AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Angélique -- Comme un souffle de libertéVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Angélique -- Comme un souffle de liberté Mar 1 Fév 2011 - 23:19


    ANGELIQUE MAXYNE DEWIS

    Feat Kate Walsh

    I. Vous

    PRÉNOM : Diane
    ÂGE : 18
    ANCIENNETÉ DANS LE RP : 6 ans
    COMMENT AVEZ VOUS DÉCOUVERT LE FORUM ? :Me suis perdue et hop appelo
    QUE PENSEZ VOUS DU FORUM: magnifique! Quel contexte! Quelle ambiance <3


    II. Formalités


    AVATAR : Kate Walsh
    CODE :
    PROFIL : complété par un admin


Bon encore une fois à cause de mon dos et du fait que je vais avoir beaucoup de cours à rattraper c'est peut-être pas pour tout de suite mais je ne pouvais pas résister! Razz


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Mar 1 Fév 2011 - 23:22


ϟ ANGELIQUE MAXYNE DEWIS ϟ
« L'avenir n'est que le reflet du passé. »

      ✩ CARTE D’IDENTITÉ ✩


    ● NOM : Dewis est le nom de ses parents adoptifs. Elle n'a jamais cherché à retrouver ses vrais parents et ce nom lui convient aujourd'hui à la perfection!
    ● PRENOMS : Angélique (Clin d'oeil au personnage du "Le rëve" de Zola). On pourrait simplement s'arrêter au fait que cela ne peut être que le prénom d'un ange mais si on remonte plus loin, Angélique vient de αγγελω (prononcé angelo) en grec qui veut dire j'annonce et cela va parfaitement bien à la belle demoiselle qui considère qu'elle enseigne pour annoncer et transmettre. Mais rares sont les gens qui l'appellent ainsi. Elle est en effet régulièrement surnommé "Angie". Son deuxième prénom est Maxyne qui viendrait de Maximus en latin "la plus grande" et on peut dire que la jeune femme se porte effectivement en haute estime.
    ● AGE : 31 ans!
    ● DATE DE NAISSANCE : 30 novembre 2179
    ● STATUT DU SANG : Sang mêlé
    ● ANCIENNE MAISON : Poufsouffle
    ● TRAVAIL : Professeur d'histoire de la magie, directrice des poufsouffle, sous directrice de poudlard. Sans oublé écrivain. Et oui notre belle Angélique écrit des livres principalement des thèses d'histoire et des analyses mais elle a aussi publié quelques romans!


      ✩ LES DÉTAILS MAGIQUES✩


    ● BAGUETTE : 23,4 centimètres en bois d'oranger avec un brillant crin de licorne dissimulé à l'intérieure. Très claire et surtout protégée par sa détentrice cette baguette ne possède aucune bosse. Elle est parfaite, dit-on, pour les sortilèges et pour les sorts d'attaque. C'est une baguette assez légère, simple à manier au début mais qui renferme une puissance assez extraordinaire!
    ● BALAI : Un balai? Pour quoi faire? Oui elle en a elle mais uniquement pour les elfes qui viennent nettoyer son appartement! Un balai! Franchement! Elle tiendrait même pas dessus! Les cours de vol de son adolescent ont été un supplice et honnêtement jamais plus depuis ses 17 ans, elle n'est montée sur un de ces engins et c'est tant mieux! Un balai maintenant! Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre!
    ● ANIMAUX: Angélique possède un magnifique chat ou plutôt presque encore un chaton qu'elle a accepté de prendre sous les supplications insistantes de son fils adoptif. Voilà comment, un petit Caligula est arrivé dans la famille. Le chaton en question est une boule de poils noirs avec quelques poils blancs au dessus des pattes et derrière les oreilles ce qui rend ce petit Caligula adorable. Enfin il est peut-être très mignon mais il possède un sacré caractère. Bien que très câlin, il est possessif et a une fâcheuse tendance à griffer les jambes des intrus dans l'appartements à savoir les partenaires sexuels d'Angélique. Mais hormis ce petit défaut, le Caligula de la famille est parfait.
    Comme la plus part des sorciers et sorcières, Angélique possède également un petit hiboux: Néron qui, un peu maladroit sur les bord, ne trouve pas toujours rapidement son chemin mais il a l'avantage d'être obéissant et très affectueux.
    ● PATRONUS : Un magnifique cygne argenté, symbole de la grâce et de la beauté éternelle.
    ● EPOUVENTARD : Une bibliothèque en feu.
    ● AUTRE : Hormis la pile de livres qu'elle possède, Angélique joue souvent aux échecs version sorcier avec son fiston, elle possède donc un magnifique jeu. Bien entendu également une panoplie d'objets magiques tels qu'un appareil photo, des multipliettes, un scrutoscope et également tous les livres qu'elle a elle-même publiés donc je ferais la liste plus tard.



      ✩ SON GÉNIE LITTÉRAIRE ✩


    Angélique n"a pas seulement étudié l'histoire, elle l'a analysé encore et encore et a fait un nombre incalculable de thèses, de recherches et elle a publié plus d'une dizaine de bouquin traitant de divers sujet allant de l'antiquité à nos jours, du monde moldu au monde sorcier, de la littérature, de la poésie. C'est un génie des lettres comme on dit! Je vous dresserai ici les quatrièmes de couvertures de chacun des livres publiés

    - La dualité de l’empereur Caligula: Il s'agit de tout une analyse basé sur la lecture des textes Antique de Suétone principalement où Angélique Dewis dresse une analyse psychologique complète de Caligula partant du dolor à la furor jusqu'au nefas de son comportement et qui se résulte aussi dans la furor par ce qu'on nommerait aujourd'hui la schizophrénie...Pour en savoir plus, il suffit de lire (ou contacter Diane Razz)

    - Thèse de comparaison entre Caligula & Néron: Dans son second livre, l'historienne Angélique Dewis dresse une comparaison entre l'empereur Néron et son oncle l'empereur Caligula. Autant du points de vue de leurs différences que de leurs similitudes. Elle parle également des opinions qu'ils avaient l'un de l'autre: Caligula qui dédaignait le fils d'Agrippine et Néron qui l'adulait, au contraire!

    - L’utilisation du mythe d’Antigone dans le théâtre du XXème siècle: Pour son troisième livre, Angélique Dewis travaille beaucoup sur le symbolisme d'Antigone et sur l'utilisation qu'en font les auteurs moldus au XXème siècle particulièrement chez Jean Anouilh et chez Jean-Paul Sartre.

    - Le complexe Oedipien de Tom Elvis Jédusor: Il n'est pas besoin d'expliquer que Tom Jédusor déteste son père mais jusque où se porte l'amour de sa mère qu'il dissimule derrière son mépris? C'est ce qu'a tenté ici de révéler l'historienne de Renom, Angélique Dewis.

    - L’amour courtois au XIIIème siècle dans le monde sorcier: Nul n'ignore la place qu'à tenu l'arrivée de l'amour de cours dans la poésie Française à partir du XIIème siècle et les conséquences magistrales que ces attitudes et ces règles ont eu dans la vie quotidienne. Angélique Dewis tente ici de percer les mystère de ce qui se passait simultanément dans le monde sorcier. Un sujet novis, encore jamais exploité!

    - L’espérance du temps perdu: La Célèbre Angélique Dewis écrit ici son premier roman littéraire. Qu'une jeune fille à l'abandon soit à la rechercher du temps oublié des anciens et que le monde entier en soit révolutionné...Bonne lecture!

    - Le rôle de l’ancienne magie dans la IIème guerre sorcière: Pourquoi et Comment le sacrifice de Lily Potter a pu protéger autant son fils? Quel était l'exact lien qui unissait les baguettes du défunt Lord Voldemort et du Héro Harry Potter? Quels étaient les tenants et les aboutissements des plus anciens sortilèges? Angélique Dewis dévoile le résultat de ses longues recherches!

    - Biographie d’Albus Dumbledore: La vie d'un des plus grands sorciers de tous les temps, vu, avec beaucoup de recul, à travers les yeux de l'historienne la plus connue de notre temps: Angélique Dewis.

    - Comparaison entre le mage Grindelwald et le mage Lord Voldemort: A nouveau plongée dans ses thèses de comparaisons, Angélique Dewis dresse ici une comparaisons des modes de fonctionnement, des buts et des souhaits des deux plus grands mages noirs de tous les temps!

    - Dans la tête de Severus Rogue: Considéré durant des années comme traître, son rôle dans la guerre a toujours été jugé incertain par les deux camps dont seuls les maîtres lui accordaient une confiance absolue, Harry Potter a fini par dévoiler le véritable camp de Severus Rogue qui est connu aujourd'hui comme un des plus grands Héro de la guerre! Angélique Dewis, après des mois et des années de recherches, nous offre une biographie complète et une analyse psychologique complexe de ce personnage extraordinaire et si mystérieux pourtant!

    - Le rôle des fantômes dans la II guerre sorcière: Dans ce livre, encore une fois, l'historienne Angélique Dewis innove avec un thème jamais exploité: le rôle des fantômes dans la bataille finale de Poudlard et on y voit apparaître un Peeves totalement différent, un baron sanglant beaucoup moins effrayant, un nick quasi sans tête beaucoup moins courageux et encore de belles qui en surprendront plus d'un.

    - Traité de la tolérance des nés moldus : Dans le dernier livre publié jusqu'à présent, l'écrivain et historienne Angélique Dewis reprend le mode de fonctionnement d'un écrivain moldu: Voltaire, qu'elle cite généreusement d'ailleurs durant tout le livre, pour exhorter les sorciers à la tolérance et pas seulement envers les moldus mais également envers les créatures généralement considérées comme inférieures tels que les elfes de maison. Votre vision du monde changera certainement après la lecture de ce traité!



