Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Mélodie matinale [FINI]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Mélodie matinale [FINI] Lun 24 Jan 2011 - 17:15

Premier poste avec Luna Very Happy! Ne me laissez pas dans le vent Wink Razz

    Deux petits yeux pétillants s’ouvrirent soudainement dans la pénombre la plus complète. Une silhouette s’agita quelques peu dans l’obscurité envahissante. Puis, soudainement, alors qu’un léger grognement se fit entendre une petite main s’échappa de la couverture pour attraper un petit objet posé sur la table de nuit. Une montre, une montre qui s’illumina dès que les fins doigts de la demoiselle se posèrent sur le bouton déclencheur de lumière…Cinq heure du matin…La jeune demoiselle soupira, il était temps de se lever. Elle s’étendit alors allégrement dans son lit avant de se placer sur le côté pour regarder par la fenêtre. La lune était pleine et encore montée bien haut dans le ciel, l’enfant adorait les matins comme cela ! Se lever tôt était une véritable passion pour elle, cela lui permettait de profiter de sa journée, de se réveiller en douceur, de se retrouver un peu seule, au calme ce qui n’arrivait pas si souvent. A force de contempler tranquillement les étoiles dans le ciel avec le regard émerveillé, la môme décida enfin de quitter la chaleur de son lit. Elle frissonna de froid mais fit bien attention à ne pas bailler ou à ne pas s’exprimer, comme elle l’aurait fait d’ordinaire. Elle avait appris avec les années que les autres gens n’aimaient pas être réveillés aux aurores et même Yuna détestait cela et râlait régulièrement sur son amie lorsque cette dernière ne prenait pas en compte ses préférences et la réveillait malgré tout ! La petite furie ne comprenait pas pourquoi les gens étaient tous comme cela, mais c’était ainsi et il fallait qu’elle s’adapte, lui avait un jour dit sa maman dans une lettre. Décidée à écouter les conseils de sa génitrice, la jeune Luna enfila un sweat-shirt au dessus de son pyjama à ligne rouge et blanche et ce sans faire de bruit. Puis, se mouvant à l’aveugle dans le dortoir des gryffondors, elle s’approcha de sa table de nuit et attrapa sa baguette qu’elle mit dans une poche et son harmonica qu’elle glissa dans l’autre poche…Comme presque tous les jours, elle allait devoir attendre que les autres élèves se lèvent alors autant mieux prendre quelque chose pour s’occuper. Pour finir, avant de quitter la pièce, elle s’approcha de son lit, déposa la main dessus et murmura d’une toute petite voix fluette :

    Luna – « Tu viens Knox ? On va se balader un peu ! »

    A peine quelques instants plus tard, une toute petite boule de poils fin laissa apparaître un fin museau hors des couvertures où il était caché et vint grimper sur la main de sa propriétaire avant d’aller sa cacher dans sa manche et de remonter le long de son bras pour aller se nicher dans le cou de la roussette. La môme laissa échappée un petit rire car l’animal l’avait un peu chatouillé et tourna les talons, enfila rapidement ses pantoufle et quitta définitivement le dortoir, fermant délicatement la porte derrière elle ! Alors qu’elle descendait les marches de la tour des gryffondors pour rejoindre la salle commune, la jeune Luna Hayden se sentait fière d’elle ! Elle n’avait réveillé personne et c’était assez rare qu’elle arrive à un tel exploit et en plus, elle avait pensé à fermer la porte derrière elle pour ne pas laisser ses camarades mourir de froid ! Elle grandissait de jour en jour ! Décidée à ne pas se laisser inquiétée par cette idée non plus, elle franchit les dernières marches et se dirigea tout de suite vers le portrait gardien de leur antre secrète ! Au début, elle avait prévue de venir simplement s’installer ici en bas, dans un des fauteuils confortable au coin du feu et jouer un peu avec Knox ou de son harmonica mais finalement, le vide dans la salle commune ne lui donnait aucunement envie d’y rester et elle choisit d’aller faire un tour dans Poudlard, en pyjama ! Il y avait de toute façon peu de chance de rencontrer quelqu’un à une heure pareille du matin ! Pour une raison que la fusée rouge ne parvenait définitivement pas à comprendre, les adolescents semblaient adorer le fait de faire la grasse matinée et de pouvoir dormir le plus longtemps possible…Elle pouvait donc être tranquille et puis de toute façon, elle ne voyait pas le problème…Yuna avait beau lui dire que cela ne se faisait pas, Luna aimait, elle, se balader en pyjama alors elle le faisait, voilà tout !

    Les couloirs étaient déserts, comme elle se l’était imaginé, alors la petite boule rouge en pyjama se mit à sautiller le long du chemin, s’amusant à toucher les murs, essayer d’atteindre certaines têtes d’armures, certains lustres et même certaines bougies. La petite fille était bien réveillée, maintenant qu’elle était sortie et peu importe l’heure qu’il était aux yeux des gens, pour elle, il était venu le temps de regarder le soleil en face et de lui demander de venir chasser Mademoiselle la Lune ! Il était l’heure de profiter du temps éveillé, de savourer chaque instant, d’apprécier chez particule d’air respirée, d’aimer chaque recoin de cet immense et magnifique château et de vivre tout simplement à fond cette nouvelle magnifique journée ! Luna était heureuse ! Il fallait reconnaître que de toute façon, elle était rarement malheureusement mais le réveil était, contrairement à beaucoup d’adolescent, l’un de ses moments préférés dans la journée ! Le fait de quitter ses rêves pour reprendre le chemin de la conscience, le fait de savourer les levés du soleil, l’aurore aux doigts de rose, le ciel aux couleurs arc-en-ciel, le sourire des gens au réveil, le fait d’enlever le sable du marchand de nos petits yeux, et puis les saluts. Luna adorait dire « bonjour » le matin et savoir qu’on le lui rendait également, c’était un plaisir ! Les matins étaient les moments qu’elle adorait dans la journée, également parce que personne ne l’embêtait jamais puisqu’elle demeurait longtemps la seule debout dans le château. Aucun serpentard pour l’attaquer ou se moquer d’elle, pas de bousculade, elle pouvait être calme et admirer à son aise les reflets du matin. Bien évidemment, au bout d’un moment, à force de rester assise dans la salle commune, il lui arrivait d’avoir faim. Qu’à cela ne tienne, elle allait jusqu’aux cuisines pour prendre son petit déjeuné, seule avec Know, bien entendu !

    Luna – « Knox ? Ça te dit un peu de musique ? »

    L’idée lui était venue simplement, en passant dans le couloir du sixième étage, elle avait repéré la statue qui donnait dans le couloir des appartements des professeurs et ses pensées s’étaient dirigées vers son professeur de potion, Loréana Wilde qui lui donnait également des leçons de piano. Le lien fut vite fait dans l’esprit de la jeune fille qui interpella son animal. Immédiatement, la petite bête adorable sortit son museau du coup de la jeune fille et la renifla comme pour signifier son accord à cette merveilleuse idée. Luna, enchantée, sortit de sa poche son magnifique harmonica et le porta à ses lèvres…Si à l’époque écouter la petite fusée rouge jouer de cette instrument avait longtemps été une torture, aujourd’hui c’était on ne peut plus agréable car l’adolescente enfantine avait vraiment appris à en jouer au fil des années et elle se débrouillait même plutôt bien, à présent. C’est donc parcourant les étages, Knox qui se baladait sur elle, dans sa manche, dans son cou et partout où il pouvait aller, que Luna se mit à jouer de l’harmonica, faisant raisonner une douce mélodie dans les couloirs désert du château de Poudlard…Elle en joua tout le long du trajet, savourant sa solitude. Lorsqu’elle arriva aux cuisines, elle chatouilla la poire du portrait qui retenait l’entrée prisonnière et secrète et immédiatement, ce dernier se détacha du mur pour laisser la gryffondor pénétrer en ces lieux. La petite fille rangea son instrument et s’approcha d’une table. Elle y déposa son raton afin que ce dernier puisse bénéficier également du petit déjeuné et s’installa ensuite sur une chaise, commandant poliment aux elfes de maison présents un éclaire au chocolat et une tasse de chocolat chaud qui lui serviraient de petit déjeuné. Elle fut rapidement servie et commença à manger, donnant de temps en temps de petits bouts à Knox qui s’en délectait également…Jamais elle n’aurait pensé qu’une autre personne était déjà levée et ne tarderait pas à la rejoindre !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par E. Luna Hayden le Dim 20 Mar 2011 - 17:15, édité 1 fois
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 25
250 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Jeu 27 Jan 2011 - 18:08

    Baël ouvrit les yeux, sentant sur son visage la douce caresse d’un rayon de lune qui, se jouant de la protection des épais rideaux, était parvenu à se faufiler dans la chambre des apprentis. Il sortait d’une étrange torpeur, un sommeil sans rêve, comme une absence. Très souvent, ces derniers temps, Baël Mathias Owned disparaissait de la surface de la Terre. Dans ces cas-là, l’apprenti était bien incapable de dire s’il était possédé par le Grand Lord ou pas. Cette nuit, par exemple. Avait-il déambulé dans le château, guidé par le Seigneur des Ténèbres ? Voldemort avait-il demandé à ses mangemorts de le rejoindre ? Voldemort s’était-il servi de son corps pour faire une nouvelle victime ? Il n’avait aucun moyen de le savoir. Il se leva doucement et en silence. Même s’il détestait Smith, l’autre apprenti, il ne voulait pas le réveiller. Il posa un pied nu sur le sol et frissonna à ce contact : les pierres millénaires du château étaient froides comme la mort. Il enfila bien vite des pantoufles et un T-shirt, ainsi qu’un pantalon négligemment jeté sur une chaise, avant de sortir de la chambre où dormait encore le frère de sa meilleure amie. Il attrapa au passage sa robe de sorcier, gardée jalousement par un porte-manteau élégant, et vérifia que sa baguette se trouvait dans sa poche avant de l’enfiler. Alors, il sortit comme un voleur, à pas de loup, du dortoir des apprentis. Il jeta un coup d’œil furtif à l’horloge qui trônait dans leur petite cuisine, et s’aperçut qu’il n’était que cinq heures du matin. Décidément, les nuits de l’ancien Serpentard se faisaient de plus en plus courtes. Peut-être était-ce dû à la présence de l’autre esprit ?
    Quoi qu’il en soit, Baël s’apprêtait à quitter le dortoir pour errer comme un zombie entre les murs sombres et froids du château, cherchant un moyen de savoir si Voldemort avait sévi cette nuit, quand son estomac cria famine. Il n’avait pas eu le temps, la veille, de manger à sa faim et s’était couché sans éprouver ce sentiment de satiété agréable qui lui permettait de dormir bien et longtemps. Il fit donc, dans la plus grande discrétion, volte-face pour aller farfouiller dans les armoires de la cuisine. Quelle horreur. Pénurie totale de pains au chocolat. Plus rien à manger. Bon sang de Merlin, à quoi donc servaient les Elfes de maison s’ils n’étaient même pas capables de remplir des placards ?
    Pestant contre l’incompétence des petits êtres, Baël décida de se rendre directement aux cuisines. D’une part pour trouver de quoi manger, et d’autre part pour passer sa mauvaise humeur sur un malheureux elfe. Ils n’avaient qu’à faire leur boulot correctement. Dire qu’on les payait même pour cela. C’était idiot. Les Elfes étaient, par nature, des esclaves. Les sorciers pouvaient les obliger à faire ce qu’ils voulaient… Pourquoi dès lors les payer ? Encore une ineptie que Baël, une fois parvenu au pouvoir grâce au Seigneur des Ténèbres, se hâterait de corriger. Il remettrait chaque créature à sa place. A commencer, bien sûr, par les moldus, ces imbéciles prétentieux et ignorants avec qui il avait dû passer son enfance. Quel ramassis d’imbéciles ! Rien que des ignares, aveugles au point de ne pas voir l’immense communauté de sorciers qui vivait à leur nez et à leur barbe. Les moldus seraient contrôlés, dirigées par les sorciers qui s’en serviraient comme des esclaves. Ou comme proie. Baël se délectait déjà de l’idée d’une chasse au moldu. Ce serait là un nouveau sport très amusant…

