AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Réunion en ce temple... [Possédés]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Réunion en ce temple... [Possédés] Sam 22 Jan 2011 - 21:51

    Où es-tu, Severus ? Où te caches-tu ? De quel corps minable as-tu pris possession ? Où peux-tu donc bien te terrer ? Pourquoi n’y-a-t-il aucun signe de toi ? Pourquoi n’utilises-tu pas la Legilimancie pour savoir l’époque à laquelle tu as été ramené ? Pourquoi te méfies-tu autant de celui qui t’a rappelé ? Il y a des questions. Trop de questions. Et Lord Voldemort exige des réponses. Montre-toi, Severus !
    Le Mage Noir fit tourner la baguette entre ses doigts. Ses yeux la regardaient sans la voir. Les doigts bougèrent légèrement, et la baguette entama un nouveau tour sur elle-même. Le Lord réfléchissait. Le Lord se demandait où ce maudit Severus avait bien pu filer. Et surtout, pourquoi. Pourquoi était-il parti avant même de savoir qui l’avait rappelé ? Pourquoi s’était-il enfui ? Ce n’était pas normal. Il aurait dû apparaître au centre du pentagramme, pouvoir parler, pouvoir voir… Il aurait dû constater que tous ses efforts pour participer à la chute de Lord Voldemort avaient été vains. Il aurait dû apparaître, il aurait dû dire la vérité… Et il aurait dû être tué. Voldemort aurait dû avoir sa vengeance. Severus aurait dû souffrir. D’ailleurs, il lui avait préparé un traitement spécial. Il avait déjà planifié toute la torture à laquelle il aurait soumis le Mangemort. Il lui aurait offert quelques-uns de ses souvenirs. Principalement celui de Godric’s Hollow. Il aurait montré à Severus la mort de Lily Evans. Il l’aurait montrée, elle, pleurant, suppliant. Il aurait montré l’éclair de lumière verte. Il aurait montré le corps qui s’effondre, sans vie. Il aurait montré la dernière expression de terreur suppliante de la Sang-de-Bourbe. Il aurait montré à Severus Rogue l’image du meurtre de la femme dont il avait toujours été amoureux. Il lui aurait montré celle qui l’avait décidé à sacrifier sa vie au service de la cause d’un jeune binoclard sans talent magique. Il lui aurait rappelé tous les tourments qu’il avait dû endurer pour le fantôme d’une née Moldue aux cheveux roux. Il lui aurait aussi remis en mémoire les pires instants de sa vie. Pour cela, le Lord avait inventé un sortilège. Un sortilège qui infligeait à l’âme une torture digne de celle des Détraqueurs. Il avait concentré sa haine et sa soif de revanche dans la création d’un sort. Au départ, il avait craint que le corps de Baël ne soit pas suffisant, mais puisque même les jumeaux Weasley y étaient parvenus, en leur temps… En quelques jours, le sortilège de Desperes était né. Il enveloppait sa victime dans une atmosphère glacée, morne, sans joie. Lancer l’incantation signifiait vider la cible de toute sa joie. Ainsi, le corps visé ne demeurait plus qu’un corps en proie à son passé, aux pires moments de son existence, dépourvu de quoi que ce soit qui pourrait lui rendre le sourire. Une douleur glaciale s’emparait de son cœur, et ainsi commençait le type de torture le plus savoureux : la torture mentale. Certes, le sortilège de Doloris était amusant et jouissif, mais rien n’égalait le désespoir que l’on pouvait lire dans les yeux d’une victime. Sa douleur physique était délectable ; la douleur mentale était de loin un met plus raffiné. L’effet combiné du Doloris et du Desperes serait dévastateur. Et Severus en ferait les frais en premier. Severus tomberait, ne sachant s’il devrait hurler de douleur car son corps entier le brûlait, ou plutôt parce que son âme subissait une torture abominable. Il allait gémir, geindre, ramper aux pieds du Mage. Il allait demander pardon, il allait lui jurer allégeance. Et Voldemort, le regardant se tordre comme le misérable vermicelle qu’il était, lui murmurerait d’une voix anormalement calme « non ». Alors, Severus saurait qu’il ne mourrait pas tout de suite. Que d’abord, il devrait subir les foudres démentes du Grand Lord. Et que la Mort viendrait l’arracher à sa souffrance. Mais que Jedusor le rappellerait. Qu’il le torturerait à nouveau, puis le tuerait. Puis le rappellerait. Et le tuerait. Infiniment, inlassablement. Pour qu’il ne trouve jamais le repos. Pour qu’il souffre, même au-délà de la mort. Pour qu’il souhaite disparaître à tout jamais. Il fallait que Severus Rogue comprenne qu’on ne se moque pas impunément de Lord Voldemort !

    Mais comment le retrouver ? Comment déterminer le corps dont il avait pris possession ? Comment savoir si l’un des élèves ahuris qu’il devait parfois supporter ne partageait pas son corps avec l’homme au teint cireux, aux cheveux gras et au regard noir ? Voldemort avait du mal à se l’avouer, mais il était en présence d’une forme de magie qui le dépassait. Il ne comprenait pas. Le Livre des Morts ne parlait pas de l’étrange phénomène qui s’était produit et qui avait fait renaître le Lord et ses Mangemorts sous forme d’esprit plutôt que de corps. Aucun livre de Poudlard ne parlait de possession, ni de ses symptômes. La seule arme dont Voldemort disposait, à défaut d’une connaissance suffisante en nécromancie, était l’observation. Il fallait noter chaque comportement suspect, considérer chaque rumeur. Si Severus avait pris possession du corps d’un élève, ce dernier se montrerait sans doute soudainement brillant. De plus, il aurait plus que probablement les « absences » dont s’était plaint son propre hôte. Quelle horreur. Il faudrait s’intéresser à des élèves imbéciles, à des rumeurs d’adolescents en chaleur, il faudrait écouter leurs histoires… Rien que l’idée donna envie de vomir au Lord. Il avait hâte d’en avoir fini avec Severus, pour pouvoir reprendre sa marche vers la domination totale de l’école avant de s’attaquer au Ministère. Lorsque Severus ne serait plus un problème, il s’occuperait personnellement du Ministre. Mais en attendant, il devrait écouter les baragouinages idiots de crétins sans diplôme. De crétins qui ne comprenaient rien. Qui n’avaient aucune idée de ce qu’il se passait entre les murs de ce château. Qui se réjouissaient de voir que les armoires ne cherchaient plus à les enfermer. Que les armures avaient cessé de leur faire des croche-pieds à tout bout de champ. Que les escaliers ne s’amusaient plus à tenter d’écraser une cheville ou un orteil. Bref, des imbéciles qui pensaient que tout allait pour le mieux. Voldemort continua de faire tourner la baguette entre ses doigts. Ses pas le menaient vers les toilettes de Mimi Geignarde. Lorsqu’il entra, il entendit deux jeunes filles, cachées dans une cabine, discuter d’une soirée qui avait eu lieu la veille. D’une voix sèche mais claquante, il leur ordonna de quitter la pièce. Elles ne songèrent même pas à s’indigner de le voir pénétrer dans les toilettes des filles : le ton de sa voix était sans équivoque. Si Poudlard devait connaître une quatrième victime, Voldemort n'hésiterait pas à tuer. Même si des innocents étaient touchés.

    Aucun des Mangemorts n’était encore arrivé. Agacé au plus haut point, Voldemort s’approcha du lavabo qui dissimulait l’entrée de la Chambre et ouvrit la bouche. Une série de sifflements et de claquements se fit entendre, et le robinet se mit à luire d’une lueur blachâtre. Il commença à tourner sur lui-même, emportant le lavabo dans son mouvement. Bientôt, le lavabo et le robinet avaient disparus, et un large tuyau se tenait à leur place. Le tuyau qui menait à la Chambre. Il laisserait ses Mangemorts s’y engouffrer et déjà se rendre à la Chambre avant de lui-même pénétrer dans ce temple laissé par son aïeul. Debout devant le tuyau, la baguette pointée sur la porte des toilettes, prêt à repousser un intrus, le Lord attendit. Et il détestait qu’on le fasse attendre. Les Mangemorts, en retard, allaient sûrement subir ses foudres. Surtout en ce moment, puisque Severus leur échappait. Ils avaient intérêt à avoir de bonnes nouvelles.


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 24
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 27 Jan 2011 - 5:18

    « Allez-vous en! Dégagez bande de petits crétins innocents! Sinon, j’arrache vos petits yeux naïfs de Gryffondor à la con. Je suis en retard et Bellatix Lestrange ne peut pas être en retard à un rendez-vous organisé par le maître ! Quel manque de respect effroyable! » La mangemorte se pressait à marcher à travers les corridors remplis de Gryffondor pour aller rejoindre Lord Voldemort et les autres mangemorts. Elle détestait tout ce qui portait le rouge et or si typique de la maison de Poudlard et comme à son habitude Marylee avait cédé à son emprise une fois rendue dans la salle commune des lions! Ciel qu’elle les détestait! Pourquoi, elle, la plus fidèle d’entre tous avait atterrie dans le corps d’un de ses gamins barbant, loyal et qui aimait plus que tout les impures. Les sang de bourbes comme cette petite peste de Granger du temps où elle avait pleinement possession de son corps. Pas un corps de location qui ne lui permettait que très peu d’option. Habituellement, il fallait qu’elle attende que la jeune femme soit très fatigué pour pouvoir prendre le contrôle ou qu’elle vive une émotion trop difficile à gérer. Une vrai petite nature et ensuite ça se retrouve dans la maison des lions. Mlle Beck était loin d’être une lionne! Elle était faible comme tous les partisans de Dumbledore. Faible et faux. Ils se prétendaient tous bons avec leur soit disant bonnes intentions, mais au fond, ils n’étaient pas mieux. Eux aussi avaient quelque chose à y gagner.

    Severus était le meilleur exemple qui lui venait en tête. Bellatrix avait toujours dit à tout le monde qu’il ne fallait pas lui faire confiance. En tant que faible et faux elle lui donnait la palme d’or. Pendant combien de temps exactement il s’était joué d’eux? Trop longtemps, ça elle en était certaine et elle voulait avoir le plaisir d’être celle qui allait le retrouver et l’emmener au maître. Déjà qu’il lui avait donné raison d’avoir dit qu’il ne fallait pas lui faire confiance… Bellatrix était gonflée de fierté. Personne d’autre qu’elle ne pouvait mériter la confiance du maître. Elle voulait toute son attention et toute la reconnaissance qu’il lui revenait. Pour se faire, elle savait qu’il fallait trouver Severus et lui faire regretter tout les mauvais choix qu’il avait faits dans la vie.

    La mangemorte cherchait le couloir qui serait le plus vide pour se rendre aux toilettes de mimi Geignarde. Elle ne voulait plus à avoir à croiser aucun de ses êtres insignifiants sans pouvoir les torturés un peu. Alors qu’elle tournait le coin pour se rendre vers les toilettes un petit de première année lui fonça directement dessus en enfonça sa tête bien comme il faut dans son ventre! Sur le coup, elle ne réalisa pas tout de suite ce qui venait de se passer. Bellatrix pencha la tête comme au ralenti tentant de garder son sang froid. Or lorsqu’elle vit le visage du gamin devenir soudainement inquiet devant sa propre expression à elle. « Oh non pas un pauvre enfant qui pleure parce que je lui fait peur. C’est tellement déjà vue! »

    BELLATRIX :Dégage sale morveux! Je suis en retard! C’est ta tête à toi qui va tomber. Je te le jure! Espèce de petit pouffesoufle insignifiant.