      ✩ I M NOT ALONE ✩


    Auparavant, elle avait une famille entière, une famille complète, une famille heureuse. Elle s'est mariée à 20 ans avec un homme de 23, Sacha, qui lui même avec déjà eu un fils de 4 ans, Dylan que la mère avait lâchement abandonn" puisqu'elle se trouvait trop jeune. Rapidement amoureux, ils fondèrent une famille et Angélique considéra Dylan comme son fils, son bébé, son enfant qu'elle allait voir grandir et bien heureusement Dylan la considéra comme sa mère, choisissant lui-même de l'appeler "maman" au grand plaisir d'Angélique même si de temps en temps il utilise aussi son prénom. Seulement du jour au lendemain, Sacha est parti sans qu'elle ne sache ni pourquoi ni comment, lui laissant l'enfant de 7 ans qu'elle avait déjà adopté légalement. Comme il était déjà dans son coeur comme son enfant, elle éleva Dylan du mieux qu'elle put et les deux entretiennent une relation très fusionnelle.



      ✩ LES TOUT PETITS PLUS ✩


    ● MUSICIEN : Depuis sa plus tendre enfance, ses parents lui ont fait prendre des cours de violon en conséquence de quoi, elle en joue extrêmement bien avec une finesse excessive et le son que produit cette instrument entre les mains d'Angélique est juste parfait. Cependant, il y a quatre ans, sous les demandes de son fils qui souhaitait s'y mettre également en compagnie de sa maman, elle a fait l'effort d'apprendre la guitare et elle en joue aujourd'hui très bien!
    ● QUIDDITCH : Non seulement elle n'en joue pas mais en plus elle a même horreur de le regarder. Le seul aspect intéressant qu'elle y trouve c'est l'aspect historique et l'évolution à travers les âges. Cependant en tant que directrice des poufsouffle, elle se doit d'assister à tous les matchs et de supporter sa maison tout comme pour son fiston qui en joue également.
    ● LECTEUR : Quelle est donc cette question idiote? Angélique est diplômée en histoire de l'antiquité, histoire de la magie, histoire du moyen-âge, histoire de la renaissance et avec des options plus en histoire complète de la France et de l'Angleterre alors si elle lit? Bien entendu! Mais non seulement les livres d'histoire mais également la littérature moldue ou sorcière, la poésie moldue ou sorcière! C'est une véritable dévoreuse de livre!
    ● ÉCRIVAIN : Si elle écrit? Vous n'avez pas lu ce qu'il y a noté plus haut? Bien sûr qu'elle écrit! Et pas qu'un peu vu le nombre de livres qu'elle a déjà publié!
    ● AUTRE SPORT : Le sport n'a jamais été une véritable passion pour la belle Angélique. Dans sa jeunesse elle aimait à faire un peu de jogging mais aujourd'hui, à part du sport de chambre, elle n'en pratique plus aucun!
    ● STYLE DE MUSIQUE ÉCOUTÉE : De tout, la jeune demoiselle adore la musique, elle considère que cela colore la vie et d'ailleurs, il y a sans arrêt de la musique dans son appartement, c'est dans cette ambiance festive qu'elle a élevé celui qu'elle considère comme son gamin!
    ● COULEUR PRÉFÉRÉE : Aussi bizarre que cela puisse paraître pour une ancienne poufsouffle, sa couleur préférée est le bleu! Oui Oui! (dans sa petite voiture jaune et roue)
    ● PLAT PRÉFÉRÉE : Oula, bonne question! Comme Angélique n'est pas difficile et qu'elle aime à peu près tout, c'est compliqué de choisir mais elle dirait un bon poisson avec des pommes de terre et des chicons!
    ● FÉRU DE MODE : Oui et non! Disons que ce n'est pas sa passion première mais elle aime être bien habillée: classe, sexy, élégante...
    ●AUTRE : Votre réponse


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Angélique M. Dewis le Sam 5 Fév 2011 - 19:48, édité 4 fois
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Sam 5 Fév 2011 - 19:36


ϟ PROLOGUE ϟ
« La vie d'une femme accomplie »

    Elle était là, étendue, les yeux fermés, savourant pleinement son plaisir, gesticulant comme elle le pouvait, retenant des gémissements incontrôlés, soupirant, criant tandis qu’une silhouette plus forte qu’elle se mouvait d’avant en arrière. Angélique hurla son bonheur d’être enfin pénétrée et se laissa pleinement allée à la vague de plaisir qui s’empara d’elle au moment même où l’homme de son membre virulent alla titiller son point sensible intérieure. Elle se retint néanmoins, encore, préférant faire durer le plaisir, profité de cet homme qui venait de mordiller sauvagement l’un de ses tétons durci. Elle se cambra alors et sentit la main de l’homme se glissé subitement sous son corps pour empoigner ses fesses bien fermes tandis qu’elle caressait le dos musclé et bien bâti de l’inconnu qui lui faisait l’amour. Subitement alors qu’elle venait de donner un coup de rein supplémentaire, Angélique planta ses ongles dans le dos du bellâtre qui se sentit secoué d’un frisson et qui, sentant qu’il ne tiendrait lui-même, plus très longtemps accéléra le mouvement afin d’avoir une chance d’offrir à cette femme extraordinaire ce qu’elle méritait. Et en effet, un instant plus tard, le corps d’Angélique tout entier se souleva, sa tête partit en arrière, son bassin en avant et son vagin se resserra vivement alors qu’elle hurlait de jouissance venant enfin d’atteindre le septième ciel ce qui eut pour conséquence directe de faire venir l’homme qui, dans un autre hurlement rauque, se libéra en elle avant de se laisser tomber, comme une vieille chaussette, haletant, sur le corps de la belle, toujours pas remise de ses émotions. Ils restèrent ainsi plusieurs secondes, savourant pleinement cette aube qu’ils partageaient ensemble à leur retour d’une sortie, savourant l’acte suprême qu’il venait d’accomplir et puis, tout d’un coup, Angélique repoussa vivement l’homme inconnu qui se vit forcer de se retirer d’elle dans un grognement de frustration, cette fois-ci, et qui, s’attendant sans doute à avoir le droit de finir la nuit ici ou mieux encore à ce que la belle Angélique le supplie de rester dormir, fut surpris de voir la jeune femme se relever, entièrement nue, dévoilant son magnifique corps pour lui lancer son t-shirt au visage et lui lâcher : « Allez, maintenant va-t-en ! ».

    Autant dire que l’homme ne se fit pas prier. Plongé dans l’incompréhension la plus totale, il se releva et s’habilla, ne sachant pas s’il devait s’estimer heureux d’être tombé sur la seule femme qui ne se faisait pas une montagne d’une nuit ou s’il devait se trouver vexé d’être jeté ainsi à la rue après lui avoir fait l’amour avec tant de passions. Quoi qu’il en fut, Angélique ne lui permit nullement de poser la question et d’un regard lui intima de se taire avant de lui ouvrir grand la porte de sa chambre et de lui désigner d’un geste de main, la porte de l’appartement un peu plus loin. L’homme comprit bien que sa présence n’était clairement pas désirée plus longtemps et obéit aux ordres tacitement donnés en disparaissant définitivement de la vie d’Angélique Dewis. Celle-ci, immédiatement, ravie de ce petit matin passé agréablement, referma la porte de sa chambre et entreprit de ramasser ses vêtements pour les jeter en pile sur une chaise avant d’enfiler son pyjama et d’en retrouver la douceur extrême, savourant ce côté molletonneux et agréable. S’apercevant qu’il était déjà sept heures, elle se décida à se remettre au lire pour dormir encore un peu ou peut-être simplement lire mais l’ouverture violente de sa porte et un cri l’empêchèrent de faire le moindre mouvement : « Maman, Maman, y a du courrier pour toi, une lettre ! ». Angélique n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaître la voix de son fils, son petit Dylan qui avait dû être réveillé par le bruit que se bougre d’homme avait produit en fermant la porte de l’appartement. Elle lui fit face avec un énorme sourire et retrouva son petit bonhomme de huit ans dans son petit pyjama bleu décoré avec des petits mickeys, des petits yeux fatigués mais surtout un énorme sourire aux lèvres. L’enfant couru vers sa maman pour lui dire bonjour et Angélique l’accueilli avec joie, le serrant très fortement contre elle !

    Une fois que l’habituel câlin matinal, entre les deux protagonistes, fut terminé, Angélique se recula un peu et observa son petit bonhomme qui grandissait de jour en jour. Il était adorable avec sa petite frimousse, ses cheveux bruns lui tombant devant les yeux et ses petites pupilles bleus écarlates qui la fixaient avec ce bonheur, cette innocence enfantine. Angélique tombait toujours complètement gaga devant son petit garnement. « Quelle genre de lettre, Dylan », finit-elle néanmoins par lui demander après l’avoir contemplé avec l’air attendri d’une mère aimante. Le gamin haussa alors des épaules : « Je n’en aucune idée. Comme j’ai remarqué en sortant de ma chambre que la concierge avait déjà glissé le courrier sous la porte, j’ai jeté un coup d’œil et y avait cette lettre avec ton nom et un cachet bizarre ! ». « Et bien allons voir cela, mon ange ! », lui dit-elle avait un air enjoué, se dirigeant vers la sortie et ne manquant pas au passage d’ébouriffer les cheveux de son rejeton qui ne manqua bas de grogner : « Arrête ça, Angélique » ! La jeune mère rigola mais ne put s’empêcher de tiquer à l’emploie de son prénom. Elle en oubliait parfois qu’elle n’était pas la génitrice de ce bambin qu’elle connaissait pourtant depuis sa plus tendre enfance et qui avait lui-même prit la décision de l’appeler maman mais qui parfois, comme toujours un peu perdu, utilisait encore son prénom. Elle n’en dit cependant rien, comme à son habitude et se dirigea vers la porte pour ramasser le courrier et le poser sur la table de séjour sans pour autant prendre la peine de l’ouvrir ! C’était samedi et le week-end était sacré pour la jeune mère et son fils : eux d’abord alors ils allaient en premier lieux déjeuner dans les règles de l’art ! Non mais !