    Les pas du jeune apprenti trouvèrent écho dans un couloir sombre, froid, insuffisamment éclairé par un rayon de la lune plus aventureux que les autres. L’ombre du jeune homme se dessina un instant sur le mur, insaisissable, puis disparut. L’étrange phénomène se répéta à chaque fois que Baël passa devant une fenêtre, donnant l’illusion d’un immense ballet obscur. Le silence glacé qui régnait dans le château à cette heure-ci n’avait rien d’oppressant. Au contraire, c’était un silence rempli de possibilités, un silence d’opportunité. Un silence qui signifiait que le château était à lui. Il n’y avait personne dans les couloirs à cette heure-ci, et même les plus insomniaques des portraits étaient confortablement blottis dans les bras de Morphée. Même Peeves, l’esprit frappeur, dont Baël croisa le chemin, sembla calme, apaisé, et ne lui adressa aucune injure ni geste obscène. Le petit bonhomme, qui voletait dans les airs, son célèbre chapeau à clochettes sur la tête, n’adressa même pas un regard à l’apprenti et semblait composer une chanson. Baël ne comprit pas tout, mais il était question d’une Luna. Sans prêter véritablement attention à l’esprit, l’ex-Serpentard reprit sa marche vers les cuisines. Arrivé devant l’immonde tableau qui gardait l’entrée de la cuisine, Baël chatouilla la poire et l’œuvre pivota, laissant apparaître une porte tout juste assez grande pour le laisser entrer. Ricanant du mauvais goût des fondateurs de Poudlard sur le choix de ce tableau, il franchit le seuil des cuisines et se retrouva dans une ruche fourmillant d’activité. Des centaines d’elfes s’affairaient autour de dizaines de plats en argent, disposant croissants, pain au chocolats, éclairs, et même œufs brouillés, tranches de bacon en une formation esthétique. Chaque Elfe semblait avoir sa propre tâche à remplir, et les mouvements des petits êtres étaient vifs et précis. Tout devait être prêt pour le petit-déjeuner… Les premiers élèves ne se lèveraient que dans une heure, mais les Elfes se dépêchaient comme s’ils étaient déjà en retard. Lorsqu’ils aperçurent l’apprenti, certains elfes crièrent un mot inintelligible, et une petite nuée de créatures s’approcha de Baël, s’inclinant si bas que leur nez touchèrent presque le sol. D’un air dégoûté, Baël repoussa du pied un des Elfes qui s’était approché trop près à son goût.

    Baël - « Éloigne-toi, vermine. Et vas me chercher des éclairs au chocolat. J’ai faim. »

    Elfe, un peu brusqué, s’inclina plus bas encore et se hâta vers la cuisine. Les autres restèrent un instant à fixer l’ex-Serpentard d’un air réprobateur, mais se dispersèrent bien vite lorsque le regard noir ne Baël se posa sur eux. Alors, il se retourna, cherchant des yeux la petite table qui semblait changer de place à chaque fois que l’apprenti mettait les pieds dans la cuisine. Il la trouva, dans un coin, quelques chaises distraitement abandonnées autour… Et surtout, une fille. Une fille dont il n’avait pas remarqué la présence jusque-là. Et pourtant, il y avait de quoi. Son accoutrement était pour le moins… Etrange, pour la simple et bonne raison qu’elle était en pyjama. Un pyjama rouge et blanc, en plus. Elle semblait donner à manger à un rat, qui se régalait tout autant qu’elle avec des éclairs au chocolat. Elle jouait nonchalamment dans ses cheveux, d’un roux vif… Luna Hayden. Voilà donc la Luna au sujet de laquelle Peeves créait une nouvelle chanson ! Il fallait avouer que la demoiselle était pour le moins spéciale. Assez indescriptible. Baël ne savait pas vraiment ce qu’il pensait à son sujet. D’un côté, il la détestait car elle s’en était un jour pris à Laura, et vu la trace de morsure que la Serpentard avait conservée pendant des semaines, Luna n’y était pas allée avec le dos de la cuillère. Lorsqu’il était venu régler son compte à la Lionne, cette dernière l’avait fasciné. En effet, et malgré la terreur sans nom qu’on pouvait lire dans ses yeux, elle avait sorti à Baël ses quatre vérité, comme si de rien n’était. Surpris, Baël l’avait lâché, et Peeves était arrivé pour mettre Luna en fuite. Depuis lors, chaque fois que Luna croisait l’apprenti, elle semblait effrayée, cela se lisait au fond de ses yeux, mais ne semblait pas s’en rendre compte. Et cette ambigüité dans son comportement avait attiré l’attention du jeune homme.
    Baël s’installa face à elle, en premier bien soin de la nier. Il ne voulait pas lui parler. Son regard se posa partout, sauf sur elle. Lorsque l’Elfe de maison arriva enfin, un petit plateau chargé d’éclairs au chocolat dans les mains, Baël lui arracha les pâtisseries des mains et le renvoya d’un coup de pied. Alors que l’Elfe, l’air malheureux, s’apprêtait à s’en aller, Baël le héla.

    Baël - « Au fait, la cuisine des apprentis est vide. Remplissez-la avant ce soir. Et, pour ne pas l’avoir rempli, punissez-vous. Maintenant. »


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Ven 28 Jan 2011 - 12:04

    L’harmonica accordé en C de la jeune fille se déplaçait allégrement autour de ses lèvres tandis qu’elle prenait un malin plaisir à soufflé ou aspiré dans les petits trous de l’instrument afin de produire une douce mélodie matinale. C’était l’air d’une vieille chanson moldue que l’adolescent entonnait « Santiano ». Ses mains s’ouvraient et se fermaient sur les côtés ou le dessous de l’harmonica afin de rajouter des effets de son tandis que les pieds de la petite furie rouge, eux, répondaient à leur fonction première de manière automatique : marcher. La musique joyeuse emplissait les couloirs silencieux du château et résonnait entre ces murs pour emplir de joie et de gaité la matinée presque nocturne encore…Même la lune, que la petite gryffondor pouvait apercevoir grâce aux fenêtres qu’elle rencontrait sur sa route, semblait heureuse et épanouie d’avoir pour compagnie en cette fin de nuit la petite fille musicienne et l’air qu’elle traînait avec elle le long de son chemin. C’était un véritable plaisir, un cadeau qui venait rompre le silence d’ordinaire pesant, c’était une mélodie de joie de vivre parsemée de passion et de parfum de vérité qui brisait, aujourd’hui, l’absence de mouvement et de bruit du glacial château tant adoré. Luna jouait de l’harmonica, ne s’arrêtant pas de souffler et de faire vagabonder l’instrument au grès des notes et des sons qu’elle avait besoin de laisser sortir et le petit animal frêle sur son épaule semblait écouter avec admiration les talents de sa maîtresse. Knox, en effet, remuait des moustaches et du museau, signe qu’il était content et heureux tandis que sa fine queue rose vint se glisser le long du dos de la rouge et or, à l’intérieur de ses vêtements, pour se coller à sa peau si chaude et rassurante. Luna décolla l’instrument de sa bouche pour émettre un petit rire attendri face au comportement de son raton tant aimé puis reprit joyeusement la mélodie du bonheur matinal. Ses pas, eux, naturellement la conduisirent vers la cuisine des couloirs qui menaient aux cachots. Elle connaissait ce chemin par cœur pour l’avoir accompli un certain nombre de fois. En effet, régulièrement debout avant les autres élèves et avant même que les elfes aient eu le temps de dresser les tables, Luna était accoutumée à venir prendre son petit déjeuné ici, en compagnie de son Knoxy et des adorables elfes de maison. La furie rouge arriva, enfin, justement à l’entrée des immenses cuisines de Poudlard, elle rangea son harmonica dans une des poches de son magnifique pyjama rouge et blanc et chatouilla la poire du portrait qui s’entrouvrit immédiatement.

    Luna, dans sa politesse extrême, alla même jusqu’à remercier le portrait qui se referma dès qu’elle se fut engouffrée dans la petite ouverture. Immédiatement, à peine ses deux pieds posés sur le sol carrelée du lieu, une myriade d’elfes de maison accoururent vers la demoiselle pour la saluer et la servir. Luna était aux anges et commanda donc rapidement un éclaire au chocolat et un chocolat chaud. Elle s’avança alors un peu plus en profondeur dans les cuisines pour aller s’installer à la petite table libre du fond de la pièce. Elle laissa Knox descendre de son épaule en parcourant rapidement son bras pour se mettre sur la table et posa ses jeunes fesses sur la chaise d’à côté afin d’être assise, quand même, pour déguster le petit déjeuné qui serait apporté par les adorables créatures au service des sorciers. Durant le temps d’attente, la petite fille se permit de continuer à jouer de son instrument quelques instants mais rapidement, Tinky lui apporta ce qu’elle avait commandé et la jeune demoiselle se mit à dévorer la pâtisserie, sans oublier, bien entendu, d’arracher quelques petits morceaux pour les donner à Knox qui lui aussi avait l’air d’être affamée à cette aube majestueuse de tranquillité et de calme. D’ailleurs la petite fusée rouge profitait pleinement de ce moment de paix et de solitude. Bien que d’ordinaire peu apprécié par sa personne, la solitude du matin était un bien précieux que Luna affectionnait tout particulièrement pour elle ne savait qu’elle raison. Peut-être le fait de justement pouvoir se sentir apaisée quelques instants, sereine et en parfait accord avec elle-même. Malheureusement, qui aurait pu deviner qu’aujourd’hui, à cinq heures et quelque du matin, sa mélodie matinale serait troublée par l’arrivé inopportune d’un intrus donc la gryffondor se serait volontiers passée !

    En effet, alors que ses papilles gustatives savouraient pleinement le gout entier et doucereux de la sucrerie qu’elle avait commandé, un autre individu avait ouvert le portrait dissimulant les cuisines et s’était, nullement gêné, glissé à l’intérieur. Luna, plongé dans ses pensées et dans la discussion qu’elle entretenait avec son adorable raton n’avait cependant pas entendu l’entrée de l’apprenti. Perdue dans ses pensées, elle n’avait pas remarqué non plus que la moitié des elfes de maison venait d’abandonner leur poste de travail au cuisine pour se diriger en courant vers le nouveau venu et se prosterner de manière exagérée au pied de l’individu. Pendant tous ces temps là, notre fusée rouge, elle était concentrée sur son éclaire au chocolat et sur son raton qu’elle observait amoureusement grignoter les petits bouts de nourriture qu’elle lui offrait. Knox de son petit museau agité lui faisait bien comprendre qu’elle appréciait particulièrement ce qui lui remplissait l’estomac et l’idée de faire plaisir à son raton eut le don de mettre Luna encore plus de bonne humeur et de la plonger dans une joie qu’elle pensait incassable tout du moins jusqu’à ce que résonne dans la cuisine une voix grave, masculine et plus qu’agressive qui fit sursauter Luna, auparavant, tranquillement assise sur sa chaise.

