Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Jeu 6 Jan 2011 - 21:09

[Feat Maximilien & Loreana]

    Le calme semblait revenu dans l’enceinte de l’école. Il aurait été possible de croire que l’école était redevenue ce que pendant longtemps elle avait été. On ne parler plus du comportement étrange de certains élèves, même si pour certains cela était naturel. On n’entendait plus parler de ses morts aussi tragique et plus étrange les une que les autres. Mais ce n’était pas pour autant qu’on ne pensé plus à ceux disparu, non loin de là. Le journal avait d’ailleurs fait éloge une merveilleuse d’eux. Julia avait précieusement gardé cette partie du journal, elle avait trouvé cela tellement touchant et puis Keiko y était vraiment bien représenté. Et garder cette article, c’était comme garder une autre partie d’eux, les voir ainsi sourire sur ces photos, c’était comme les voir sourire vraiment. Mais cela lui rappelait aussi combien ils lui manquaient.

    En revanche, on ne pouvait pas dire que le calme retrouvait dans le château pouvait s’adresser au cas Julia, bien loin de là, et ce qui resté du journal pouvait en témoigner. Après avoir prit l’article en hommage au disparu, elle en avait fait des confettis et c’était aussi tôt empressé de les jeter au feu. Elle les avait regardés se consumer, et avec eux c’était un peu de son cœur qui s’était consumé. Ce qu’elle y avait lu ne lui avait pas tellement plus. Oh ce n’était que des rumeurs, mais malheureusement c’était déjà des rumeurs de trop. Pourtant elle c’était promis de se reprendre, de redevenir la Julia qu’elle avait été, celle sur qui on pouvait compter, celle qui faisait passer ses amis avant elle, celle que l’on voyait souvent le nez dans un bouquin. Mais même la celle que l’on appelait Miss-Je-Sais-Tout, n’arrivait même plus à ouvrir un bouquin par simple plaisir, elle avait tout autant de mal à faire les devoirs qu’on lui demandé.

    Assise devant la table de la salle commune de Gryff, elle regardait le parchemin vierge devant elle. Sa plume à la main, avait laissé échapper quelques gouttes d’encre sur ce dernier, mais cela n’avait en rien perturbé la jeune fille. Elle semblait pensive, bien trop loin de ce qu’elle était sensée faire en cet instant.

    Phoebe « Et oh Julia t’es partie ou là. Je ne veux pas t’embêter ma grande mais il faut que l’on termine ce devoir pour demain, ou bien Miss Wilde te mettra encore en retenue »

    C’est quelque mot l’avait ramené parmi les vivants, peut être un peu trop surement. La colère qu’elle avait réussit à canaliser ses derniers jours, depuis sa dernière rencontre avec la dites personne, revenait en surface. Mais le mot qui avait fait tilt c’était « retenue » C’était d’ailleurs une chose qu’elle n’avait pas oublié, comment aurait-elle pu oublier d’ailleurs. Car de mémoire c’était bien elle qui avait confirmé cette fameuse retenue. Alors non elle ne l’avait pas oublié et elle comptait bien si rendre. D’ailleurs qu’elle heure était-il ? Elle avait promis à Max de le retrouver devant un peu avant afin qu’ils puissent se parler. Et oui car encore une fois, elle l’avait entrainé dans une aventure qu’il n’avait pas forcément désirée. Tout comme elle l’avait fait pour le bal, et voilà ce qu’il en était ressortit ; un baisé partagé qui n’avait réussit qu’à mettre de la distance entre eux. Elle ne voulait pas que la même chose arrive avec cette fichue retenue. Se voir avant allait leur permettre de parler un peu. Elle plia le parchemin, qu’elle fourra bien vite dans son sac, sous le regard étonné de Phoebe.

