Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un air de liberté sur le visageVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Phoebe C. Beck
Gryffondor
Griffondor - 7eme Année avatar
.

Age : 23
32 messages
Amour : Coeur à prendre

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Studieuse, courageuse, loyale, débrouillarde, souriante, charmante, serieuse, brillante, charismatique, ouverte,...

Absence :
MessageSujet: Un air de liberté sur le visage Sam 15 Oct 2011 - 23:47

Sateen & Phoebe ♥
« un air de liberté sur le visage »
CRÉDIT - CSS


Une brume légère et basse s'étendait à perte de vue. Le temps en ce mois d'octobre était gris et froid, les premières matinées givrées avaient déjà pointé le bout de leur nez. Depuis quelques temps, les élèves avaient sortie les pulls et les capes plus épaisse. Les écharpes et les gents étaient désormais de mesures et certains s'amusait à lancer des sors afin de se réchauffer.

Phoebe s'était levé de bonne heure, après une nouvelle nuit pleine de cauchemars, elle avait poussé les grosses couvertures de son lit et ses pieds avaient foulé le dallage froid. Elle s'étira doucement et fila s'habiller. Avant de descendre, elle enfila son gros pull et sa grande cape, ainsi que son écharpe. La jeune brune prit son balai et caressa doucement ses initiales, écrites à la mains. Elle y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Il était le cadeau d'un anniversaire de son grand père qu'elle aimait tant.

Comme chaque matin, elle ne s'arrêta pas à la grande salle, Phoebe ne prenait jamais de petit déjeuné. Elle passa la grande porte et s'avança dans la cours. Un vent glacial vient rapidement mordre ses joues blanches. Nous étions dimanche et elle avait donc le droit de s'entrainer sur le terrain. Elle délaisserait donc un peu ses cours pour gouter un peu à la liberté.

Pour commencer, elle se dirigea vers une tour et grimpa rapidement les marches, une fois sur les gradins, elle installa ses lunettes de vol et enfonça un bonnet de laine pour la protéger du froid. Elle sourit, enfourcha son balai et s'envola des gradins. Cette sensation qu'elle aimait temps, l'envahit totalement. Elle aimant sentir ses cheveux voleter derrière elle. Soudainement, une bourrasque de vent, plutôt violente la déséquilibra légèrement. Phoebe redressa son balai et descendit lentement vers le sol. Elle sauta avec légèreté sur le sol et marcha sur l'herbe geler. Un crissement derrière elle la fit retourner.

Phoebe reconnue son amie Sateen, elle s'avança vers elle en souriant. Soudainement elle se souvenait de son accoutrement. Elle ôta son bonnet et ses lunettes, puis elle saisit son amie et la serra dans ses bras.

-Hey Sateen! L'envie de voler t'a aussi prise de si bon matin? fit elle en souriant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sateen S. Jones
Poufsouffle
L'esprit est volatil, mais le coeurs est tout l'être que nous somme avatar
.

Age : 22
168 messages
Amour : toujours à ça recherche

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Timide,généreuse, attentionné, créative,joyeuse.

Absence : en fonction des cours
MessageSujet: Re: Un air de liberté sur le visage Sam 29 Oct 2011 - 10:45

Octobre étais là, l’automne aussi, et le froid se faisait sentir. A mon plus grand désespoir j’avais du mettre au fond du placard mes plus belle robe, c’est robe légère dans lequel je me sent libre, mais je n’avais pas dit adieux à toute mes robe, loin de la, j’avais ressortie toute ces robe d’automne qui tienne bien chaud, j’avais ramené à Poudlard toute mes écharpe et mes gants, oui j’adore les robe mais je suis frileuse alors j’ai tout sortie, les écharpe, les gants, les collant et je n’ais pas poussé jusqu’au cache oreille c’est bien quelque chose que je ne supporte pas. Je me sens oppresser quand j’ai ça sur les oreilles, on entend plus le chant des oiseaux, la brise contre de nôtre peau et je trouve ça dommage de nous nous supprimer ce peu de liberté.
Les garçons avaient proposé de me réchauffer ce que j’avais poliment refusé, vous savez pour chaque fête, tel mardi gras ou Halloween on à des petites phrase culte… « Des bonbon ou des sous » et bien les garçon à la première arrivé du froid avais eux aussi leurs petite phrase fétiche qu’il ne manquais pas de sortir : « un sort ou un câlin ». C’était drôle mais a force de l’entendre plusieurs fois dans la journée ça devient un peu lourd.