    Voix – « Éloigne-toi, vermine. Et vas me chercher des éclairs au chocolat. J’ai faim. »

    La gryffondor n’eut nullement besoin de se retourner pour savoir à qui appartenait cette voix désagréable et qui avait osé prononcer des paroles aussi outrageante : il s’agissait de l’ancien serpentard : Baël Mathias Owned était devenu cette année l’apprenti du professeur de défense contre les forces du mal ce qui n’avait rien fait pour calmer l’égo déjà surdimensionné du vil serpentard…Luna soupira et se retourna malgré tout pour observer mes manières désobligeante de cet insupportable personnage ! Il l’agaçait et il eut même le don, de bon matin, de la mettre déjà en colère ! Comment pouvait-on s’adresser à ces si gentilles créatures avec un ton aussi hautain et méprisant ! Cela révoltait la petite fille et rendait Baël encore plus haïssable à ses yeux. Ce personnage abject ! Il la rendait dingue ! Elle qui ne supportait pas l’injustice eut envie de hurler directement sur ce personnage et elle l’aurait fait, sans retenue, si ce dernier ne s’était pas mis à bouger, la coupant dans son élan pour s’approcher d’elle. Elle se demanda s’il comptait la saluer mais que du contraire, il se contenta de s’asseoir en face d’elle, ignorant superbement sa présence, évitant volontairement de poser les yeux sur elle. La jeune demoiselle, poussée par son honnêteté habituelle, ne put s’empêcher de lancer :

    Luna – « ça t’écorcherais la bouche d’être un peu poli et de saluer les gens ! Moi, je le fais en tout cas, Bonjour Baël ! »

    Voilà qui était fait ! Non mais ! Pour qui se prenait-il cet imbécile ! Pour le roi du monde ? Le plus intelligent ? IL n’était rien d’autre qu’un vaniteux serpent qui pétait plus haut que son cul ! Voilà ce que Luna pensait de lui et voilà ce qu’elle avait déjà osé mainte fois lui dire en face malgré le fait que Baël n’ait jamais hésité à la martyrisé une seule demis seconde ! Ah ce bougre, cet enfoiré ! Luna, cependant, tenta de nier également sa présence en se re-concentrant sur sa propre nourriture et sur Knox qui s’était rapproché d’elle afin de lui quémander de quoi remplir un peu plus son minuscule estomac. C’est alors qu’un elfe de maison que Luna appréciait tout particulièrement s’approcha de Baël pour le servir. Ce dernier lui, un fois qu’il eut reçu ce qu’il avait commandé, renvoya l’elfe dans un coup de pied magistral qui mit Luna dans une colère noire ! Immédiatement elle s’apprêta à hurler sur l’apprenti, à se jeter sur lui pour essayer de l’égorger mais le vil serpent fut plus rapide et s’adressa alors à l’elfe pour lui demander encore quelque chose :

    Baël – « Au fait, la cuisine des apprentis est vide. Remplissez-la avant ce soir. Et, pour ne pas l’avoir rempli, punissez-vous. Maintenant. »
    Luna – « Tinky, c’est bon, ma belle, ne te punis pas, oublie les ordres de cet idiot et va continuer ton travail ! »

    Dès que Baël lui en avait donné l’ordre, L’elfe avait commencé à se frapper la tête contre la table. Luna l’avait directement arrêté en l’attrapant par le col et lui ordonna l’inverse afin que la pauvre créature soit libérée de son sort. De plus Tinky considérait plus Luna comme son maître étant donné qu’elle la voyait plus souvent ce qui permit à la pauvre petit créature d’être libérée de son châtiment et de rapidement s’éloigner de l’horrible Owned que tous les elfes de maison, ici, craignaient plus que tout vu la méchanceté dont il faisait preuve à leur égard. Une fois que l’elfe fut hors de portée et que Luna fut certaine qu’elle ne risquerait plus rien, ce qui était le plus important aux yeux de la gryffondor, elle se retourna vers le serpent, ses yeux brillant de colère pour lui cracher des paroles extrêmement acerbe :

    Luna – « Tu n’es véritablement qu’un veracrasse, Baël ! Une vermine ! Tu me dégoute et d’ailleurs, tu dégoute tout le monde ici avec ta soi-disant supériorité, tu ne vaux rien ! Rien du tout ! Slip de troll ! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 25
250 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Mer 2 Fév 2011 - 18:27

    Les Elfes s’affairaient tous, chacun sa tâche. Il aurait été très simple pour l’apprenti de croire qu’il venait de pénétrer dans une ruche en pleine activité. On aurait dit que chaque Elfe était une petite fourmi qui œuvrait pour la collectivité, sans vraiment savoir ce que les autres faisaient. L’un cuisinait des œufs sur le plat, l’autre des œufs brouillés, et se servait dans un petit chariot rempli d’œufs, poussé par un troisième. Il devait faire attention aux autres elfes, qui se déplaçaient avec agilité, portant de lourds plateaux plein de croissants encore chauds, de pains au chocolat, de diverses pâtisseries et qui faisaient preuve d’une adresse assez impressionnante. D’autres faisaient léviter des oranges et les découpaient en deux, alors que d’autres les pressaient pour en faire un jus délicieux. Certains torréfiaient des grains de café, d’autres s’occupaient de faire du chocolat chaud. Chaque Elfe semblait avoir sa tâche à accomplir, indépendamment des autres, et leurs mouvements fluides donnaient, de l’extérieur, l’impression d’assister à un étrange ballet de petites créatures vêtues de draps.
    Lorsque quelques Elfes, les plus proches de lui, s’aperçurent de la présence de l’apprenti, ils crièrent un mot, incompréhensible à cause du vacarme de la cuisine, et une horde de petites créatures qui arrivaient au plus à la taille du jeune homme, déboula dans sa direction. Les Elfes firent la courbette très bas, car ils craignaient l’ex-Serpentard : en effet, celui-ci considérait les elfes comme des non-être, des objets, juste des esclaves à qui les sorciers ne devaient ni le respect ni l’amour. Ils étaient quand même ridicules, ces elfes. Ils disposaient d’un extraordinaire pouvoir magique, plus puissant peut-être que celui des sorciers (et c’est pourquoi Baël menait de fréquentes recherches sur eux à la bibliothèque, il ne fallait pas les négliger une deuxième fois), mais ils étaient enchaînés par une vieille magie plus puissante encore, qui les obligeait à obéir à tous les autres de leur maître. De plus, ils ne pouvaient pas utiliser leur magie contre les Porteurs de Baguette, ce qui les rendait tout à fait dépendants des sorciers. Eprouve-t-on du respect envers une assiette ou des chaussures ? Non. Alors, pourquoi e éprouver pour des Elfes ?
    Les longs nez disgracieux des Elfes touchèrent presque le sol alors qu’ils s’inclinaient, et les oreilles de chien de certains d’entre eux leur tombèrent sur le visage. Un des Elfes s’approcha plus près que les autres, et leva le regard vers lui, sans oser le regarder dans les yeux. Il attendait que Baël lui donne ses ordres comme un petit soldat au garde-à-vous. D’un air dégoûté, l’ancien Serpentard le repoussa du pied.

    Baël - « Éloigne-toi, vermine. Et vas me chercher des éclairs au chocolat. J’ai faim. »

    Son ordre donné, l’apprenti chercha des yeux la petite table que des Elfes avaient installée dans la cuisine bien des décennies auparavant pour permettre à ceux qui viendraient dans la cuisine de manger s’ils en avaient envie. Le problème de cette petite table, s’était qu’elle changea de place en fonction de l’Elfe qui la sortait, et que, par conséquent, il fallait toujours jouer à un vrai jeu de piste pour retrouver la table nomade. Cette fois-ci, ce ne fut pas bien difficile. Elle était dans un coin de la pièce, proche du mur, entourée de quatre chaises. La table semblait bien seule, cloîtrée dans un coin. Quoique, non. Une élève – que faisait une élève dans les cuisines, d’abord ?- était déjà assise et partageait un repas avec une sorte de rat. Attendez… Si on récapitule, on a l’équitation suivante : Cheveux roux + Raton + élève hors du dortoir à cinq heures du matin… La solution était, ma foi, assez simple : Sol ={Luna Hayden}.
    Luna, Luna, Luna. Ou plutôt Eudoxie. Ah oui, même si Luna faisait tout pour que les gens ignorent son premier prénom, en tant qu’apprenti prof, Baël l’avait appris. Ce prénom l’avait bien fait rire, d’ailleurs. Eudoxie. Un prénom bien vieillot. Bien idiot, aussi. Sans doute Baël tenait-il là une arme pour faire sortir la Gryffondor de ses gonds. Bah, on verra. En attendant, il suffirait de faire comme si elle n’existait pas. Il passa à côté d’elle sans lui accorder le moindre regard, et s’installa sur la chaise face à elle, en prenant bien soin d’éviter de la regarder. Il savait bien qu’elle n’apprécierait pas. Il pourrait ainsi la punir, car ce serait elle qui aura cherché la confrontation. Ah, que sa position d’apprenti était jouissive !

    Luna – « ça t’écorcherais la bouche d’être un peu poli et de saluer les gens ! Moi, je le fais en tout cas, Bonjour Baël ! »

    L’apprenti continua de l’ignorer en beauté. Pas question pour lui de rentrer dans son jeu tout de suite. Cela dit, Baël dut se contenir pour ne pas laisser fuser une réplique cinglante. Cette Luna oubliait-elle qu’elle n’était qu’une élève insignifiante, et qu’elle devait, comme tous les élèves, le respect aux membres du personnel du château, et à plus forte raison aux professeurs et à leurs apprentis ? Si elle l’avait oublié, Baël se chargerait de le lui rappeler. En attendant, l’Elfe qu’il avait tout à l’heure repoussé du pied s’approcha, portant sur ses épaules un lourd plateau d’argent sur lequel s’entassaient des montagnes d’éclairs au chocolat. Baël lui arracha violemment le plateau des mains et le renvoya à son travail d’un coup de pied. La petite créature se retrouva projetée deux mètres plus loin en un couinement malheureux. Alors qu’elle se relevait difficilement, l’air martyrisée, la petite créature fut hélée une fois de plus par l’apprenti.

    Baël - « Au fait, la cuisine des apprentis est vide. Remplissez-la avant ce soir. Et, pour ne pas l’avoir rempli, punissez-vous. Maintenant. »

    Le regard triste et plein d’incompréhension, l’Elfe s’exécuta. Il fonça sur la table, et commença à se taper la tête dessus, sous le regard amusé de Baël. Les Elfes, quelles créatures pitoyables…

    Luna – « Tinky, c’est bon, ma belle, ne te punis pas, oublie les ordres de cet idiot et va continuer ton travail !»

    L’ex Serpentard regarda, un franc amusement dans les yeux, la Gryffondor saisir l’Elfe par le col. L’employé des cuisine gratifia Luna d’un regard tendre, et détala son demander son reste, alors que Baël le suivait des yeux, amusé. Il avait un joli bleu, sur la tête. Ça lui apprendra à ne pas remplir les placards de la cuisine de l’appartement des apprentis.

    Luna – « Tu n’es véritablement qu’un veracrasse, Baël ! Une vermine ! Tu me dégoute et d’ailleurs, tu dégoute tout le monde ici avec ta soi-disant supériorité, tu ne vaux rien ! Rien du tout ! Slip de troll ! »

    Baël daigna enfin la regarder. Il lui adressa un sourire qui sonnait faux, et lui dit, d’un ton mielleux :

    Baël - « Bonjour, Eudoxie. Je dois avouer que ta vision de la politesse me dépasse. »

    Autre sourire. Tout aussi faux.

    Baël - « Et je vais devoir te rappeler, Eudoxie, qu’en tant que membre du personnel du château, tu me dois le respect. Bien que tu n’en n’aies pas envie, je le vois bien. »

    Il ferma les yeux en mordant à pleines dents dans le premier éclair qui lui passa par la main. Même si les Elfes étaient des vermines, il fallait avouer qu’ils étaient bons cuisiniers.

