Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le Cercle Magique Tu Honoreras Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wendy E. Hannigan
Serdaigle
Préfète ❧ Leaving Neverland ❧ avatar
.

Age : 23
135 messages
Amour : Peter Pan, who else is there ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Raisonnée - Sûre d'elle - Posée - Intelligente - Perfectionniste - Responsable - Loyale - Digne - Souvent exaspérante - Dynamique - Donneuse de leçons - Volontaire - Curieuse - Optimiste - A cheval sur les principes - Avec un côté casse cou - Gourmande - Réfléchie - Elégante - A l'écoute - Respectueuse - Parfois maladroite - Piquante - Sensuelle - Prudente - Souriante - Secrète - Gracieuse - Fédératrice - Câline - Protectrice - Entière - Exigeante - Sophistiquée - Sensible

Absence : Partiels, ô mes Amours - pour vous, je stress & je mets en stand by ma joie de vivre (du 2 mai au 16 mai inclu)
MessageSujet: Le Cercle Magique Tu Honoreras Jeu 31 Mar 2011 - 14:36

    Wendy détestait l’hiver. De toutes les saisons, c’était la seule qu’elle pouvait même affirmer exécrer. Le vent glacé qui vous fouette le visage, les flocons de neige qui s’infiltrent sous les capes, le fléau des rhumes et autres microbes passant d’élève à professeur ; tout ce tourbillon négatif représentait à lui seul un véritable cauchemar karmatique. Et le pire était qu’il fallait le subir sans broncher, condamné à livrer une bataille stérile au froid et prendre son mal en patience. L’horreur absolue. Et comme si cela ne suffisait pas, elle se trouvait sur un plateau montagneux particulièrement sujet aux changements de températures dont seule l’Ecosse semblait détenir le secret ! Frissonnante, Wendy se replia encore plus sur elle même, sentant avec bonheur la douceur de sa fouine Duchesse qui s’était, une fois de plus, enroulée dans son cou comme une écharpe. Tout comme sa maîtresse, la pauvre petite bête était secouée de froid ; le museau glacé, elle couinait à intervalles réguliers en signe de protestation et enfonçait ses petites griffes dans les mailles du pull de la jeune fille. « Doucement, tu vas ruiner mon Yves-Saint-Laurent ! » fit-elle, faussement indignée tout caressant par dessous ses vêtements la tête duvetée de la petite fouine. Cette dernière se contenta de se cramponner de plus belle, non sans plonger son museau dans la masse ondulée de ses cheveux blonds. Avec un soupir, Wendy laissa balayer son regard au travers des rues de Pré-Au-Lard dont les petites maisons biscornues semblaient plus petites encore, enfouies jusqu’aux portes sous la neige. Un regard à sa montre et elle leva les yeux au ciel. 16h00. Comme d’habitude, Amy et Emma étaient en retard.


    Elles se retrouvaient régulièrement en week-end pour un thé ou un chocolat chaud. C’était devenu un rituel, une sorte de réunion de famille pour le trio féminin le plus connu de Poudlard. Trois sœur aux personnalités différentes et unies par un lien qui dépassait celui de la fraternité. Encore aujourd’hui, on avait du mal à croire qu’elles ne puissent jamais se taper sur les nerfs. Mais décidément, il fallait être né au sein du clan Hannigan pour comprendre à quel point la valeur famille avait du poids dans la vie de ces trois têtes blondes. Depuis l’enfance, au rythme des absences de leurs parents, elles avaient appris à compter l’une sur l’autre et à perpétuer ce que Carl et Hannah leur avait inculqué dès le plus jeune âge : préserver leur bonheur. A cette pensée, Wendy eut un pincement au cœur. Le couple le plus prestigieux de Médicomages n’avait pas vu leurs filles depuis l’été dernier. Sans cesse en déplacements, il leur avait été impossible de les accompagner à King’s Cross ou de les voir pendant les vacances. Le poids de la séparation pesait chaque jour un peu plus, et c’était dans ces moments de tristesse qu’Amy, Emma et Wendy décidaient d’invoquer ce qu’elles appelaient entre elles le « Cercle Magique » : rituel fraternel de leur invention, Wendy y apportait sa tranquillité, Amy ajoutait son optimisme quant à Emma, elle le concluait avec sa créativité. C’était leur façon imaginée de se régénérer par la force de l’autre, toujours ensemble et unies. Et plus que jamais, elles en avaient besoin.


