, très loin. Elle en venait même à ce demandé si ce que sa grand-mère lui avait conté, était vrai ou bien si c’était juste sa façon de l’évoquer qui en faisait un moment si magique, si merveilleux. Oui elle se le demandait vraiment. Ce soir était son grand soir à elle. Son dernier bal de noël à Poudlard et cela n’avait rien de magique. Non. Elle commença à ce demandé si le bal de noël était vraiment une fête fait pour elle. L’année précédente ne c’était pas déroulé pour le mieux, alors qu’elle l’avait imaginé et espéré merveilleuse. Repenser a tout ça lui fit un pincement au cœur, elle en avala d’un trait son verre.

    MAXIMILIEN_ « C’est bon, hein ? »

    Elle tourna la tête vers lui. , car elle n’avait pas quitté des yeux le couple qui venait de passer les portes et qui traversé la foule. Qu’avait-il demandé. A oui. Mais qu’elle amie faisait-elle. D’abord elle le trainé ici et après elle le zappé. Non vraiment, elle était au moins contente d’une chose, c’était son dernier bal à Poudlard.

    Julia « oui j’aime beaucoup aussi »

    Pourquoi n’avait-elle rien trouvé d’autre à lui dire. Eux qui d’ordinaire discuté de tout et de rien. Peut être finalement parce que ce soir ni l’un ni l’autre n’avait vraiment envie de discuter. Peut être qu’aucune parole n’avait besoin d’être prononcé. Simplement le fait de se retrouver là suffisait. Mais elle en douté, tout en essayant de s’en persuader. Mais de quoi voulait –elle se persuader. Du fait qu’elle avait amené son ami ici pour lui remonter le moral et non qu’elle était là pour lui, pour le voir. Non elle était là pour maxi, en souvenir de leurs amis qui aimaient tellement cette fête. Voilà pourquoi elle était là. Mais tout en souriant à max, elle ne pouvait s’empêcher de penser à eux, bras dessus dessous. Avait-elle eu besoin de se coller à lui ainsi. Et pourquoi l’avoir inviter elle. Et puis elle ou une autre ? Non, surtout elle…Sa fourchette grinça dans son assiette et lui fit perdre le cour de ses sombres pensées. Elle reporta alors son attention sur son ami. Mais comment pouvait-elle lui faire ça. Posant alors sa fourchette.

    Julia « Max, cela te dit de sortir prendre l’air, avec cette jolie bouteille »

    Elle tenait dans sa main une bouteille de champagne. Oui elle devait sortir de la salle, sans quoi elle ferait une chose sans véritable raison, ou pout une mauvaise raison, une chose stupide. Même si la bouteille n’était pas très intelligente non plus, elle la trouvait pourtant approprié.
    Elle n’avait pas vraiment envie de laisser le temps à max de répondre. Elle aurait voulu se lever et l’entrainer dehors. Mais elle s’en voulait déjà de l’avoir amener ici, inutile de lui faire subir une autre chose dont-il ne voulait peut être pas. Elle le regarda alors simplement, l’air peut être un peu supliant.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Dim 5 Déc 2010 - 11:56

    L’alcool ! L’alcool n’avait jamais été une très bonne solution et de cette réalité là, le jeune prince en avait bien conscience. Cependant, cette substance avait toujours été sa seule échappatoire et ce quelques soient les circonstances. Ce liquide brûlant qui s’enfonçaient dans sa gorge et puis prenait possession de tout son cœur était une véritable délivrance qui lui permettait non seulement de tout oublier mais d’agir comme si le seul sentiment qui se trouvait encore sur terre était le bonheur ou la joie ou la gaité ou en tout cas un sentiment positif qui le transportait entièrement et qui lui permettait non seulement de sourire mais aussi de rigoler à pleine gorge et de s’amuser sans plus se soucier ni de ses malheurs ni des conséquences qu’auraient ses actes. L’alcool permettait de refourguer au fin fond de sa tête sa petite voix de serdaigle responsable qui lui murmurait d’accomplir ou de ne pas accomplir un acte ou l’autre. Non l’alcool le réchauffait entièrement, prenait possession de lui et alors, il se mettait à délirer, s’amuser, plaisanter, jouer, sortir et plus rien autour de lui n’existait pas même sa souffrance, cette satané souffrance dont il n’arrivait pas à se défaire ! Il fallait qu’il l’oublie et c’était encore une fois dans l’alcool qu’il allait se plonger pour tenter de réchauffer son cœur refroidi par la mort de son ami, par la perte de Loréana ! Oh oui, ce soir, ce soir, il allait faire un effort et s’amuser mais avec ce liquide, tout allait être plus facile…Il allait boire pour rire et n’allait certainement pas avoir l’alcool triste, non, c’était hors de question. Ce soir, il était là, avec Julia, pour se changer les idées, se vider la tête et qu’importe le prix à payer demain, après demain, ou même peut-être ce soir, il allait le faire, tout faire pour y arriver ! Travis ne serait pas fier de lui ! Mais qu’il aille au diable, le Travis, il n’avait qu’à pas mourir ! C’était lui qui était parti, lui qui avait abandonné Maximilien, lui qui le mettait dans un état pareil alors Travis ou le souvenir de Travis n’avait plus son mot à dire sur le comportement du serdaigle ! Ce soir, Travis irait loin, hors de sa tête, le plus loin possible et de son corps et de ses souvenirs ! Ce soir Travis ne serait plus ce qui l’empêcherait d’être joyeux ! Et ainsi pensé, Maximilien vida son verre d’une seule et unique traite !

    JULIA_ « oui j’aime beaucoup aussi »