    Baël - « Par contre, il n’est pas nécessaire d’éprouver du respect pour ces choses. Ils ne sont que des esclaves. Tu devrais le savoir, depuis le temps que tu es à Poudlard. »


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Jeu 3 Fév 2011 - 19:56

    Knox semblait se régaler. Le raton laissait sa queue rosâtre encore petite se coller à la belle table de la cuisine et son museau ne cessait de gesticuler, faisant se mouvoir ses magnifiques moustaches, signe de son contentement ! Ses petits yeux noirs perçants fixaient sa maîtresse d’un air ravi et ses minuscules pates attiraient à lui les morceaux d’aliment que Luna lui offrait avec plaisir. Knox, gourmand, était aux anges ce qui menait l’innocente fusée rouge au paradis également tant le fait de voir son petit raton, avec lequel elle avait tissé un lien très étroit même fusionnel, heureux la transportait de joie. Oui elle aimait cet animal, plus peut-être qu’elle n’aimait les êtres humaines sauf Yuna et sa famille, bien sûr parce que lui, au moins, la comprenait, lui ressemblait et pour rien au monde ce raton ne semblait vouloir la quitter. Il était toujours sur elle, avec elle, se baladait dans son cou, dans ses vêtements, parfois même se posant sur ses chaussures, il dormait avec elle, mangeait avec elle. Et puis, il lui ressemblait tellement. Il ne tenait pas en place, constamment ce besoin de bouger, de sautiller, il aimait même à la mordiller gentiment pour calmer ses excès de mouvement. Comme elle, il n’était encore qu’un enfant et il aimait donc plus que tout jouer, courir. Tous deux se comprenaient à demis mots et moins encore puisque l’animal ne savait pas parler mais d’un regard, Luna pouvait lui faire comprendre ce qu’elle attendait de lui : se cacher, jouer, attaquer ou autre, d’un regard Knox savait lui faire comprendre ce qu’il attendait d’elle : de la nourriture, un câlin, un jeu ou autre. Luna et Knox étaient devenus indissociable et Know avait développé pour la jeune gryffondor un instinct protecteur qui le poussait à mordre ceux qui s’attaquait à elle comme cette Laura Owned et bien d’autres serpentards avaient eu l’immense honneur de connaître la souffrance infligée par les violentes morsures de cet animal à l’apparence si douce, adorable et inoffensive.

    Baël- « Éloigne-toi, vermine. Et vas me chercher des éclairs au chocolat. J’ai faim. »

    Luna sursauta quelque peu lorsqu’une voix glaciale pénétra dans ses oreilles : qui donc pouvait bien se lever à une telle heure. D’ordinaire, il n’y avait guerre qu’elle de réveillée dans tout le château ce qui représentait quand même une grande superficie. Mais elle n’eut malheureusement nullement besoin de se retourner pour identifier cette personne intrusive car elle reconnut la voix et les manières hautaines et désagréables de l’ancien serpentard Baël Owned, aujourd’hui devenu apprenti défense contre les forces du mal ! Elle soupira : elle n’avait pas envie de se retrouver face à lui et certainement pas dans ce moment de la journée habituellement réservée à sa paix et à sa tranquillité intérieure. Enfer et damnation ! Ô rage, Ô désespoir ! Cependant la gryffondor décida d’ignorer un instant sa présence, se disant qu’il allait peut-être s’en aller une fois qu’il aurait été servi et donc qu’il aurait obtenu ce qu’il voulait mais ce ne fut pas le cas ! Ce malotru s’avança dans la pièce et passa devant Luna sans même la regarder ce qui agaça au plus haut point la jolie demoiselle à cause de l’impolitesse dont il faisait preuve. Elle n’entendit donc même pas qu’il soit assis sur la chaise pour lui lancer, comme à son habitude, en face et de manière bien insolente ce qu’elle pensait de cette insubordination !

    Luna- « ça t’écorcherais la bouche d’être un peu poli et de saluer les gens ! Moi, je le fais en tout cas, Bonjour Baël ! »

    Ce n’était certainement pas très malin de s’adresser ainsi à Baël et surtout pas alors qu’elle se trouvait seule avec lui dans ses cuisines et que vue sa force physique et magique beaucoup élevées que la sienne, il pourrait aisément lui faire regrette ses paroles d’autant que en tant qu’apprenti, aujourd’hui, elle était censée respecter ce répugnant personnage mais c’était hors de question et donc, dans son honnêteté radicale, dans son innocence et son inconscience la plus complète, Luna avait encore une fois fait fit de toutes les conséquences et avait prononcé haut et fort le fond de sa pensée mais, bizarrement, ce pathétique bonhomme continua à nier son existence, l’ignorant superbement et prenant un malin plaisir à fuir son regard alors qu’elle, au contraire, cherchait à rencontrer le sien. Abandonnant finalement l’idée d’éduquer ce scélérat, Luna reporta son attention sur son éclaire au chocolat et sur Knox qui, délaissé, en redemandait ! Pendant ce temps, un elfe de maison que la petite furie rouge connaissait particulièrement bien apporta à Monseigneur Baël ce que ce hautain crapaud avait commandé et ce vicieux, après avoir laissé la petite Tinky déposer le plateau, renvoya la créature d’un coup de pied assez violent tout en laissant d’une voix agressive et méchante :

    Baël – « Au fait, la cuisine des apprentis est vide. Remplissez-la avant ce soir. Et, pour ne pas l’avoir rempli, punissez-vous. Maintenant. »
    Luna – « Tinky, c’est bon, ma belle, ne te punis pas, oublie les ordres de cet idiot et va continuer ton travail ! »

    La pauvre créature, après s’être déjà cognée contre un mur, s’était retrouvée forcée d’obéir aux ordres de Baël Owned et avait donc commencé à se taper sa petite tête elfique contre la table. Luna, immédiatement, par réflexe, l’attrapa par le col et sans tarder lui ordonna exactement l’inverse afin de libérer la petite Tinky de cet ordre auquel elle était liée malheureusement par une ancienne magie. Immédiatement la créature remercia chaleureusement la petite Luna et s’enfuit sans demander son reste non sans jeter quand même un dernier regard gratifiant à sa protectrice, regard que Luna lui rendit d’un air amusée. Elle se retourna alors vers Baël pour lui dire le fond de sa pensée et jeta au passage discrètement un coup d’œil à Knox qui comprit le message : il fallait bien se venger et la créature quitta la table sans que l’ancien serpentard ne s’en aperçoive, trop occupé qu’il était à écouter, avec un sourire goguenard, ce que l’enfant de sa maison ennemie avait à lui dire en face et cela faisait beaucoup de chose, pas bien agréable à entendre :

    Luna- « Tu n’es véritablement qu’un veracrasse, Baël ! Une vermine ! Tu me dégoute et d’ailleurs, tu dégoute tout le monde ici avec ta soi-disant supériorité, tu ne vaux rien ! Rien du tout ! Slip de troll ! »
    Baël- « Bonjour, Eudoxie. Je dois avouer que ta vision de la politesse me dépasse. »
    Luna- « Disons que je me calque sur la tienne, Mathias »

    Lorsqu’elle avait entendu ce Baël ridicule utiliser ce prénom qu’elle haïssait tant, elle avait eu envie de lui sauter à la gorge et elle l’aurait fait –étant donné que la petite Luna n’a aucune retenue- si une autre idée ne lui était pas passée simultanément à sa colère par la tête. A armes égales, le combat ! Baël avait utilisé contre elle son premier prénom, dont peu de gens connaissaient l’existence et que lui connaissait grâce à sa position actuelle. Il savait aussi qu’elle devait certainement haïr être appelée ainsi pour qu’elle le dissimule à tous le château et en effet, la dernière fois qu’un de ses frères, pour l’embêter, l’avait nommé avec cet Eudoxie de malheur, il s’était retrouvé salement amoché par la fusée rouge. Mais Luna était devenue un peu plus maligne et préféra affronter Baël par la parole en utilisant la même insulte car elle savait, de par son frère à serpentard, que l’apprenti avec un deuxième prénom, Mathias, qu’il détestait au plus haut point voilà pourquoi, elle le nomma ainsi ! Cependant Baël continua de lui parler avec un calme exaspérant et un sourire hypocrite fixé sur ses lèvres affreuses et ainsi s’engendra une joute verbale :

    Baël- « Et je vais devoir te rappeler, Eudoxie, qu’en tant que membre du personnel du château, tu me dois le respect. Bien que tu n’en n’aies pas envie, je le vois bien. »
    Luna- « Et puis quoi encore, Mathias ? »
    Baël- « Par contre, il n’est pas nécessaire d’éprouver du respect pour ces choses. Ils ne sont que des esclaves. Tu devrais le savoir, depuis le temps que tu es à Poudlard. »
    Luna- « Sais-tu que l’on n’est plus en l’en 2000 ? Au temps où les sorciers suivaient encore aveuglément ces stupides idées véhiculées par ce ridicule petit Lord Voldemort ? Et puis tu vas voir ce qu’une créature peut faire ! »

    Et en effet, l’ayant suivi du regard, au moment où elle prononça ses dernières paroles, Knox, son raton, avait réussi à se faufiler jusqu’à la jambe de Baël qu’il mordit violemment. L’instant d’après, elle vit son raton détaler à toute vitesse et s’engouffrer dans un trou dans le mur de la cuisine et disparaître bien loin. Il devait vagabonder en ce moment dans les murs de Poudlard et elle le retrouverait plus tard, en sécurité : malin ce rat ! Luna, en attendant, observait d’un air amusé la réaction de Baël…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 25
250 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Ven 4 Fév 2011 - 22:38

    Baël - « Éloigne-toi, vermine. Et vas me chercher des éclairs au chocolat. J’ai faim. »

    Baël repoussa du pied l’Elfe imbécile qui se sentait obligé de s’approcher de lui pour lui demander ce qu’il désirait. La grimace qui tendit son visage lorsque sa jambe entra en contact avec l’immonde créature était tout à fait éloquente et exprimait sans ménagement le dégoût qu’il ressentait à l’idée d’entre en contacte avec ces choses. Ce n’étaient que des objets, des esclaves, qui avaient le seul avantage d’être vivants. On ne leur devait ni le respect, ni toute autre forme de sentiment. Du dédain, du mépris, peut-être aussi, pour leur rappeler la place qui était la leur dans la société sorcière, mais rien d’autre. Les Elfes étaient des êtres (mais méritaient-ils vraiment ce qualificatif ?) inférieur, et il fallait le leur faire comprendre. Ils ne devaient pas penser qu’ils puissent être l’égal des sorciers. Sinon, ils pourraient s’en prendre aux sorciers, comme se fut le cas durant la bataille de Poudlard. S’ils ne purent pas utiliser leur magie à l’encontre de sorciers, ces immondes vermines avaient utilisé leurs couteaux pour s’attaquer aux Mangemorts et ainsi contribuer à la chute du Lord. A la suite de cela, de nombreuses voix s’étaient élevées dans le monde sorcier pour réclamer leur libération et les traiter comme des égaux des sorciers. Aujourd’hui, si l’égalité n’avait pas été acquise, les conditions de travail des Elfes s’étaient améliorées et leur salaire avait été revu à la hausse. Mais l’ancienne magie qui les forçait à obéir aux humains avait été maintenue en place, au grand dam des associations de défense de ces bestioles. Baël, lui, jugeait cela très bien. Ses saloperies ne méritaient pas le statut d’êtres vivants, et leur accorder des droits était à ses yeux une grossière erreur. Les sorciers devraient avoir le droit de vie et de mort sur les Elfes. Comme ça avait été le cas avant. Comme ça devrait être le cas.
    Baël le regarda s’éloigner, se hâtant vers une petite porte discrète, puis se détourna des Elfes et de leur agitation pour se diriger vers la petite table, seule dans un coin. Il y aperçut avec dédain qu’une élève aux cheveux aussi rouge que la maison dans laquelle elle se trouvait était en train de manger, avec un petit rat dégoûtant. Luna Hayden. Une espèce de timbrée inconsciente. Soudain, la chanson que composait Peeves lorsqu’il le croisa le matin même lui revint à l’esprit.
    « La p’tite Luna n’a plus toute sa tête
    Mais au moins elle est honnête »
    Visiblement, l’esprit frappeur cherchait d’autres rimes ou de quoi faire un couplet supplémentaire. Mais les deux premiers vers étaient bien réussis. La p’tite Luna n’a plus toute sa tête. C’est un fait. Une personne censée n’aurait jamais osé cracher des insultes au visage de l’apprenti alors que ce dernier la plaquait contre un mur à quelques centimètres du sol. Mais, pour l’heure, Baël n’avait absolument pas envie de lui parler. Il s’installa à la table, face à elle, et l’ignora royalement, espérant silencieusement qu’elle aurait l’intelligence de faire de même. Mais il ne fallait pas trop espérer de la part d’une Gryffondor… Elle l’interpela en lui reprochant de ne pas l’avoir saluée. Il posa ses yeux sur elle un quart de seconde, puis recommença son petit manège d’évitement hautain. Il n’avait aucune envie de gaspiller sa salive pour cette petite idiote. Tant pis si elle ne le comprenait pas. Continuant de l’éviter savamment, Baël regarda l’Elfe de tout à l’heure approcher avec un grand plateau d’argent sur lequel un grand nombre d’éclairs au chocolat était disposé en étoile. Il lui arracha le montage des mains, puis le renvoya d’un coup de pied. Le petit être, en un couinement, se retrouva face contre terre, les quatre fers en l’air. Avec un sourire sadique, Baël lui ordonna de se punir pour n’avoir pas rempli les placards de la cuisine du dortoir des apprentis. Que c’était drôle de voir cet Elfe méprisable se taper la tête contre la table en maugréant « méchant Tinky, méchant Tinky » ! Mais Luna intervint et mit fin au spectacle en empoignant l’Elfe par le col et en lui ordonnant d’arrêter. Baël posa sur elle le regard agacé d’un animal à qui on enlève son repas. La Gryffondor s’emporta et insulta l’ex-Serpentard, qui resta étonnement calme. Il fit mine de s’apercevoir enfin de sa présence.