    Angélique, dans la cuisine, sortit donc tout ce dont elle avait besoin pour préparer ce petit déjeuné de roi et tandis qu’elle cuisait les œufs au plat, Dylan lui entreprit également d’accomplir sa tâche : mettre la table. Elle entendit donc son petit bonhomme s’afférer à bouger le tabouret pour réussir à attraper les assiettes dans les armoires du haut puis ouvrir, fermer, ouvrir, fermer le frigidaire en faisant mille allés-retours afin de porter à table confitures et autres qui pourraient être nécessaire à celui qui voudrait encore après manger des tartines et enfin, ils se mirent tout deux à tables, papotant de tout et de rien, se racontant ce dont ils avaient omis de parlés la semaines. Angélique écouta également Dylan lui expliquer en détail le rêve qu’il avait fait cette nuit et qui se trouvait fort bizarre et puis, dans la discussion, elle finit par lui demander : « Que veux-tu faire aujourd’hui, mon cœur ? ». Dylan réfléchit quelques instants : « Je ne sais pas trop…Sans doute mes devoirs d’abord ce matin puis bon…J’imagine qu’on ira faire les courses ensembles et cet après midi bah je ne sais pas…Aller au parc ou sinon je dessinerais un peu ou lirait le livre que j’ai emprunté à bibliothèque ! » . Angélique se sentit tout d’un coup très fière de son fiston. C’était un garçon très calme et très intelligent qui avait déjà un sens poussé des responsabilités et ne pratiquait jamais la procrastination. Il faisait toujours ses devoirs, étudiait toujours à la perfection ses leçons et préféraient nettement plus lire un livre que d’aller au cinéma ou que d’aller pratiquer un sport quelconque, ce qui ne l’empêchait pas, attention, d’en faire ni d’avoir de l’énergie à revendre. Angélique acquiesça et comme le petit déjeuné s’achevait enfin, ils rangèrent tous deux la cuisine avant de se diriger, l’un dans sa chambre et l’autre vers la table du salon pour ouvrir le courrier qui l’attendait !

    Elle ouvrit une à une les enveloppes et la plus part contenait des factures à payer. Soupirant contre la société, elle les jeta dans un coin, se promettant d’aller à la banque demain faire tous les virements nécessaires. Puis, elle en vint à la fameuse lettre dont son fiston avait parlé avec le cachet « bizarre ». Elle reconnut le seau de la maison d’édition qui la publiait et ouvrait avec un sourire. Elle parcourut la lettre des yeux. Ce n’était rien que des statistiques. Son éditeur lui annonçait que son dernier livre et unique roman « Espérance du temps perdu » avait dépassés les sept cents milles exemplaires vendus ce qui était un chiffre inégalé pour un premier roman et qu’ils attendaient déjà de pied ferme le prochain bouquin qu’elle leur avait annoncé : « Le rôle de l’ancienne magie dans la IIème guerre sorcière: ». Heureuse et fière d’elle, cette lettre rappelle néanmoins à Angélique qu’elle ferait effectivement mieux de se remettre à travailler à ses écrits si elle voulait finir cette thèse dans les temps qu’elle s’était fixé ! Et bien, elle allait profiter que son gentil gamin faisait ses devoirs pour donc faire les siens et étoffer ses notes sur le sujet du prochain chapitre. D’un tour sur elle-même, elle fonça dans son bureau, et farfouilla dans le désordre chaotique de la table afin de trouver un paquet de feuilles agrafées entre elles. Un sourire vainqueur accrochés à ses lèvres, elle quitta la pièce, cet énorme dossier à la main, un Bic dans l’autre et partit se vautrer dans le canapé du salon afin de relire ses débuts de notes et de griffonner ici et là des rajouts pour que, ce soit, alors que son Dylan dormirait, épuisé par sa journée, elle puisse taper sérieusement sur son ordinateur la suite de ce livre, déjà tant attendu par une myriade de lecteurs !


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Mer 16 Fév 2011 - 17:11


ϟ CHAPITRE PREMIER ϟ
« Où l'on découvre que son histoire est importante »

    « Angélique, à table, chérie ». La petite fillette soupira et abandonna son ours en peluche sur son lit avant de sortir à pas de loup de sa chambre. Elle n’avait pas envie de quitter son antre, elle n’avait pas envie de descendre, elle n’avait pas envie de voir ses parents. Ce n’était pas qu’ils n’étaient pas gentils, bien au contraire, ils l’adoraient et lui offraient tout ce dont elle avait besoin. Mais il y avait cette chose, malgré leurs câlins, malgré leurs baisers, malgré leurs mots qui dérangeaient de plus en plus l’enfant. Elle ne savait pas réellement pourquoi mais elle avait cette sensation toujours de ne pas être à sa place, de ne pas être comme eux…Et pourtant rien ne justifiait cette impression mais chaque fois qu’elle se retrouvait en leur présence, elle se tenait silencieusement à l’écart de tout, ce qui inquiétait bien entendus les deux parents aimants qui alors ne cessaient de lui poser des questions auxquelles elle ne savait ni ne voulait répondre…C’était sans explication et de plus en plus, la gamine de huit ans avait l’impression d’être anormale, d’être bizarre, d’être spéciale et elle s’excluait alors de tous les contacts sociaux, y compris à l’école, se murant dans le silence, travaillant avec acharnement simplement mais s’éloignant le plus possible du monde de peur de se rendre compte que, comme chez elle, elle n’y était pas à sa place et n’y avait tout simplement pas sa place…L’enfant alors descendit d’un pas lourd les escaliers et rejoignit ses deux parents qui l’attendaient tout grand sourire avant de commencer à manger. Elle s’installa sans prononcer mot et picora plus qu’elle ne mangeait ce que sa maman avait pourtant préparé avec amour…Le couple n’osa cependant pas interrompre les pensées de leur fille et la laissèrent ruminer, le regard inquiet, se demandant ce qui n’allait pas chez leur enfant qu’ils avaient toujours connu joyeuse, heureuse, drôle, passionnée et qui de plus en plus se renfermait sur elle-même comme une huitre…

    La fin du dîner sonna enfin et Angélique se contenta de rapidement débarrasser son assiette avant de filer, comme un pet sur une toile cirée, dans sa chambre sans demander son reste ! La petite s’installa sur son lit et reprit contre elle le petit ourson qu’elle avait abandonné quelques bonnes grosses minutes plus tôt. Elle avait comme une impression qu’il était son seul ami, lui qu’elle possédait depuis toujours, que lui seul savait et comprenait ce qu’elle traversait, que lui seul vivait comme elle, reclus et souffrant ! Elle serra alors la petite peluche contre elle-même et se coucha sur son lit, attrapant un des nombreux livres qui traînaient sur la table de nuit ! Page après page, elle le dévora entièrement, sans bouger, sans prononcer mot, sans émettre le moindre son, se laissant bercer de minute en minute par les douces lettres de ce trésor qu’elle avait entre ses mains ! Les heures passèrent sans qu’elle ne s’en rendit compte mais lorsqu’un bruit de pas résonné depuis l’escalier, elle releva la tête et, surprise, jeta un rapide coup d’œil à la pendule : il allait être l’heure du bain et son père venait sans doute le lui rappeler…Elle soupira ! Elle avait envie d’être une toute petite souris, de pouvoir se cacher, courir et se dissimuler aux regards de ses parents ! Alors, elle attrapa son livre et sa lampe de poche, ouvrit discrètement sa porte et, à pas de loup, fila au bout du couloir pour monter dans le grenier. Elle savait que ce n’était pas bien, qu’ils allaient la chercher, s’inquiéter mais elle ne pouvait pas reculer ! Angélique avait ce besoin de solitude et surtout un immense besoin d’être au calme pour réfléchir, pour laisser son cerveau surpuissant analyser la situation : pourquoi se sentait-elle si à part, si bizarre, si différente ? Elle devait trouver une réponse et elle allait la trouver seule !