    Hop un autre verre ! Hop encore un autre verre ! Et petit à petit, la tristesse morose qui habitait l’adolescent se remplaça par une colère sourde ! Une colère juste contre Travis qui était mort, contre tous ces gens qui le fixaient comme une bête de foire, contre Amanda qui ne lui parlait plus depuis ce baiser, contre Alexia qui l’avait laissé faire la plus grosse bêtise de sa vie, contre Léo qui n’était pas venu, contre Timothé qui voulait le secouer sans rien comprendre, contre Caleigh qui n’avait rien fait pour l’empêcher de déraper, contre Loréana qui n’avait pas compris sa souffrance, contre Seth qui n’était pas là non plus, aujourd’hui alors qu’il avait besoin de lui, contre Marie, sa nounou de l’avoir abandonné, contre son père et contre sa mère qui n’étaient que des hypocrites qui n’avaient jamais su le comprendre et puis pour finir, en colère également contre Julia qui l’avait fait sortir ce soir et qui ne trouvait pas d’autres discussions que les plats et contre lui-même, surtout contre lui-même qui ne valait guerre mieux que tous ces gens à qui il était en colère ! Lui, le petit con qui avait accepté de sortir ce soir, qui avait laissé son meilleur ami crevé, qui laissait son autre meilleur ami déprimer, qui s’en prenait à tous ceux qui lui parlaient, qui avait trompé et abandonné la femme de sa vie, qui s’était mal comporté avec Alexia, Caleigh, Timothé et tous ces gens qui comptaient pour lui ! Lui, le petit con ! Oui, Maximilien s’en voulait et petit à petit, il se sentait de plus en plus énervé contre lui-même, contre sa vie, contre cette connerie, contre noël et plus il s’énervait, plus il buvait. Pourquoi était-il là ? Pourquoi n’arrivait-il à ne rien faire d’autres que de parler de banalité avec Julia alors qu’avant, fut une époque où ils pouvaient discuter de tout et ils discutaient de tout, se racontaient leurs vies, leurs sentiments, leurs histoires ! Et maintenant, ils étaient là, assis, comme deux chocogrenouilles moisis ! Ils ne valaient rien, ne vivaient rien et Maximilien se sentait si las, si fatigué…Si… HOP ENCORE UN VERRE ET ENCORE UN…Combien maintenant ? Cinq déjà ? Il tenait bien l’alcool, le petit ! Il fallait s’embuer encore pour chasser toutes ces idées noires ! Allez, Maximilien, tu peux le faire et en voilà encore un de verre qui disparut d’une traite dans son estomac ! Qu’on oublie tout ! Petit à petit alors enfin, la colère se transforma pour faire place à, à nouveau, un peu de tristesse mais aussi à un peu de joie…Il commençait à ne plus contrôler ses mouvements…

    JULIA_ « Max, cela te dit de sortir prendre l’air, avec cette jolie bouteille »

    OH ! Mais quelle merveilleuse idée. Maximilien trouva cette proposition très alléchante et redressa la tête pour sourire à Julia d’un sourire franc et peiné. Il se leva alors et vint tirer la chaise de sa partenaire, comme le gentleman qu’il était pour lui permettre de se lever. Il lui proposa alors son bras et les deux amis se mirent en route pour sortir de la grande salle ! En sortant, Maximilien ne put s’empêcher d’attraper une autre bouteille qui traînait là, comme cela, ils auraient de la réserve ! Et en route ! Tout naturellement, Maximilien guida Julia vers le parc. Il faisait un peu froid dehors mais ils n’étaient pas des sorciers pour rien. Une fois dans le parc, une fois au bord du lac, Maximilien d’un coup de baguette fit fondre la neige et réchauffa un peu le sol. Il fit alors apparaître une petite couverture pour qu’ils puissent s’asseoir dessus et c’est ce qu’ils firent. Une fois installé au bord du lac sur la chaude couverture, Maximilien alluma un feu autour duquel il lança un sortilège pour que le froid ne l’éteigne pas et alors, il ouvrit la bouteille de champagne, la première bouteille de champagne et la tendit à Julia avant de murmurer dans un souffle :

    MAXIMILIEN_ « A toi l’honneur ! »


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Dim 5 Déc 2010 - 22:44

    La musique raisonnait dans la salle, depuis quand elle ne saurait le dire, mais cela devait faire un moment puisque des couples dansaient sur la piste prévu à cet effet. Des couples, non elle ne devait pas penser à cela, si ce n’était à son couple de ce soir, celui qu’elle formait avec Maximilien. Oui, ça c’était un couple merveilleux. Enfin c’était un couple merveilleux lors des soirées que ce dernier donné, toujours les premiers à faire les con. Mais ce soir ce couple n’était pas celui qu’il avait été, non il n’était qu’une ombre parmi tant d’autre. Il n’attirait même pas le regard de ses semblables. La preuve personne n’était venu le retrouvé à la table, aussi éloigné soit-elle. Même pas leur amis alors que tous les savait ici, puisque tous les avaient plus ou moins incité à venir à cette soirée. Mais cela n’avait pas d’importance. Non cela n’en avait plus. Maximilien venait de lui sourire et c’était certainement le plus franc qu’il lui avait adressé pour cette soirée. Et rien que ce sourire, même très mince, était une joie. Elle lui retourna alors son sourire.

    Max c’était avancé vers elle, se plaçant derrière elle, il plaça ses mains sur le dossier de la chaise, comprenant alors qu’il répondait favorablement à sa demande de sortit. Elle se leva de sa chaise et prit le bras qu’il lui tentait. Elle retrouvait là le Max qu’elle avait toujours connu, celui toujours serviable, toujours là pour les autres. Elle ne put s’empêcher de sourire en repensa à ça. A son bras, elle traversa la salle, contente de laisser derrière elle cette table vide et déprimante. Oh oui. Elle se laissa guider par son ami vers l’extérieur du château, non sans un dernier regard pour la salle. Oh si elle n’avait pas été au bras de Max, elle aurait certainement couru vers Tim et la mégère qui lui servait de cavalière ce soir pour lui mettre son poing en pleine figure. Qu’importé si cela ne correspondait pas à l’image qu’elle renvoyé aux autres, elle n’en aurait eu que faire ce soir. Elle s’en fichait éperdument.

    L’air frais de l’extérieur lui fait du bien, redonnant un peu de couleur à son visage pâle. Elle regarda le ciel, ce dernier était étoilé comme jamais, ou peut être est-ce parce qu’elle le regardait d’une façon tout à fait différente, elle n’aurait su le dire, mais une chose était sur elle ne l’avait jamais vu sous cet angle.

    Max les avaient amenés au bord du lac, elle ne s’en était même pas aperçue avant d’entendre le clapotis de l’eau contre les rochés. Il prépara comme un feu de camp, après quoi ils s’installèrent. Max lui tendit la bouteille, elle n’y réfléchit pas à deux fois et la prit.

    MAXIMILIEN_ « A toi l’honneur ! »
    Julia « Mais avec plaisir mon cher »

    Portant alors la bouteille à sa bouche elle en but une bonne gorgée, se délectant de son contenu. Le liquide coula lentement dans sa gorge, réchauffant alors chaque parcelle de son corps qui pouvait encore éprouver un peu de froid, malgré le charme de Max. Puis elle regarda de nouveau se dernier, les joue rougies. Etait-elle rouge par la chaleur du feu ou bien par l’effet de l’alccol. Aucune importance.

    Julia « Tu sais max, je crois que tu peux ouvrir l’autre bouteille, je l’aime bien cela et je conte la garder rien que pour moi. Tu ne trouve pas qu’elle épouse parfaitement la forme de ma main »

    Après un petit rire, elle avait reporté le goulot de la bouteille tout contre ses lèvres, afin que le liquide coule encore une fois dans bouche. La sensation fut la même que la précédente, bien que moins accentué. Mais le liquide chaud lui apporté une sensation de bien être que pour rien au monde elle n’aurait repoussé. Elle devait facilement en être à sa cinquième ou sixième gorgé, aucune importance. Elle regarda max et ne pu s’empêcher de rire. Non qu’elle se moquait de lui, mais elle n’avait tout simplement pu résister à l’envie de rire. Elle s’arrêta, le regarda droit dans les yeux, se rapprocha de lui et tout en déposant la main sur sa joue.