    C’était Emma la première qui était venue trouver Wendy. « Tu ne trouves pas qu’Amy est… bizarre ces derniers temps ? » Levant les yeux de son journal, sa jumelle le regarda un instant sans comprendre. Puis, son expression se mua en étonnement cependant qu’elle mettait de côté sa Gazette qui titrait : « Situation à Poudlard : l’éducation en crise, que fait le Ministre ? » On ne parlait plus que de cela ; depuis Londres jusqu’à Pré-au-Lard, tous s’interrogeaient sur les évènements mystérieux et incompréhensibles qui rongeaient le château depuis presque un an. Des éléments incontrôlables, des secrets trop lourds et deux morts complétaient le bilan de la situation qui alertait désormais les hautes sphères du monde magique sans que personne ne prenne de réelles mesures. Au sein du château, la solidarité avait tenté de s’organiser : au sein de sa maison, Wendy avait encourager avec les autres préfets des séances d’entraide, une surveillance renforcée et un plan d’action instantané à la moindre alerte. Tout ceci aurait été parfait si tout comme sa sœur, l’inquiétude de Wendy n’avait pas finit par se reporter sur leur aînée. Amy. Depuis plusieurs semaines, elle semblait différente. Toujours aussi loufoque et souriante, elles n’avaient pu s’empêcher de constater chez elle une fatigue. Comme un trop plein de quelque chose dont elle ne pouvait se défaire et dont elle ne parlait pas. « C’est vrai qu’elle n’a pas vraiment l’air bien mais… qu’est-ce que tu insinue ? » Emma se mordit la lèvre, et Wendy arqua un sourcil. Sa jumelle soupçonnait-elle quelque chose ? Mieux, savait-elle quelque chose ? Elle ne lui avait pas répondu. Autant de comportements anormaux qui avaient fini par avoir raison de sa patience légendaire. Il s’agissait de ses sœurs, de sa famille. Elle refusait de rester les bras ballant à attendre que quelque chose se déclenche sans qu’elle n’ait pu le prévenir. Sa décision avait donc été simple. « Invocation du Cercle Magique samedi après-midi aux Trois Balais. Et ce n’est pas négociable. » Avait-elle ajouté dans le mot transmis à Amy. La connaissant, elle aurait inventé une excuse pour éviter de se retrouver dans la neige.


    Le clocher de la ville sonnait à présent 16h30 et avec chaque coup, la température extérieure semblait chuter de quelques degrés supplémentaires. Nom d’un Hippogriffe, comment pouvaient-elles aussi en retard. Refusant d’attendre d’avantage dans le froid, Wendy pivota sur ses bottines et entra dans le bar le plus connu de la région : les Trois Balais. Repère étudiant, QG de professeurs et rendu célèbre pour sa fameuse Bièraubeurre, le bar réunissait tous les ingrédients de la taverne « branchée » qui avait servit de décors à de nombreuses générations de sorciers. Harry Potter lui-même n’y avait-il pas appris la prophétie qui régissait son destin héroïque ? Mais pour le moment, la benjamine des Hannigan s’en fichait. Elle choisit une table dans un coin près d’une fenêtre qui était suffisamment à l’écart du reste du vacarme qui régnait dans la pièce pour que elle et ses sœurs puissent y être tranquilles. Elle dégrafa sa cape, la plia et y posa une Duchesse frigorifiée qui aussitôt se pelotonna jusqu’au museau dans une des longues manches noires. Wendy, quant à elle, lissa son pull et sa jupe avant de s’assoir gracieusement du côté fenêtre, laissant une nouvelle fois divaguer son regard et ses pensées. Elle se serait probablement perdue dans ses pensées si la porte d’entrée de l’établissement ne venait pas de s’ouvrir brusquement, laissant le glacé vent d’hiver remplir la salle de réception. Tandis qu’on pestait à l’encontre de la personne qui s’avançait à présent vers la table du fond, Amy Hannigan fit une apparition mi trempée mi gelée devant sa sœur qui à sa vue, eut un hoquet de surprise. « Par Merlin, tu as mis du temps ! Pourquoi ce retard ? Mais... Tu es seule ? Où Diable est donc passée Amy ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Wendy E. Hannigan le Mar 26 Avr 2011 - 18:36, édité 1 fois
Emma S. Hannigan
Serdaigle
avatar
.

Age : 23
62 messages
Amour : Nobody

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Rêveuse, loufoque, timide, rebelle.