    Elle le poussa vers le mur du corridor en ricanant comme à son habitude. Comme c’était bon de faire peur aux gens. De se faire craindre et d’être respecter pour ça. Marylee est tellement insignifiante. Trop gentille et beaucoup trop loyale pour Bella. D’après ce qu’elle avait entendu lors de ses recherches nocturne pour trouver Severus, son hôte était loin de lui ressembler. D’ailleurs, elle n’avait toujours aucune idée d’où se trouvait ce Rogue de malheur. Comment faisait-il pour se cacher si bien. Il avait des besoins lui aussi. Il ne pouvait quand même pas rester enfermé dans le corps d’un adolescent puant et ne pas bouger. Un grand sorcier comme lui, franchement. Même si Bella le détestait, elle pouvait bien admettre que c’était un bon sorcier, loin derrière le maître, mais n’empêche qu’il métrisait l’art des potions comme personne. Un plan pour que la stupide gryffondor qui lui servait de corps tombe amoureuse de Rogue… Quoi que s’il pouvait se montrer et que sa arrive pour de vrai, Bellatrix pourrait savoir dans qui il se cachait au moins. L’Ironie dans ce scénario parfait ce serait que Severus se ferait Bella une fois de plus par l’entremise de Marylee. Comme on dit, garde tes amis proche, tes ennemies encore plus. L’idée lui plaisait franchement trop pour être saine.

    Miss Lestrange allait entrer dans la salle de bain, prête à faire face aux foudres de Voldemort pour son retard, mais elle vit sa sœur arriver dans l’insignifiant corps qui l’hébergeait. Elle sourit en s’abstenant de dire que peut importe le corps Narcissa avait toujours l’air d’être une petite chose fragile et un peu faible. Elle n’était pas non plus une militante active du seigneur des ténèbres. Elle le faisait plutôt pour son mari et son fils. Alors pourquoi, est-ce qu’elle avait été rappelée!? Bellatrix ne comprenait pas les décisions du Lord concernant Narcissa, mais elle se promit de lui demander dès que sa sœur ne serait pas dans les parages.

    NARCISSA: Tu es en retard Bellatrix! Comment est-ce possible?
    BELLATRIX:Et toi donc! Qu’est-ce que tu fais là pour me dire ça. Sisi, tu es aussi en retard que moi.
    NARCISSA :J’attendais Lucius, mais je l’ai pas trouvé.

    Bella soupira fortement pour que sa sœur comprenne son agacement. Elle allait devoir la défendre encore devant le seigneur parce que son cher mari n’était toujours pas arrivé et il ne pourrait donc pas le faire. Puis, ce serait pire encore de dire à Sisi de l’attendre ici puisqu’elle avait aucune idée de l’endroit où Lucius pouvait se trouver. Elle poussa la porte et pencha la tête immédiatement en voyant le maître en regardant autour d’elle, Bellatrix remarqua qu’elle était toute seule avec sa sœur, les autres étaient tous en retard.

    BELLATRIX : Maître, pardonnez mon retard. Les stupides Gryffondor m’ont empêché d’arrivé avant. Donnez-moi la permission d’en tuer un…. Juste un.

    Elle avait le regard un peu fou, comme si la seule idée de tué un enfant pouvait être jouissif, plaisant. Elle en avait assez d’être entouré de rouge et or et de rien pouvoir faire avec sa baguette. Ça la démangeait cruellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothé N. Smith
Admin | Apprenti
Fight 'til the end avatar
.

Age : 26
394 messages
Amour : Julia

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Sociable, attentif, prétentieux, têtu... étrangement agressif et sujet aux sautes d'humeur depuis un moment.

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Mer 2 Fév 2011 - 1:03

    « Mr. Smith! Attendez Mr. Smith! Mr. Smith, je... je peux vous parler une minute? » Une lueur démente dans les yeux, le Smith en question arrêta brusquement sa marche et se retourna, agacé. C'était une petite gamine idiote qui venait elle aussi de s'immobiliser pour reprendre son souffle. L'homme avait fait mine de ne pas l'entendre et l'avait laissé lui gueuler ce nom merdique par la tête pendant des minutes qui lui parurent interminables. Mais là, c'en fut trop. Bartemius pencha lentement la tête sur la gauche et fixa la première année avec un regard un peu fou. Il en avait marre d'être coincé dans le corps de ce pauvre con, cela faisait déjà un an qu'il devait endurer des « Timmy », des « Timothé », des « Mon amour »... déjà qu'il devait partager l'esprit d'un adorateur de moldus et de sangs-de-bourbe, les parents de ce dernier avaient eu le malheur de lui donner ce prénom débile. Qui osait appeler son enfant Timothé? Le pauvre aurait dû se suicider bien avant. Mais en attendant d'avoir l'opportunité de tuer le garçon, le mangemort avait l'intention de le faire souffrir jusqu'à la fin. Son hôte devait être de garde ce soir-là puisque Bartemius s'était réveillé en plein milieu du couloir, baguette à la main. C'est d'ailleurs à ce moment que cette Poufsouffle insignifiante avait fait son apparition. Chaque fois qu'il mettait les pieds hors du dortoir des apprentis, Violette était là. Et si ça n'avait pas été de cette couverture qu'il se devait absolument de conserver, le sorcier se serait délecté de la voir se tortiller de douleur sur le sol glacial de Poudlard. Torturer était un sport qu'il pratiquait autrefois avec en train. Il était fou, et ça l'amusait. Le Lord devait sans arrêt le ramener à l'ordre, car il aurait tôt fait de tous les condamner, sinon. Il fit un pas en avant vers la jeune fille, puis un autre. Ils étaient seuls, dans ce couloir. Autant en profiter pour s'amuser un peu. « Stupéfix. » tout ça dans un ton calme désintéressé. Un bruit sourd résonna lorsque la poufsouffle s'effondra durement sur le sol, n'ayant absolument rien vu venir. Satisfait, le mangemort réprima un rire amusé et continua son chemin sans jeter un seul regard derrière lui. Personne ne la croirait si elle racontait que le « grand » Timothé Norman Smith l'avait attaqué ce soir-là. Au moins ce corps avait le mérite d'être respecté et d'avoir une réputation de saint... sinon il aurait été plus difficile de faire payer ces couillons sans cervelle.

    Baissant le regard sur son poignet, le mangemort étouffa un juron en constatant que sa montre magique indiquait vingt heures deux minutes. Eh merde, il allait encore être en retard à cause de cet idiot de Smith qui n'était jamais au bon endroit au bon moment. Accélérant sa marche, il pesta contre tous ces morveux qui vivaient dans cette école de malheur. Poudlard, une merde inventée par des idiots qui avaient décidé d'enseigner la magie à des bons-à-rien. Selon Bartemius la majorité des élèves de l'établissement ne méritaient même pas de tenir une baguette dans leur main, encore moins de fréquenter des sorciers de sang-pur. Ses pas se faisaient rapides, mais pour éviter qu'on le soupçonne de quoi que ce soit il baladait son regard le long des murs et observait chaque élève qui croisait son chemin. Maintenant que les endroits étaient plus bondés d'élèves se préparent à rentrer dans leurs salles communes, se faire discret et agir en Timothé était la meilleure solution. Contrairement à Bellatrix qui prenait un plaisir malsain à faire chier tous les élèves sur sa route, Croupton essayait de se montrer plus raisonnable. Son maître l'avait trop de fois menacé par le passé et il ne souhaitait pas du tout que ça se reproduise. Il le craignait, comme tout le monde. Il était très difficile pour l'homme de contrôler ses pulsions meurtrières, mais une fois que Poudlard serait tombé il pourrait afin assouvir sa soif de chair fraîche. Ces petits corps tomberaient alors tous inertes et lui jubilerait. Promenant ses yeux de tête en tête, il se demande si Severus se trouvait parmi l'un d'eux. Cela faisait un bon moment que les serviteurs de Voldemort travaillaient sans relâche à identifier Rogue, sans succès. Ce fils de pute savait apparemment très bien se dissimuler. Et grâce à ses pouvoirs supérieur aux siens, Bartemius devrait se montrer très rusé pour espérer le démasquer. Il détestait Rogue, ça avait toujours été ainsi. Il ne l'avait pas soupçonné de traîtrise comme Bellatrix, mais Severus l'avait toujours traité comme un être inférieur. Et pour ça, Barty avait cette irrésistible envie de lui briser le coup de ses propres mains, sans magie. Sentir ses os se briser sous ses doigts. Un rire dément s'échappa aussitôt de sa gorge et en se rappelant qu'il n'était pas seul, Croupton se racla bruyamment la gorge en guise de diversion.

    Ça lui prit quasiment cinq minutes pour atteindre les toilettes du deuxième étage. Cinq minutes de retard n'était pas énorme, mais dans le langage mangemort ces cinq minutes lui vaudraient certainement une cruelle punition de la part du Lord. Puisqu'il ne pouvait les sanctionner trop sévèrement, car leur réussite dépendait aussi de ses accolytes, Voldemort se faisait souvent plaisir en torturant allègrement le corps de l'élève dans lequel ils séjournaient, ou leur confiait des missions indignes de leur statut. Tournant le coin, il aperçu Bellatrix et Narcissa qui s'engouffraient dans les toilettes avant lui. « Tu es en retard, Croupton. » s'éleva une voix moqueuse derrière lui. Bartemius se retourna vivement et aperçu la silhouette de l'élève que possédait Lucius. Soupirant d'agacement, il l'envoyant balader d'un geste de la main et se dirigea devant la porte. Il était en retard, il n'avait pas le temps de discuter avec un lâche comme lui. « Mais où est donc Drago, Lucius? Toujours mort? » répliqua-t-il sans regarder le visage de Malefoy rougir de colère. Puis, il entra dans les toilettes la tête très basse. Le courroux de Voldemort serait sans doute terrible, mais il était prêt à l'affronter avec dignité. Pas question qu'il tremble comme une feuille comme le grand blond l'avait fait à l'époque. Bartemius était de toute façon trop inconscient pour se rendre compte du danger auquel il s'exposait. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il était devenu mangemort. Il s'agenouilla devant Voldemort puis le regarda dans les yeux. Parce que le Lord détestait qu'on évite son regard. « Maître. » il n'allait pas lui demander de lui pardonner. Ce mot n'existait pas pour Voldemort, et n'existait pas non plus pour Bartemius. La pensée que Timothé, son hôte, serait humilié de se voir lui-même s'agenouiller devant le corps de Baël traversa l'esprit vicieux de Barty dont les lèvres affichèrent un sourire tordu. Du coin de l'oeil, il vit Lucius s'agenouiller et attendre la suite en silence.