    C’était ainsi, pour cela, que ce jour-là précisément, la petite Angélique Dewis atterrit dans le grenier, un livre sous le bras, sa lampe torche grande allumée, éclairant la pièce poussiéreuse ! Elle fit quelque pas en avant, pointant sa lumière pour discerner chaque centimètre de la pièce. La petite n’avait pas peur ! A vrai dire, Angélique n’avait pas souvent peur ! Elle était assez courageuse surtout lorsqu’il s’agissait de découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles choses, d’apprendre un peu plus, de fouiner ou lorsqu’il s’agissait de ses amis…Jamais encore, elle-même n’avait réussi à savoir si c’était ses amis ou son savoir qui comptait le plus pour elle, toujours étant que la petite n’était ni effrayé et qu’en règle générale, sauf lorsqu’elle se sentait mal à l’aise, c’était une véritable boule d’énergie, incapable de tenir en place, toujours à utiliser son intelligence supérieure à la moyenne pour inventer mille et unes conneries ! Alors là voilà, la petite surdouée, se baladant dans le grenier, fuyant son père, fuyant sa famille qui la tirait de plus en plus vers le bas sans qu’elle ne comprenne pourquoi et la voilà, en train de découvrir ce lieu, en train de fouiner, en train de regarder dans les cartons, les caisses, les bacs, les coffres et elle découvrit bien une montagne de choses intéressantes : des vieux vêtements et vieux jouets de bébé à elle, une épée à son père sûrement, quelques vieux tableaux, des bouquins tout poussiéreux qu’elle se mit à feuilleter, ainsi que certains albums photos de ses parents plus jeunes qu’elle consulta avec plaisir, se moquant joyeusement de la coiffure de son père ou des vêtements de sa mère qui, bien entendu, étant adapté à la mode de l’époque, se trouvaient être également assez comique pour la petite fille qu’était notre petite Angélique Dewis !

    Angélique Dewis qui, justement durant ses fouilles, tomba sur une petite boîte en bois, une petite boîte en bois, entourée de ruban noués entre eux et qui était posée sur une étagère, justement pas poussiéreuse. Cette boîte, particulièrement lumineuse et bizarrement propre, attirait la jolie petite fille, elle ressentait une sorte de force inévitable et l’envie de découvrir ce que cet engin de rangement cachait devint presque insoutenable. La jeune enfant, rousse foncée, attira alors de toute ses forces un coffre à jouet pour monter dessus et finalement obtenir cet objet qui lui semblait soudainement interdit ! Son cœur battait tellement vite, battait la chamade comme si elle allait découvrir quelque chose d’inestimable, comme s’il se cachait un véritable trésor et elle n’avait pas idée à quel point. En effet, Angélique, en posant les mains sur cette boîte, ignorait qu’elle trouverait là dedans la réponse à toutes ses questions. Dans cette boîte se trouvait l’explication suprême à ses malheurs, à ses impressions, à ses inquiétudes et se cachait là tout ce qui expliquait son comportement, cette sensation de ne pas être à sa place et Angélique à l’instant, maintenant assise par terre avec un grand sourire aux lèvres, allait ouvrir la boîte de pandore, la magnifique, destructrice, tentante et très utile boîte de pandore !

    Au fond de cette boîte, une lettre, une simple lettre enfermée sans air dans une belle enveloppe de papier rosâtre, une enveloppe avec un seau ouvert dont la forme d’aigle royal se dessinait encore malgré les souillures du temps. Angélique, lentement, l’ouvrit pour en sortir une feuille dactylographiée. Le sourire aux lèvres, la petite entama alors sa lecture. C’était une lette communale, pleine de formulations de politesses diverses et au fur et à mesure qu’elle progressait dans son contenu, la lumière se faisait enfin dans son esprit, elle comprit enfin tout : pourquoi elle ne se sentait pas à sa place, pourquoi elle se trouvait si différente, si bizarre malgré l’amour qu’elle vouait à ses parents et que ces derniers lui offraient. Toute sa vie s’éclaira d’un rayon de soleil. Elle comprit les erreurs qui avaient été commises, ses propres bêtises, celles qu’elle ne voudrait jamais faire plus tard ! Angélique avait enfin assimilé la leçon tant attendue : l’histoire est la notion de la plus importante de la vie. Elle permet de comprendre le monde, l’individu, soi-même mais également de s’assurer un meilleur avenir ! « Angélique, ou es-tu, chérie, réponds ?! » La voix transperça la maison d’un cri effrayée ! Le petite fille sursauta, se rappelant que ses parents la cherchaient. Gentiment et calmement, comme si de rien était, elle redéposa la lettre dans le coffret, ferma la petite boîte, remonta sur le coffre à jouet et reposa le cachette de Pandore bien sûr l’étagère avant de sortir discrètement du grenier pour se faufiler, sans que personne ne la voit vers les toilettes. Elle y resta quelques secondes avant de sortir fièrement se jeter dans les bras de son père, en souriant ! « Je suis là, papa ! J’étais aux toilettes ! ». Le père sourit de bonheur de retrouver sa petite fille tant adorée qui, en plus, n’avait jamais été aussi câline et répondit en lui en lui ébouriffant les cheveux: « Pas de soucis, ma puce ! C’est l’heure du bain alors file te laver. Maman a déjà fait couler l’eau ! »

    Le soir même, dans son lit, une petite demoiselle très intelligente se retournait sans réussir à trouver le sommeil ! La soirée s’était pourtant bien déroulée mais c’était, justement, ce que l’enfant n’arrivait pas à s’expliquer ! Comment, après une telle révélation, avait-elle pu réagir avec autant de calme, autant d’aplomb, de sérénité et de bien-être ! N’aurait-elle donc pas dû être en colère qu’on lui ait dissimulé une chose aussi importante ? N’aurait-elle pas dû être triste, anxieuse ? Sans doute que oui mais pourtant, il avait atteint une sorte de paix intérieure, le reflet de sa maturité ! C’était comme si, par ces quelques mots, elle avait enfin trouvé sa place et qu’elle savait enfin comment se comporter ! Pourtant lire cette n’avait en rien répondu à ses questions, au contraire, cela lui en avait soulevé d’autres mais c’était comme si, elle savait enfin pourquoi, comment et que de tout savoir lui permettait d’être elle-même, d’être à l’aise avec ce qu’elle était, ce qu’elle faisait, l’endroit où elle vivait, les gens qui partageaient son quotidien ! Une révélation qui emmena, quelques instants plus tard, la petite Angélique Dewis au pays de Morphée qui vint enfin l’accueillir à bras ouverts tandis que ces quelques mots résonnaient encore dans la tête de l’enfant :


Citation :
Monsieur et Madame Dewis,

Nous sommes heureux de pouvoir vous annoncer que votre demande d’adoption concernant la petite fille du nom d’Angélique Dikinson vient enfin d’aboutir et qu’après de nombreuses enquêtes, nous acceptons définitivement votre requête. D’ici quelques temps, l’enfant vous sera présenté correctement et après une période test d’adaptation nous déterminerons si oui ou non, vous êtes apte à vous occuper de Mademoiselle Dikinson ce dont nous ne doutons pas !

A bientôt, dès lors !

Je vous prie d’agréer nos sentiments les plus distingués,

L’agence d’adoption, Achtersinds.


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Jeu 24 Fév 2011 - 20:18


ϟ CHAPITRE DEUXIÈME ϟ
« Où l'on fonde une famille et bien plus encore »

    Une légère brise vint caresser le coup de la jeune demoiselle qui n’y prêta guerre attention ! Sa plume dans la main, ses nombreuses feuilles de papier étalées devant elle, elle écrivait encore et encore sans même se rendre compte qu’elle monopolisait une table de quatre personnes à elle toute seule mais heureusement jamais le patron de l’établissement ne s’était plaint d’elle et pourquoi l’aurait-il fait ? Par sa beauté, bien que naturelle, elle lui rapportait également quelques clients, rien qu’en restant installer là à faire ce dont il ne savait quoi ! Mais la belle femme, elle, savait parfaitement bien ce qu’elle faisait et surtout ce qu’elle avait à faire : il lui fallait absolument avancer dans son troisième livre dont elle avait promis un nouveau chapitre à son éditeur pour la semaine précédente déjà, chapitre qui n’était jamais arrivé, plongeant le gros bonhomme dans une colère noir, le poussant à proliférer quelques menaces peu joyeuses qui avaient poussées la belle étudiante à sortir son nez de ses cours d’histoire pour se concentrer un peu sur sa prochaine thèse, son prochain essais, déjà tant attendu : « L’utilisation du mythe d’Antigone dans le théâtre du XXème siècle. ». En soi, cela ne la dérangeait pas d’écrire, au contraire, elle-même avait choisi ce sujet comme thème mais c’était complexe. Il lui fallait de nombreuses sources extérieures, effectuer de nombreuses recherches qu’elle n’avait pas toujours l’occasion ni le temps ni la possibilité d’accomplir au vu de ses études qui primaient quand même sur son « travail » d’écrivain qui était, à la base, surtout un plaisir et un loisir mais certainement pas une contrainte ! Mais quand on est jeune et pas encore très connue, il faut bien se plier aux règles des plus puissants et suivre à la lettre les commandements d’un éditeur dont on dépend entièrement ! Alors, comme tous les soirs, très tard, après avoir longuement relu les cours de la journée, la belle Angélique Dewis avait quitté son appartement, bouquins, feuilles et matériaux sous le bras, pour se rendre au bar-café d’en face où elle se sentait particulièrement à l’aise pour écrire et qui donc, les bras douloureux, la main souffrante ne cessait de faire courir sa plume sur le papier, enchaînant mot sur mot, phrase sur phrase pour tenter d’avancer dans ce livre complexe qu’elle avait entrepris d’écrire !