Absence :
MessageSujet: Re: Le Cercle Magique Tu Honoreras Lun 25 Avr 2011 - 17:32

    L’amie. « Tu ne manges pas de soupe, Minnie ? » Dit-elle surprise. Forcée de constater que tout le monde se régalait du potage à par moi.
    Emma. « Hum … non. Je n’aime pas vraiment ça. »

    Les citrouilles étaient oranges. En fait, j’ai toujours vu les citrouilles comme de très grandes oranges. Le jour où j’avais expliqué ma théorie à Amy, celle-ci avait juste éclatée de rire en me recommandant de ne plus jamais la redire à quelqu’un. A l’époque, je n’avais rien dit mais cette histoire m’avait profondément marquée : c’était l’une des premières où j’ai compris que mon esprit n’était pas pareil que les autres. Et le souvenir à soudainement refait surface quand j’ai revu les citrouilles à Poudlard. J’en ai eu le hoquet, pour vous dire ! Et le repas d’aujourd’hui, bien sur, c’était une bonne soupe à la citrouille. Le plus bizarre dans toute cette histoire farfelue, c’est que j’adorais me rendre à la cabane de Hagrid, m’asseoir entre les énormes citrouilles orange, sur une petite buche de bois, et lire un bon livre. Mes cours se terminaient à quinze heures : j’avais une heure de potions et une heure de métamorphose, les deux heures de défense contre les forces du mal avaient été annulées. Tout ça avec els Poufsouffle. Une après midi qui s’annonçait tranquille.

    Je partis plus tôt que mes amis pour poser mon livre de défense contre les forces du mal et mettre à la place un bouquin acheté dans une librairie moldue : Roméo & Juliette de Shakespeare. La libraire avait été véritablement étonnée que je ne connaisse pas un de ces grands « classiques ». Effectivement, je ne m’étais mis que depuis peu à la littérature moldue. Et j’en découvrais les charmes avec un énorme étonnement ! Les moldus étaient vraiment doués pour les histoires d’amours loufoques, les vies tristes et ratés. Ils racontaient la monotonie, la détresse et la décadence des vies avec tellement de sentiments. Jamais un livre ne m’avait autant transpercé qu’un livre moldu. Il me pressait tellement de me retrouver aux pieds de la cabane de Hagrid, que les deux heures de cours allaient être une éternité. Je pris quelques feuilles blanches normales, au cas où l’envie de dessiner me prenne subitement.

    ¤ ¤ ¤

    Enfin ! Je pris la direction du parc, je n’aurai qu’à descendre, emprunter le petit sentier et j’y serai à la cabane. Les élèves me regardaient passer. Bien sur, la plupart retournaient en cours, d’autres après cette longue journée, remontaient dans la salle commune. Moi je préférais m’isoler dans les citrouilles. Amy me disait que si j’agirai de manière plus normale, les gens ne se rendraient même pas compte que parfois, très souvent, j’étais ailleurs. Je soupirai. J’accélérai un peu mon allure, il m pressait d’arriver. Puis l’endroit était encore plus éclairé la bas. Et j’aimais sentir les rayons du soleil effleurer ma peau. La chaleur avait un effet serre, les rayons se déposaient sur mon bras et réchauffait l’intérieur, mon sourire revenait.

    J’arrivais enfin à la cabane. Les citrouilles étaient positionnées n’importe comment. L’une au dessus de l’autre, à côté les unes des autres, entassées. Je vis comme un trou vers la droite, où la lumière du soleil passait parfaitement. Il y avait même un coin d’ombre à cause de deux citrouilles emboitée l’une sur l’autre. Je posai mon sac, puis porta un petite buche légère jusqu’ l’endroit et m’assis dessus, le dos contre la citrouille. J’ouvrais mon livre, et commença ma lecture, le soleil sur le visage, confortablement installée. Etrangement, je n’arrivais pas à me concentrer, les problèmes d’Amy me préoccupaient trop. Ma sœur avait une attitude bizarre ces derniers temps.

    ¤ ¤ ¤

    Le lendemain j’avais rendez-vous avec Wendy et Amy aux trois balais. Le cercle magique réunit comme nous aimions l’appeler. C’était notre manière nous de nous retrouver : les trois sœurs. J’étais légèrement en retard, Wendy allait râler. J’enfilais un jean et un haut pour sortir de château et je rejoins le flot des élèves qui traversaient les énormes grilles de Poudlard. Je pressais le pas, pour éviter de me prendre un savon. Par le slip de Merlin, il y avait une foule incroyable. Tous les élèves, depuis des générations entières, se retrouvaient aux trois balais. Ce bar était spécial. Je regardais immédiatement les tables du fond, persuadé que Wendy aurait choisi un endroit tranquille. Je vis la même silhouette que moi au fond du bar, se pouvait parfois être troublant, et tellement rassurant. Je me dirigeais vers elle un grand sourire aux lèvres.