_________________
« 'Cause this ain't Wonderland »
If they say life's a dream call this insomnia. Cause this ain't Wonderland it damn sure ain't Narnia. And once you cross the line you can't change your mind. Yeah I'm a monster but I'm no Frankenstein. And quite frankly I've been feeling insane in between my eyes. I really cant explain what I feel inside. If you knew what I was you would run and hide. Many have tried to go into the night cross over the line and come back alive. But that's the price we pay when we living on the other side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Mer 2 Fév 2011 - 13:13

    Ce maudit Severus pouvait être partout. Ce maudit Severus pouvait se cacher partout, cet enfoiré ! Le pire, c’était que, s’il était parvenu à masquer sa trahison au nez et à la barbe du Lord, il était tout à fait capable de se terrer dans le corps d’un élève, invisible pour le Lord, malgré son don en Legilimancie. Sonder tous les élèves du château n’était donc pas une option envisageable, d’autant plus que, si, par hasard, le Lord tombait sur Severus, ce dernier saurait qui l’a ramené, et il serait bien capable de sacrifier sa deuxième vie pour le faire tomber à nouveau. Cette immonde vermine serait capable de monter une résistance, de perpétuer l’idéal absurde et pathétique du vieux barbu sénile, de, toujours pour l’amour d’une née-moldue rousse, combattre l’expansion inévitable du Lord. Severus deviendrait, s’il apprenait que Lord Voldemort était de retour, le grain de sable dans la mécanique parfaite du plan du Mage Noir. Il fallait l’éliminer au plus vite. Les Mangemorts, déjà en retard, avaient intérêt à avoir de bonnes nouvelles. Dans le cas contraire, plus d’un Doloris se perdrait.
    Voldemort pointa la baguette d’if sur la porte des toilettes. Des bruits de pas s’étaient fait entendre dans le couloir. Si c’était un élève, Poudlard accueillerait une quatrième victime. Si c’était un Mangemort, pas sûr que son sort soit plus enviable. Deux personnes se tenaient devant la porte. Deux jeunes filles. Narcissa et Bellatrix. Quelle honte de voir son plus fidèle lieutenant, le Mangemort qui lui vouait un véritable culte, celle qui l’aimait (à condition que ce mot ait véritablement un sens pour le Lord) plus que son mari, là, dans le corps minable d’une Gryffondor empotée. Etrangement, lorsqu’il vit entrer Bellatrix, suivie de près par sa sœur, il dut contrôler le désir qui s’emparait de lui. Il savait que son hôte et celui de Bellatrix entretenaient régulièrement des rapports sexuels, mais il ne pouvait même pas envisager que le désir de l’apprenti puisse le toucher lui. C’était préoccupant. Depuis un certain temps, les deux esprits semblaient entretenir des frontières moins nettes, plus poreuses. Certaines émotions du Lord passaient chez Baël, et inversement. Certains dons du Lord avaient aussi filtré pour que Baël se les approprie… Le jeune homme était maintenant parfait Fourchelang, et il sentait bien que, petit à petit, Baël acquérait une puissance magique qui n’était pas due à ses propres capacités. Peut-être que le fait que le Lord sculpte le corps de Baël à sa guise créait des liens plus étroits entre leurs esprit que Voldemort ne le voulait…
    Bellatrix s’agenouilla. Narcissa resta un peu en arrière. Un faible sourire narquois apparut l’espace d’une seconde sur le visage du Lord. Narcissa se demandait ce qu’elle faisait là. Narcissa ne comrpenait pas pourquoi le Seigneur des Ténèbres l’avaient rappelée. Après tout, elle n’avait jamais été un Mangemort, et elle avait même trahi Voldemort en prétendant que l’Elu était mort. Dès lors, que faisait-elle là ? Facile. Voldemort ne pardonne pas facilement. Narcissa était revenue uniquement pour le comprendre. Son rôle dans cette histoire serait bien assez cruel.

    Bellatrix - « Maître, pardonnez mon retard. Les stupides Gryffondor m’ont empêché d’arrivé avant. Donnez-moi la permission d’en tuer un…. Juste un. »

    Lord dévisagea un instant le corps qui abritait Bella. Il ne répondit pas tout de suite. Il planta son regard dans celui de l’ancienne Serpentard, et ses yeux devinrent comme deux trous béants dans lesquels Voldemort s’insinua sans hésiter. Il visita les souvenirs de Bellatrix, vérifiant leur authenticité. Depuis le moment où Greyback avait perdu le contrôle sur Travis, le Seigneur des Ténèbres ne laissait plus rien au hasard. Il devait s’assurer que les Mangemorts parvenaient à garder le contrôle sur leur réceptacle. Dans le cas contraire, il faudrait les tuer.
    Voldemort quitta l’esprit de Bella, satisfait. Il ne prit même pas la peine de s’insinuer dans celui de Narcissa. Son expression de dédain terrifié était suffisamment éloquente.

    Voldemort - « Non. Plus personne ne doit mourir. Sauf Severus. »

    D’un geste de la tête, il ordonna à Bellatrix et Narcissa de descendre dans la Chambre. Elles obéirent en silence, et disparurent dans le tuyau. Un léger murmure lui arriva des entrailles du château, signe qu’elles avaient repris une conversation discrète. Puis le silence revint. Brisé à nouveau par l’arrivé de deux Mangemorts. Voldemort reconnu, de l’autre côté de la porte, la voix traînante de Lucius, et celle, éraillée, de Bartemius.

    Bartemius – « Maître.

    Voldemort jaugea le Manemort agenouillé. Il vit Lucius s’agenouiller à côté de lui en silence.

    Voldemort - « Tu es en retard, Bartemius. Je suis déçu, très déçu. Quant à toi, Lucius… Je commence à m’habituer aux déceptions. »

    Les deux Mangemorts baissèrent la tête encore plus bas, si c’était possible, et filèrent dans le tuyau sans demander leur reste lorsque le Seigneur des Ténèbres le leur ordonna. Puis il resta, agacé, à attendre les derniers retardataires. Rodolphus et Walden arrivèrent ensemble, et s’agenouillèrent en silence. Le Lord ne leur adressa pas un regard et plongea à son tour dans le tuyau qui menait à la Chambre. Lorsque les deux derniers Mangemorts l’eurent rejoint, il scella l’entrée du Temple de son aïeul et se dirigea vers ses serviteurs qui s’étaient disposés en cercle aux pieds de la statue de Salazar. Voldemort se plaça au centre de leur cercle et dévisagea chacun d’entre eux l’espace d’un instant.

    Voldemort - « J’en ai assez de vos retards. J’en ai assez de vos excuses. Je vous ai fait un cadeau. Un présent magnifique : je vous ai ramené à la vie. Est-ce comme cela que vous me remerciez ? Endoloris ! »

    Macnair fut le premier à s’effondrer. Voldemort s’approcha de lui, alors qu’il serrait les dents pour ne pas crier.

    Voldemort -« Pourquoi t’ai-je ramené, Walden ? Le sais-tu ? Je t’ai ramené pour que tu me serves. Je t’ai ramené parce que tu es une machine à tuer très efficace. Je t’ai ramené à la vie, Walden. Alors, dis-moi. Où est Severus ? »

    Le corps de Macnair était livide. Il n’avait aucune réponse à fournir à son maître.

    Voldemort - « Décevant. Endoloris ! »

    Cette fois, le Mangemort cria. Mais le Lord s’était déjà détourné.

    Voldemort - « Bartemius ! Bellatrix ! Vous êtes mes meilleurs éléments. Vous êtes mes plus fidèles Mangemorts. Alors, dites-moi. Où est Severus ? »


Spoiler:
 


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 24
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 3 Fév 2011 - 9:45

    Narcissa suivait sa sœur avec une proximité déconcertante. Ce qui agaçait définitivement la plus grande fidèle du Lord. De l’espace, elle ne demandait que d’avoir son espace personnel et d’avoir la possibilité de s’adresser au maître sans se sentir obliger de couvrir l’épouse de Lucius. Évidemment, comme il n’était pas capable de se protéger lui-même, Bella doutait fortement du taux de réussite du pire mangemort attendus ce soir-là. La maxime favorite de Ms. Lestrange était exactement la même que celle du Lord, mais elle était effectivement assez véridique. « Si vous voulez que quelque chose soit bien fait, faite le vous-même » Seulement Voldemort ne pouvait pas être partout à la fois et c’était pourquoi, il avait de fidèles serviteurs – certains beaucoup moins fidèle que Bellatrix. La sorcière avait la prétention de croire qu’elle était la meilleure mangemorte du lot parce qu’elle ferait tout pour son maître. Sa sœur, était toutefois loin d’être dans la même position. Tout ce qui comptait pour elle était sa famille et principalement son fils. Si Bella avait la prétention de se croire privilégié par rapport aux autres, Narcissa, elle se retrouvait dans une situation bien précaire. Probablement autant que Severus, mais le fait qu’elle se retrouve parmi eux ce soir, indiquait que le Seigneur des ténèbres avec d’autres plans concernant la femme de Malfoy. L’ancienne prisonnière d’Azkaban s’agenouilla devant l’être qu’elle idolâtrait aveuglément en signe de soumission. Effectivement, elle écouterait tout ce que le maître lui dirait de faire. Elle était prête à tout pour que le maître lui accorde la même confiance aveugle qu’elle avait pour lui et qu’il l’aime – si seulement ce mot faisait parti de son vocabulaire. Elle ne savait pas jusqu'à quel point elle-même pouvait aimer, mais elle savait qu’elle appréciait d’avantage le regard du Lord à celui de Rodolphus, à celui de n’importe qui d’autre. De plus, depuis qu’elle avait eu accès aux corps que possédait le lord, son désir n’avait fait que s’exacerber encore plus!

    Bellatrix - « Maître, pardonnez mon retard. Les stupides Gryffondor m’ont empêché d’arrivé avant. Donnez-moi la permission d’en tuer un…. Juste un. »

    Le premier lieutenant du mage noir n’opposa aucune résistance lorsqu’il pénétra dans son esprit. Qu’il la pénètre autant qu’il le voulait Bellatrix n’y voyait aucun inconvénient. Chose que sa sœur trouvait incroyablement épouvantable. Lorsqu’il eut terminé son incursion dans son esprit, Voldemort refusa la demande que Bella lui avait faite. La prochaine personne qui devrait mourir serait Severus et personne d’autre. Le problème étant que Bella n’avait aucune idée d’où se trouvait ce crétin et elle espérait de tout son cœur que si quelqu’un le savait il aurait la brillante idée de lui fournir l’information pour qu’elle n’ait pas à décevoir le Lord. Elle sentait bien que des têtes pourraient rouler s’il n’y avait pas de progrès de ce côté. Voldemort fit signent aux deux sœurs d’entrer dans le tunnel qui les mènerait à la chambre des secrets. Évidemment, Narcissa hésita avant de s’engouffrer dans le tuyau sombre. Aider par Bella, elle se lança enfin et la fidèle mangemorte fit de même. Elle était excitée à un point tel que même les mots qui lui venait en tête ne décrivaient pas comment elle se sentait. Enfin! Elle se retrouvait dans le temple secret du Lord. La chambre des secrets était cent fois mieux que ce qu’elle avait pue t’imaginer. L’endroit faisait très serpentard et lui rappelait toutes les bonnes années qu’elle avait passé à faire peur aux Gryffondor. Le noir et le vert qui se dégageait de l’endroit faisait tout à fait l’ambiance parfaite pour la réunion qui se passerait ce soir-là.

    Bellatrix – « Narcissa, si tu ne veux pas que ce soit ta tête qui tombe ce soir, je te conseille d’être plus réceptive aux demandes du seigneur des ténèbres! Je ne pourrais pas te protéger pour toujours et Lucius ne peut définitivement rien. »

    Narcissa toisa sa sœur du regard dans toutefois rien dire. Elle devait savoir qu’elle visait juste une fois de plus. SI quelqu’un pouvait se vanter de bien connaître le Lord c’était Bella. Celle-ci s’assit directement devant la statuette de Salazar laissant Narcissa prendre la place qu’elle jugeait être celle qui serait la plus éloignée du Maître. Bartemius et le mari de sa sœur arrivèrent quelques instants plus tard. D’ailleurs, l’ancienne Serpentard offrit à Lucius un sérieux avertissement du regard concernant sa femme. Lorsqu’il eut prit place près de son épouse, le Lord apparu dans la chambre des secrets suivit de près par Macnair et Rodolphus.

    En retard, ils avaient tous été en retard, les uns après les autres. Son époux et Macnair d’avantage que les autres et Bella savait d’avance qu’ils seraient les premiers à gouté le prix de leur insubordination. Elle espéra cependant à échapper à cette torture considérant qu’elle avait quand même était la première à se pointer. Le lord les regarda sévèrement les uns après les autres et personne n’osait dire un mot pour briser le silence de reproche de leur maître.