    Baël - « Bonjour, Eudoxie. Je dois avouer que ta vision de la politesse me dépasse. »
    Luna – « Disons que je me calque sur la tienne, Mathias »

    L’ancien Serpentard tiqua pendant une seconde, serra les dents, puis se détendit instantanément en haussant les épaules. Mathias était certes un prénom qu’il n’appréciait pas, il n’avait jamais caché que c’était son deuxième prénom. Mathias, quelle connerie. « Le don de Dieu ». Et puis quoi encore ? Pourquoi pas « Le Saint Homme » ou « L’Ange Gentil », tant qu’on y est ?
    Baël adressa un sourire qui sonnait faux à Eudoxie. C’était pitoyable. Il suffisait que le jeune homme l’attaque sur un angle pour que la pathétique jeune fille riposte sur le même angle. Quelle originalité, quelle inventivité, quel sens de la répartie !

    Baël - « Et je vais devoir te rappeler, Eudoxie, qu’en tant que membre du personnel du château, tu me dois le respect. Bien que tu n’en n’aies pas envie, je le vois bien. »
    Luna – « Et puis quoi encore, Mathias ? »
    Baël - « Par contre, il n’est pas nécessaire d’éprouver du respect pour ces choses. Ils ne sont que des esclaves. Tu devrais le savoir, depuis le temps que tu es à Poudlard. »
    Luna – « Sais-tu que l’on n’est plus en l’en 2000 ? Au temps où les sorciers suivaient encore aveuglément ces stupides idées véhiculées par ce ridicule petit Lord Voldemort ? Et puis tu vas voir ce qu’une créature peut faire ! »

    Baël serra les dents. Si elle savait, la petite conne, qu’il pourrait la torturer, là, maintenant, lui faire regretter ses paroles, lui montrer de quoi était capable « ce ridicule petit Lord Voldemort »… Car il était facile de se moquer de ce que l’on ne connaît pas. Luna n’avait jamais vécu la terreur sans nom qu’inspirait le simple nom du Lord. Elle n’avait jamais vécu cette période où la Gazette était plus une immense rubrique nécrologie qu’un journal. L’époque où chaque élève de Poudlard avait perdu un membre de sa famille à cause du Lord. Elle n’avait jamais croisé le chemin du plus grand mage noir. Elle ne l’avait jamais vu à l’œuvre. Elle n’avait jamais vu ses yeux rouge sang briller d’un éclair de démence. Elle n’avait jamais vu l’éclair de lumière verte. Elle ne savait rien de Lord Voldemort. Sinon, elle tiendrait sa langue, cette petite…
    Aïe !
    Il tenta d’écraser l’insignifiant animal qui venait de lui mordre la jambe. Le rongeur, vif, parvint à se faufiler dans un trou de souris et s’éclipser. Connerie de rat. Le sourire que Luna tentait de dissimuler était éloquent.
    Le sang monta aux tempes de Baël. Que cette petite connasse lui manque de respect, passe encore. Mais si en plus elle s’en prenait à lui physiquement par l’intermédiaire de son ridicule rat…
    Baël se leva brutalement et agrippa la jeune fille par les épaules. Il la plaqua violemment contre le mur, un avant bras sur sa gorge.

    Baël - « Ecoute-moi bien, petite conne. Je ne vais pas t’enfoncer mon poing dans la figure. Je ne vais pas non plus te torturer jusqu’à ce que tu regrettes tes paroles. Mais tu le mérites. »

    Baël relâcha la pression sur la gorge de la Gryffondor, puis retourna s’asseoir comme si de rien n’était. Une goutte de sang perla le long de sa jambe. Stupide animal.

    Baël - « La prochaine fois que je vois ton rat, il est mort. »


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Ven 11 Fév 2011 - 17:39

    Baël- « Et je vais devoir te rappeler, Eudoxie, qu’en tant que membre du personnel du château, tu me dois le respect. Bien que tu n’en n’aies pas envie, je le vois bien. »
    Luna- « Et puis quoi encore, Mathias ? »
    Baël- « Par contre, il n’est pas nécessaire d’éprouver du respect pour ces choses. Ils ne sont que des esclaves. Tu devrais le savoir, depuis le temps que tu es à Poudlard. »
    Luna- « Sais-tu que l’on n’est plus en l’en 2000 ? Au temps où les sorciers suivaient encore aveuglément ces stupides idées véhiculées par ce ridicule petit Lord Voldemort ? Et puis tu vas voir ce qu’une créature peut faire ! »

    Non mais pour quoi il se prenait celui-là ? Il n’était rien du tout, il n’était qu’un minuscule grain de sable dans l’univers, il n’était qu’un petit être minable qui prenait tout le monde de haut ! Il était vil, pathétique, méchant, sournois, idiot ! Luna ne le supportait pas ! Elle ne pouvait pas voir en peinture sa manière de regarder les gens de haut, de prendre tout le monde de haut, de considérer qu’il était le meilleur, le plus fort sous prétexte que quoi ? Qu’il avait été serpentard et qu’il était maintenant apprenti professeur de défense contre les forces du mal ? C’était ridicule ! Et puis quel était cette conception bizarre que les elfes étaient des êtres inférieurs ? Qu’ils valaient moins que les humains ? Qu’on pouvait les frapper comme on le voulait et disposer d’eux à notre guise ! C’était répugnant ! Eux aussi étaient des êtres vivants, eux aussi pouvaient ressentir de la peine, de la tristesse, de la douleur, de la colère, de la souffrance et c’était scandaleux de leur infliger tout cela pour le pur plaisir, pour rigoler, par pur sadisme et parce que ces malheureuses créatures ne pouvaient pas se défendre. Mais Luna n’avait pas l’intention de se laisser faire, de laisser ce Baël lui marcher dessus. Elle ne le craignait pas, lui et sa superbe surdimensionnée. Elle lui répondit alors calmement et avec ce petit sourire en coin insolent à chacun de ses dires, refusant de garder le silence et surtout de lui offrir la possibilité de gagner une joute verbale ! Il n’en n’était pas question ! Elle lui dirait tout ce qu’elle pensait et c’est ainsi qu’elle le contra et qu’elle se moqua tranquillement, inconsciemment de Lord Voldemort et de cette guerre monstrueuse, de ces idées stupides et ridicules. Elle lui proclama joyeusement à haute voix ce que chaque personne pensait tout bas et de lui et surtout de ces concepts vieillots !

    Elle termina finalement sa petite tirade par une flèche de parthe un peu incompréhensible ! Qu’est ce qu’une créature pouvait faire ? Etait-ce une mise en garde ? En quelque sorte. Luna venait d’entrapercevoir Know se bouger à toute vitesse sous la table ! Ce raton était décidemment formidable, il avait véritablement compris ce qu’elle lui avait ordonné par le regard et il s’était mis au travail. Ainsi elle le voyait se faufiler doucement et grimper sur la chaussure de Baël ! Elle eut un énorme sourire lorsqu’elle le vit mordre violemment la cheville de ce malotru et filer encore ensuite à tout allure pour se glisser dans un trou dans le mur de la cuisine ! Luna se sentit très fière en ce moment de constater que son raton était si intelligent. Il avait senti le danger et avait prévu de se cacher au loin de Baël Owned qui l’aurait sûrement, en effet, tué sur place s’il avait pu l’attraper, une fois revenu de sa surprise. Mais Knox, maintenant, était en sécurité ! Le raton de la gryffondor devait sûrement se trouver bien loin, quelque par caché dans un mur ou déjà ressorti et la petite fusée rouge savait qu’elle le récupérerait plus tard en bonne santé, vivant et sûrement très content de lui. Il faudrait qu’elle pense à le récompenser mais maintenant, il y allait avoir autre chose dans sa tête car si Knox était desaprésent en sécurité, ce n’était plus tout à fait le cas de la petite Luna qui venait de déclencher solidement les foudres de l’ancien serpentard !

    Baël, en effet, venait de se lever, le regard fou, effrayant, imposant. Luna le fixa et le regarda bouger, tel un serpent, et se diriger vers elle subtilement. Avant même qu’elle ait plus faire le moindre mouvement, Elle sentit deux solides mains l’attraper par les épaules et la soulever de la chaise. Une seconde après, elle sentit un choc froid dans son dos : Baël venait de la plaquer contre le mur ! Elle voulu protester, répondre, s’exprimer mais elle sentit tout d’un coup l’avant bras musclé sur méchant sur sa gorge et la presser fortement, l’empêchant de respirer ! Elle ne pouvait donc ni crier, ni appeler à l’aider mais bizarrement, elle n’avait pas peur ! Elle sentait tout son corps trembler, elle pouvait sentir ses muscles se contracter et même ses pupilles se dilater. Elle tremblotait mais son cerveau ne faisait pas la connexion ! Comme s’il ne comprenait pas qu’elle était danger, comme si elle ne remarquait pas ce qui se passait, les conséquence que cela pourrait avoir, ce que Baël pourrait lui faire ici alors qu’ils étaient seuls dans cette cuisine ! Non, son cerveau ne faisait pas le lien alors, elle gardait, malgré la douleur un sourire effrayant affiché sur son visage, un petit sourire triste mais elle n’avait pas peur ! Elle ne craignait rien ! Rien du tout ! Elle continuait de regarder Baël avec cet air effronté, avec ce petit accent rebelle, elle le foudroyait du regard mais bizarrement, elle ne se débattait pas, se contentant d’attendre ce que l’ancien vert et argent allait dire, car c’était certain, il allait parler, s’exprimer et en effet, l’instant d’après, elle sentit sa désagréable voix pénétrer dans ses oreilles et lui agresser les tympans.