    « Je peux vous offrir ce mince verre d’eau ? ». Tandis que ces mots vinrent surprendre les oreilles de la demoiselle concentrée, une main passa également devant ses yeux pour venir déposer sous son nez un récipient empli d’eau. Angélique soupira en reconnaissant une voix masculine et releva la tête d’un air agacée ! Elle avait trop de travail pour se faire draguée ce soir et n’avait ni le temps ni l’envie de remballer un quelconque boulet qui tentait de la mettre dans son lit ! Hors de question ! Elle soupira alors vivement, jetant à l’homme un regard dédaigneux pour mieux replonger dans ses notes, marmonnant une vague question rhétorique qui soulignait son énervement : « Vous essayez de me draguer ? Si c’est le cas, vous pouvez repartir immédiatement ! » Persuadée que sa réplique avait fait mouche et la débarrasserait à jamais de cet individus, elle sauta sur son dictionnaire de grec ancien pour trouver un mot de vocabulaire qui lui échappait dans le texte grec originel de Sophocle et qui l’empêchait de mener à bien la conclusion de son chapitre. Passant en revue les lettres de l’alphabet à commencé par alpha, et passant par lambda, elle ne vit pas que l’homme n’avait toujours pas bougé d’un pouce. En réalité, elle ne s’aperçu de sa présence que lorsqu’il reprit la parole : « Pas du tout ! Je ne vous draguais pas ! ». Surprise par ce ton formel, froid et bien plus encore par cette affirmation, Angélique releva la tête pour contempler enfin son interlocuteur ! Ce n’était ni un motard, ni un vieil ivrogne, ni même un jeune fêtard…C’était un jeune homme d’à peu près son âge, joliment emballé dans un costume. Il avait l’air responsable et honnête et même s’il n’était pas d’une beauté à couper le souffle, il avait ce petit quelque chose d’attirant et de rassurant qui aurait pu charmer immédiatement Angélique si elle n’avait pas été aussi surprise par la phrase de l’homme. Ainsi, il ne la draguait pas ! Tant mieux ! Elle s’en senti assez vexée également cependant mais n’en dit rien, se contentant de fixer l’homme droit dans les yeux comme pour lui demander une explication. « Je suis juste rapidement venu boire un verre d’eau avant de rentrer chez, j’étais tellement assoiffé et je vous ai vu. Vous sembliez tellement plongée dans votre travail et vous aviez l’air d’avoir tellement chaud sans vous en rendre compte, que je me suis dit qu’un verre d’eau vous ferait du bien…Mais puisque vous ne semblez pas disposée à vous rafraîchir, je m’en vais… » ! « Non, attendez ! Restez », fut tout ce qu’Angélique trouva à répondre à son mystérieux inconnu !


    « Alors, tu avances dans ce livre ? ». Angélique laissa son style retomber lourdement sur la table tandis qu’elle se retourna pour faire face à l’homme qui partageait sa vie depuis deux bonnes semaines déjà ! Qui aurait pu croire que les choses tourneraient ainsi et qu’elle aurait ce que des âmes illuminées appelleraient « le coup de foudre » ? Qui aurait pu pensé que cet homme qu’elle avait si méchamment remballer allait passer des après-midi entière chez elle pour la regarder étudier ou venir d’idée ou également pour faire l’amour. Sacha était là, nu, devant elle, un sourire matinal aux lèvres ! C’était la première fois qu’il restait dormir chez elle et c’était un grand pas pour Angélique parce que cela signifiait qu’elle lui faisait confiance, qu’elle l’aimait suffisamment pour l’introduire dans sa vie à plein temps ! Elle quitta alors sa chaise, dévoilant à son homme la courte nuisette qu’elle portait et s’approcha de lui de manière féline pour venir se coller tout contre son torse : « Pas beaucoup mais c’est parce que tu me distraits ! ». Et sans lui laisser le temps de répondre, elle captura ses lèvres et se mit à le pousser un peu pour le faire marcher à reculons vers la chambre à coucher qu’il venait de quitter : elle se sentait d’attaque pour un petit câlin mais contre tout attente, Sacha la repoussa quelque peu et la força à s’asseoir dans le canapé ! Angélique resta bouche baie et le regarda lui tourner le dos et revenir quelques instants plus tard avec le bas de pyjama qu’il avait emporté ! Qu’est ce que cette mise en scène voulait dire ? Elle sentait mal les choses et se mit à douter un instant…Elle resta immobile pendant qu’il s’installa à côté d’elle et qu’il lui prit les mains, se contentant d’attendre qu’il parle ce que, malheureusement, il ne tarda pas à faire : « Angie, chérie, il faut que l’on parle ! ».

    Elle détestait cette phrase ! C’était toujours comme cela que s’était fini toutes ses relations, comme cela qu’elle y avait, bien souvent, elle-même mis fin ! Elle ne voulait pas que sa relation avec Sacha ne s’arrête, elle ne voulait pas qu’il l’abandonne ! Voilà pourquoi elle n’avait jamais voulu construire de relation stable, parce qu’elle savait que tout le monde, un jour, finissait par partir et elle n’avait pas voulu en souffrir. Pourtant, elle avait donné son corps, son cœur et son âme à cet homme qu’elle avait rencontré dans ce bar et elle avait la vague impression que c’était une erreur et qu’elle allait, maintenant, amèrement le regretter ! Cependant lorsque Sacha ouvrit la bouche pour parler, ce ne fut pas pour l’abandonner, ce ne fut pas non plus pour lui faire des reproches mais simplement pour parler de lui-même, de sa vie et ce qu’il n’avait pas encore osé dire à Angélique parce qu’il avait la même peur qu’elle : qu’on l’abandonne, qu’on le quitte et que cette relation ne s’arrête ! Seulement lui, il était lié à une lourde responsabilité qu’il ne pouvait pas taire plus longtemps ! Lorsque Sacha prit la parole, ce fut pour rassurer Angélique et lui confier ce qu’il avait sur le cœur, espérant par là, la faire un peu plus entrer dans sa vie : « Angie…Je…Je dois te dire que…Voilà, j’ai un fils, un petit garçon de quatre ans ! Je l’ai eu à dix-huit ans mais sa mère est partie après l’accouchement ! Depuis, je m’occupe seul de Dylan, c’est pour cela que je ne pouvais pas toujours te voir quand tu le voulais ! Trouver des baby-sitters n’est pas facile ! Je…Si je t’en parle c’est parce que tu comptes beaucoup pour moi et que j’aimerais que tu fasses partie intégrante de ma vie et de celle de Dylan ! Je…Je m’excuse pour ce long silence mais souvent les femmes s’enfuient à l’annonce de ma paternité mais je ne pouvais pas te cacher l’existence de Dylan plus longtemps ! Pardonne-moi, Angie…S’il te plait…En plus je suis certain que tu adorerais Dylou et qu’il t’aimerait également ! On pourrait former une vraie famille tu sais, tous les trois… » Elle l’interrompit en posant un doigt sur ses lèvres, doigt qu’elle remplaça rapidement par sa bouche…


    « Maman ! » A l’entente de ce mot, Angélique eut un énorme sourire et se retourna vers le petit enfant qui courrait vers elle ! Jamais depuis qu’elle était entrée dans la vie de Dylan, le petit l’avait appelé comme cela. L’enfant avait toujours utilisé son prénom mais là, de lui-même, il venait de choisir de l’appeler « Maman ». Le cœur d’Angie se mit à battre. Elle était aux anges, heureuse ! Dylan l’avait adopté et la famille qu’elle avait commencée à fonder avec Sacha devenait réelle, vraie et de plus en plus soudée ! Elle sourit alors au petit garçon et se leva de sa chaise pour le prendre dans ses bras : « Oui mon petit ange ? ». Elle le serra fort contre elle, distribuant tout l’amour qu’elle était capable de donner, lui montrant sa joie de voir qu’il l’avait adopté, accepté et qu’il l’aimait comme elle l’aimait car oui, elle considérait cet enfant comme son fils : « Je faim ! ». Elle éclata de rire et ébouriffa les cheveux du bambin avant de l’embrasser et de reposer par terre ce petit estomac sur pattes : « Ton père va bientôt rentrer avec le dîner, il faut encore patienter, Dylan » ! Le petit bonhomme soupira avant de sortir de la pièce en courant pour se diriger vers la chambre qu’Angélique avait fait installer dans son appartement ! Voilà bien six mois que Sacha et Dylan avaient emménagés avec elle et jamais, elle n’avait été aussi heureuse ! Elle continuait ses études tranquillement tout en ayant publié un livre supplémentaire et en arrivant à la fin du suivant. Dans ses moments de libre, elle s’occupait de Dylan, sortait au parc avec lui, allait le chercher à la maternelle ou l’y conduire pendant que Sacha travailler dans la société qu’il avait monté à sa sortie de l’école ! Tout allait pour le mieux et jamais, elle n’aurait crû être aussi heureuse, aussi à l’aise ! Elle qui ne voulait ni compagnon ni enfant, voilà qu’elle avait bien changé d’avis depuis la rencontre avec Sacha dans le bar !