    Emma. « On attend encore cette chipie d’Amy, n’est-ce pas ? » Dit-elle en riant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy J. Hannigan
Poufsouffle
Quand Narcissa s'en mêle avatar
.

Age : 24
116 messages
Amour : Personne

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Gentille, enjoué, sympatique, tétue ...

Absence :
MessageSujet: Re: Le Cercle Magique Tu Honoreras Mar 24 Mai 2011 - 22:46

[coucou je m'excuse un millier de fois pour cet immense retard]

Ma vie était on ne peu plus étrange en ce moment. J'avais 17 ans, j'étais élève de Poufsouffle, et j'étais de temps à autre sujette à quelques pertes de mémoire. Comment cela était-ce possible ? C'était possible d'être atteinte d'une sorte d'amnésie si jeune ? Je m'interrogeais de plus en plus à ce sujet. Que m'arrivait il donc ? Et bien, il m'arrivait de plus en plus souvent de me réveiller à un endroit sans savoir comment j'étais arrivé là. J'étais totalement en train de devenir folle il n'y avait pas de doute.

Ce matin là, ma nouvelle "maladie" était présente. Et oui ma chambre était un vraie capharnaüm alors que je n'avais aucuns souvent d'y avoir foutu ainsi le bordel et puis ça ne me ressemblait pas moi qui était de nature si maniaque. Avant de lever le camps de la pièce, je m'étais alors décidé à rangé car je ne supportait pas de voir toutes mes affaires ainsi éparpillées sur le sol.

Une autre chose me turlupinait. Certains de mes proches me trouvaient différentes avec des "sautes d'humeur" et pire encore, elles me voyaient papoter avec Marylee qui n'était pas du tout mon amie, c'était même loins d'être le cas. En effet, la Gryffondor et moi ne nous sommes jamais entendu, ce n'est pas maintenant que cela allait commencé n'est ce pas ? alors pourquoi on me disait que je faisais amie amie avec elle parfois ? J'étais de plus en plus intriguée. Je devenais une inconnue, ça ne me ressemblait pas, je n'arrivais même pas à me reconnaître. Mais, j'avais des risques de tout perdre dans l'affaire, il fallait que je me reprenne en main, mais, comment ?

Enfin, pour l'instant, je n'en étais pas là. Après avoir terminé mon fameux rangement, je pris la poudre d'escampette en direction de Pré-au-lard. J'avais effectivement rendez vous mes soeurs. Les Hannigan, nous adorions nous retrouver de temps à autres rien qu'entre nous. Et aujourd'hui était donc le jour J, je descendis les escaliers 4 à 4 mais une fois à l'extérieur, je me rendis compte que j'avais oublié quelque chose : mon manteau. J'avais une mémoire de poisson rouge et je le prouvais une nouvelle puisque je venais de zapper de prendre le truc le plus important. En effet, avec cette neige qui tombait, il était impératif d'être bien habillé. Enfin, quelques minutes plus tard, je marchais dans ce sol blanc en direction du village des sorciers. Nous étions sensé nous voir aux 3 balais. C'était notre petit pub préféré.

Je courais à perdre haleine mais maladroite comme je l'étais, je me retrouvais à glisser sur les fesses. Saleté de verglas, je détestais le froid et ce depuis toujours, et surtout la neige qui ne m'attirait que des soucis, puisque toutes les années, j'étais certaine de chuter au moins une fois.
Je me relevais difficilement et me décidais donc à marcher doucement afin de ne pas finir à Ste mangouste pour jambes cassées.

J'étais après enfin devant la porte du lieu de rendez vous et je poussais donc le battant pour me retrouver à l'intérieur. Il faisait bien meilleur. Je regardais autour de moi puis mes yeux marrons se posèrent sur Wendy et Emma qui papotaient un peu plus loin. Je m'approchais alors d'elles d'un pas rapide puis m'assis en face d'elle.

Si je paye nos boissons vous me pardonnerez mon retard ? Je fis une petite moue donc j'étais la seule à avoir le secret pour tenter des les convaincre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Le Cercle Magique Tu Honoreras

Revenir en haut Aller en bas
Le Cercle Magique Tu Honoreras Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤Le monde de la magie├

 :: 

Pré-au-lard

 :: 

Les Trois Balais

-