    Julia « tu sais que tu es vraiment très beau maxou »

    Après quoi elle reporta la bouteille à ses lèvres, tout en relevant la tête, elle pu admirer de nouveau le ciel étoilé. Encor une fois il lui semblait différent. Puis dans une frénésie, elle se leva soudainement, fit face à son ami, lui souriant, et se mit à tourner sur elle-même et autour du feu. Plus rien n’avait d’importance. Elle avait la sensation d’être libre et voulait en profiter. Le monde autour d’elle aurait pu s’arrêter de tourner, cela n’aurait rien changé. La seule chose qui à cet instant pouvait tout changer, était le fait que le font de la bouteille avancé à grand pas et elle ne voulait pas que cette euphorie s’arrêté. Non elle ne voulait pas se souvenir, pas encore. Elle but une autre gorgé.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Mar 7 Déc 2010 - 15:03



    On dit qu’il faut à l’être humain quelque chose pour tenir : un but, une envie, une idée, une joie, un sourire. Soit un petit rien qui lui permettait de trouver une raison de vivre, une raison de continuer à se battre, de supporter les malheurs de cette terre, les horreurs, l’infamie, la haine, la souffrance, la douleur, la perte. Toutes ces choses qui ont toujours fait perdre pied à l’être humain. On dit que l’amitié peur redresser la barre, que l’amour est le meilleur des cadeaux si on veut s’accrocher ! Que ces deux petits affaires donnait à l’homme tout le cœur de la vie, tout ce dont il avait besoin pour tenir debout et continuer à se tenir droit contre la mort, à attendre la mort en ayant la force, avant l’arrivée de celle-ci, de vivre avec le sourire ! Mais que reste-t-il à l’homme qui perd cela ? Qui perd ses buts, son ami, son amour ? Il ne restait rien, rien de plus que la colère, la souffrance, la douleur, l’absence, la frustration, la haine, l’indifférence, le noir et la noyade final ! Alors, alors pour pouvoir retrouver parfois une allumette dans ce brouillard, une petite flamme, on avait invité l’alcool ! L’alcool qui n’arrangeait rien et rendait même parfois les choses encore pires qu’elles ne l’étaient au par avant mais l’alcool avait la qualité de donner l’impression, l’infime impression de sourire et de retrouver le bonheur. L’alcool était menteur, Oui et nous menait sur des mauvaises pentes mais l’espace d’un instant, il permettait à l’homme d’oublier sa médiocre condition, sa souffrance douloureuse, sa vie sans fin, son histoire sans début, ses amours perdus et ces absences incomblées. L’alcool, qui tourbillonnait nos têtes, était à la fois notre meilleur ami et…Notre pire ennemi !

    Et ainsi il en était pour l’adolescent aux cheveux blonds. L’ami Travis s’en était allé, l’amour Loréana l’avait quitté, le sourire n’existait plus et il ne restait que lui, lui, ses doutes, ses regrets et ses souffrances…Toujours ces douleurs dans le cœur comme des poignards. Et si Maximilien n’avait réellement tout perdu parce qu’il lui en restait des amis, aujourd’hui : Léo, Timothé, Seth, Amanda, Julia et tant d’autres encore, il avait l’impression que tout lui échappait et que plus rien ne comptait depuis que Travis se faisait rongé par les verres alors il se trouvait là…Accompagné de l’amitié invisible de Julia et de l’alcool ! Ces fameuses bouteilles du diable à l’allure d’ange ! Il y en avait deux des bouteilles. Et ils étaient deux jeunes assis dehors, sur une couverture magique auto chauffante, avec un feu au clair de lune. La nuit était sombre, le lac resplendissants et les flammes du feu dansaient, dansaient encore et leur danse se reflétait dans l’eau claire de l’immense lac de Poudlard ! Quel merveilleux tableau ! Et merveilleux, certes, il aurait pu l’être ce tableau si les deux amis n’étaient pas embrigadés à l’intérieur d’eux-mêmes et également déjà à moitié ivre ! A moitié seulement ! Moitié de trop mais moitié trop peu et il fallait encore boire, encore boire et boire et reboire pour qu’enfin l’alcool s’insinue dans leurs veines, leur brûle et la peau et le cœur et les fasse sourire enfin ! Et ainsi fut débouchée la première bouteille que Maximilien tendit à Julia d’un air amusé en lui demandant de faire honneur à cette première bouteille. Action réaction ! Et Julia bût ! Et Julia bût beaucoup même ! Plusieurs gorgés sans s’arrêter !


    JULIA_ « Tu sais max, je crois que tu peux ouvrir l’autre bouteille, je l’aime bien cela et je conte la garder rien que pour moi. Tu ne trouve pas qu’elle épouse parfaitement la forme de ma main »

    Et qu’elle souriait, toute innocente, toute joyeuse, le cerveau et le cœur perdu dans cette boisson maléfique. Et qu’elle rigolait en tenant serrée contre elle le bout de verre magique aux effets dévastateurs ! Et qu’elle buvait encore ! Encore et encore et la bouteille se vidait ! Aussitôt demandé, aussitôt fait ! Maximilien, comprenant qu’il n’aurait pas accès à la première bouteille, sortit sa baguette et déboucha la seconde bouteille qu’il avait dérobé quelques minutes plus tôt et il se mit à boire aussi et le liquide coulait encore, coulait encore et coulait encore remplissant son estomac, embuant son cerveau, réchauffant son âme. Les bouteilles se vidaient encore et encore et puis soudainement alors qu’il avait le regard perdu dans le vide, vers l’horizon du lac comme si un souvenir allait alors lui apparaître, un souvenir d’espoir qui le ferait renaître, Maximilien sentit quelque chose de froid sur sa joie, la main de Julia qui s’était rapproché de lui, très près de lui, trop près de lui. Il tourna alors sa tête et regarda Julia dans le profond de ses yeux…Une envie lui prit de l’embrasser alors, ils étaient tellement proche et le souffle de Julia vint caresser ses lèvres lorsqu’elle parla enfin :

    JULIA_ « Tu sais que tu es vraiment beau, Maxou ? »