    « Angie, je suis rentré ! Dylan, à table ! » En entendant cette voix, Angélique sortit de ses pensées et se releva pour aller accueillir le père de famille qui rapportait les pizzas habituelles du samedi ! Embrassant son homme sur la bouche, elle l’aida à se débarrasser de son manteau et entreprit d’aller mettre la table avant que Sacha ne la rejoigne avec les pizzas ! Dylan, entre temps était arrivé, elle l’aide à monter sur sa chaise, plaça le coussin sous ses fesses pour le ré-hausser et s’installa comme une princesse tandis que Sacha les servait allégrement en jus de pomme et distribuait les part de pizzas ! Angélique entreprit de couper en morceau celle de Dylan, de lui donner une fourchette avant de souhaiter un bon appétit général et de se mettre à manger avec entrain, contemplant sa petite famille ! « Papa, je peux quitter la table ? ». Le petit avait fini de manger ! D’ordinaire, il était obligé de rester jusqu’à la fin du repas de tout le monde, par politesse mais là, son père le laissa partir parce qu’il avait besoin de discuter avec Angélique d’un sujet sérieux, celui qu’elle-même avait emmené ce matin…Ils regardèrent leur petit bonhomme partir avant de se fixer dans le blanc des yeux : « Tu sais que tantôt, Dylan m’a appelé Maman ! », commença-t-elle. Sacha sourit avant de dire : « C’est un bon signe…Je pense qu’il est prêt et que nous le sommes tous ! ». Angélique but une gorgée et lui demanda d’un ton calme : « Alors tu es d’accord ! » Le suspens était intenable mais la réponse ne tarda pas à arriver. Une réponse qui soulagea Angélique et qui lui confirma un avenir heureux et parfait, un avenir de rêve : « Oui, Angie ! Je suis d’accord pour que tu adoptes légalement Dylan et que tu aies la même autorité qu’une mère sur lui ! Mais surtout...J'aimerais que tu deviennes ma femme »


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Angélique M. Dewis le Sam 26 Fév 2011 - 15:17, édité 1 fois
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Sam 26 Fév 2011 - 15:17


ϟ CHAPITRE TROISIÈME ϟ
« Où l'on perd confiance et où l'on devient ce que l'on est, aujourd'hui!»

    « Maman ? Il est ou papa ? ». La question. La question fatidique que Dylan lui posait chaque soir quelques longues semaines sans qu’elle ne sache quoi lui dire. Installée dans le canapé, le petit bonhomme de six ans, bien callée contre elle, elle avait tenté de lui lire une petite histoire avant d’aller le mettre au lit tranquillement mais l’enfant était revenu avec la même interrogation, la même inquiétude, la même incompréhension…Que dire ? Que faire ? « Je ne sais pas chéri ! ». Elle ne voulait pas lui mentir en lui racontant un énorme mensonge alors c’était la réponse qu’elle avait trouvé, la seule réponse potable mais la vérité était qu’Angélique savait exactement où se trouvait son mari et le père de l’enfant. Il était ailleurs, dans un autre appartement, dans une autre chambre, dans un autre lit avec une autre femme…Voilà plusieurs semaines que cela durait ! Au début, l’écrivain de vingt-trois ans ne s’était douté de rien, croyant son homme lorsqu’il lui parlait de travail et de comptes à régler mais, petit à petit, le doute s’était insinué dans son esprit et les preuves étaient tombés…Sacha avait rapidement avoué, sans s’en cacher et il était reparti, le soir même chez sa maîtresse, sans rien ajouter, laissant encore une fois son fils avec sa femme…Angélique n’avait rien trouvé à dire. Elle se contentait d’attendre que le temps passe, espérant qu’un soir il prendrait le temps de parler du problème avec elle ! Sans doute aurait-elle du mal à pardonner mais s’il s’excusait alors pour Dylan, elle pourrait sans doute le faire…Mais le temps passait et Sacha s’en allait encore et encore, sans lui adresser la parole. Il ne rentrait que pour se doucher, manger parfois un petit déjeuné avec son fils, mettre le linge dans la lessive et il disparaissait comme il était venu…La pauvre Angélique n’arrivait pas à trouver d’explication…Pourquoi avait-il eu besoin d’aller voir ailleurs, pourquoi lui avait-il menti si longtemps, pourquoi les abandonnait-ils, elle et Dylan ? Ces questions-là, elle les emporta comme chaque soir dans son lit, après avoir couché Dylan et c’est ruminant sa faiblesse, qu’elle gagna les bras de Morphée…

    Les jours et les nuits passèrent. Sacha se fit encore de plus en plus rare et Dylan, inquiet, stressé, ayant le sentiment de se faire abandonner, passait de plus en plus ses nuits aux côtés d’Angélique, celle qui n’était pas sa mère mais qui était finalement la seule personne stable dans sa vie ! Il se blottissait contre le corps chaud d’Angélique comme un nourrisson le fait contre le sein de sa mère et il s’endormait en lui tenant la main, comme pour s’assurer qu’elle, elle ne partirait jamais…Angélique, au début, s’était montré retissant car la place d’un enfant était dans son lit et surtout que si Sacha rentrait, il vaudrait mieux qu’il trouve une place libre à côté de sa femme mais Sacha ne revenant plus dormir, elle laissait le petit à ses côtés et ainsi encore des semaines s’écoulèrent sans une discussion, sans un mot ! Et puis Angélique se rendit compte que cela ne pouvait plus continuer ne fuse que pour Dylan ! Il allait avoir une vie trop décalée. Il fallait qu’elle parle à Sacha mais également qu’elle s’occupe du petit et de ses sentiments. Mettant de côtés ses propres inquiétudes, elle accorda beaucoup plus de temps à Dylan et lui parla longuement. Petit à petit, elle força l’enfant à se recoucher dans son lit pour qu’il s’y réhabitue et l’affaire se passa bien…Une seule chose clochait encore : les notes de Dylan à l’école ne cessait de baisser et Angie se rendit compte que l’enfant n’était toujours pas en sécurité et pour qu’il le soit, il fallait que la situation soit réglé ! Que son père parte ou reste, qu’elle-même parte ou reste, il fallait que tout se stabilise pour que la vie du petit garçon rentre dans l’ordre…Mais Sacha n’était plus venu depuis plus d’une semaine et Angélique n’avait plus aucun moyen de le contacter…


    « Je suis désolée, mon Angie ! ». Il lui avait bien semblé dans son sommeil entendre quelqu’un cette nuit se couché à côté d’elle comme sentir une main, ce doux matin caresser ses cheveux…Mais elle avait été persuadé qu’elle rêvait de Sacha encore à ses côtés et qu’à l’arrivée du soleil, il ne serait plus là…Cependant, cette fois-ci, en ouvrant les yeux, elle découvrit pour de vrai Sacha assis au bord du lit, à ses côtés, lui caressant lentement les cheveux et la nuque. C’était comme une apparition divine qui ne devrait jamais disparaître. Elle sourit alors, comme si ces derniers mois n’avait pas existé mais le bonheur s’effaça bien vite de son visage lorsqu’elle vit l’air sombré affiché sur celui de son mari…Elle lui jeta un air interrogateur, suppliant et tout en se maudissant d’être si faible, elle qui n’avait jamais supporté de se montrer inférieure à quelqu’un voilà qu’elle hurlait silencieusement à Sacha qu’elle avait besoin de lui pour vivre ! Cœur ! Vil traître ! « J’aurais voulu, Angie, te rendre heureuse, tu sais ! ». Ô Sacha, comme tu peux parler encore et encore, menteur ! Comme tu pourrais te mettre à genoux mais comme tes promesses sont vaines ! Comme tu n’es qu’un homme ! Un menteur, un manipulateur ! Tu n’as jamais été digne de confiance, n’est-ce pas ? Tu n’as jamais été qu’un homme qui va et qui vient et elle était simplement tombée dans ton piège la tête la première ! Sacha, cesse donc de creuser le trou du malheur avec tes mots et va-t-en, maintenant, loin ! « Mais…Je…C’est comme un ensorcèlement, Angie, je te jure…Je ne sais pas luter…J’ai essayé mais je n’ai pensé qu’à elle…Ce n’était pas de l’amour, ce n’est pas de l’amour ! Tu restes celle que j’aime mais elle me tient par ce besoin physique incontrôlable ! » Va-t-en, menteur ! Cesse donc de remuer le couteau dans la plaie de bon matin ! Cesse de détruire cette jeune femme qui t’avait accordé toute confiance ! Arrête de parler, arrête d’agir, c’est ton fils que tu vas briser ! Renonce à cette maîtresse, reste au près de ta famille ou alors tais-toi et disparait une bonne fois pour toute ! Mais décide-toi ! Ne reste pas là à contempler la souffrance que tu sèmes ! « Je vais arrêter de vous torturer ! Ce sera mieux pour toi et pour Dylan ! J’ai confiance en toi…Je sais que tu t’occuperas bien de mon fils…Je sais qu’il t’aime comme une mère ! Prends-en soin, d’accord ? Promets le moi ! » Elle acquiesça vaguement, laissant une larme s’échapper le long de sa joue. Elle ne savait pas quoi dire et à la vérité, il n’y avait rien à dire…Elle le regarda donc s’en aller, franchir la porte de cet appartement et elle savait qu’elle ne le reverrait jamais. En s’en allant, Sacha venait de briser tout ce qu’il avait construit de bon chez Angélique, il laissait un fils sans parent et tout cela pour une femme…Angélique resta longtemps, les deux yeux grands ouverts, fixant la porte…Des heures sans doute jusqu’à ce que Dylan la rejoigne dans sa chambre et qu’elle dû oublier ses propres larmes pour sécher celles de l’enfant !