    Baël – « Ecoute-moi bien, petite conne. Je ne vais pas t’enfoncer mon poing dans la figure. Je ne vais pas non plus te torturer jusqu’à ce que tu regrettes tes paroles. Mais tu le mérites. »

    Luna voulu répondre, elle voulu s’exprimer. Elle avait une myriade de choses à lui cracher au visage pour lui faire ravaler son orgueil, sa méchanceté, sa stupidité et malgré son corps tremblant, elle trouva la force d’ouvrir la bouche pour parler, sortir tout ce que son cerveau, tournant à mille à l’heure sous l’effet de l’adrénaline, avait trouver à lui dire mais aucun son ne put sortir de sa gorge. Elle avait trop mal Baël! la serrait trop et les mots ne pouvaient pas sortir. Elle se sentit soudainement, comme privée d’oxygène, toute faible et se mit à tousser malgré ce corps qui l’oppressait, qui semblait vouloir la tuer mais la petite continuait de sourire tandis que le brouillard s’installait dans sa tête ! ET puis, soudainement, la libération ! Elle sentit l’air passer dans sa gorge et remplir pleinement ses poumons, lui brûlant chaque partie du corps par lequel il passait ! L’oxygène ! Elle respirait ! Baël l’avait lâchée ! Elle l’entendit vaguement prononcée une parole de menace contre Know mais ne s’en préoccupa pas outre mesure, elle se contentait de reprendre son souffle, de retrouver ses capacités physiques. Elle s’appuyait contre le mur et prenait le temps de réfléchir et puis, soudainement, comme revigorée, elle venait de retrouver toutes ses forces, toutes ces capacités et tenait absolument à cracher au visage de Baël ce qu’elle avait eu dans la tête pendant qu’il la menaçait ! Parce qu’elle n’avait peut-être pas compris ce qui risquait de lui arriver et inconsciente, elle n’y avait pas réfléchi mais elle avait quand même compris que c’était grave. Elle revint alors calmement s’installer sur sa chaise, en face de Baël et se remit à sourire comme si de rien était pour finalement dire à Baël d’une voix parfaitement calme :

    Luna- « Dois, je te rappeler, moi, Mathias que si je te dois respect, en tant que membre du personnel et bien toi, tu me dois protection et je ne suis pas tout à fait certaine que ce que tu viens de faire entre dans cette catégorie mais passons…Pourrais-tu me dire quand est-ce que tu comptes tuer mon rat ? En plein milieu du cours de défense contre les forces du mal, quand tu me verras ? Devant ton mentor ? Pourquoi pas ? Comme cela, tout le château sera définitivement débarrassé de toi ! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 25
250 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Sam 12 Fév 2011 - 18:21

    Pourquoi ne pas frapper ? Pourquoi ne pas remettre cette petite Bouffondor à sa place ? Pourquoi ne pas lui apprendre, une bonne fois pour toute, que Baël ne l’appréciait pas ? N’appréciait pas son insolence, son effronterie ? Pourquoi ne pas lui donner une bonne raison de le craindre ? A toutes ces questions, une petite voix, quelque part dans la tête de l’ancien Serpentard, répondait : « parce que tu es apprenti », ou « parce que ça fait mauvais genre de frapper un élève. A fortiori si cet élève est une élève. » Saleté de position de merde. Si Baël n’avait pas absolument besoin de cette place d’apprenti, il aurait cogné sans hésiter. Mais dans la situation actuelle… En fait, il y avait une autre raison. Comme à chaque fois que Luna dépassait les bornes. A chaque fois, Baël la plaquait contre un mur. A chaque fois, elle manquait de crever étouffée. A chaque fois, elle tremblait comme une feuille, son corps entier semblait hurler de peur. Mais pas son regard. Dans son regard, la même étincelle de défi brillait toujours. Dans son regard, aucune peur. Ou si, il y avait de la peur. Mais, pour une raison inconnue, Luna ne semblait pas avoir peur. C’était assez étrange. Difficile à décrire. Luna démontrait tous les symptômes d’une grande terreur : elle tremblait, son cœur battait plus vite, ses muscles se contractaient, bref, son corps était mort de trouille. Mais, d’une manière inexplicable, on se rendait compte que Luna ne ressentait pas vraiment cette peur. Comme si tout son corps hurlait : « j’ai peeeeeur ! », mais que son cerveau ne recevait jamais le message.

    Baël - « Ecoute-moi bien, petite conne. Je ne vais pas t’enfoncer mon poing dans la figure. Je ne vais pas non plus te torturer jusqu’à ce que tu regrettes tes paroles. Mais tu le mérites. »

    Luna voulait répondre, Baël le voyait bien. Il pouvait presque lire toutes ses réparties dans ses yeux. Mais elle restait muette. De peur, ou à cause d’un manque d’oxygène ? Les deux, peut-être ? A en juger par la couleur bleuté que commençait à prendre le visage de Luna (ce qui allait très mal avec le roux de ses cheveux, d’ailleurs), le manque d’air se faisait sentir. Pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ? Pourquoi ne pas la tuer, ici et maintenant ? Après tout, Poudlard avait déjà connu trois morts. Une quatrième ne ferait que rappeler aux imbéciles qui servaient d’élèves que, même dans une période de calme (Baël ignorait d’ailleurs pourquoi Voldemort ne semait plus le chaos, mais c’était surement dû à la grande colère que le Lord éprouvait ces derniers temps), le château restait sujet à des évènements qui les dépassaient. Après tout, la maison Gryffondor n’avait pas encore connu le deuil. Les lions avaient bien le droit à être touchés aussi par une vague de pleurs et d’habits noirs. Chacun sa peine, non ? Après tout, que changerait la mort de Luna ?
    Bon, déjà, y’avait des témoins. Ces imbéciles d’elfes. En même temps, ils n’étaient pas vraiment problématiques. Il suffirait de leur ordonner de ne jamais parler de cette scène. De l’effacer de leur mémoire. Mais était-ce vraiment fiable ? Aucune idée. De toute façon, tuer Luna ne l’avancerait à rien. Il la lâcha et la laissa tomber sur le sol comme une poupée de chiffon. Elle se remit à respirer à grandes bouffées, la respiration saccadée. Elle mit plusieurs minutes à retrouver un rythme respiratoire normal. Durant ce laps de temps, Baël ne lui accorda pas un regard. Il se contenta de retourner s’asseoir à la petite table, l’air serein malgré la goutte de sang qui perla le long de sa jambe. Cet animal de merde ne perdait rien pour attendre. La prochaine fois qu’il en aurait l’occasion, Baël le transformerait en crêpe. Ou en sac à main. Le torturerait avant de l’achever. En ferait un superbe chapeau qu’il offrirait à la Gryffondor avec un grand sourire. Bref, l’espérance de vie de Knox, ce raton à deux balles, n’était plus très élevée.

    La Bouffondor vint s’asseoir à la tale face à Baël, comme quelques minutes auparavant. Elle abordait un sourire serein assez énervant.

    Luna – « Dois-je te rappeler, moi, Mathias que si je te dois respect, en tant que membre du personnel et bien toi, tu me dois protection et je ne suis pas tout à fait certaine que ce que tu viens de faire entre dans cette catégorie mais passons…Pourrais-tu me dire quand est-ce que tu comptes tuer mon rat ? En plein milieu du cours de défense contre les forces du mal, quand tu me verras ? Devant ton mentor ? Pourquoi pas ? Comme cela, tout le château sera définitivement débarrassé de toi ! »

    Baël ne réagit pas. Il se contenta de mordre à pleines dents dans un éclair au chocolat, préférant feindre la surdité que devoir répondre à cette gamine. Même s’il savait bien que Luna ne lui foutrait pas la paix. Cette écervelée avait tendance à être particulièrement collante, et à ne jamais laisser tomber une discussion jusqu’à sa fin… Bref, il devrait bien répondre à un moment ou à un autre, car une phrase du genre « quand on est poli, on répond aux gens, Mathias » n’allait pas tarder à fuser. Il soupira bruyamment avant de commencer à parler. Mais quelle emmerdeuse !

    Baël - « Tu es fatigante, tu le sais, ça ? Tu ne comprends rien. Tu n’es qu’une petite imbécile qui n’a pas compris qu’un membre du personnel du château veut déjeuner en paix. D’ailleurs, je suis très heureux de t’annoncer que tu viens de gagner une retenue. »

    Il lui adressa un sourire faux.

    Baël - « Et que Gryffondor vient de perdre 5 points. »

    Autre sourire.

    Baël - « Et surtout, ne prends pas la peine de répondre. Je veux, si tu le permets, Eudoxie, déjeuner en paix. »

    Sur ce, Baël se replongea dans sa dégustation d’éclairs, bien décidé à nier l’existence de la rousse, même si cela serait difficile, puisqu’elle ne pourrait s’empêcher de répondre et de relancer la discussion. Quelle imbécile.


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Mar 22 Fév 2011 - 22:12

    Elle ne comprenait rien ! Tout se brouillait dans son esprit. Les choses s’étaient enchaînées si vite, sans raison, sans explications et surtout sans prévenir qu’elle n’avait pas pu réagir et comme d’habitude, pas pu réfléchir aux conséquences de ses actes et de ses paroles…Sa matinée si tranquille s’était transformée en cauchemar au moment même où Baël Owned avait posé ses pieds dans la cuisine du château et au moment même où elle n’avait pu s’empêcher de lui glisser une remarque, son destin matinal avait été scellé, gravé à tout jamais dans une pierre noire de douleur et de souffrance ! Et la douleur, si elle ne l’avait pas encore connu, elle allait pouvoir l’expérimenté à l’instant alors que, suite à la morsure de son raton Knox, Baël venait de se lever, rapidement, sans lui laisser le temps de réagir, sans lui laisser le temps de partir, parler, bouger, respirer…Baël l’avait attrapée par le col, l’avait soulevée et collée violemment contre le mur ! Pauvre enfant ! Ses malheurs ne s’arrêtèrent pas là car l’instant d’après, le vil serpentard plaqua son avant bras et son coude contre la gorge de la gryffondor, l’étouffant, l’étranglant et l’empêchant surtout de respirer mais comme d’habitude, malgré la douleur physique, Eudoxie Luna Hayden ne comprenait strictement rien à ce qui était en train de se passer ! Oh bien sûr, elle souffrait ! Sa gorge était en flamme, ses poumons desséchés lui brûlait la poitrine, elle avait envie de tousser sans pour autant pouvoir y arriver, elle sentait sa tête tourner mais tout cela n’était que physique…Dans sa tête, il ne se passait rien comme si sa douleur, bien que horrible, ne lui permettait pas d’enregistrer les informations qui étaient qu’elle était en danger et qu’elle risquait gros…Son cerveau ne comprenait pas cela mais son corps bien car sous les effets de la souffrance et de la peur, ses membres tremblaient comme les os d’un squelette sur lequel on jouerait du xylophone, ses pupilles étaient dilatés, ses muscles contractés, son souffle court, ses yeux écarquillés. Oui, physique Luna Hayden était morte de trouille, elle craignait son adversaire mais mentalement, rien ne se passait…La connexion n’avait pas lieu et malgré tout ce qu’elle ressentait, la petite fusée rouge se contentait de fixer son agresseur droit dans les yeux, avec ce regard insolent qui lui était propre et de l’écouter, préparant déjà, avec le peu de capacité de réflexion que le manque d’oxygène lui laissait, la réplique qu’elle lui sortirait une fois qu’il la relâcherait…Mais le trou noir l’aspirait de plus en plus, sa tête tournait affreusement et elle commençait à avoir comme l’horrible impression qu’elle n’avait aucune prise sur les évènements…