    Maximilien détourna alors soudainement la tête comme si la main de Julia lui faisait mal. « Maxou »… « Maxou ! » C’était Travis qui avait un jour trouvé ce surnom. Léo l’avait toujours appelé « Max » et Marie l’appelait « Enzo ». « Maxou », c’était à Travis ! Travis le premier qui l’avait surnommé ainsi, le premier et Maximilien aurait bien voulu pouvoir encore entendre encore son meilleur ami l’appeler ainsi mais ce ne serait plus jamais le cas et il était maintenant condamné à entendre ce surnom prononcés dans des bouches différentes de celle de Travis avec des vois différentes ! Par dépit et tristesse, le Maxou à son Travis attrapa encore la bouteille et en vida le contenu d’une traite, tout d’un coup…Il finit de savourer, sentant le liquide brulant lui parcourir l’œsophage et prendre l’entier contrôle de son corps…Quand il tourna la tête pour sourire à Julia, il la trouva debout près du feu en train de tournoyer sur elle-même, dansant, chantonnant, souriant et rigolant comme une petite fille heureuse…Maximilien, malgré lui, pris par l’alcool, se mit à rire également et se leva pour rejoindre Julia. Il dansait alors avec elle, tournant autour des flammes comme un enfant heureux, comme un enfant joyeux sauf que tous deux n’étaient que des épaves, des restes d’humains avec une souffrance sans fin enfermée dans leurs cœur ! Maximilien se rapprocha de Julia et la prit par la taille, la faisant cette fois-ci danser avec elle, la faisant tourner sur elle-même, contre lui et ils dansaient tandis que le jeune serdaigle s’était mis à chanter avec sa voix grave de guitariste…

    MAXIMILIEN_ « Allez danse, danse ta vie danse ! Allez danse, danse avec toi ! Allez danse, danse ta vie danse ! Allez danse, danse avec moi ! Mais qu’en restera-t-il ?! »

    Et ils tournaient encore, comme des enfants, comme des innocents joyeux, pleins de bonheurs…Et puis, ils se tenaient serrer l’un contre l’autre et alors qu’ils trébuchaient tous les deux, Julia tomba doucement, retenue par la force de Maximilien sur la couverture et Maximilien, dans l’allongement, s’allongea sur elle ! Ils étaient l’un sur l’autre, se regardant dans le blanc des yeux, souriant, leurs corps bien collés…Et ils n’étaient plus des enfants pour que cette position puisse se contenter d’être drôle et innocente ! Non, le poids de l’adulte, le poids d’avoir grandi était de devoir être conscient dans ces horreurs, des conditions des hommes et alors…Sans crier gare, Maximilien franchit les derniers millimètres et vint poser ses lèvres sur celles de Julia…


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Lun 13 Déc 2010 - 20:10

    Le parc était calme, même très calme. D’ordinaire on pouvait y percevoir toutes sorte de bruit, plus étrange les un que les autre et ce même la nuit. Ce soir était différent, il semblait que le parc c’était arrêté de vivre à l’ instant où ils y avaient mis les pieds. On pouvait cependant entendre le souffle du vent dans les branchages de l’arbre voisin, le clapotis de l’eau sur les berges et le rire de Julia. L’alcool avait au moins ça de bon. Il permettait de lâcher prise sur la réalité, de laisser libre expression a ce que l’on préfère enfouir ou bien à ce que l’on ne permettait ni à son corps ni à son esprit. Rien n’aurait pu laisser penser que, en cette soirée, Julia aurait le cœur à rire. Non bien au contraire, son cœur avait bien trop mal pour penser à rire. Mais visiblement son esprit lui demandait que cela. Et l’alcool rendait cela possible et tellement simple, vraiment très simple. Le simple fait du reflet de la lune ondulant sur le lac aurait suffit à la faire rire. Mais il lui serait impossible de dire ce qui l’avait fait rire. Peut être le fait de tourner en rond autour d’un feu comme l’aurait fait une gamine de 7 ans. Peut être le fait de tourner sur elle-même et ne plus savoir ou elle et qui elle était vraiment. Ou peut être ni avait-il pas vraiment de raison. Juste à rire.

    Elle but encore une gorgée, que ferait-elle lorsqu’il n’y aurait plus rien dans la bouteille. Elle regardait max qui buvait lui aussi ? Elle savait qu’il lui serait impossible de lui prendre la sienne, mais elle y pensait. Elle n’avait vraiment pas envie de tomber dans l’après ivresse, pas encore, pas maintenant. Alors qu’elle songeait à cela, le rire de max la sortit de ses sombres songes. Elle remarqua alors qu’il c’était levé te dansait lui aussi à présent. Tout comme elle, comme un enfant qui bouge sans raison, sans donner l’impression de savoir vraiment danser. Le rire la reprit alors, mais elle savait à peut près pourquoi. Elle était vraiment contente que max l’ai rejoint. Danser à deux était vraiment plus sympa même au vu des circonstances. Mais ce qu’il y a de mieux, c’est de danser ensemble à deux. Maximilien venait de passer ses mains sur sa taille et commençait à la faire tourner. L’ambiance certainement ou simplement l’envie, fit que max se mit à chanter. Depuis combien de temps ne l’avait-elle pas entendu. Trop longtemps, elle en était sur. Mais cela n’aurait rien changé d’y penser, comme tout ce dont elle aurait pu lui dire depuis aussi longtemps ou ce qu’elle aurait pu faire pour lui. Alors pourquoi y penser maintenant.

    Ils tournaient encore et encore, et elle ne pouvait s’empêcher de le regardait tout en riant. Elle riait encore lorsqu’elle s’aperçu que max et elle se trouvait à terre. Elle s’en était rendu compte et max avait brillamment amortie leur chute. Il se trouvait sur elle. Elle s’arrêta de rire un instant, plongeant son regard dans le sien. Elle n’avait jamais vraiment regard ses yeux. C’est alors qu’il déposa ses lèvres sur les siennes. Elle aurait du reculer, le repoussé, mais elle ne fit rien, elle ferma les yeux, sans pouvoir dire pourquoi. Ce fut alors le visage de Tim qui lui apparu. Son regard tendre et amoureux. Ses lèvres qui étaient sur les siennes, cela devait être les siennes, pour rien au monde elle n’aurait ouvert les yeux pour le vérifier. Pourtant il y avait un petit quelque chose de différent. La douceur de ses lèvres, leur saveur, sa façon de l’embrasser. Mais qu’importe, il était là. Il l’avait planté elle, au bal, au milieu de cette foule. Elle lui rendit son baisé. Elle passa la main dans son dos, dans un premier temps, remontant lentement et avec tendresse. Sa main était à présent dans ses cheveux. Leur position, l’un contre l’autre, cela faisait longtemps qu’ils ne c’étaient pas retrouvé ainsi et cela intensifier d’autant plus son désir.