    Voldemort - « J’en ai assez de vos retards. J’en ai assez de vos excuses. Je vous ai fait un cadeau. Un présent magnifique : je vous ai ramené à la vie. Est-ce comme cela que vous me remerciez ? Endoloris ! »

    Bellatrix vit le corps de Macnair s’effondrer suite au sortilège lancé par le mage noir. Elle réprima ses cris de jubilation, mais de voir un corps se tortiller de douleur suite au sortilège de Doloris lui donnait des frissons de joies qui commençaient du bas de son dos et qui se rendait jusqu'à la racine de ses cheveux fous. Ça avait beau être un des leurs, des cris de douleurs restaient des cris de douleurs et il n’y avait pas plus douce mélodie aux oreilles de Bella que ceux provenant d’un être torturer. Elle écoutait ce que le lord ajouta au niveau de la chance qu’ils avaient d’être en vie et il demanda enfin ce qu’elle craignait tant : Où était Severus?

    Voldemort - « Bartemius ! Bellatrix ! Vous êtes mes meilleurs éléments. Vous êtes mes plus fidèles Mangemorts. Alors, dites-moi. Où est Severus ? »

    Mrs.Lestrange regarda Bartemius espérant qu’il se lance. Tant pis si elle n’avait pas la réponse, elle ne voulait pas que la colère du Lord éclate. D’autant plus qu’il avait dit qu’elle était avec Croupton son meilleur élément! Jubilation extrême qui était loin d’être approprié à cet instant. La femme déglutit et leva ses yeux vers le seigneur des ténèbres. La franchise était loin d’être son point fort, mais comme le maître pouvait lire dans leurs souvenirs valait mieux ne rien lui cacher. Bellatrix pencha la tête le plus possible et fixa le sol un instant.

    Bellatrix – « Maître,… Severus se cache, il ne veut pas être trouvé. Je fouille, je cherche aucun de ces stupides élèves ne semble avait noté de comportement étrange chez aucun autre élèves que chez ceux dont nous possédons le corps…Par contre, sur le chemin vers les toilettes, j’ai pensé que je pourrais me servir de cette Gryffondor qui me sert d’hôte pour lui tendre un piège? »

    Elle releva la tête un peu. Appréhendant la réaction du maître et de voir ce que Bartemius trouverait à dire lui aussi.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothé N. Smith
Admin | Apprenti
Fight 'til the end avatar
.

Age : 26
394 messages
Amour : Julia

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Sociable, attentif, prétentieux, têtu... étrangement agressif et sujet aux sautes d'humeur depuis un moment.

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 3 Fév 2011 - 18:28

    « Tu es en retard, Bartemius. Je suis déçu, très déçu. Quant à toi, Lucius… Je commence à m’habituer aux déceptions. » On pouvait clairement entendre Malefoy s'étrangler avec sa propre salive tandis que son nez était près de s'enfoncer dans le sol. S'il avait pu disparaître et ne plus jamais revenir, il l'aurait sûrement fait. Bartemius apprécia tout particulièrement le commentaire de son maître à l'égard de celui ayant autrefois été le favori, le plus « prometteur ». Ce n'était évidemment plus le cas depuis leur retour d'entre les morts et Croupton, qui n'avait pas eu le temps d'appuyer son maître jusqu'à la fin fut ravi de l'apprendre. Maintenant, le Lord s'apercevait qu'il avait été l'un des seuls, sinon le seul à remplir sa mission au temps de Potter. Le seul ayant prouvé - avec Bellatrix, sûrement... même les deux ne s'étaient jamais particulièrement apprécié - jusqu'à la fin qu'il ferait tout pour servir Voldemort. Trahir sa propre famille, le chercher sans relâche alors que tous les autres lui avaient tourné le dos à la fin de la première guerre. Ils méritaient d'être punis, tous autant qu'ils étaient et il espérait que le Lord avait compris cela et qu'il appliquerait des sentences contre ceux qui en méritaient réellement. Lorsque le Détraqueur lui avait offert son fatidique baiser, Bartemius n'avait supplié personne de l'épargner. Lucius, lui, l'aurait fait. Et pour cela, il méritait de souffrir le martyr jusqu'à ce qu'il meurt, baignant dans son propre sang souillé par la lâcheté. Et inutile d'aborder le sujet de Narcissa qui méritait un sort aussi abominable. Intérieurement, Barty aurait aimé que ce petit bourge de Drago revienne parmi eux, juste pour voir le Lord s'amuser avec lui. Et jubiler devant les airs horrifiés de ses parents. Lorsque le Lord leur fit signe de se relever et d'entrer dans le long tunnel menant à la Chambre des Secrets, le mangemort se leva, s'inclina bien bas devant le Seigneur des Ténèbres et s'y engouffra le premier. Malefoy le suivait de près, mais gardant tout de même une distance essentielle entre eux. Sa main caressant distraitement sa baguette, le revenant ricanait en s'imaginant l'utiliser pour faire regretter à cet homme toutes ses erreurs. Un enfant n'était rien, à côté de Lord Voldemort. L'amour d'une femme non plus. Il avait tout sacrifié, pour lui. Mais certains n'avaient pas compris le terme "dévouement", et ils le paieraient sans doute très cher. Pas assez cher, selon Bartemius, mais s'ils voulaient gagner cette nouvelle guerre ils n'avaient apparemment pas le choix de tous coopérer.

    Contrairement à ce que beaucoup trop de mangemorts pensaient, Bartemius était de son temps un homme d'une extrême intelligence. Et il savait bien plus de secrets à propos du Lord que n'importe lequel de ses serviteurs. Tous croyaient leur maître un fier et digne sang-pur alors qu'en réalité Croupton savait qu'il avait dû vivre avec la honte d'avoir un père moldu. Il savait que Voldemort n'était en réalité qu'un sang-mêlé alors que la totalité de ses mangemorts étaient sang-pur. Mais ça n'avait jamais empêché Barty de rester loyal et de le suivre aveuglément dans toutes ses missions, comprenant que lui aussi avait dû vivre avec l'humiliation d'avoir un père aussi indigne de lui. Et Voldemort avait tué son père, comme lui. Ce qui à quelque part les reliait de façon spéciale, unique et cela plaisait beaucoup au jeune Bartemius qui voyait en son maître la sorte de figure paternelle qu'il n'avait jamais eu. Bien que Voldemort l'aurait tué sans la moindre hésitation à la moindre erreur, son adoration pour lui surpassait tout. C'est la mine pensive qu'il arriva devant l'entrée circulaire de la Chambre et pris place face à Bellatrix. La seule dans le lot qui méritait encore la vie. Il regarda les Malefoy se réunir et son expression dégoûtée disparue uniquement au moment où le mage noir fit son apparition, traînant avec lui Lestrange et Macnair. Le silence était palpable dans la pièce tandis que tous attendaient la suite. Barty trépignait d'impatience, espérant que tous ces faibles paient pour leur retard même si lui-même devait y passer aussi. « J’en ai assez de vos retards. J’en ai assez de vos excuses. Je vous ai fait un cadeau. Un présent magnifique : je vous ai ramené à la vie. Est-ce comme cela que vous me remerciez ? Endoloris ! »

    L'espace d'un instant, Bartemius ferma les yeux et s'attendit à ressentir une douleur électrisante envahir son corps. Il attendit, soumis, à la punition que le Lord aurait choisi pour lui. Il le méritait cette fois, au même titre que tous les autres. Rien ne se passa pourtant, et ses paupières s'ouvrirent sur un spectacle fort agréable. Macnair se tortillait telle une larve sur le sol et serrait si fort des dents pour ne pas crier que les yeux de Croupton brillèrent d'excitation. Quel délice de voir ce lâche, ce traître secoué de spasmes et se mettre à crier devant les trops grands pouvoirs de son Lord. Un sourire malsain flottait sur le visage de Timothé, un sourire qui ne pouvait pas lui appartenir. La torture se termina bien trop tôt à son goût et tous se tinrent bien droits, attendant leur tour. « Bartemius ! Bellatrix ! Vous êtes mes meilleurs éléments. Vous êtes mes plus fidèles Mangemorts. Alors, dites-moi. Où est Severus ? » La joie extrême qui envahi Croupton à ce moment fut indescriptible. Il était son meilleur élément, son plus fidèle. Il savait qu'il était un meilleur sorcier que Bellatrix. Il maîtrisait des sortilèges dont elle ne rêvait même pas la nuit, possédait la capacité de manipuler n'importe qui, et de se mettre dans la peau de n'importe qui. Près d'un an, voilà le temps qu'il avait passé à agir et penser comme Alastor Maugrey. Ce n'était pas difficile pour lui de se comporter comme le parfait petit Timothé Smith. Bellatrix, elle était juste... démente et savait difficilement se contrôler. La mort l'attendait donc au bout du chemin, et seule sa loyauté envers le Lord lui avait permis de se rendre aussi loin. Elle prit la parole la première et son visage s'assombrit lorsqu'il se rendit compte qu'il n'avait pas de réponse plus satisfaisante à lui offrir. Rogue était introuvable pour le moment et Croupton guettait le moindre signe, la moindre erreur de sa part. Inclinant respectueusement la tête avant de parler, il contrôla sa honte du mieux qu'il le pouvait et parla à son tour et regarda Voldemort droit dans les yeux. « Je le cherche sans relâche, maître. Je guette le moindre signe, le moindre comportement suspect. Le corps que j'habite étant un apprenti il me sera plus facile de les observer, maître. J'ai eu la chance de pouvoir donner quelques cours à ces sorciers indignes et je saurai si l'un d'entre eux change brusquement de personnalité. Je ne vous décevrai pas, maître, jamais je n'oserais. Je trouverai Rogue, quoi qu'il m'en coûte. » Il disait la vérité, sa volonté n'était plus à prouver et sa loyauté était la seule chose qui comptait aux yeux de Bartemius. Si Voldemort vérifiait son esprit, il ne trouverait aucune information susceptible de le mettre dans de sales draps. Il espérait que leur maître comprendrait qu'ils étaient coincés, eux, dans la tête de connards qui ne coopéraient pas et qu'ils avaient donc accès à un nombre restreint de possessions. Mais plus le temps avancerait, plus Smith faiblirait et plus il lui serait facile de le contrôler et d'utiliser ses souvenirs et ses pensées pour détecter Rogue. Puis, comme les autres, il se tut et attendit que Voldemort prenne la parole.


_________________
« 'Cause this ain't Wonderland »
If they say life's a dream call this insomnia. Cause this ain't Wonderland it damn sure ain't Narnia. And once you cross the line you can't change your mind. Yeah I'm a monster but I'm no Frankenstein. And quite frankly I've been feeling insane in between my eyes. I really cant explain what I feel inside. If you knew what I was you would run and hide. Many have tried to go into the night cross over the line and come back alive. But that's the price we pay when we living on the other side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Ven 4 Fév 2011 - 12:53

    Le regard de marbre de Salazar Serpentard était figé pour l’éternité droit devant lui. Le visage de l’aïeul du Lord était squelettique, décharné. Une longue barbe, qui en son temps était grise, ornait son maigre menton. Une expression de puissance contenue se dégageait de l’immense statue qui avait, plus de 200 ans auparavant, été témoin de l’échec du Horcruxe Jedusor de reprendre corps. Qui sait ce qu’il se serait passé si le souvenir conservé entre les pages du journal était parvenu à reprendre vie. S’il avait réussi à tuer Ginny Weasley et se nourrir de sa vie. Nul doute que le Seigneur de Ténèbres se serait trouvé considérablement renforcé. Et que le Souvenir aurait tué Harry Potter dès sa deuxième année. Le Lord aurait alors gagné la Seconde Guerre. Mais ce n’était pas ce qui s’était produit. Le journal avait été détruit. Le premier Horcruxe à y passer. D’ailleurs, comment ce sale gamin binoclard avait-il appris l’existence de ces parties de son âme ? Comment ce piètre sorcier était-il parvenu à en savoir suffisamment en termes de magie noire pour apprendre savoir comment les détruire ? Comment était-il parvenu à les détruire et à contourner les enchantements puissants qui les protégeaient ? Nul doute que Dumbledore avait joué un rôle dans cela. Mais lui, comment avait-il appris ? Comment avait-il pu identifier ses Horcruxes ? C’était un de ses plus grands secrets, son assurance de survie. Ses Horcruxes étaient son acte de magie la plus noire, l’acte qui le plaçait au-dessus de tous les autres mortels en se rapprochant de son rêve le plus fou : l’immortalité.
    Lentement, Voldemort quitta la statue de son aïeul du regard, et il posa les yeux sur Appelo Mortem. Le livre trônait sur un piédestal, protégé par des enchantements qui pouvaient sembler superflus, car il n’existait aujourd’hui plus aucun sorcier capable d’entrer dans la Chambre. Mais le Lord ne voulait prendre aucun risque. Le Livre des Morts représentait trop pour qu’il puisse se permettre de le perdre. Ce Livre était le symbole de son retour. L’instrument de son retour au pouvoir. Mais aussi le Livre avec lequel il avait rappelé Severus Rogue. D’un coup, il revit la silhouette dorée du professeur de potions apparaissant au centre du pentagramme. Il revit ses cheveux gras et longs qui lui cerclaient le visage, au tient cireux. Il revit la grossière chauve-souris. Puis il la revit disparaître. Une colère sourde montait en lui. Severus s’était enfui. Et le Lord n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait. D’un geste fluide, il se retourna vers les corps minables qui abritaient l’âme de ses Mangemorts. Il fit quelque pas à l’intérieur du cercle que formaient ses serviteurs. Il les regarda chacun à leur tour dans les yeux. La plupart baissèrent instantanément les yeux. Il se plaça au centre du cercle pour s’adresser à l’ensemble de ses Mangemorts.