    Julia « Promis je le ferai ce soir et je te le passerai ne t’en fait pas. Mais là je dois aller retrouver Maximilien. »

    Une promesse était une promesse. Sur cela Phoebe pouvait compter, elle ne la laisserait pas tomber, même s’il s’agissait d’un devoir de potion, elle le rendrait à l’heure et en plus il serait excellent. Elle adorait les potions plus que tout, elle avait juste un gros différent avec la prof, non avec la matière. Elle quitta la salle en trombe, dévala les escaliers, bouscula quelques élèves au passage, aucune importance. Non ce qui importait à l’instant T, c’était Max, elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle avait oublié. Non elle ne voulait pas le décevoir et elle voulait pouvoir lui expliquer son comportement de l’autre jour, la cause de leur présence ici. Cette fois elle ne voulait pas partir comme une voleuse, comme elle l’avait fait à deux reprises. Elle croisa Anna dans les couloirs, elle semblait bien pensive. A elle aussi elle devait lui parler, elle ce l’était promis, mais elle ne pouvait pas tout faire en même temps. Elle espérait ne pas croiser Tim, non même si elle mourrait d’envie de le voir, cela ne l’aiderai pas aujourd’hui. Penser à lui, lui procura une vive douleur dans la poitrine. Pourquoi aimer faisait-il aussi mal. Elle arriva essoufflé dans les cachots. Ralentissant alors sa course folle, elle s’accorda le temps de reprendre une respiration correcte et se dirigea vers le couloir qui menait au Bureau de Miss Wilde. Elle aperçu un silhouette. Max était déjà arrivait. Toujours ponctuelle. Cela la fit sourire. Elle avança doucement vers lui, dans la peine ombre, de sort qu’il la voit arriver.

    Julia « Bonsoir beau goss, vous attendez quelqu’un peut être ? »

    Une petite pointe d’humour, elle en était encore capable. Elle n’en revenait pas elle-même. Et pourtant la situation n’était pas vraiment celle qui aurait du lui permettre de faire ainsi de l’humour. Car le fait de se retrouver dans ce couloir, faisait renaître en elle la fureur de l’autre nuit. Mais peut être la présence de max y était-elle pour quelque chose.

    Julia « Sa me fait plaisir de te voir, malgré les circonstances. Je sais ce que tu va me dire, mais tu ne m’enlèveras pas de la tête que tu es là par ma faute. »




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Julia I.Brown le Mar 19 Juil 2011 - 12:09, édité 1 fois
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Ven 7 Jan 2011 - 14:14

    Il était allongé sur son lit, immobile, incapable de faire me moindre mouvement, les yeux plongé dans son plafond blanc tandis que les rideaux bleu du lit à baldaquin des serdaigle s’agitaient sous le souffle du vent qui se glissait à travers la fenêtre ouverte. Maximilien ne bougeait pas, se contentant de repenser à ce qui s’était passé quelques jours plutôt…Dire que ce journée avait annoncé une belle journée et puis la rencontre avec une Julia énervée, une Loréana courroucé et il s’était fait prendre au milieu de cette dispute puisque Loréana en avait profité pour déverser le venin qu’elle retenait depuis plusieurs semaines mais là n’était pas la question ! Qu’elle crie et qu’elle l’agresse c’était une chose mais qu’ils s’embrassent s’en était une autre ! Maximilien soupira ! Car oui, ils s’étaient embrassés au départ de Julia, leurs lèvres s’étaient rencontrées et lui…lui avait laissé les choses se faire avant de prendre la fuite, encore une fois, sur son magnifique balai, filant dans les airs comme si de rien était, la laissant seule, en bas, sur le sol enneigé, face à ce baiser…Et quel baiser ! Certes il n’avait pas été exceptionnel, pas du tout passionné…Il avait plutôt été accidentel mais d’avoir goûté à nouveau à ces lèvres douces et soyeuses qu’il s’était interdit d’approcher et même d’y penser, avait fortement perturbé Maximilien qui n’avait cessé d’y penser depuis plusieurs jours, depuis ce baiser ! Loréana tournait à nouveau dans sa tête et ce malgré les soirées et malgré les autres filles avec lesquelles, il avait pu coucher entre temps ! Loréana lui traitait en tête et pourtant il s’était promis de l’oublier, pour elle, pour son bonheur parce qu’elle était mieux sans lui mais en ce moment, c’était impossible…Surtout qu’il avait une retenue avec elle ce soir, qu’il allait être dans la même pièce qu’elle, près d’elle et heureusement que Julia serait là aujourd’hui parce que sinon, il ne pouvait pas promettre de sa retenue, de son attitude ! Surtout que leur première fois entre eux s’était passée lors d’une retenue ! Ah quel stress !