    Elle se décida enfin à rouvrir les yeux, afin de les plonger dans celui de son aimait, mais alors la réalité la rattrapa, ce fut les yeux de max qu’elle rencontre, prenant conscience que c’était leur lèvres qui se touché, que c’était eux qui s’échangé un baisé, un tendre et délicieux baisé. Depuis combien de temps leur baisé durait-il. Pourquoi ni l’un ni l’autre ni avait-il mit un terme. Et pourquoi n’en avait-elle pas envie. Ce n’était pas Tim, c’était max. Hors c’était Tim que son cœur et son esprit réclamé, max n’était qu’un ami, certes un bon ami, mais juste un ami, rien de plus. Alors pourquoi poursuivait-elle se baisé. Max avait les lèvres douces et le désir qu’elle avait éprouvé juste avant était toujours présent et n’avait visiblement pas l’intention de s’estomper. Bien que la personne pour lequel il était né, ne fût pas la bonne, il semblait persister. Non elle ne devait pas en arrivait là, l’un deux devait retrouver la raison, rompre ce lien, cesser ce bien être qui pourtant l’envahissait.

    Elle repoussa alors max, avec le peut de force qu’elle avait, essayant de se sortir de sous lui. Les larmes lui montaient aux yeux. Elle se leva, elle ne voulait pas le regarder. Elle faisait face au lac, si calme, si tranquille. Tout le contraire d’elle à cet instant. Les larmes avait franchit les barrières que formaient ses paupières. Elle ne savait pas, elle ne savait plus si c’était de la honte, de la gêne ou du plaisir…que devait-elle pensait. N’était pas l’instant d’avait sous l’emprise de l’alcool, ne l’était-elle pas encore. Elle aurait du se retourner, le regarder, lui parler. Mais pour lui dire quoi ? On n’aurait pas du, c’était très agréable j’aurais voulu que cela ce poursuivre, je suis désolé max, mais ce n’est pas possible…elle ne savait pas et elle avait peur d’affronté son ami, son regard, sa culpabilité, sa gêne…elle ne savait pas elle était perdu, elle aurait peut être du partir et le laisser là. L’alcool qu’elle avait encore en elle ne l’aidait pas. Elle ne pouvait laisser encore son ami et pourtant ce n’était pas l’envie qui manquait.


Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Jeu 16 Déc 2010 - 21:49

    C’était un tourbillon…Un tourbillon de bonheur ou peut-être simplement de soulagement que l’adolescent n’avait pas eu la chance de ressentir depuis bien longtemps. Un tourbillon d’innocence comme si un lourd poids venait de quitter ses épaules, laissant ses ailes d’anges libres de se déployer et de s’envoler, libre de respirer, lire de vivre, libre de sourire tout simplement. Un tourbillon, un tourbillon d’oubli, de simplicité comme si toute la douleur de ces derniers temps avait été anéantie, comme si la souffrance avait quitte son petit cœur et les évènements transperçant de cette année avaient été arrachés de son corps, jetés au loin, le laissant là, joyeux et soulagé ! Heureux et libre ! C’était un tourbillon…Un tourbillon qui s’était déclenché par une tornade de plaintes puis une tornade d’alcool et pour finir un cyclone de danse. C’était un tourbillon et ce tourbillon c’était l’adolescent blond qui tournait autour du feu en chantant, c’était l’adolescente blonde qui tournait autours du feu en souriant et c’était ces deux amis qui, innocents, se laissaient enfin porter par l’alcool et par tous les aspects positifs qu’il pouvait avoir sur eux : la libération, l’oublie, l’absolution, le pardon, l’égocentrisme, le rire et le sourire ! C’était juste un tourbillon qui ne pouvaient s’arrêter et qui rendaient les deux jeunes gens heureux, comme enfin libre de vivre ! Vivre…Ce qu’ils ne pouvaient plus faire depuis un bon moment…Maximilien ne savait pas exactement ce qui se passait pour Julia mais pour lui-même il savait : Travis était mort ! Travis était mort ! Mort après Tristan, après Keiko…Mort, enterré, rongé par les vers…Travis n’était plus et c’était ce qui l’empêchait de dormir, de sourire, de parler, de comprendre, d’être lui-même…C’était cet évènement qui avait rompu sa vie, le plongeant dans une douleur sourde, un mur de souffrance, s’enfermant à l’intérieur de lui-même, se plongeant dans le noir pour une éternité…Ou peut-être pas l’éternité parce que ce soir…Travis lui semblait loin, la douleur aussi et il dansait alors, dans un tourbillon de flamme, de fraîcheur et de bonheur…Il dansait et faisait danser sa cavalière comme deux jeunes enfants inconscients, comme deux bambins sans soucis qui n’étaient là que pour s’amuser…Ils avaient retrouvés au plus profond de leur cœur leur insouciance, quand rien ne semblait grave et ce soulagement se reflétait dans leurs yeux alors…Alors ils dansaient comme des oiseaux libres sans aucune responsabilité…ils dansaient !

    Mais l’adolescent n’est pas un enfant. L’adolescent n’a plus la chance d’être un enfant parce que l’adolescent en grandissant a compris, a appris et maintenant il sait…Il sait ce que veut dire être un homme, ce que veut dire être une fille. Il sait ce que cela signifie de vivre, il sait même d’où vient la vie et il porte le lourd poids de ce savoir, de cette connaissance qu’il aurait mieux fait de ne jamais acquérir ! Car il est responsable maintenant ! Responsable de lui-même mais des autres également ! Il doit se contrôler, réfléchir avant d’agir. Il doit être hypocrite pour préserver ses relations…Il doit respecter certaines règles et il n’a plus le loisir d’agir sans se soucier des conséquences de ses actes parce que chaque problème, chaque mauvaise action lui tomberont immédiatement sur le dos ! C’était ainsi…Mais les pires cadeaux, la pire des pommes empoisonnés que l’on avait offert à l’adolescent, c’était la connaissance de son sexe, de ses envies, de ses désirs ! Finit le temps de baisers innocents, finit le temps de l’amour inconscient…maintenant l’amour avait des lois et le sexe avait des règles qu’il fallait suivre, respecter, écouter et malgré tout le plaisir qu’il pouvait offrir, il pouvait être aussi destructeur, mensonger, expressif, douloureux et incontrôlable…

    Et c’est ainsi que Maximilien se retrouva sur Julia et que Julia se retrouva sous Maximilien. Leurs bouches emmêlées l’une à l’autre, partageant leurs salives dans un torrent de langues, dans une batailles de langues, se crachant presque dessus…Cela n’était pas beau à voir mais l’alcool ayant enlevé toute pudeur, ils en étaient réduits à leurs instincts alors ils s’embrassaient, sans retenir, sans même chercher à reprendre leur souffle parce que tout ceci était naturel, le prolongement de la vie…Le poids de la croissance et de la connaissance…Ils avaient grandis et leurs corps l’un contre l’autre, réagissant à leurs contacts ne faisaient qu’accréditer cette thèse : ils avaient grandis…Mais pas assez car l’inconscience de leur geste prouvait leur immaturité seulement, l’heure n’était pas à la philosophie, l’heure était aux baisers alors laissons les s’embrasser, laissons les vivres…Laissons les grandir et apprendre encore plus, connaître toujours plus et évoluer, devenir meilleur en apprenant de leurs erreurs même si cela signifiait perdre des plumes au passage…Laissons les grandir !