    Voldemort - « J’en ai assez de vos retards. J’en ai assez de vos excuses. Je vous ai fait un cadeau. Un présent magnifique : je vous ai ramené à la vie. Est-ce comme cela que vous me remerciez ? Endoloris ! »

    La baguette de Baël avait à peine bougé. Au contraire du corps qui abritait Macnair, qui s’effondra dans un gémissement. L’ancien bourreau avait beau être de capable de résister à la douleur, celle que lui infligeait le Lord, dans sa colère, était insupportable. Il serrait tellement les dents qu’elles auraient pu exploser. Macnair ne voulait pas crier. Voldemort le savait, et il ne s’arrêterait que lorsque ce dernier ne supporterait plus la douleur. Le corps pitoyable de l’élève qui servait à Walden de réceptacle gisait sur le sol, agité de spasmes. La douleur qu’on pouvait lire sur son visage était délectable. Voldemort baissa sa baguette, et Macnair se remit à respirer. A respirer trop vite et trop fort.

    Voldemort -« Pourquoi t’ai-je ramené, Walden ? Le sais-tu ? Je t’ai ramené pour que tu me serves. Je t’ai ramené parce que tu es une machine à tuer très efficace. Je t’ai ramené à la vie, Walden. Alors, dis-moi. Où est Severus ? »

    Macnair leva difficlement les yeux vers son maître. Il était plus blanc que la plus pure des neiges. Ses lèvres tremblaient. Son regard, incapable de se fixer quoi que ce soit, semblait complètement fou. Il n’avait aucune réponse à offrir à son maître. Il ne savait pas où était Severus. Il n’en avait aucune idée. Mais valait-il mieux le dire au Lord, ou rester silencieux ?
    De son côté, le Lord savait pertinemment que Macnair n’avait aucune information. Il attendit quelques secondes, et le silence éloquent qui suivit sa question le fit lever à nouveau sa baguette.

    Voldemort - « Décevant. Endoloris ! »

    Le cri de douleur résonna quelques secondes dans la Chambre. Voldemort posa son regard quelques instant sur le misérable Mangemort qui se tortillait par terre. Pauvre de lui, la douleur devait être insupportable. Pauvre incompétent. Voldemort se retourna vivement et son regard balaya le reste de l’assemblée. Les Malefoy baissaient la tête, comme s’ils pensaient que cela les mettrait à l’abri de la colère du Lord. Bartemius et Bellatrix observaient Macnair avec une expression de terreur amusée. Ils adoraient voir des corps soumis à une douleur terrbile, mais ils craignaient clairement que leur maître ne s’en prenne à eux.

    Voldemort - « Bartemius ! Bellatrix ! Vous êtes mes meilleurs éléments. Vous êtes mes plus fidèles Mangemorts. Alors, dites-moi. Où est Severus ? »

    Il les toisa tour à tour. Aucun d’entre eux ne semblait vouloir parler en premier. Un léger sourire narquois fit son apparition sur les lèvres de Tom Jedusor.

    Bellatrix - «Maître,… Severus se cache, il ne veut pas être trouvé. Je fouille, je cherche aucun de ces stupides élèves ne semble avait noté de comportement étrange chez aucun autre élèves que chez ceux dont nous possédons le corps…Par contre, sur le chemin vers les toilettes, j’ai pensé que je pourrais me servir de cette Gryffondor qui me sert d’hôte pour lui tendre un piège? »

    Voldemort resta silencieux. Il se tourna lentement vers Bartemius. Ce dernier baissa la tête en signe de respect, avant de répondre.

    Bartemius – « Je le cherche sans relâche, maître. Je guette le moindre signe, le moindre comportement suspect. Le corps que j'habite étant un apprenti il me sera plus facile de les observer, maître. J'ai eu la chance de pouvoir donner quelques cours à ces sorciers indignes et je saurai si l'un d'entre eux change brusquement de personnalité. Je ne vous décevrai pas, maître, jamais je n'oserais. Je trouverai Rogue, quoi qu'il m'en coûte

    Voldemort soupira longuement. Le silence était total dans la Chambre. Macnair gisait toujours sur le sol. Les autres Mangemorts tenaient de se faire les plus petits possible. La formule claqua dans l’air, comme une sentence divine. L’écho de la voix de Voldemort rappela aux deux corps qui venaient de s’effondrer qu’il ne faut jamais décevoir le Lord.

    Voldemort - « Endoloris ! Mesurez ma déception. Je ne vous demandais que de trouver Severus. Et vous, vous ne trouvez que… Des excuses. Lord Voldemort déteste les excuses. »

    Il laissa là les deux Mangemorts. Lucius leva les yeux vers lui au moment où le Sortilège Doloris le toucha. Comme les autres, il s’effondra en serrant les dents. Sa femme chancela juste après lui. Rodolphus les suivit de près.

    Voldemort - « Vous êtes des incapables. Vous ne méritez même pas le cadeau que je vous ai fait. Severus Rogue vous est-il à ce point supérieur qu’il parvient à vous échapper ? Severus Rogue est-il à ce point meilleur sorcier que vous ? »

    Son regard caressa chacun des Mangemorts au sol. Il s’arrêta sur le couple Bartemius-Bellatrix.

    Voldemort - « Bellatrix. Tu qui as toujours dit qu’on ne pouvait lui faire confiance. Toi qui avais raison lorsque j’avais tort. Pourquoi ne me le ramènes-tu pas ? Bartemius, toi qui as sacrifié ton âme, à l’époque. N’es-tu plus prêt à aucun sacrifice ? »


Spoiler:
 


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 24
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 17 Fév 2011 - 8:43

    Trouver Severus et l’emmener au maître voilà les ordres auxquels Bellatrix avait faillit. Elle avait échoué dans sa tentative de retrouver ce traitre. Il méritait de payer ce qu’il avait fait au Lord pendant la deuxième guerre. Elle qui avait toujours dit qu’on ne pouvait pas faire confiance à cet homme. La mangemorte fixa Bartemius qui ne semblait pas avoir eu meilleur résultat qu’elle. Ils se retrouvaient donc, tout les deux face à un échec et elle savait que le maître serait furieux contre ses « meilleurs éléments ». Après une très mauvaise réponse de la part de la femme de Rodolphus Lestrange, Croupton ne fit qu’en ajouter lui aussi. Le seigneur des ténèbres soupira longuement. Tout le monde était sur le qui-vive, mais ne pipait mot. Ils avaient tous bien trop peur des représailles. Comme elle s’y attendait, Voldemort prit la parole.

    Voldemort - « Endoloris ! Mesurez ma déception. Je ne vous demandais que de trouver Severus. Et vous, vous ne trouvez que… Des excuses. Lord Voldemort déteste les excuses. »

    Le corps de Bellatrix tomba sur le sol comme si elle était une mouche et qu’on venait le l’écraser. La douleur qu’elle ressentie d’un seul coup fut foudroyante. Comme si on la brulait de l’intérieur après lui avoir ouvert le ventre avec un couteau. C’était douloureux, mais seule une personne comme Bellatrix pouvait « presque apprécier » la sensation atroce qui découlait d’un sortilège de Doloris. La femme cria de douleur sur le plancher froid de la chambre des secrets, mais il ressemblait étrangement au crie que l’on pousse pendant l’acte sexuel. Du Bella tout cracher! Narcissa était horrifié de voir sa sœur dans cette position là. La femme de Lucius était d’un naturel plutôt prude. Ce fut enfin son tour de tomber au sol comme suivit des autres mangemort. Décidemment Voldemort était d’une immense colère et avec raison. S’ils perdaient réellement Severus personne ne pouvait imaginer ce qui pourrait arriver pour leur propre identité secrète. Lentement après le sort, Bella reprit ses esprits, mais resta tout de même étendu sur le sol. La fraicheur de celui-ci lui faisait du bien. Et la tranquillisait encore un peu plus.

    Voldemort - « Bellatrix. Tu qui as toujours dit qu’on ne pouvait lui faire confiance. Toi qui avais raison lorsque j’avais tort. Pourquoi ne me le ramènes-tu pas ? Bartemius, toi qui as sacrifié ton âme, à l’époque. N’es-tu plus prêt à aucun sacrifice ? »

    Douce musique à ses oreilles. Elle avait raison, mais chaque fois que le Lord l’admettait une joie immense l’emplissait. Il était tellement avare de compliment puisqu’il était le meilleur que quand il y en avait un sortait de sa bouche, il fallait en profiter. Pour Bellatrix, c’était deux fois plus gratifiant puisqu’elle recevait par le fait même un compliment de l’homme qu’elle aimait par-dessus tout. Si, évidemment, l’amour était possible dans son cas. Ce beau sentiment s’approchait définitivement d’une fascination maladive dans son cas. C’était à cause de ce soit disant amour, après tout, qu’elle avait sacrifié sa vie pour être le meilleur mangemort dans les rangs de Voldemort. La femme se releva péniblement lorsque le Lord s’adressa à elle. Une fois remise de ses émotions, elle baissa la tête en signe de respect et aussi parce que le seigneur des ténèbres faisait en sorte qu’elle se sente encore plus mal de ne pas avoir réussit à trouver Severus.

    Bellatrix – Je vais le faire maître. Je vais me mettre là-dessus dès que j’ai le contrôle sur cette stupide Gryffondor. Je ne vous décevrai pas une seconde fois, maître.

    Elle le pensait vraiment. Avec un peu de chance Narcissa pourrait retrouver son sens commun et cesser de pleurer la perte de son idiot de gamin et l’aider un peu dans la mission que le lord leur demandait. De plus, il les avait menacés en disant que Severus était possiblement un meilleur sorcier qu’eux. Ce qui avait irrité Bella. Même si Bartemius pensait le contraire, elle était une très bonne sorcière. Comme tout sorcier, elle avait de meilleures aptitudes dans certaines matières et dans d’autre non. Quand elle était jeune, c’était la métamorphose et défense contre les forces du mal. Belle ironie dans cette histoire. Bref, pour Severus c’était les potions. Comme sa stupide Marylee. La seule chose que la rouge et or pouvait avoir de positif aux yeux de la mangemorte était que Mary avait accès à volonté du corps que possédait le maître. Elle n’avait rien d’autre à envier à la jeune sixième année.