    « Allons, Miss Dewis, ressaisissez-vous un peu ? ». Angélique soupira ! Que ce gros bonhomme d’éditeur était un calvaire ! Oui, elle n’avait pas écrit une ligne depuis six mois ! Et alors ? Elle n’était pas la seule écrivain sur la terre ! Il pourrait bien trouver d’autres êtres aussi intelligent qu’elle et moins capricieux ! Elle, elle avait d’autres choses en tête et d’autres occupations ! Jetant un vague coup d’œil à la pendule pour surveiller l’heure à laquelle, elle devra aller chercher Dylan à l’école, elle écouta distraitement ce que son correspondant téléphonique avait encore à lui dire : « Je vous ai connu plus forte…Jamais je n’aurais crû que vous laisseriez tout tomber pour un homme ! Vous, si passionné ! Vous qui juriez à vos parents que vous ne vous marierez jamais parce que tous les hommes sont des menteurs ! Vous vous êtes fait avoir ! Et alors ?! Bougez-vous les fesses ! » Angélique avait finit par accorder son attention à l’homme ! Elle avait oublié que c’était un ami de longue date de ses parents et que c’était comme cela qu’elle avait pu le contacter facilement ! Elle avait oublié que sous les airs formels qu’il prenait avec elle depuis cinq ans, il était proche d’elle et il la connaissait bien ! Elle avait oublié qu’il l’avait vu grandir et qu’il l’avait fait sauter sur ses genoux lorsqu’elle n’était pas plus haute que trois pommes ! « Je vais m’adresser à toi comme un éditeur ne devrait pas parler à l’écrivain le plus important de sa boîte mais s’il te plait, Angélique, relève-toi un peu ! Tes parents, lorsqu’ils sont partis vivre en France, m’ont fait jurer de prendre soin de toi…Qu’est ce qu’ils diraient ?! Hein ! Je sais moi que tu peux surmonter tout cela et si tu ne le fais pas pour toi, maintenant, fais le pour Dylan ! Tu es une femme brillante qui a fait énormément d’études ! Avec tes connaissances et tes capacités, tu mérites une vie meilleure ! Trouves un boulot qui te plait et continue à faire ce que tu aimes ! ». Angélique, à l’autre bout du fil, laissa échapper un sanglot ! Son éditeur avait raison ! Elle ne pouvait pas continuer à ruminer le départ de Sacha ! Elle devait passer au dessus de sa tristesse et de sa colère pour recommencer à vivre ! Elle ne pouvait plus se contenter de se comporter comme une loque ! Ce n’était pas possible ! Pour ses parents qui avaient tant donné pour elle, pour Dylan qu’elle aimait comme son fils et qui avait besoin de l’image d’un adulte solide dans sa vie et pour elle-même, pour ses ambitions, ses rêves…Elle devait réagir, sortir de sa dépression et redevenir la femme active, passionnée qui ne manquait certainement pas de confiance en elle, qu’elle était ! Elle devait recommencer à sortir, à se faire des amis, à s’amuser ! Il était temps que Sacha sorte définitivement de sa tête et qu’elle poursuive sa vie, ses rêves ! Elle le méritait ! « Tu as raison, Hector, je dois me relever ! »


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 19:24


ϟ EPILOGUE ϟ
« Un nouveau départ »

    « Madame ? ». Angélique s’interrompit en plein milieu de sa phrase pour faire face à l’adolescent qui venait de l’interpeller. Les mots qu’elle entendait le plus depuis qu’elle avait commencé ce travail c’était : « Madame », « Attendez » et « Oui mais ! ». Cependant elle préférait entendre ces mots que les mouches voler, cela signifiait qu’on l’écoutait, qu’on se montrait attentif à ce qu’elle racontait. « Oui, Monsieur Hayden, je vous écoute ! » Elle aimait voir ce regard s’allumer dans les yeux des adolescents lorsqu’elle leur accordait l’attention qu’il demandait et lorsqu’ils pouvaient laisser éclater leurs passions, leurs questionnements sans se faire brimer ! Elle considérait que cela faisait aussi parti de son travail : s’intéresser à la vie et aux problèmes des jeunes, répondre à leur question quitte à perdre quelques minutes ! Après tout, ils n’étaient pas des entonnoirs à remplir de connaissances ! Ils étaient des êtres humaines et puis, le grand Rabelais avait dit un jour : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! ». Et Angélique était persuadé qu’il n’avait pas tord ! Donner de la connaissance à un adolescent sans lui apprendre la puissance de ce qu’il possédait entre ses mains n’avait aucun sens ! Il fallait qu’il réfléchisse, qu’il analyse, qu’il voit plus loin que le bout de son nez et c’était pour cela qu’Angélique était bon professeur, apprécié par les travailleurs et haïs des fainéants car toujours, elle leur donnait du travail, elle mettait tout en œuvre pour faire évoluer et se développer leurs cerveaux encore jeunes ! « Je ne comprends pas bien le lien que vous faîtes entre Tom Jédusor et Mérope. Puisqu’il haïssait sa mère…Comment pouvait-il en être à la fois amoureux ? Et même par rapport à Serpentard, Madame, il en est le descendant direct mais de génération en génération, les descendants de serpentard sont devenus toujours plus faible ! Il est logique qu’il les haïsse non ? Comment y trouvez-vous une dimension d’affection non-exploitée ! ». Angélique réprima un soupir ! C’était typiquement une question de serpentard, cela ! Il y en avait toujours un pour les poser ces questions là mais heureusement la patience du professeur passionné ne s’évinçait pas si vite ! Elle sourit alors de tout son saoul à son élève de dernière année tandis que les étudiants de sa propre maison, Poufsouffle, qui avaient l’air d’avoir très bien compris la notion la regardaient d’un air de pitié. Les serpentards, eux, la fixait avec la même interrogation qu’Hayden dans le regard ! C’était presque amusant de voir les différences entre les maisons qui se marquaient souvent par leur manière d’approcher la matière. « Je pourrais vous conseiller, Monsieur Hayden, de lire mon livre sur le sujet. Vous y trouverez toutes les réponses à vos questions…Mais je vais également vous répondre rapidement ici, avant que le glas de la fin du cours ne sonne ! » Les Poufsouffle ricanèrent en entendant la voix un peu sarcastique de leur directrice de maison ! La plus part d’entre eux, adorant leur professeur, avait sans doute déjà lu le livre et seuls les serpentards opposaient toujours une franche résistance à aller se renseigner par eux-mêmes dans les livres écrits par une poufsouffle. Et comme Angélique n’était pas suffisamment prétentieuse pour donner ses propres écrits à lire en classe par des élèves, elle ne pouvait rien faire de plus que répéter inlassablement la même chose : « Voyez-vous, Hayden, le complexe d’Œdipe ne se borne pas à ‘tomber amoureux’ comme vous dîtes. Mais c’est un sentiment qui se développe dans le subconscient de l’enfant et qui est nécessaire à son évolution ! Je vous suggère de lire Freud, Hayden, pour y trouver tous les renseignements que vous désirez ! Notre Tom Elvis Jédusor, n’ayant pas eu ce processus de développer à cause de la mort ridicule de sa mère, s’est retrouvé à inverser le processus et donc à la haïr, ce qui répond par cela même à votre deuxième question ! Quand je dis qu’il ne haïssait pas sa famille parce qu’ils étaient devenus des rats par rapport à la grandeur de Salazar, cela ne veut pas dire que j’exclus cette possibilité, cependant, j’introduis une autre explication. Compris, Hayden ? » L’adolescent hocha vaguement la tête d’un air peu satisfait avant de griffonner quelques notes sur son cahier. Angélique savait que cela ne plaisait pas toujours aux élèves et particulièrement aux verts et argents qui voulaient toujours discuter pendant des heures de leur fondateur et du Lord Voldemort pour lequel, bien souvent, ils se passionnaient ! Angélique jeta un rapide coup d’œil à sa montre avant de marmonner : « Bien, le cours est terminé ! Hayden, si vous avez d’autres questions, mon bureau vous est ouvert ! Vous pouvez y aller et n’oubliez pas ! Lisez les pages, 445 à 470 pour le cours suivant avec résumé à l’appuie ! Bonne fin de journée ! »


    Satané Owned ! Angélique marmonna encore un peu dans sa barbe en quittant, furibonde, le bureau du directeur ! Cet ancien serpentard de malheur ! Il était peut-être devenu jeune garçon très sexy, cela ne lui donnait pas tous les droits ! Non mais pour quoi se prenait-il, ce petit insolent ? Le directeur l’avait, en effet, fait appelé quelques heures plus tôt pour lui soumettre une question importante ! Il s’était avéré que cette question était une lettre du jeune Owned qui était la même que la dernière fois et que la fois d’avant et quecelle d’encore avant lorsqu’il demandait d’obtenir un appartement pour lui tout seul ou au moins une chambre qu’il ne serait pas obligé de partager avec Smith ! Il n’y avait pas assez d’appartement à Poudlard pour en rajouter et ils n’allaient pas modifier toute la construction du dortoir des apprentis à cause des volontés capricieuses de ce petit merdeux ! Il n’avait qu’à faire un effort ! Timothé Smith était un brave gamin, sage, beau, intelligent, mature, réfléchi et Owned n’avait qu’à en prendre un peu de la graine plutôt que de leur faire perdre leur temps au directeur et à elle par ses stupidités ! C’était toujours les mêmes histoires…Et Angélique commençait à en avoir marre de ces infantilités ! Parfois son devoir de sous-directrice de Poudlard la fatiguait ! Autant que celle des directrices des Poufsouffle était facile, ces petits anges ne lui posaient que très rarement des problèmes mais alors pour le reste…Surtout cet Owned ! Oh, elle l’étranglerait bien ! Mais malheureusement, elle ne pouvait pas ! Soupirant de résignation, Angélique parcouru les couleurs au pas de course pour se diriger vers la grande salle ! L’heure du repas allait sonner et il fallait avouer que cette discussion avait le directeur lui avait ouvert l’appétit ! Heureusement, elle oublia rapidement tous ses traquas en pénétrant dans la grande salle et lorsque tous les regards se posèrent sur elle. Certains avec admirations, d’autres avec contentement ! Elle se sentait parfois soulagée d’être un professeur apprécié et cela la réconfortait de savoir qu’elle faisait très bien son travail. Décidemment tous ses soucis étaient derrière elle, elle avait passé le cap, s’était remise de sa chute, relevée avec brillo et aujourd’hui, elle menait sa vie d’une main de maître ! Plus personne ne se mettrait entre elle et le bonheur, pas même cet imbécile d’Owned ! Elle alla donc s’installer à la grande table des professeurs, à droite du directeur et entreprit de se servir tout en faisant la discussion avec ses collègues. Elle questionna quelques peu Loréana sur sa grossesse, Caleigh sur ses amours et discuta le temps du temps de livres ou des élèves, oubliant presque complètement que quelques minutes plus tôt, elle était dans une colère noire ! Décidemment cette vie lui convenait à la perfection !