    Maximilien ferma les yeux tandis qu’il embrassait Julia ou que Julia l’embrassait, il ne savait pas exactement et commença lentement à passer les mains sur les hanches de la jeune femmes…Mais dans sa tête, ce n’était pas Julia sous son corps, dans sa tête, c’était Loréana…Loréana qui lui avait pardonné et qui l’embrassait maintenant à pleine bouche…C’était son odeur qu’il voulait respirer, son corps qu’il voulait sentir contre le sien, sa bouche qu’il voulait embrasser, sa voix qu’il voulait entendre crier…C’était la douceur des cheveux de Loréana qu’il caressait en cet instant, la paume de sa main qu’il sentait sur son visage mais il y avait quelque chose de différent, quelque chose de changer, quelque chose qui n’était pas Loréana…Comme si tout son univers venait alors subitement de basculer, Maximilien redressa subitement la tête à la fois pour respirer mais également pour reprendre conscience. Perdu, il laissa Julia continuer d’embrasser la peau de son visage tandis qu’il plongeait son regard au loin…Et au loin se formait une silhouette, un homme qui les observait…Maximilien continua de laisser Julia le toucher mais il garda ses yeux fixés sur la silhouette et fronça ses sourcils, essayant de la percevoir. C’était un jeune homme, un jeune homme aux longs cheveux noirs…C’était Travis Cohen !

    Maximilien eut un sursaut mais ne bougea pas. Il se contenta de fixer cette illusion au loin…Cette ombre que son esprit avait créé de toute pièce pour le faire réagir mais lui, lui l’ignorait ! Lui, c’était Travis qui se dessinait au loin…Travis qui le fixait avec un air triste et un air déçu…Sans s’en rendre compte, Maximilien perdu dans les yeux de son hallucination laissa Julia le repousser lentement…Elle le repoussait parce qu’elle aussi s’était réveillée et qu’elle aussi s’était rendue compte de la bêtise monumentale qu’ils étaient en train de commettre…Travis était là pour rappeler à Maximilien ce qu’il était en train de faire : cocufier un de ses meilleurs amis !, le tromper, l’avoir par derrière ! Il ne pouvait pas faire cela…Maximilien se redressa alors et s’écarta lui-même de Julia, gardant ses yeux fixés au loin…Là où…Là où la silhouette de Travis était apparue…Endroit maintenant désert…L’hallucination avait disparue ! Travis était retourné dans sa tombe et l’image de son frère de cœur au loin n’était que du vide, que du vent…Que sa propre conscience… Maximilien continuait de fixer ce point du paysage désert…Il voulait hurler à Travis de revenir, de ne pas l’abandonner même si il n’était que le reflet de son désir ! IL voulait crier mais les mots restèrent coincer dans sa gorge et une larme silencieuse coula sur ses joues…Il se retourna alors vers Julia qui était assise là, par terre et qui semblait plonger dans la contemplation du sol, honteuse de ses propres actes…Elle devait sûrement penser à Timothé…Maximilien se sentit encore plus mal, si cela était possible. Il soupira alors et murmura calmement :


    MAXIMILIEN_ « Julia…Julia…Il ne s’est rien passé ce soir ! Il faut tout oublier ! Toi comme moi ! Nous sommes sortis boire et nous avons discutés, comme deux amis…Rien de plus ! Il faut tout oublier ! Il faut oublier, d’accord ? D’accord ? »

    Il ne savait pas si réellement il s’adressait à Julia où si c’était à lui qu’il parlait comme pour se rassurer et se convaincre de ses dires : ils allaient tout oublier, maintenant ! Rien de tout cela n’était arrivé, c’était faux, ce n’était pas réel ! Ils ne s’étaient jamais embrasser et personne, personne à part l’ombre de Travis ne serait là pour dire le contraire ! Personne ! Si Julia et lui oubliaient cette nuit, cette nuit deviendrait inexistante, inodore, incolore, insipide. Maximilien se leva alors, prêt à rentrer et tendit la main à Julia pour l’aider à se relever et lui dit une dernière fois :

    MAXIMILIEN_ « Promets-moi que tu vas tout oublier ! »


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Dim 19 Déc 2010 - 19:59

    Comment les choses avaient-elle pu allé aussi loin. Comment d'une simple soirée entre amis, qui était prévu pour leur remonter le morale à l'un et à l'autre, en étaient-ils arrivé à s'embrasser. Comment tout cela était-il arrivé? Pourquoi? Elle ressassé tout ça dans sa tête en boucle. Elle se repassé le film de la soirée, pour comprendre ce qui était réellement arrivé, si finalement tout cela n'était pas un mauvais rêve. Elle se pinça même le bras pour sans assurer et cela à l'abri des regards de Max. Non elle ne l'avait pas oublié. Elle savait qu'il était derrière elle, même si elle ne savait pas ce qu'il faisait, elle sentait sa présence. Mais elle ne voulait pas le regarder, elle ne le pouvait pas. Affronter son regard était trop dure. Non c'était trop dur. Elle garda donc le regard fixé sur la surface lise du lac. Elle aurait aimé être comme lui a cet instant, immaculé, mais chacun de nous sait bien que c’est un stade impossible, chacun de nous à un jour fait quelque chose qui fait que cette condition est impossible. Mais aujourd’hui plus que jamais elle se sentait impure. Ce n’était qu’un baisé, mais ce qui la dérangé le plus était qu’elle avait apprécié ce baisé et cela elle ne se le permettait pas. Elle n’avait pas le droit de l’apprécier. Que ce serait-il passé si ni l’un ni l’autre n’avait stoppé ce baisé. Seraient-ils allé jusqu’au bout ? Elle continuait de fixer le lac, du mieux qu’elle pouvait. Difficile d’observer quoi que ce soit lorsque vous avez les yeux embrumés. Les larmes ruisselaient à présent le long de ses joues. Elle était perdue et ne savait que penser de la situation. Ni même comment réagir.

    Mais que leur étaient-ils passés par la tête. Pourquoi avait-il fallu qu’ils se mettent à boire. Cela avait semblé pourtant tellement simple, un jeu d’enfant. Et cela lui avait procuré tellement de bien. Elle avait rit pendant des heures et cela n’était pas arrivé depuis si longtemps. Etait-il mal de rire alors ? Non bien sur. Mais ils avaient joué à un jeu qu’ils n’étaient pas en mesure de contrôler, et ils avaient perdu. Que faire maintenant ? Ce fut la voie de max qui la sortit de sa torpeur.