    Bellatrix ne poussa pas dans commentaire lorsque Voldemort demanda à Croupton de faire faire des sacrifices une seconde fois pour répondre à sa volonté et ramener Rogue. Elle ne croyait pas que Bartemius soit capable de faire quoique ce soit pour arriver à bien dans cette mission que leur donnait le maître. Décidemment, à part elle aucun élément utile n’avait été rappelé à la vie. Pourquoi étaient-ils tous présent s’ils ne pouvaient rien faire pour que Voldemort reprenne sa sature d’autrefois!


Spoiler:
 
A toi Timmy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothé N. Smith
Admin | Apprenti
Fight 'til the end avatar
.

Age : 26
394 messages
Amour : Julia

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Sociable, attentif, prétentieux, têtu... étrangement agressif et sujet aux sautes d'humeur depuis un moment.

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Ven 25 Fév 2011 - 0:45

    « Endoloris ! Mesurez ma déception. Je ne vous demandais que de trouver Severus. Et vous, vous ne trouvez que… Des excuses. Lord Voldemort déteste les excuses. » tonna la voix sévère du Seigneur des Ténèbres sans préavis. Bartemius aperçut Bellatrix s'effondrer devant lui et il eut à peine le temps d'en sourire que son propre corps se crispait brusquement. Ses jambes flanchèrent et il fut cloué au sol, incapable de maîtriser la douleur lancinante qui le transperçait dans chaque parcelle de sa peau, de ses organes. La mâchoire de Timothé risquait fort bien de se briser tant son occupant s'efforçait de contenir sa souffrance. Il était assez fort. Assez fort pour ne pas se mettre à hurler comme tous ces faibles. Bartemius avait appris, après de longues et terribles expériences passées, à contrôler légèrement ce sortilège impardonnable qu'utilisait bien trop fréquemment leur Maître à tous. Certes, la douleur était tout aussi aigue, mais son esprit se détachait presque entièrement de cette douleur. Ce serait cet idiot de Smith qui se réveillerait le lendemain matin avec l'impression d'être mort pendant la nuit. Et cette perspective réjouissait Croupton tandis que des gouttes de sueur perlaient de son front. Le Doloris stoppa aussi rapidement qu'il était arrivé, et le fidèle mangemort resta un court moment étendu sur le sol glacial de l'entrée de la Chambre, haletant. Lorsqu'il repris un semblant de conscience, il se releva en position assise, puis se mis à genoux, la tête basse. Il ne se relèverait pas devant Voldemort alors que ce dernier était dans une colère noire.

    « Bellatrix. Tu qui as toujours dit qu’on ne pouvait lui faire confiance. Toi qui avais raison lorsque j’avais tort. Pourquoi ne me le ramènes-tu pas ? Bartemius, toi qui as sacrifié ton âme, à l’époque. N’es-tu plus prêt à aucun sacrifice ? »

    Le mangemort replongea dans des souvenirs bien loin d'être agréables lorsque le Lord mentionna la perte de son âme, autrefois. Comment oublier cette terrible sensation lorsque le Détraqueur lui avait retiré la plus important partie de lui-même? L'impression de ne plus exister tout en étant encore là, prisonnier d'un corps qui nous avait abandonné. Bartemius avait un goût amer dans la bouche chaque fois qu'il repensait à cette mort lente et cruelle. Certains diraient qu'il l'avait mérité. Mais bien honnêtement, personne ne méritait de finir ainsi. Même le plus inhumain des hommes. C'est pourquoi il tenait tant à ce nouveau corps qu'il détestait en même temps. Jamais plus Croupton n'accepterait qu'on le prive de ce qui lui permettait de marcher, de parler, de courir, d'utiliser sa magie. Jamais plus il ne voulait ressentir ce qu'il avait ressenti deux-cent ans auparavant. S'il devait prendre toute la place et empêcher son hôte de reprendre possession de son corps, il n'hésitait pas. Des sacrifices, il en avait fait bien plus que tous ces petits cons réunis. C'était lui, le plus fidèle, lui qui avait réussi la mission que lui avait confié Voldemort en faisant venir Harry Potter jusqu'à lui. Grâce à lui, il avait retrouvé un corps jadis, un corps qui lui avait également été enlevé à cause d'un gamin aussi imbécile qu'un troll.

    Bartemius leva alors sur son maître un regard rempli de détermination. Était-il prêt à tout? Oui. Il trouverait ce Severus Rogue et lui ferait payer sa trahison, très chèrement d'ailleurs. Il se délectait rien qu'à la pensée de le torturer jusqu'à ce qu'il demande grâce. Il lui arrivait de penser que cet homme était un sorcier plus puissant que lui. Mais la différence résidait dans le fait que Barty ne craignait plus la mort, ni la douleur. Son esprit, rendu fou à force de subir le sortilège de l'Imperium, était prêt à tout pour satisfaire les désirs de son Maître. Il n'avait plus vraiment de conscience propre et ne s'arrêterait pas avant d'être parvenu à ses fins. S'il devait pour ça mettre à mort la moitié des élèves de cette école, il le ferait sans la moindre hésitation.

    « Je le trouverai, mon maître. Je le trouverai et si pour cela je dois me sacrifier de nouveau je n'hésiterai pas. » lâcha finalement Croupton, une lueur un peu folle dans les yeux.

    Son regard parcourra la salle et s'arrêta sur Bellatrix. Cette chère Bellatrix. Une salope, voilà ce qu'elle était. Elle qui croyait avoir plus de valeur aux yeux du Lord que quiconque, qu'avait-elle vraiment fait pour lui? Mis à part échouer chaque fois qu'il lui avait demandé un service, elle n'était revenue que parce qu'elle suivait aveuglément ses moindres demandes. Bartemius prouverait à cette putain qu'il valait beaucoup mieux qu'elle lorsque ce serait lui qui trouverait Rogue, et qui mettrait fin à tout ce cirque. Et à la fin, à quoi servirait-elle? À rien. Comme tous les autres mangemorts présents dans cette assemblée.


_________________
« 'Cause this ain't Wonderland »
If they say life's a dream call this insomnia. Cause this ain't Wonderland it damn sure ain't Narnia. And once you cross the line you can't change your mind. Yeah I'm a monster but I'm no Frankenstein. And quite frankly I've been feeling insane in between my eyes. I really cant explain what I feel inside. If you knew what I was you would run and hide. Many have tried to go into the night cross over the line and come back alive. But that's the price we pay when we living on the other side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Sam 26 Fév 2011 - 15:56

    Y avait-il un mot dans quelque langue qui sonne moins bien que Rogue ? Y avait-il un mot qui écorchait plus les oreilles ? Existe-t-il un mot plus désagréable à prononcer, un mot plus laid, plus dissonant, plus rugueux ? Rogue. Rogue. Un nom abominable, un nom qui n’évoquait que misère et horreur ? Un nom qu’on crache plus qu’on ne prononce ? Un mot, même pas digne d’un nom, un nom moins que commun, et certainement pas propre. Et, par-dessus-tout, un mot qui puisse mettre le Seigneur des Ténèbres dans une fureur plus noire ?
    Rogue était un sorcier médiocre aux yeux du Lord. Incapable de briller, avec un don pour les potions, certes, mais la potion est l’art d’un cuisinier plus que d’un sorcier. Quelle prouesse Rogue avait-il accompli ? Quel haut fait pouvait-on lui reconnaître, sinon une lâcheté incroyable et l’art de trahir ? Severus Rogue n’était pas un héros. C’était un opportuniste, un cafard misérable qui changeait de bateau dès que le capitaine vacillait. Severus Rogue était un poltron à châtier. Mais pour se faire, il fallait le trouver. Voilà bien un art dans lequel Rogue excellait plus que dans la potion : celui de rester cacher, de se planquer et d’attendre que les choses se tassent. Pour se cacher, Rogue était doué. Très doué. Il parvenait à masquer son potentiel magique, plus élevé que celui des élèves. Il parvenait, jusqu’à présent du moins, à ne pas éveiller les soupçons de la population de Poudlard. Et c’était agaçant. Très agaçant. Trop agaçant.
    Surtout que les Mangemorts, pour la plupart affalés sur le sol, le souffle coupé, étaient une belle bande d’incompétents. Comment ne pouvaient-ils pas lui ramener le traître ? Comment ne pouvaient-ils pas avoir remarqué un comportement étrange ou anormal ? Comment pouvaient-ils revenir bredouilles ? Comment pouvaient-ils se montrer aussi ingrats envers leur maître, qui le avait offert une seconde vie ?

    Bellatrix - «Je vais le faire maître. Je vais me mettre là-dessus dès que j’ai le contrôle sur cette stupide Gryffondor. Je ne vous décevrai pas une seconde fois, maître. »

    Voldemort posa son regard rouge sang sur le corps qui abritait la fière Black. Il la dévisagea quelques secondes en silence, ses yeux inexpressifs dégageant une impression de froideur inhumaine. La baguette de Baël continuait sa valse silencieuse entre les doigts du Lord. Avec une prestance nonchalante, le Lord se détourna de la femme Mangemort et planta son regard sur la statue de son ancêtre. L’avait-il croisé, alors qu’il était mort ? Lui avait-il parlé, lui avait-il dit qu’il avait mis toute son énergie à achever la noble tâche qu’il avait entrepris ? Avaient-ils conversé, avaient-ils partagé leur dégoût pour les Sang-de-Bourbe ? Avaient-ils…

    Bartemius – « Je le trouverai, mon maître. Je le trouverai et si pour cela je dois me sacrifier de nouveau je n'hésiterai pas. »

    Le Lord se retourna, avec une lenteur infinie. Son regard frappa tour à tour chacun des Mangemorts, qui s’étaient relevés. Il s’attarda particulièrement sur Bartemius et Bellatrix. Il n’eut pas besoin de recourir à la Legilimencie pour sentir la tension qu’il semblait y avoir entre eux. Avec un léger sourire, imperceptible, il débuta une sorte de ronde d’inspection de ses rangs. Voilà donc les fiers Mangemorts, terreurs du monde magique… Incapables de retrouver un sorcier pathétique à l’allure grotesque d’une chauve-souris…

    Voldemort - « J’espère bien. Vous me devez la vie. Je suis libre de vous la reprendre à tout moment. Vous êtes mes esclaves. Ne me décevez plus ! As-tu bien compris, Lucius ? Diffindo ! »

    Une large entaille barra le visage de l’élève qui abritait Lucius. Ce dernier fit un pas en arrière et serra les dents. Il savait très bien que si un son sortait de sa bouche, le Lord ne l’épargnerait pas. Voldemort se détourna.

    Voldemort - « Rodolphus ? Walden ? Cela vaut pour vous aussi… »

    Pas de formule. Un léger geste de la baguette. En apparence, rien ne se passa. Mais les deux Mangemorts sentirent bien vite une main invisible serrer leur coup et les étrangler. Ils commencèrent à se débattre légèrement, ne voulant pas paraître faibles face au maître, mais ne purent bientôt s’empêcher de porter leurs mains à leur gorge, luttant contre une force invisible qui pourrait les tuer. La peur se lisait dans leurs yeux. Le maître allait-il vraiment les tuer ? Rodolphus tomba à genoux. Lorsqu’il crut mourir, l’air s’engouffra à nouveau dans ses poumons, et il se remit à respirer à grandes bouffées. Macnair avait subi le même sort et haletait également.
    L’œil dément, Voldemort se tourna vers Narcissa.

    Voldemort - « Sais-tu, Narcissa, pourquoi je t’ai ramenée ? »

    Narcissa, effrayée, hocha la tête pour dire non. Elle n’osa pas prononcer un mot, ni même lever les yeux vers le visage de Baël.