    LEO_ « Max’, tu te bouges un peu ! On doit vraiment aller à la bibliothèque avant ta retenue ! »

    Maximilien soupira ! Tellement plongé dans son souvenir, dans ses pensées, dans ses inquiétudes, qu’il n’avait pas entendu la porte du dortoir s’ouvrir ni même son meilleur ami se faufiler à l’intérieur de la pièce. Il ne l’avait remarqué que lorsque ce dernier s’était installé sans gêne aucune sur son lit pour lui parler et lui demander de se lever ! Maximilien se rappela alors qu’ils avaient un devoir de défense contre les forces du mal à faire ensemble : un travail sur les sortilèges impardonnables et les serdaigles ne doutaient nullement que c’était une idée de ce troll de Baël Owned de les faire travailler là-dessus ! L’adolescent soupira alors et quitta enfin son plumard qu’il n’avait plus quitté depuis son retour des cours ! Tandis qu’il se changeait et enfilait rapidement un jeans et une chemise bleu, Léo et lui discutèrent déjà du devoir à accomplir, du nombre de pages et des livres à consulter…Maximilien enfila ensuite sweet-shirt au dessus de sa chemise, sa belle écharpe de serdaigle et, attrapant sa baguette au passage, il sortit, suivi de Léo : direction de bibliothèque !

    Après avoir salué la bibliothèque qui les accueilli d’un sourire, ils se dirigèrent vers les rayons les plus éloignés, réservé aux septièmes années qui avaient des travaux beaucoup plus conséquents, importants, difficiles qui nécessitaient des livres beaucoup plus poussés et détaillées. Léo et Maximilien en prirent chacun une pille puis se dirigèrent vers une table de travail. Quelques élèves y étaient déjà, chacun travaillant sur leurs propres devoirs et les deux amis s’installèrent calmement avant de se mettre à feuilleter les livres, lire des lignes, des pages, prenant quelques notes à part, puis rédigeant quelques phrases, effaçant, gommant, recommençant, ouvrant un autre bouquin, lisant encore, s’échangeant des informations…Ils étaient réellement plongés à fond dans leur travail, dans leur devoir qui s’avéra finalement, contrairement à ce qu’ils avaient pensés, fascinant ! Ils découvrirent donc les sorts impardonnables en détail : leur formule, leur effet, les conditions à réunir, leur histoire, l’aboutissement à leur interdiction, leur utilisation à travers les âges, leurs conséquences, les sorciers célèbres qui l’ont utilisés et subis, leur famille, les remèdes trouvés ou introuvés, l’analyse complet du fonctionnement de leur formule ! C’était vraiment passionnant et Maximilien aurait presque compris ce qui poussait les gens à s’intéresser à la magie noire : sa complexité…Mais leur travail portait aussi sur la manière dont on pouvait se défendre de ces sortilèges là, ainsi ils découvrirent d’autres sortilèges blancs ou noirs très puissants, des boucliers, des objets qui avaient été inventés au cours des années ! Plus ils lisaient et plus ils apprenaient, plus le nombre de parchemins remplis augmentait ! Jamais ils n’auraient cru écrire autant sur les sortilèges impardonnables et ils furent bien surpris de constater cela ! Se souriant, sans arrêt, ils retournaient se plonger dans leur bouquin, en bon serdaigle, ayant soif d’apprendre, l’envie de découvrir toujours plus et d’aiguiser leur intelligence…


    LEO_ « Maxou…ça va être l’heure pour toi… »