    Puis soudain la liberté ! Elle sentit ses deux pieds rebondir sur le sol, la secouant de haute en bas. Elle se laissa affaler sous le poids de la force contre le mur de derrière tandis que l’air pénétrait enfin dans ses poumons ! Horrible douleur que cet oxygène brûlant qui dévalait son œsophage pour venir gonfler ses alvéoles mais il fallait respirer pour faire fonctionner son cœur et son cerveau…Petit à petit, la lumière se fit à nouveau dans la pièce, dans sa tête, dans ses yeux et elle put se remettre à réfléchir « normalement » -si tant soit peu que cet adverbe ait été un jour applicable au comportement de la gryffondor. Elle prit cependant bien son temps pour être persuadée d’être en pleine possession de ses capacités et finit par se déplacer pour revenir s’installer sur sa chaise. Les quelques mètre à franchir furent difficile et, titubant, elle manqua à plusieurs reprises de tomber mais enfin, ses légères fesses se posèrent sur le bois froid et elle avala longuement une gorgée du chocolat chaud qu’elle avait commandé quelques minutes plus tôt ! Celui-ci ne lui fit pas de bien, contrairement à ce qu’elle aurait crû, mais il eut le grand avantage d’humidifier sa gorge…Luna aurait bien demandé un verre d’eau mais elle avait d’autres chats à fouetter, d’autres affaires à régler plus pressantes que sa condition physique diminuée par les manières scandaleuse de ce serpent vicieux ! Elle devait lui répondre, le remettre à sa place et c’est ainsi que des mots, douloureusement formés, sortirent de sa gorge dans un son rauque et peu agréable :

    Luna – « Dois-je te rappeler, moi, Mathias que si je te dois respect, en tant que membre du personnel et bien toi, tu me dois protection et je ne suis pas tout à fait certaine que ce que tu viens de faire entre dans cette catégorie mais passons…Pourrais-tu me dire quand est-ce que tu comptes tuer mon rat ? En plein milieu du cours de défense contre les forces du mal, quand tu me verras ? Devant ton mentor ? Pourquoi pas ? Comme cela, tout le château sera définitivement débarrassé de toi ! »

    Non mais ! Que croyait-il ? Certes physiquement, il avait l’avantage mais rien ne pouvait réduire la gryffondor au silence, rien ! Pas même les menaces, la peur puisque, pour la demoiselle, rien n’avait de conséquence…Mais elle avait bien compris les implications de Baël cependant qui voulait tuer son raton, son Knox ! Jamais elle ne le lui permettrait et elle le lui fit bien comprendre…Quant au reste de sa phrase…Elle espéra qu’il comprendrait enfin qu’il avait le plus à perdre dans cette histoire et qu’il se tairait ou s’en irait une bonne fois pour toute, la laissant en paix avec elle-même, avec son besoin d’être seule et elle pourrait, enfin, retrouver Knox, boire un verre d’eau, manger en paix et diminuer son taux d’adrénaline pour peut-être démarrer une journée normale ! Cependant, c’était sans compter le caractère têtu et fier de ce personnage qui ne la laisserait pas s’en sortir à se bon compte…Ce vil qui comptait bien profiter de sa position de membre du personnel pour se donner raison et pour l’empêcher d’agir…Ainsi donc, il se mit à parler calmement, comme si la voix déraillée de Luna ne l’avait pas touché, comme s’il ne venait pas de l’agresser violemment, manquant presque de la tuer… Non, Baël se contenta de parler, en mangeant, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes possibles…

    Baël – « Tu es fatigante, tu le sais, ça ? Tu ne comprends rien. Tu n’es qu’une petite imbécile qui n’a pas compris qu’un membre du personnel du château veut déjeuner en paix. D’ailleurs, je suis très heureux de t’annoncer que tu viens de gagner une retenue. Et que Gryffondor vient de perdre 5 points. Et surtout, ne prends pas la peine de répondre. Je veux, si tu le permets, Eudoxie, déjeuner en paix. »

    Etait-il donc si stupide que cela ? N’avait-il donc, lui-même, rien compris ni à la vie ni surtout à Luna ! Quel petit imbécile ! L’insulter ne servirait à rien, la menacer physique ou moralement encore moins, passer à l’action non plus et user de son autorité n’était pas ce qui allait faire plier la gryffondor, bien au contraire, c’était même tout à l’opposé ! Qu’il la mette donc en retenue, en souriant ! Et alors ? Elle avait déjà eu tellement de retenue dans sa vie que le concierge, Ramon, était devenu presque son ami, il la protégeait même souvent et même si elle se trouvait en tête à tête avec un professeur, cela ne changerait rien à son bonheur…Tout ce qu’on lui ferait faire serait de toute manière utile…Ennuyeux peut-être mais utile et une fin heureuse serait donc de mise ! Qu’il enlève donc des points à gryffondor si cela l’amusait, Luna n’en n’avait cure ! Gryffondor pouvait bien perdre la coupe, cela ne changerait rien pour elle ! Elle n’accordait aucune importance à ce concours ridicule de points alors lui intimer l’ordre de se taire était tout aussi inutile puisqu’elle n’avait rien à répondre…Tout ce qu’il venait de dire lui passait royalement au dessus de la tête…Elle se contenta donc de rendre son sourire au serpentard avant de mordre violement dans la pâtisserie et de manger, enfin, à son aise, ignorant la présence intrusif de ce personnage…

    Cependant tandis qu’elle mâchait, une image s’imposa à son esprit ! Yuna…Yuna s’imposa à elle comme une évidence. La jeune autre petite gryffondor était sa meilleure amie depuis leur naissance, presque ! Elles avaient toujours vécu l’une à côté de l’autre, voisines, presque sœurs, elles avaient grandi ensemble, connaissaient tous les secrets l’une de l’autre, se connaissaient par cœur et Yuna, sans que Luna ne puisse comprendre, accordait beaucoup d’importance à ce concours entre maison ! Elle tenait beaucoup à la coupe de gryffondor et détestait que Luna leur fasse perdre des points…C’était depuis qu’elle avait vu Yuna peinée de son manque de maturité et de son manque de contenance lors d’une perte importante de point, que la petite fusée rouge, adorant sa meilleure amie, s’était promis de tout faire pour ne plus causer de la peine à Yuna et pour que gryffondor perde le moins de point possible par sa faute ! Elle ne pouvait décidément pas laisser Baël agir ainsi ! Dès lors, elle releva la tête, au bout des longues minutes de silence qui s’était écoulées et dit :

    Luna – « Je me serais bien tue, vois-tu…Mais j’ai une dernière chose à dire…Si j’étais toi, je n’enlèverais pas ces points à gryffondor ! Mets moi en retenue, si ça t’amuse mais redonne ces points à ma maison…Car je pense que les professeurs n’apprécieraient pas de savoir pourquoi tu me les as enlevés au final…J’ai des centaines de témoins, ici, tous les elfes de maison qui obéiront plus aux ordres du directeur qu’à toi, quoi que tu penses…Rappelle toi, un peu Mathias, dans ta petite cervelle ridicule, que tu as plus à perdre que moi dans cette affaire ! Maintenant, MOI, je voudrais bien prendre un petit déjeuné en paix, si tu me le permets ! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 25
250 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Mer 9 Mar 2011 - 21:37

    Le problème du cerveau, c’est qu’il tente toujours de reconstituer la situation qu’on est en train de vivre avec le plus d’informations possibles. Il se sert de ce que voient les yeux, de ce qu’entendent les oreilles, de ce que goûte la langue, de ce que sentent les mains. Et puis, il fait appel aussi à la mémoire immédiate, histoire de situer les évènements présents dans un contexte un peu plus large, permettant de savoir si on doit être énervé, détendu, de bonne humeur ou, au contraire, de l’humeur d’une Angélique Dewis dérangée en pleine écriture voire d’une Loreana Wilde enceinte. En tout cas, le cerveau utilise tous les moyens à sa disposition pour avoir une idée la plus globale possible de ce qu’il se passe. Certes, c’est une bonne chose. Mais pas toujours.
    Là, maintenant, par exemple, Baël Mathias Owned était en train de mordre à pleines dents dans un savoureux éclair au chocolat. Un exemple de finesse et de légèreté, une pâte juste assez molle, mais pas trop, une crème pâtissière divine et légère, le tout recouvert d’une fine couche de chocolat, assez épaisse pour qu’on la goûte bien, mais assez fine pour ne pas être écœurante. Tout était millimétré, calculé, calibré pour que le palais le plus délicat ressente une explosion de goût, et qu’il puisse en manger et en manger encore. Si le cerveau de l’ancien Serpentard s’était cantonné à ces informations, la matinée était excellente. Seulement voilà, la vue du jeune Owned lui montrait une autre assiette de pâtisserie, son ouïe lui faisait entendre la respiration saccadée d’une élève, et sa mémoire lui rappelait que cette élève, c’était Eudoxie Luna Hayden, c’est-à-dire une emmerdeuse comme on en fait plus… En faisant l’équation, on se rendrait vite compte que, malgré les informations très agréables de la langue, le reste de la matinée était assez mitigé. Une altercation avec cette débile n’était pas toujours évidente à gérer, car la petite Bouffondor était du genre à ne pas avoir sa langue dans sa poche et à ne jamais, jamais, jamais jamais laisser tomber. Résultat : même en la brutalisant, ce que, appelons un scrout un scrout, Baël venait de faire, il n’était pas certain que la petite élève daigne lui foutre la paix pour qu’il puisse déjeuner dans le silence. Tiens, d’ailleurs, la preuve…

    Luna – « Dois-je te rappeler, moi, Mathias que si je te dois respect, en tant que membre du personnel et bien toi, tu me dois protection et je ne suis pas tout à fait certaine que ce que tu viens de faire entre dans cette catégorie mais passons…Pourrais-tu me dire quand est-ce que tu comptes tuer mon rat ? En plein milieu du cours de défense contre les forces du mal, quand tu me verras ? Devant ton mentor ? Pourquoi pas ? Comme cela, tout le château sera définitivement débarrassé de toi ! »

    Quelle agaçante petite chipie. Elle méritait de se prendre un coup de poing dans la figure, là, maintenant. Mais une agression physique par jour, c’était suffisant, non ? Dans un premier temps, l’apprenti ignora totalement la présence de la rouquine, continuant tranquillement de mordre dans son éclair au chocolat, tentant d’en savourer la moindre bouchée. Mais, bientôt, la petite peste allait se remettre à parler, surement adresser une pique ridicule à Baël pour le faire réagir et, si par malheur il ne répondait pas, elle le harcèlerait jusque chez Perséphone s’il le fallait pour obtenir une réponse. Alors, de mauvaise grâce, Baël posa son éclair un instant, planta son regard de glace dans les yeux pleins d’énergie de la Bouffondor.

    Baël - «Tu es fatigante, tu le sais, ça ? Tu ne comprends rien. Tu n’es qu’une petite imbécile qui n’a pas compris qu’un membre du personnel du château veut déjeuner en paix. D’ailleurs, je suis très heureux de t’annoncer que tu viens de gagner une retenue. Et que Gryffondor vient de perdre 5 points. Et surtout, ne prends pas la peine de répondre. Je veux, si tu le permets, Eudoxie, déjeuner en paix. »

    La jeune Gryffondor sembla passer complètement au-dessus de la retenue ou même des points enlevés à Gryffondor. Cette gamine n’avait donc aucun sens de rien. Ni de la punition, ni des limites à ne pas dépasser. Il faudrait vraiment qu’un jour, quelqu’un pense à l’éduquer, cette petite conne. En fait, non, pas la peine. Lorsque les plans de Voldemort nécessiteraient un autre cadavre, Baël se ferait un plaisir de liquider la Rouge et Or. Après l’avoir torturée, bien sûr. En attendant, il devait la supporter, là, à moins d’un mètre de lui… Il soupira bruyamment et se remit à manger. Il fut à nouveau interrompu.