    MAXIMILIEN_ « Julia…Julia…Il ne s’est rien passé ce soir ! Il faut tout oublier ! Toi comme moi ! Nous sommes sortis boire et nous avons discutés, comme deux amis…Rien de plus ! Il faut tout oublier ! Il faut oublier, d’accord ? D’accord ? »

    Elle lui tournait toujours le dos, elle ne savait pas si elle pourrait affronter son regard, son visage et ne pas lui montrer sa honte. Ce n’était pas de lui qu’elle avait honte, mais d’elle-même. Ce n’était pas de le regarder dont-elle avait peur, mais de se voir dans ses yeux. Oublier. Oui peut être est-ce la solution. Mais elle savait qu’elle aurait du mal à oublier. Elle y repenserait en regardant Timothé. Même cela elle en avait peur. Serait-elle encore capable de le regarder, de regarder ses si beau yeux bleu océan ?cela même qui l’avait fait fondre. Serait-elle capable de l’embrasser sans repenser à se baisé, a cette soirée ? Serait-elle encore capable de lui dire je t’aime ne serai ce qu’une fois, sans avoir l’impression de lui mentir. Oublier oui elle, aurait voulu oublier. Mais que devait-elle oublier ? Cette soirée qui l’espace d’un instant l’avait fait revivre. Oublier devait il dire oublier Max, cet ami si cher à son cœur. Cela n’était pas concevable, elle ne pourrait pas oublier quoi que ce soit de ce qui c’était passé ce soir là. Car à chaque instant tout serait là pour le lui rappeler, une odeur, un lieu, un regard. Mais pourtant elle savait qu’il avait raison.

    Il s’était levé, elle le savait, elle le sentait. Elle vit bouger son ombre devant elle. Les flammes dansaient encore et se jouaient de son ombre, la faisant danser comme eux précédemment avaient dansés. Puis elle vit cette main tendu vers elle. Alors elle inspira profondément, relevant la tête, se décidant finalement à regarder son ami. Oui c’était son ami après tout et ce depuis longtemps. Elle lui tendit sa main, la déposant dans la sienne. Il l’aida à se relever. Ils se retrouvaient à présent l’un face à l’autre. En le regardant, elle comprit alors que lui aussi s’en voulait.

    MAXIMILIEN_ « Promets-moi que tu vas tout oublier ! »

    Elle le regardait, le visage baigné de larme. Que devait-elle lui répondre, elle aurait voulu lui dire un oui franc et honnête, mais cela aurait été un mensonge. Devait-elle lui mentir pour leur bien à tout les deux. Sans réfléchir, elle se blotti dans ses bras. Ce n’était pas une impulsion, non elle l’avait voulu, une dernière étreinte entre ami, voilà ce qu’elle voulait. Elle n’était pas sur que cela se reproduirait un jour, elle n’était pas sur de lui reparler comme ils se parlaient avant, elle ferait un effort, elle le savait. Mais la vie réserve tellement de surprise bien plus étrange les une que les autres et que l’on ne peut prévoir, la preuve en était ce soir. Qu’elle avait eu besoin de cette étreinte.

    Julia _ « Oh max…j’essayerai je te promet, j’essayerai »

    Elle l’embrassa sur la jour, le regarda une dernière fois avec un semblant de sourire. Elle était sincère, elle espérait qu’il le savait. Elle allait partir cette fois, elle allait le laisser là, elle ne pourrait pas retourner au château à ses cotés. Elle s’éloigna de lui doucement, mettant fin à ce qui serait peut être leur dernière étreinte d’amis. Puis elle tourna les talons rapidement et s’éloigna de lui en direction de l’école. Elle se retourna un dernière fois et lui cria.

    Julia _ « Tu resteras le même pour moi dans mon cœur, je ne t’oublie pas et je serais toujours là pour toi, mais il me faut du temps. Je t’aime Max ne l’oublie pas, je t’aime»

    Puis le visage ruisselant, elle se mit à courir, avec mal dans sa robe, mais elle avait besoin de mettre de la distance entre eux, de la distance avec cette soirée. Au fond-elle, elle était persuadé que max comprendrait et ne lui en voudrait pas. Elle voulait s’en convaincre. Tout comme le fait qu’ils se révéraient et que tout ira bien. Oui elle le voulait au plus profond-elle-même. Mais elle savait que ce ne serait pas tout de suite. Elle laissait dans le parc une partit d’elle, une partit de son amitié pour max et cela lui faisait peur. Tout comme ce qui se trouvait devant-elle, ce qu’elle allait devoir affronter.




Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini] Mar 21 Déc 2010 - 17:34

    Maximilien avait envie de crier, de hurler. Oh non, pas après Julia, pas non plus après lui-même et ni à cause de l’acte horrible qu’il venait de commettre, ni parce tout d’un coup il se sentait mal…Non ce qu’il voulait crier, c’était le prénom de son meilleur ami décédé et pourquoi il voulait le crier ? Parce qu’il venait d’apercevoir son ombre au loin, le regardant froidement, l’observant, tentant peut-être de lui faire prendre conscience de ce qu’il était en train de faire. Travis avait toujours été la « conscience » de Maximilien, toujours là pour le rappeler à l’ordre, le réveiller le matin, lui rappeler de faire ses devoirs, lui faire la morale, lui rappeler ses mauvaises actions pour qu’il se comporte mieux ! Travis était la balance de Max, son équilibre, ce qui lui avait toujours permis de ne pas sombrer dans la débauche, la folie et tout ce qui l’aurait poussé à se dégouter de lui-même. Travis était son « second moi » mais Travis n’était plus rien aujourd’hui, à peine peut-être un tas d’os dans un tas de poussière. Travis ne vivait plus et pourtant, l’esprit embué par l’alcool, le corps engourdi par l’envie de sexe, Maximilien venait de voir le corps de son meilleur ami, debout au loin, l’observant de ses yeux perçants, le jugeant, lui rappelant où se trouvait le bien et ou se trouvait le mal et plus Maximilien essayait de retrouver l’ombre de Travis à l’horizon, plus son cœur souffrait et moins la vie trouvait de sens…Larve ! C’était une larve qu’il était et si il avait crû arranger les choses en embrassant Julia, une de ses plus proches amies, la compagne d’un de ses meilleurs amis, il s’était vraiment bien fourvoyé, l’espèce de scrout à pétard ! Il s’était même enfoncé la tête la première dans le panneau ! Zou ! Maximilien aux oubliettes, Maximilien à la poubelle, Maximilien noyé dans le chagrin qui accumulait bêtise, sur bêtise ! Maximilien qui…