    Maximilien grogna, la tête enfoncée dans un livre plus gros que lui…On ne pouvait presque plus l’apercevoir entouré dans cette myriade de bouquins ! Mais Léo insista un moment et l’adolescent finit par fermer son livre d’un claquement violent ! IL n’avait soudainement plus du tout envie de bouger ! Ce travail lui avait permis d’oublier Loréana et l’idée de se retrouver face à elle ne l’enchantait pas du tout ! Heureusement, il devait retrouver Julia avant et il pourrait un peu lui parler ! Résigné et un peu ravi, quand même, de retrouver son amie de gryffondor, il obtient la promesse de Léo qu’il ne clôturerait pas ce travail sans sa présence et quitta la bibliothèque non sans avoir dit au revoir à la bibliothécaire qui malgré sa froideur semblait toujours bien apprécier les serdaigles ! En même temps, avec eux, elle pouvait être presque certaine de retrouver ses livres, qui étaient aussi les premiers amours des bleus et bronzes, en bon état ! Maximilien quitta alors la chaleur de la pièce qu’il aimait le plus dans le château et descendit les escaliers pour se diriger vers l’entrée des cachots où Julia et lui s’était donnés rendez-vous ! Il était quelque peu en avances, comme toujours et patienta un peu jusqu’à ce qu’il se fasse surprendre par la douce voix de son amie qui était arrivée juste derrière lui :

    JULIA_ « Bonsoir beau goss, vous attendez quelqu’un peut être ? »
    MAXIMILIEN_ « Bonsoir…Moui…J’attends une jolie demoiselle…Oh mais…Attendez…Là voilà ! »

    Dit-il en l’attirant contre lui pour la serrer très fort ! Un câlin de retrouvaille ! Cela lui permit de constater que malgré ce bal de noël, rien n’avait changé entre eux, leur relation était toujours aussi platonique et leur amitié était intacte…Cela lui fit du bien de le constater…

    JULIA_ « ça me fait plaisir de te voir, malgré les circonstances. Je sais ce que tu va me dire, mais tu ne m’enlèveras pas de la tête que tu es là par ma faute. »
    MAXIMILIEN_ « Arrête avec ça, Ju ! Tu n’es pas responsable ! Mais moi aussi je suis content de te revoir ! Allez raconte moi tout ! Pourquoi cette colère envers L…Miss Wilde ? »

    Il finit sa phrase en attrapant le bras de son amie et en commençant le chemin vers les cachots : il ne fallait pas non plus arriver en retard !


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Ven 7 Jan 2011 - 15:18

    Elle appréhendait vraiment cette retenue, mais pour cela elle ne devait s’en prendre qu’à elle-même. Elle n’avait pas vraiment expliqué à Phoebe la raison véritable de cette retenu, elle lui avait juste expliqué qu’elle avait eu une altercation avec la prof. Ce qui au fond été vrai, elle n’avait pas cru utile de développer la raison de cette altercation. Son amie savait qu’entre Julia et la prof de Potion ce n’était pas tout rose et cela depuis le début de l’année. Mais elle n’avait pas posé plus de question que cela et Julia lui en était reconnaissante. Elle savait déjà qu’elle devrait s’expliquer avec Max et que cela ne lui serait vraiment pas facile. Elle n’était pas sur qu’il comprenne les vraies raisons de cette altercation.

    En revanche le fait de savoir qu’elle ne serait malheureusement pas seule pour affronté la retenue, la réconforté d’une certaine façon. Passer ce temps là avec son ami était en fin de compte une chance. Cela allait leur permettre d’enfin ce parler vraiment. Et elle en ressentait vraiment le besoin. Aussi n’avait-elle pas voulu rater ce rendez-vous pour rien au monde. Elle était contente d’avoir aperçu sa silhouette au bout du couloir, cela l’avait rassuré. Non qu’elle ait douté qu’il serait présent, bien qu’il n’ait pas trop eu le choix. Mais plutôt que cela l’avait conforté dans l’idée qu’elle allait enfin pouvoir parler à quelqu’un de ce qui la travailler. Peut être pas de tout, mais d’une partit en tout cas.