    Luna – « Je me serais bien tue, vois-tu…Mais j’ai une dernière chose à dire…Si j’étais toi, je n’enlèverais pas ces points à gryffondor ! Mets moi en retenue, si ça t’amuse mais redonne ces points à ma maison…Car je pense que les professeurs n’apprécieraient pas de savoir pourquoi tu me les as enlevés au final…J’ai des centaines de témoins, ici, tous les elfes de maison qui obéiront plus aux ordres du directeur qu’à toi, quoi que tu penses…Rappelle toi, un peu Mathias, dans ta petite cervelle ridicule, que tu as plus à perdre que moi dans cette affaire ! Maintenant, MOI, je voudrais bien prendre un petit déjeuné en paix, si tu me le permets ! »

    Quoi ? Pardon ? Avait-il bien entendu ? Est-ce que cette petite conne était en train de le menacer ? Est-ce qu’elle essayait de le faire chanter ? D’un coup, d’un seul, Baël sentit une colère sourde se diffuser dans chaque parcelle de son être. Dans moins de trente secondes, il risquait de se lever violemment, et de faire regretter à cette idiote ses paroles. Dans moins de trente secondes, il se lèverait, l’agripperait par le cou, et lui démolirait son petit minois. Il fallait qu’elle comprenne à qui elle devait le respect… Soudain, avant qu’il ait pu laisser éclater son ire, il ressentit une terrible douleur dans le crâne. Comme si un dragon lui frappait dessus. De toute ses forces.

    Voldemort – « Calme-toi. Il est hors de question que tu attires l’attention sur toi. Ni en la tuant, ni en la blessant. Quitte cette cuisine. Maintenant. Je n’ai pas besoin que tu compliques mes plans. »

    Baël serra les dents pour ne pas crier. La douleur était extrêmement vive, tellement vive que Luna devait bien l’avoir remarquée. Soudain, lorsque le Lord se tut, la douleur s’évapora aussi vite qu’elle était arrivée. Haletant presque, il posa un regard courroucé sur la Bouffondor. Cette petite conne avait de la chance que Voldemort l’ait empêché de lui régler son compte… D’un geste de mauvaise humeur, il lança son assiette vers les Elfes en maugréant. D’un geste de la main, il désigna un Elfe terrorisé.

    Baël - « L’armoire des apprentis. Maintenant. »

    Sur ce, il quitta la pièce, son adresser un regard à Luna, en maugréant qu’il ajoutait 5 points à Gryffondor.


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Luna Hayden
Admin | Gryffondor
L'honnêteté radicale? L'essayer c'est l'adopter! avatar
.

Age : 22
173 messages
Amour : attend sous les fleurs du cerisier & Porcinet, son faux petit-ami <3

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Emotive, lunatique, joyeuse, passionnée, honnête, franche, agressive, douce, gentille, innocente, inconsciente, insouciante, enfantine, crédule, naïve, adorable, horripilante, agaçante, exaspérante, collante, câline, fidèle, hyperactive.

Absence :
MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI] Dim 20 Mar 2011 - 17:14

    La douleur restait lacérante ! Physiquement, elle avait l’impression de brûler en enfer ! Sa gorge était en feu, son corps entier battait la flamme sous le sang bouillonnant qui tambourinait ses veine à cause de l’afflue fulgurant. Sa vision était encore brouillée et sa respiration haletante lui rappelait le cauchemar qu’elle venait de vivre, l’agression qu’elle venait de subir ! Ses membres tremblaient encore, ses mains n’étaient pas très certaines d’elles-mêmes. Son cerveau avait du mal à retrouver contenance et à réellement percevoir la réalité, ce qu’il avait déjà, d’ailleurs, du mal à faire en temps normal ! Mais, assise sur sa chaise, Luna savait que cette souffrance physique passerait rapidement. Cependant, moralement la petite n’en menait pas large ou…Si, justement ce qui n’était absolument pas normal au vu des évènements précédents. Mais Luna était toujours sur son petit nuage blanc ! Elle n’avait aucune peur, aucun stress, juste un peu d’énervement car elle savait que ce que Baël avait fait n’était pas bien du tout ! Mais elle ignorait complètement la réaction qu’elle était sensée avoir ! S’énerver ? Le dénoncer ? Elle avait l’habitude d’être attaquée en faite mais elle ne savait jamais comment réagir ni avant ni pendant ni après ! Comme si son cerveau ne faisait pas les liens de cause à effet, ne reconnaissaient pas les conséquences ! PERDUE ! Elle était intérieurement perdue ! Et pourtant, elle ne s’en rendait pas compte ! Elle était intérieurement perturbée, intérieurement gênée, sans en avoir conscience ! Il y avait deux Luna ! Celle qui était complètement à l’ouest à côté de cela, remuant à l’intérieur d’elle-même mille et un démon et celle qui continuait de sourire comme si de rien était et qui n’avait absolument aucune prise sur la réalité, sur les faits et évènements et qui se contentait donc de manger son éclaire au chocolat…

    Baël – « Tu es fatigante, tu le sais, ça ? Tu ne comprends rien. Tu n’es qu’une petite imbécile qui n’a pas compris qu’un membre du personnel du château veut déjeuner en paix. D’ailleurs, je suis très heureux de t’annoncer que tu viens de gagner une retenue. Et que Gryffondor vient de perdre 5 points. Et surtout, ne prends pas la peine de répondre. Je veux, si tu le permets, Eudoxie, déjeuner en paix. »

    Toute insulte ou forme de menace lui passa au dessus de la tête ! Des retenues ! Ce serait presque risible ! Elle en recevait tellement, ce n’était pas une de plus et puis, elle finissait presque par aimer cela ! Durant ce temps-là, elle était seule avec un professeur et chaque fois, cela permettait au professeur de mieux le comprendre et de moins la détester en plus c’était un moment de calme durant lequel, elle pouvait se recentrer sur elle-même, travailler sans bouger dans tous les sens, crier, hurler, courir, sauter et cela lui était bénéfique aussi ! Et peut-être que mieux encore, elle aurait une retenue avec Ramon, le concierge avec lequel elle s’entendait très bien et qui la protégeait beaucoup ! Elle avait comme la sensation que Ramon ne la jugeait pas mais au contraire, la comprenait mieux que quiconque ! Une retenue avec lui la soulagerait pas mal d’ailleurs car elle avait terriblement besoin de se confier en ce moment mais elle n’avait pas envie de raconter toute cette histoire à Yuna car cela attristerait trop l’autre Gryffondor et la petite fusée rouge refusait de courir ce risque ! Et puis des points ! Des points en moins pour les rouges et ors ! Mais c’était le cadet de ses soucis ! Comme si cela l’intéressait de gagner une stupide coupe ! Elle n’avait jamais compris d’ailleurs la passion des gens pour cette coupe des quatre maisons ! Quel intérêt quoi ! Puis de toute façon, Luna n’était pas à quelques points près, vu le nombre qu’elle avait déjà fait perdre à gryffondor et qu’elle continuait de faire perdre par jour ! Elle était le désespoir de sa maison et du directeur de cette dernière mais peu importe ! Elle sourit donc à Baël sans rien dire, continuant de savourer sa pâtisserie ! Cependant…Une image lui revint en tête : Yuna !

    Luna- « Je me serais bien tue, vois-tu…Mais j’ai une dernière chose à dire…Si j’étais toi, je n’enlèverais pas ces points à gryffondor ! Mets moi en retenue, si ça t’amuse mais redonne ces points à ma maison…Car je pense que les professeurs n’apprécieraient pas de savoir pourquoi tu me les as enlevés au final…J’ai des centaines de témoins, ici, tous les elfes de maison qui obéiront plus aux ordres du directeur qu’à toi, quoi que tu penses…Rappelle toi, un peu, Mathias, dans ta petite cervelle ridicule, que tu as plus à perdre que moi dans cette affaire ! Maintenant, MOI, je voudrais bien prendre un petit déjeuné en paix, si tu me le permets ! »

    Yuna aimait cette coupe ! Yuna voulait gagner cette coupe et Yuna prenait toujours un air désespéré lorsque Luna faisait perdre des points à Gryffondor ! Luna ne supporterait pas de voir, ce matin, qui le sablier de Gryffondor avait encore perdu du poids par la faute de sa meilleure amie et Luna savait qu’elle n’avait pas le droit d’infliger cela à celle qui avait toujours été là pour elle, peu importe les circonstances ! Dès lors, elle avait réagi ! Ne pouvait s’empêcher de parler, d’un ton calme, certes, mais menaçant également afin de prévenir Baël qu’il ne fallait pas qu’il outrepasse les bornes et les bornes étaient celles des points de sa maison ! Owned pouvait bien penser ce qu’il voulait sur ses motivations mais Luna le faisait pour Yuna et si elle n’avait aucune l’intention d’aller exprès dénoncer Baël –même si la vérité finirait bien par sortir, elle n’avait pas non plus l’intention de le laisser blesser Yuna et elle se servirait de cette expérience commune pour l’empêcher d’agir, l’empêcher d’utiliser son pouvoir à tord et à travers sans aucune justification ! Cette vermine alors, elle le menaça, tranquillement, en paix, avec ce même sourire insolent sur les lèvres afin de se reconcentrer sur son éclaire qu’elle avait presque terminé…

    A la fin de sa tirade, Owned se crispa sévèrement et Luna se mit à trembler, pensant qu’il allait se relever pour, à nouveau, la coller contre le mur et l’empêcher de respirer ! Elle pouvait voir tous les muscles de l’ancien serpentard se contracter sous l’effet de la colère tout d’un coup, ce fut un frisson de peur qui envahit le jeune apprenti de professeur contre les forces du mal. Un frisson que même Luna ne sut rater ! Et tout d’un coup la cuisine se glaça. Luna avait l’impression de geler ! Elle ne savait pas mettre de mot sur cette sensation parce qu’à l’extérieur tout semblait normal : les elfes continuaient leur travail tranquillement, les murs ne se resserraient pas autour d’elle et pourtant une atmosphère glaciale et mal saine venait de s’installer comme un vent de magie très noire ! Un peu effrayée, pour de vrai, Luna recula quelque peu sur sa chaise tandis qu’elle fixait Baël qui était parcouru de plusieurs petits frissons assez effroyables mais quelques secondes plus tard, tout revint à la normal et Baël se redressa sans un regard pour finalement quitter la pièce, non sans marmonner, au passage, qu’il rajoutait à Gryffondor les points précédemment enlevés ce qui fit sourire Luna…Un sourire qui disparut bien vite ! La petite repensa aux évènements ! Pas à l’attaque, non, mais à ce courant d’air froid qui venait de lui briser la nuque et les côtes. Ce courant de puissance et de haine qu’elle n’avait su comprendre mais qu’elle avait ressentit comme une évidence…

    Elle sursauta soudain en sentant quelque chose monter le long de sa jambe et cela lui arracha un cri de peur ! Mais son inquiétude se transforma bien vite en l’apparition d’un nouveau sourire qui n’allait pas disparaître de si tôt lorsqu’elle s’aperçu que c’était Knox, son raton, qui montait de long de sa taille, à présent ! Le brave était vite venu la retrouver ! Elle le prit alors dans ses mains pour le porter à sa bouche et le baiser à loisir ! Un bisou par-ci, un bisou par-là jusqu’à ce qu’elle se sentit rassasier d’amour et de câlin ! Son petit raton ! Que ferait-elle sans lui ? Décidée à retourner dans son dortoir pour aller réveiller Yuna car l’heure de véritable petit déjeuné approchait, elle quitta la cuisine comme si rien ne s’était passé : Le sourire aux lèvres, Knox sur les épaules et l’harmonica à la bouche afin de continuer à siffloter une petite mélodie matinale !


FIN

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Mélodie matinale [FINI]

Revenir en haut Aller en bas
Mélodie matinale [FINI]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

Couloir menant aux Cachots

 :: 

Les cuisines

-