    Voldemort - « Sais-tu, alors, pourquoi je n’ai pas ramené ton fils ? »

    Cette fois, Narcissa ne bougea pas. Elle tenta en vain de retenir une larme. Le Lord sourit. Il était tellement simple de torturer Narcisse que recourir à la magie n’était même pas nécessaire. Enfin, le Lord se tourna vers Bartemius et Bellatrix.

    Voldemort - « Quant à vous deux… J’exige que vous collaboriez. Que vous meniez vos recherches ensemble. »

    Regard de marbre. Belle punition.

    Voldemort - « Toutefois, le premier d’entre vous qui m’apportera Severus… Aura le droit de le torturer avant de me le livrer. »


A toi, Marylee!


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 24
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 3 Mar 2011 - 19:56

    Bellatrix marchait rapidement dans la nuit noir avec sa baguette fièrement relevé pour éclairé chacun de ses pas grâce à la petite lumière bleuté qui s’échappait du bout de noyer. L’air de septembre était frais. Severus attendait qu’elle arrive. Elle en était certaine. Ce pauvre petit gamin. Elle ne comprenait toujours pas comment le maître faisait pour voir du potentiel dans le maîtres de potions. De son côté, elle y voyait un bon moyen de se rapprocher du maître en couchant avec le favori. Pourquoi était-il le favori au juste? C’était à rien n’y comprendre. Ce petit jeu amusait vraiment Bellatrix. En fait, du moment que c’était un peu tordu l’ancienne Serpentard y prenait un malin plaisir et il fallait dire que Rodolphus n’était pas le meilleur amant du monde. Il avait un nom et du sang pur. C’est tout ce qu’il avait le bougre.

    Ces soirées où Bella avait quitté son poste d’épouse pour se rendre auprès de Severus avait étés nombreuses. En un sens, elles avaient étés excellente. Jusqu’à ce que la jalousie de Mrs Lestrange atteigne des sommets et qu’elle commence à clamer ne plus pouvoir faire confiance à Rogue. Il y avait eu une coupure étonnante entre leurs rapports et franchement personne ne pouvait suivre les pensés de la femme mangemort.

    Dans le petit corps de la Gryffondor, le meilleur lieutenant de Voldemort releva la tête vers son maître. Comme ce serait facile de tendre un piège à Rogue s’ils avaient encore ce genre de relation. Comme ce serait simple de lui faire regretter toutes ses manigances et ses trahisons. Elle n’aurait qu’à l’envouter un peu avec sa folie habituelle et à la manière de Nagini, elle n’aurait qu’à refermer ses crocs sur lui. Et là, cet enfant de malheur ne serait plus et les mangemorts pourraient enfin avoir la conscience tranquille et officiellement commencé et planifié la nouvelle ascension du mage noir. Bellatrix n’attendait que ça. Cette joie immense de voir les sang-de-bourbe tombés un à un comme de vulgaire mouche. Ne sont-ils pas, effectivement, moins utile que ces insectes aux yeux globuleux? Les sangs purs pourraient revenir en force dans le monde des sorciers et Elle pourrait faire régner la terreur partout en Angleterre. Idéalement, le maître se rendrait compte qu’il est fou d’amour pour elle et ensemble ils deviendraient le couple le plus puissant et surtout le plus terrifiant que la terre n’ait jamais connus. Au diable, Rodolphus, au diable tout ses idiots de mangemorts surtout Croupton! Quelle andouille celui-là, si Bella pouvait s’en débarrasser tout de suite, elle ne se porterait que mieux. Elle n’aurait aucune compétition aux yeux de Voldemort. Ce n’était pas comme si Bartemius était d’une grande compétition avec son cerveau de pois chiche. Ce n’était pas Lucius ou encore Walden qui pouvait lui faire de l’ombrage. Encore moins sa sœur qui n’est pas une mangemorte à proprement dit. Elle suit Voldemort seulement par association. Lucius, Elle, autrefois Drago, Narcissa n’avait guère le choix de se joindre aux partisans du seigneur des ténèbres.

    L’ancienne membre de la famille Black promis une fois de plus à son maître qu’elle lui ramènerait la peau du traitre, de l’ennemi à abattre. Et même si le regard que Voldemort posa sur elle était glacé, elle ne broncha pas. Les regards de marbre, injecté de sang elle en avait vu plus d’un. À quelque part dans son être, ses yeux là la faisaient frissonner d’envie. Premièrement, n’est-ce pas toujours plus alléchant d’avoir quelque chose qui nous ait complètement interdit et inaccessible? Bellatrix ne fait pas exception à note. C’était drôlement plus tentant d’avoir le maître de cette manière. C’était un défi de plus. Et, Miss Lestrange adore les défis!

    Bartemius vient une fois de plus briser sa petite bulle d’idées saugrenus en se vouant corps et âme à Voldemort lui promettant de ramené Severus coute que coute et qu’il était même prêt à se sacrifier une fois de plus. L’ancienne Serpentard réprima son ricanement question de ne pas froisser personne. Elle ne croyait pas un mot à la comédie que Croupton tentait de faire avaler au Lord. Il était fou complètement. Et c’était aussi un menteur. Elle était bien certaine qu’il ne faisait rien de mieux de sa vie que de trainer dans le château plutôt que d’être activement à la recherche de l’ennemi numéro un. Voldemort se tourna lentement vers les deux autres mangemorts présent dans la chambre des secrets avec elle. Il s’adressa à Lucius et lui entailla le visage pour le punir. Réjouis par la punition, Bellatrix afficha un sourire en coin plus ou moins discret, la tête légèrement baissé. Lorsque fut venu la tour de son très cher époux et de Walden, elle ne pue, cette fois, s’empêcher de pousser un petit cri de surprise, de joie. Un cri dément qui prouvait à quel point c’était à Ste-Mangouste qu’elle aurait dû se retrouver. La folle suivait les moindres gestes du mage noir avec une attention folle, elle prenait plaisir à chacun geste de torture comme si elle pouvait ressentir le plaisir de torturer quelqu’un par procuration. Ciel, ce qu’elle donnerait pour pouvoir lancé un sortilège de Doloris. Même sur son sombre mari s’il le fallait, elle ne connaissait que le mot loyauté que pour celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Il ne prit même pas la peine de s’en prendre à la sœur de Bellatrix. Narcissa était seulement une faible femme dont le simple fait de mentionner l’absence de son fils anéantissait d’un seul coup. C’était fort heureux pour la grande sœur de celle-ci qui n’eut pas à être torturé entre la joie de voir un autre corps mutilé et entre l’inquiétude qu’elle devait à avoir pour sa petite sœur.

    Finalement, le Lord se retourna une nouvelle fois vers ses meilleurs éléments. La femme baissa la tête une nouvelle fois, se demandant ce qu’il allait leur reprocher cette fois encore. Ils ne pouvaient pas faire qu’erreur sur erreur, non? Même si les standards de Voldemort étaient drôlement plus élevés que la moyenne, ils devaient bien avoir fait quelque chose de bien.

    Voldemort - « Quant à vous deux… J’exige que vous collaboriez. Que vous meniez vos recherches ensemble. Toutefois, le premier d’entre vous qui m’apportera Severus… Aura le droit de le torturer avant de me le livrer. »

    C’était du délire! Qu’elle collabore avec Bartemius Croupton? Plutôt mourir! Qu’il aille au diable celui-là. Qu’il retourne embrasser les détraqueurs, la terre ne s’en porterait que mieux. Hypocritement, Bellatrix baisse la tête et les yeux pour acquiescer à la demande de leur maître, mais Bartemius pouvait en être certain, dès qu’elle en aurait la chance, elle le trahirait. C’était elle qui allait faire plier le corps puant de Severus sous une tonne de sortilèges dont elle était déjà en train de rêver!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothé N. Smith
Admin | Apprenti
Fight 'til the end avatar
.

Age : 26
394 messages
Amour : Julia

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Sociable, attentif, prétentieux, têtu... étrangement agressif et sujet aux sautes d'humeur depuis un moment.

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Mar 8 Mar 2011 - 4:40

    Bartemius affronta avec humilité le regard froid de son maître et pensa alors qu'il avait raison. C'était grâce à lui s'il avait une seconde chance de prouver à ces véracrasses combien il était utile. C'était aussi grâce à Voldemort s'ils pouvaient reprendre cette guerre là où ils l'avaient laissé deux cent ans plus tôt. Il accepta sa mise en garde et se releva péniblement, son corps tremblant encore suite au sortilège qu'il avait reçu. Il ne souffrait pas de la douleur, mais les muscles du jeune Smith étaient tout de même crispés et tordus comme s'ils venaient de passer sous un compresseur. Croupton ne doutait pas de ses capacités, et il savait très bien que son maître lui faisait confiance. Après tout, ce n'était pas pour rien que c'était à lui qu'il avait confié l'une des tâches les plus importantes, autrefois. Le Seigneur des Ténèbres connaissait la valeur de son sujet et tous autant qu'ils étaient devraient l'admettre avant d'être mis à mort. Il les tuerait tous, et la vieille harpie serait la première à périr. Trahir était une seconde nature chez l'homme dérange qu'était Bartemius. En fait, nul ne savait si on pouvait toujours le considérer comme un être humain. Il avait cette sauvagerie dans le regard qui le faisait davantage passer pour une bête. Oui, voilà ce qu'il était. Une bête sanguinaire, mais contrairement à Greyback il ne se transformait pas à la pleine lune et ne dévorait pas la chair humaine. Au lieu de cela, il se contentait de la regarder se déchiqueter, se brûler. Et ça le mettait dans un état proche de l'extase. Certains obtenaient un orgasme en ayant des relations sexuelles, mais Croupton jouissait plutôt de voir ses victimes le supplier de les épargner. C'était sa drogue, ça l'excitait. Probablement autant que Bellatrix, voire plus. D'ailleurs, cette dernière commençait sérieusement à l'agacer. Les regards lancés par cette femme lui donnaient envie de lui arracher les yeux un par un et de les piétiner. Il était peu être dérangé sur les bords, reste que Croupton était aussi intelligent qu'avant la perte de son âme. Il chérissait ce retour à la vie, plus que quiconque, parce qu'il pouvait enfin profiter d'un corps pour son esprit. Cette salope de Black pouvait le traiter de menteur, de tricheur, d'imbécile autant qu'elle le voulait... avant la fin, elle comprendrait à quel point elle avait eu tort.

    Ses yeux glissèrent alors vers Malefoy qui subissait une vilaine entaille au visage de la part du maître. Lorsqu'il poussa un gémissement de douleur, le mangemort fit de son mieux pour dissimuler le sourire ravi qui étirait ses lèvres. C'était un pur délice d'entendre le son de sa douleur résonner dans ses oreilles, en particulier celui de Lucius. Lui qui autrement était tenu en haute estime par Voldemort avait dégringolé avec disgrâce jusqu'au bas de la hiérarchie. S'il était revenu, c'est que le mage noir avait une idée bien précise derrière la tête. Tous ses gestes étaient soigneusement calculés et analysés, même ses excès de colère. Quant à Narcissa... Bartemius devait avouer que jamais il ne lui avait porté grande attention de son vivant. C'était une sorcière moyenne, qui faisait bonne figure aux côtés de son mari mais qui jamais ne manifestait le moindre enthousiasme à l'idée de servir Voldemort. Il ne se souvenait pas tellement lui avoir déjà adressé la parole autrefois, ni de l'avoir observé de quelque façon que ce soit. Selon lui, elle était d'une inutilité ridicule et n'était de retour que pour assouvir le désir de vengeance de Voldemort. Il n'était pas présent lors de la chute de son maître, mais les rumeurs circulaient vite chez les mangemorts. Pour la simple et bonne raison qu'aucun ne se faisait confiance et qu'aucun ne respectait assez les autres pour taire les informations qu'ils recevaient. Sauf celles, bien sûr, confiées par leur Seigneur.