    Maximilien qui venait de se rappeler la présence de Julia Brown à ses côtés. Il consentit alors à détacher son regard de l’horizon où il attendait désespérément voir Travis apparaître, marcher dans sa direction, le serrer dans ses bras et le rassurer. Il reposa alors ses doux yeux tristes sur la gryffondor qui se tenait tête baissée, fuyant son regard. Elle devait être morte de honte et si Maximilien n’avait pas été aussi perdu par les évènements, il en serait sûrement couvert lui aussi ainsi que du rumeur mais l’avantage d’être bourré, l’avantage d’être déprimé et seul, c’était l’égocentrisme…Le malheur était tellement fort que rien, pensait-il, ne pouvait lui arriver de pire. Cependant, parce que la petite voix intérieur qui ressemblait fortement à celle de Travis, le lui ordonnait, il prit la décision d’essayer d’arranger les choses pour Timothé, pour Julia et aussi pour lui-même qui n’avait pas besoin de perdre d’autres amis, c’était d’ailleurs la plus mauvaise solution si il voulait aller mieux : perdre ce qui lui restait de proche, perdre ceux qui tenaient encore à lui en ce moment-même…Se retrouver seul était la pire chose qui pouvait encore lui arriver et pourtant il en était sur la bonne voix…Avec ce comportement de tête de sombral, il ne faisait qu’éloigner les gens de lui, que les maître mal à l’aise et le pire était que plus il éloignait les gens, plus il avait l’impression d’avoir besoin de leur amour, de leur présence, de leur affection pour remonter mais sans avoir le courage d’aller le leur demander…Maximilien était devenu incroyable pathétique et ce au premier sens du terme c'est-à-dire : celui qui souffre !

    Maximilien, sortant de sa léthargie, se décida donc enfin à agir, à bouger. Il prit à peu près la même position que Julia et pour cause, il était dans le même état d’esprit qu’elle et essaya de forcer son cerveau à réfléchir ce qui, grâce à la quantité d’alcool ingurgité, n’était vraiment pas une mince affaire. Puis enfin…Il comprit que la seule manière de fixer les choses, de les arranger afin que le coupe de Timothé et de Julia reste entier afin que ses amitiés avec Timothé et avec Julia restent intactes, c’était d’agir et de se comporter comme si ce baiser n’avait jamais existé, comme si ce bal n’avait jamais eu lieu ou comme si Julia et lui-même étaient simplement sortis boire et ce baiser serait effacé, inexistant…Il fallait que les deux protagonistes se persuadent de son incohérence et ainsi, il pourrait entretenir les relations qu’ils avaient avant cette danse, avant ce feu, avant ce bal..Tout reprendre comme avant comme si ce baiser n’avait simplement jamais existé. Maximilien, dans un murmure, se mit donc à supplier Julia de suivre son plan, d’oublier ce baiser, d’oublier cette danse, de considérer qu’ils étaient sortis rire et boire sans rien de plus, sans débauche, sans écarts ! Juste, en toute amitié ! Puis, il se leva enfin et tendit sa main à Julia pour l’aider également à se mettre sur ses pieds…


    MAXIMILIEN_ « Promets-moi que tu vas tout oublier ! »
    JULIA_ « Oh max…j’essayerai je te promets, j’essayerai »

    Maximilien baissa la tête. Ce n’était pas assez pour lui. Essayer ne signifiait pas forcément réussir et ils avaient tous les deux besoin d’oublier cette soirée où tout du moins ces quelques minutes que durèrent ce corps à corps, cet échange de caresses et de salives ! Comment expliquer à Julia qu’il avait besoin qu’elle réussisse à oublier ce baiser. Lui savait qu’il y arriverait ! C’était laid à dire mais il avait embrasser de nombreuses filles et avec certaines d’entre elle, c’était même devenu une habitude de s’embrasser sur la bouche en guise de bonjour et même si Julia était différente, que Julia était son amie, il savait qu’il arriverait à agir comme si de rien était et puis l’alcool, si la crise ne perdurait pas, lui permettrait sûrement d’oublier cet incident, cet accident car oui, ce n’était rien de plus que cela : un dérapage, bien malheureux certes, mais un simple dérapage quand même qui ne méritait pas de chambouler le monde. Mais pour Julia, cela semblait être une catastrophe, elle pleurait à chaude larme, des perles lui tombaient le long des joues et Maximilien ne savait définitivement pas comment réagir. Il avait dit tout ce qui pensait pouvoir arranger les choses…Et puis lui-même ne savait plus soigner ses blessures, comment, dès lors, soigner ses relations ? C’était impossible…et puis soudainement, il sentit la douce main de Julia se poser sur sa joue, l’obligeant à relever le visage et à la regarder dans les yeux et lentement alors, elle lui murmura :

    JULIA_ « Tu resteras le même pour moi dans mon cœur, je ne t’oublie pas et je serais toujours là pour toi, mais il me faut du temps. Je t’aime Max ne l’oublie pas, je t’aime. »

    Et sans lui laisser le temps de répondre, la jeune fille lui tourna le dos et se mit à courir vers le château, à une vitesse folle. Maximilien n’eut pas le courage de la retenir et il la laissa filer, observant simplement les courbes de son corps disparaître dans le brouillard de la nuit. Que pouvait-il faire d’autre à part la laisser partir. Elle était libre, après-tout…Lui, ne l’était pas ! Lui était enfermé dans sa souffrance, sa douleur…Dans la mort de son Travis qui à chaque minute, chaque seconde lui manquait encore plus, provoquant une plus grande souffrance à l’intérieur de son pauvre cœur. Il laissa alors Julia s’en voler et décida que cette nuit, il serait déraisonnable ! Cette nuit le gentil, petit, adorable, serviable, Maximilien fidèle que Travis et Loréana avait réussi à faire de lui n’existerait plus ! Cette nuit, il allait sortir, replonger dans l’enfer de la fête et boire jusqu’à plus soif…Il allait boire encore et encore dans un bar quelconque jusqu’à ce qu’il arrive au point où, lui-même, ne reconnaîtrait plus sa tête, plus son corps. Il allait danser au rythme effréné de la musique et dans un déhanchement sans fin, coincé entre l’odeur d’alcool, de cigarette et de sexe, il allait se trouver une fille ou peut-être même un homme et il irait s’enfermer dans les toilettes où se trouverait une ruelle calme pour assouvir ses plus bas instants, se plonger dans la moiteur d’une femme pour oublier sa vie de chien, pour oublier sa douleur, sa souffrance et ses pertes…

    Alors, enfin décidé, Maximilien Enzo Middle jeta un dernier regard à l’horizon, là où la silhouette de Travis Cohen lui était apparue, sans doute dans l’espoir de le voir arriver pour le retenir mais, voyant cet espace entièrement vide de monde, il détourna douloureusement la tête et se mit en route vers Pré-au-lard !


FIN

Spoiler:
 

Verrouillé !


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Bal de Noël entre ami... [Fini]

Revenir en haut Aller en bas
Bal de Noël entre ami... [Fini]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤Rien à cacher├

 :: 

Anachronisme

-