Mais ceci importais peu je m’y étais fait, l’aube pointais le bout de son née, j’avais rêver en cet belle nuit étoilé, de splendide oiseaux, de somptueux papillon et de liberté. Ce rêve somptueux avait réchauffé mon cœur et c’est le sourire aux lèvres que je me réveillai, mais je fus vite désillusionné par cette chaleur agréable qui n’était que dans mon cœur… j’avais envi d’aller voler mais le froid qui me saisie me fit me plongé encore plus profond sous la couette, la couverture et le plaid. C’est en regardant Hélys que je me ressaisie, voir mon magnifique phoenix me m’étais toujours de bonne humeur, je sortie d’un cou de mes couverture et enfila une bonne robe de chambre pour pas tombé malade. Je m’empressa d’aller me laver et d’enfiler des vêtement bien plus chaud que ce pyjama, puis je revins faire Hélys et lui parla un peu à voix basse comme chaque matin. Puis je m’apprêtais à descendre à la grande salle pour prendre mon petit déjeuner. Je ne mangeais pas plus que ça mais un jus d’orange était de rigueur avec une petite tartine de confiture. Les journée sans jus d’orange démarrais mal la plupart du temps, c’est ce qui me met là pèche dès le matin qui comble mon corps d’une pulsion de vitamine.
C’est donc en ce beau dimanche que j’allai m’asseoir au côté de C, L’avoir retrouvé à Poudlard me comblait de joie, nous nous parlions comme dans temps, comme si rien ne nous avais séparé, comme si le temps entre nous s’était arrêter au moment où elle avait du déménager.
    -Bonjour Cassie, comment vas-tu ? bien dormi ?
Elle me fit un signe de tête, ne pouvant répondre étant entrain de mordre dans une tartine de confiture à pleine dent. Cela me fit sourire. De ce fait je pris tranquillement mon petit déjeuné, participant aux conversations se déroulant si et là autour de la table. Puis je les saluèrent tous et me retira. J’avais pris mon ballait en avais admiré encore une fois le manche gravé, et bien décidé à profiter de ce moment de liberté je marcha en direction de la grande porte pour aller m’entraîner.
Je n’étais pas directement monté dans les tours, je voulais observer les courant, sentir la brise avant de pouvoir voler, j’aperçu quelqu’un dans les airs et l’observa, cette façon de voler je la côtoyait souvent c’est donc sans nul doute que je reconnu Phoebe à son vole. Je fus surprise quand elle-même se fit avoir par une bourrasque de vent, mais comme à son habitude elle s’en est très bien sortie, arrivant aux sol j’avais bien remarquée qu’elle ne m’avais pas vu. Je décidai de m’approcher d’elle, l’herbe geler crissa sous mes pied, et Phoebe me repéra, elle arbora un splendide sourire que je ne pu m’empêché de lui rendre.
Elle me serra dans ces bras, les câlin de Phoebe je ne les refusais pas, c’était un bonheur pure que d’être amis avec elle, et volait avec elle était un plaisir aussi immense.
    -Hey Sateen! L'envie de voler t'a aussi prise de si bon matin?
Je lui rendis son sourire avant de serrer mon ballet dans mes mains et de lui répondre :
    -Bonjour ma belle, comment vas-tu ? pour répondre à ta question et bien oui, j’ai fais un rêve splendide qui m’a donner envi de liberté , et nous savons aussi bien l’une que l’autre que la liberté est plus plaisante encore dans le vole que nulle par ailleurs.
Je plongea mon regard dans le sien et lui fit un immense sourire, regardant autour et au dessus de nous avant de lui dire en rigolant :
    - Pas de garçon en vu on sera tranquille ce matin ! On n’aura pas leur phrase fétiche !
Je repris une inspiration toujours avec le visage ampli de bonheur :
    -C’est génial on vas pouvoir voler ensemble, et je vois que tu as sortie les gros pull toi aussi ! Sinon tu as bien dormi ? Tu as fais de beau rêve ?
Un vent froid me glaça, je me frotta les main pour les réchauffé et évité de perdre mes doigt, le passage été automne ne me réussissais jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Un air de liberté sur le visageVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤Le parc de Poudlard├

 :: 

Le terrain de quidditch

-