    Soudain, les yeux du Lord s'étaient dirigés une nouvelle fois dans sa direction. Un frémissement presque imperceptible assailli Croupton, pendant une fraction de seconde. Allait-il leur exposer sa colère une seconde fois? Plusieurs le méritaient, certes, mais il avait tout de même besoin d'eux s'il voulait parvenir à ses fins. Torturer ses serviteurs ne lui amènerait rien de bon, et si plusieurs élèves et un apprenti qui n'avaient rien en commun se retrouvaient tous à l'infirmerie, cela risquait d'attirer l'attention sur eux. Et c'était la dernière chose que le petit groupe souhaitait. Il inspira et attendit, n'osant pas bouger. La sanction ne vint pas, et il prit plutôt la parole.

    « Quant à vous deux… J’exige que vous collaboriez. Que vous meniez vos recherches ensemble. Toutefois, le premier d’entre vous qui m’apportera Severus… Aura le droit de le torturer avant de me le livrer. »

    Bartemius retint le cri de surprise qui avait failli s'échapper de sa bouche. C'était impossible, carrément impossible qu'il arrive à collaborer avec cette sorcière de malheur! Pourtant, il lui était davantage impossible de protester et il dû utiliser toute la volonté dont il était capable pour hocher la tête en guise d'acceptation. « Oui, maître. » dit-il en jetant un coup d'oeil dégoûté à sa voisine. Cette nouvelle ne semblait pas lui plaira à elle non plus, mais ce serait une bonne occasion de se rapprocher d'elle et d'arriver ensuite à la détruire. Un accident était vite arriver, et Rogue n'était pas un sorcier complètement incompétent. Un sortilège bien placé et la supercherie serait parfaite. Tout le monde croirait aisément que c'était le traître et non Croupton qui avait tué Bellatrix. Mais pour le moment, il leur faudrait évidemment faire équipe, pour ne pas contredire les ordres.


_________________
« 'Cause this ain't Wonderland »
If they say life's a dream call this insomnia. Cause this ain't Wonderland it damn sure ain't Narnia. And once you cross the line you can't change your mind. Yeah I'm a monster but I'm no Frankenstein. And quite frankly I've been feeling insane in between my eyes. I really cant explain what I feel inside. If you knew what I was you would run and hide. Many have tried to go into the night cross over the line and come back alive. But that's the price we pay when we living on the other side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baël M. Owned
Admin | Apprenti
Apprenti prof de DCFM avatar
.

Age : 26
251 messages
Amour : Mais quel est ce mot ?

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 2ème année de Thèse
Caractère: Arrogant - Suffisant - Ambitieux - Violent - Jaloux - Désagréable - Possédé

Absence :
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Dim 13 Mar 2011 - 15:09

    Il se trahirait bien. Il commettrait une gaffe, une maladresse, il dirait un mot de trop, il traiterait un élève de cornichon, il allait forcément, à un moment ou à un autre, se montrer gauche et se faire repérer. Et, à ce moment-là, il regretterait amèrement de s’être enfui, de s’être caché, de ne pas avoir rampé tout de suite. La mort aurait été plus douce, dans ce cas-là. Moins violente. D’autant plus que maintenant, le Lord était bien décidé à empêcher Severus de trouver le sommeil. Il l’appellerait, le rappellerait, et prendrait un plaisir sadique à le tuer à chaque fois. Bien sûr, il faudrait régler quelques détails pour éviter qu’il parvienne à nouveau à fuir, mais le châtiment du Lord serait sans pitié. Les traîtres payeront. Les faibles mourront. Seuls les forts survivront. Le Lord quitta le regard de marbre de son ancêtre des yeux et se retourna vers ses Mangemorts. Depuis qu’il s’était détourné du cercle, plus personne n’avait osé bouger. La Chambre des Secrets paraissait morte, tant les respirations mêmes des Serviteurs des Ténèbres semblaient s’être tues. Le silence qui s’était installé était glacial, digne de celui auquel on peut assister dans un caveau. Seule, parfois, une imprudente goutte d’eau osait tomber du plafond, résonnant dans l’obscurité pendant quelques secondes. Dans ce lieu au baiser plus glacial que la mort s’étaient déroulés, plus de deux cents ans plus tôt, des évènements qui sont devenus légendaires. C’était précisément à l’endroit où se tenait le corps de Baël Owned que la partie de l’âme du Lord contenue dans le journal s’était manifestée et avait patiemment attendu que Ginny Weasley ne rende l’âme. Et c’aurait été là qu’elle aurait réussi si le ridicule et insignifiant Potter n’avait pas reçu l’aide d’Albus Dumbledore et n’avait pas tiré l’épée de Gryffondor du Choixpeau. Sans l’aide du vieillard à barbe blanche, Harry Potter serait mort, tué par le regard du Basilic, et nul n’aurait jamais retrouvé son corps.
    En pensant à l’épée, Voldemort ne put s’empêcher, une fois de plus, de penser à Severus Rogue. Ce traître qui, des années plus tard, avait placé l’épée sur le chemin d’Harry Potter et l’avait aidé à vaincre (même si le mot ne s’appliquait absolument pas à la situation) le Seigneur des Ténèbres. Severus Rogue, malgré la médiocrité de sa magie, avait été l’instrument de Dumbledore pour bâtir la défaite et la chute du Grand Lord. Car ce n’était pas Harry Potter qui l’avait vaincu. Ce n’était pas non plus Severus Rogue. C’était ce vieux sénile d’Albus Dumbledore qui avait prévu bien trop de chose. Même mort, Dumbledore état parvenu à ses fins. Mais il ne pourrait plus rien, désormais. Il était enterré depuis deux cents ans et n’avait certainement pas pu prévoir le retour du Mage Noir. Cette fois, Rogue était seul, et il ne pourrait plus agir sous les ordres de Dumbledore. Par conséquent, il ne pourrait pas gagner cette guerre. Il était condamné par sa solitude plus que par l’insuffisance de ses talents magiques. Lorsque le Lord le trouverait, il n’aurait d’autre choix que de mourir. En ayant échoué là où, grâce à la vieille barbe grise, il avait réussi deux cents ans plus tôt.

    Il posa son regard de glace se posa sur l’assemblée. Les Mangemorts gardaient la tête baissée. Étaient-ils conscients des pensées du Lord ? Savaient-ils que le Mage Noir était prêt à sacrifier chacun d’entre eux pour parvenir à ses fins ? Pouvaient-ils imaginer que le Lord avait déjà prévu d’en laisser mourir certains ? Et, s’ils le savaient, étaient-ils prêts à ce sacrifice ? Bien sûr, la question ne se posait pas pour tous les Mangemorts. Bartemius était prêt à tout pour son maître, et il l’avait déjà prouvé. Bellatrix restait également un lieutenant fidèle. Mais Lucius avait, dit-on, repris une vie normale après le mort de son maître. Narcissa, quant à elle, n’avait jamais été plus qu’une collaboratrice. Des pions à sacrifier sans hésiter. Peut-être même que, par pur plaisir, le Lord rappellerait Drago pour lui faire payer son échec… Et pour faire souffrir ses parents.

    Voldemort – « Je n’ai plus rien à vous dire. Ramenez-moi Severus, c’est un ordre. Et maintenant, disparaissez. »

    Il planta son regard d’acier dans les yeux de chacun des Mangemorts. Ils ne bougèrent pas tout de suite. Puis, lentement, certains des revenants entrèrent en mouvement, n’osant pas tourner le dos au Maître, se retirèrent. Lucius et Narcissa furent les premiers à disparaître. Voldemort les regarda faire, inexpressif. Lorsqu’il se retrouva seul dans la chambre, il contempla durant de longues minutes le visage de son aïeul, puis ses yeux descendirent sur le livre. Il se demanda s’il pouvait faire renaître le Basilic avec. On a jamais trop d’armes, dans une guerre comme celle qu’il s’apprêtait à mener.


Spoiler:
 


_________________

I'm back.
You can fear me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 24
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés] Jeu 19 Mai 2011 - 20:58

    Bellatrix était folle de rage. Seulement, elle ne pouvait pas le laisser paraître. C’était les ordres du maître et il fallait s’y plier, mais vraiment…. Faire équipe avec Croupton. De toutes les idées que le Lord avait eu, c’était probablement la pire. Non, c’était la pire puisque dans la tête de la magemort, Voldemort avait toujours raison. Il était parfait en tout point et il était véritablement le maître des ténèbres. Il se trouvait sans cesse sur piédestal et peu importe ce qu’il trouvait à dire il n’y bougeait pas. Il n’y bougerait probablement jamais. De plus, comme l’ancienne Serpentard était follement amoureuse de lui depuis des lunes, sa condition l’emmenait à surpasser dieux à ses yeux. Si un jour, il venait qu’à décevoir Bellatrix Lestrange, Voldemort ne perdrait pas seulement une militante acharnée et dévouée, mais elle finirait par se retourner contre lui. Un peu comme elle l’avait fait en cet idiot de Severus. Elle lui faisait aveuglément confiance, jusqu’à ce qui lui donne toutes les raisons du monde de le haïr. Maintenant, elle ne voulait plus qu’offrir sa tête au seigneur de ténèbres sur un plateau en argent. La question était de savoir si elle était prête à tous les sacrifices pour tuer Rogue en premier. Elle aurait préféré être jumelée à cette Guimauve de Lucius plutôt qu’a Barty-le-mongol-croupton. Elle n’aimait pas particulièrement le mari de Cissa, mais c’était déjà mieux que cette sangsue à attention.

    Le silence présent dans la chambre des secrets était pénible à supporter. Probablement parce que tous les soldats du mage se demandait ce qui se passerait ensuite. Ils venaient tous de subir le sortilège de doloris et certain s’en remettait péniblement. Même si c’était le sortilège favori de la sorcière, elle n’aimait pas particulièrement lorsqu’on s’en servait contre elle ou encore contre sa sœur. Pas qu’elle n’aimait pas la douleur… non, ça la rendait euphorique, mais elle se sentait comme si elle était faible et soumise. Or, ce n’était pas une condition dans laquelle elle avait l’habitude d’être.

    Voldemort – « Je n’ai plus rien à vous dire. Ramenez-moi Severus, c’est un ordre. Et maintenant, disparaissez. »

    Bella ne se leva pas tout de suite. Au contraire, elle était la première à être arrivé sur les lieux et il n’était pas question de déguerpir comme sa sœur et son affreux Mari. Ils n’avaient pas mis plus de deux minutes avant de se lever ensemble et de s’enfuir la tête basse. Ces deux là étaient de vrais trouillards et la femme se demandait encore ce qu’ils fabriquent parmi leurs rangs. Ils n’avaient rien de vrai mangemort fideles. Cissa ne fabriquait rien de constructif, mais au moins Bella pouvait garder un œil sur elle. Sa tâche aurait été moins complexe si elle n’avait pas été la à faire l’innocente.

    Ensuite, le cher mari de Bella disparu dans la noirceur des couloirs suivit rapidement par Macnair. La femme prit une grande respiration faisant signe à Croupton qu’elle ne bougerait pas avant lui et qu’il pouvait lever son magnifique postérieur avant elle. La tête haute, elle toisa du regard plein de haine se disant que travailler avec lui ne serait pas très évident. En fait, ce serait un Martyr, mais elle s’arrangerait bien pour s’en débarrasser en cours de route.

    Bellatrix – « Maître. »

    Elle s’en alla en silence laissant le Lord seul dans la chambre des secrets. Ce temple qui lui appartient.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Réunion en ce temple... [Possédés]

Revenir en haut Aller en bas
Réunion en ce temple... [Possédés]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

2ème étage

 :: 

Les toilettes de Mimi gémiarde

 :: 

La chambre des secrets

-