    « Maman ? Je peux dormir ici ce soir ? » Angélique sursauta comme lorsqu’à chaque fois qu’on la dérangeait en pleine écriture. Laissant tomber sa plume, elle se retourna pour face à l’adolescent qui était entré dans son appartement ! Dylan du haut de ses quinze ans se tenait devait elle avec un grand sourire aux lèvres, son sac à dos dans les bras ! Ah son petit serdaigle préféré ! Dylan avait son lit dans le dortoir des serdaigles mais il lui arrivait souvenir de revenir à l’appartement qu’Angélique possédait au château et dans lequel elle lui avait fait installé une chambre ! « Mais bien sûr mon poussin, tu ne me déranges jamais, tu le sais bien ! » Souriant à son fiston, elle se leva pour aller l’embrasser sur la joue tandis que le gamin, tout heureux, alla rapidement poser ses affaires dans sa chambre pour réapparaître, quelques instants plus tard, sa guitare à la main ! Il semblerait qu’il aille prévu de jouer quelques notes à sa maman mais Angélique n’en n’était pas dérangée, au contraire, elle aimait entendre son fils jouer et chanter ! Une chose la chagrinait un peu c’était que si Dylan dormait à la maison cette nuit, cela voudrait dire pas de soirée alcoolisé pour elle en dehors du château et pas de sexe non plus ! Mais, même si tout cela tenait une place importante dans la vie d’Angélique, cela ne valait rien à côté du sourire de Dylan lorsqu’il jouait un air de musique à sa maman, rien du tout ! La directrice des poufsouffle se décida à ne plus écrire de la soirée et alla chercher dans sa chambre son violon. Elle savait que Dylan aimait qu’elle l’accompagne à la guitare mais elle était bien trop fatiguée ce soir pour jouer d’un instrument avec lequel, elle ne s’était pas encore familiarisée. Elle l’accompagna donc plutôt au violon et cela parut plaire au jeune serdaigle ! « Tu viendras me voir au match de quidditch la semaine prochaine ? » Ce fut la première question qui sortit de la bouche de Dylan lorsque leur musique fut terminée ! Angélique soupira. Elle avait oublié ce satané sport qu’elle détestait. Malheureusement en tant que sous-directrice du château, directrice de poufsouffle et mère d’un jeune serdaigle, elle était obligée d’y assister chaque fois et ce n’était pas souvent de gaité de cœur mais elle savait que ses élèves aimaient qu’elle vienne les voir et son fils plus encore ! Alors, elle faisait un effort ! « Bien sûr, mon cœur, je viendrai… » Que pouvait-il dire de plus ? Encore une fois, elle se pliait au besoin de l’enfant dont elle s’était occupée depuis ses quatre ans et qui n’était pas le sien mais qu’elle aimait comme si elle en eut été la mère ! L’adolescent vint alors se caller dans ses bras comme lorsqu’il était enfant et lui murmura à l’oreille : « Je suis heureux, Maman »…Et Angélique avait bien le même sentiment…


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 21:21


ϟ FIN ϟ
« On me dit que nos vies ne valent pas grand chose, qu'elles passent en un instant comme fanent les roses. On me dit que le temps qui glisse est un salaud et que de nos chagrins, il s'en fait des mentaux... »


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothé N. Smith
Admin | Apprenti
Fight 'til the end avatar
.

Age : 26
394 messages
Amour : Julia

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Sociable, attentif, prétentieux, têtu... étrangement agressif et sujet aux sautes d'humeur depuis un moment.

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:00

Je sais déjà que ta fiche est magnifique mais je l'ai lue quand même parce que c'était un réel plaisiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir I love you I love you

J'avais suivi le début alors j'avais hâte de voir la suite et franchement j'ai adoré! J'ai hâte de la voir à l'oeuvre cette chère Angélique!

Bien entendu tu es validée! Je vais déplacer ta fiche, te mettre ta couleur et ton rang (quoi que bon, si tu veux le faire tu peux hein xDDDD), et surtout noter l'avatar comme pris!

En attendant bah tu connais la procédure! Fiche de liens, fiche de RPs et hibou avant toute chose xDDD.

Je te souhaite de vraiment t'amuser avec ce nouveau perso! What a Face What a Face


_________________
« 'Cause this ain't Wonderland »
If they say life's a dream call this insomnia. Cause this ain't Wonderland it damn sure ain't Narnia. And once you cross the line you can't change your mind. Yeah I'm a monster but I'm no Frankenstein. And quite frankly I've been feeling insane in between my eyes. I really cant explain what I feel inside. If you knew what I was you would run and hide. Many have tried to go into the night cross over the line and come back alive. But that's the price we pay when we living on the other side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 25
3404 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:03

    OUAAAAAAIIIIII

    BIENVENUE MOI-MÊME Very Happy *totalement folle*


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:05

    YEAAAAH *_* Merciiiii Timnouuuux
    Contente que ma fiche t'aie plu! Je dois dire que ça a été un réel plaisir de l'écrire également! Je me suis full amusée!

    Bon je vais m'occuper de faire tout ce travail de fiche de lien et machin machin alors! Haaan -_-'

    t'aimeuuuuuh amour


    ps. merci moi-même Very Happy panique


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:09

Mouais, la fiche est bof, le personnage pas très intéressant... Heureusement que Kate Walsh est là, franchement !

Quoi ? Comment ça, c'est pas crédible ? Je suis vraiment obligé de complimenter ? Non, parce que Diane risque de prendre la grosse tête, sinon... Et c'est moi qui vais devoir la supporter Razz

Bon, allez...
Je l'ai déjà dit, mais... Ta fiche est superbe, et surtout... JE SUIS FAN D'ANGIIIIIIIIE Very Happy Je sens qu'on va se marrer avec elle, et Baël a pas fini d'en baver...

Bref, (re-re)BIENVENUE !


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 25
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:18

WAOUuuuuuuuuu...
bref j'adore....

Bon je le dis ou pas...Aller je le dit...RE-BIENVENU
hihihihi


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:21

    Haha mrci mon furur-amour Very Happy! Je savais qu'Angie te plaira et je sens qu'effectivement on va bien s'amuser en rp! OUlala Owned et Dewis, ça va chauffer grave mais tu as raison... kate est quand même magnifiqueuuuh!

    Merciii Ma juju! Il nous faudra un lien d'enfer...Mais vu ce qui est prévu avec TimmyBarty, je sens qu'Angie ne va pas rester dans ton coeur très longtemps Very Happy!


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 25
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:26

comment ça ce qui est prévu....j'ai encore loupé un épisode moi....
c'est quoi cette manie...lol...Je veux savoir

Mais sinon bien sur qu'on va avoir un lien....mais seulement si tu m'explique...histoire que cela puisse être cohérent...hihihi


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:31

    Surprise...Surprise... ça va se jouer en Rp!

    En fait Angie va coucher avec Barty qu'elle croit être Timmy parce que Barty lui fait croire que Tim' et Julia ont rompu!... MOUHAHA mais ça c'est un court résumé! La suite sera à découvrir Very Happy *air sadique*


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 25
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:35

mais vous voulez la faire mourir ma Julia ou quoi... je crois qu'il va falloir que je la face internet...je vais me le faire se Barty je te le dis moi....


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:37

    Xd De toute façon, ça doit encore s'organiser! Mais bon c'est ni de la faute de timmy ni d'angie!

    Lor' aura le même soucis avec Maxou! On l'a prévu avec Thi'! Car Sevy va vouloir aller voir ailleurs MOUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!!!! Comment on les torture nos petits personnages!


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 25
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:38

Bande de sadique va....mais j'aime assez l'idée en sommes


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angélique M. Dewis
Admin | Prof. d'Histoire
Dir. de Poufsouffle & Sous-Directrice
Connaître le passé pour préparer l'avenir avatar
.

Age : 39
268 messages
Amour : l'histoire <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Autoritaire, passionnée, gentille, intéressante, intelligente, drôle, sarcastique, fêtarde, maternelle, protectrice, généreux, attentive, patiente, motivée

Absence :
MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté Dim 27 Fév 2011 - 22:39

    amour

    Je n'ai plus que cela à dire! Very Happy Razz... Pouuuuuur l'instant! Very Happy


_________________

BAEL - "Ni me escondo ni me atrevo, ni me escapo ni te espero, hago todo lo que puedo pa' que estemos juntos. Cada vez me importan menos los que piensan que no es bueno que haga todo lo que puedo pa' que estemos juntos."
ANGIE - "Ni me miras ni te quiero, ni te escucho ni te creo, pero siento que me muero cuando os veo juntos. Cada vez me importas menos Pues lo digo cuando debo aunque sienta que me muero cuando os veo juntos."




Mathias et Angie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Angélique -- Comme un souffle de liberté

Revenir en haut Aller en bas
Angélique -- Comme un souffle de libertéVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤Gestion du personnage├

 :: 

Entretiens d'embauches

 :: 

Liste des Employés

-