    MAXIMILIEN_ « Bonsoir…Moui…J’attends une jolie demoiselle…Oh mais…Attendez…Là voilà ! »

    Un sourire se dessina sur son visage. Oui il avait réussit à la faire sourire et c’était un sourire franc qu’elle affichait. Elle n’était pas la seule à essayer de faire de l’humour. Ou bien est-ce tout simplement le max qu’elle avait toujours connu, mais qui avait petit à petit disparu avec les évènements. Mais elle n’en était pas sur. Il l’avait attiré vers lui, l’avait prise dans ses bras, comme avant, ce baisé. Et alors elle su que c’était comme s’il ne c’était rien passé, absolument rien. Un simple échange de salive entre deux amis, rien de plus et cela la fit alors sourire. Qu’est ce qui l’avait effrayé le plus dans cet échange. Elle était tous simplement incapable de s’en souvenir. Si ce n’était la gêne qu’elle éprouvé vis-à-vis de Timothé. Elle lui rendit alors son étreinte.

    MAXIMILIEN_ « Arrête avec ça, Ju ! Tu n’es pas responsable ! Mais moi aussi je suis content de te revoir ! Allez raconte moi tout ! Pourquoi cette colère envers L…Miss Wilde ? »

    Il pouvait bien dire ce qu’il voulait, elle savait bien que d’une certaine façon elle en était responsable. Mais elle ne rajouterait rien et garderai cela pour elle. Et elle était persuadé que Maximilien le savait aussi. Depuis le temps qu’ils se connaissaient, il savait un peu comment la jeune femme réagissait. Ce qui lui fit alors repenser à cette fameuse soirée. Il avait du découvrir une Julia qu’il ne connaissait pas et il avait le droit de savoir dans quoi il avait les pieds ce soir là. Et puis elle c’était dit, que ce libérer enfin de ce poids, d’avoir un point de vu posé sur la chose, l’aiderai peut être à mieux comprendre. Car se défouler sur Loreana ne l’avait vraiment pas aidé. Mais cela n’enlever en rien la colère qu’elle avait contre la jeune femme. Elle la tenait toujours pour responsable. Elle se laissa guider par son ami dans le couloir.

    JULIA_ « je ne sais pas vraiment par ou commencer. J’ai mal Max, mal au cœur. J’ai la sensation que Tim s’éloigne et je ne sais pas quoi faire, je suis perdu et sa me fait mal.»

    C’était une chose de faites, mais cela n’expliquait toujours pas pourquoi elle c’était emporté contre la prof et c’était pourtant ce que lui demandait Max. Et elle lui devait la vérité. Elle se l’était promis à elle-même ce matin même. Dire tout au ce qu’elle accusé en silence.

    JULIA_ «Il ne passe plus de temps avec moi, il le passe avec elle, il rigole avec elle, je le vois bien. Il est plus heureux avec elle qu’avec moi. Elle me vole ce qui m’est le plus cher et en plus elle ne le reconnait même pas. L’école m’empêche de vivre cette histoire et elle, elle en profite…je la déteste Max, je la déteste tellement»

    Plus elle expliquait les raisons de cette altercation et plus elle sentait la colère montait en elle. Elle lui en voulait vraiment.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Jeu 20 Jan 2011 - 11:40

    Faire cette retenue avec Julia permettait à Maximilien de voir les choses sous un nouvel angle, un autre angle, un angle moins douloureux, moins compliqué, un angle avec un aspect positif et réconfortant. Oh bien sûr, ce n’était pas non plus comme si cette retenue n’existait pas ou allait se passer dans la joie, la bonne humeur, l’amour, la passion, les petites fleurs, les arc-en-ciel, les petites peluches ! Non, on était bien loin du pays de bisounours. Cependant, Julia était là ! Julia qui était une de meilleures amies de Maximilien, qu’il connaissait depuis plus de quatre ans maintenant, qu’il aimait très fort, dont il était très proche ! Ils se disaient tout, pouvaient tout se dire, avaient confiance l’un en l’autre, croyait en leur avenir ! Julia connaissait le jeune serdaigle sur le bout des doigts et c’était réciproque ! Ils allaient donc se soutenir durant cette retenue qui s’annonçait longue, interminable, abominable…Une retenue dont ils n’allaient surement pas sortir indemne mais ils en sortiraient ensemble et c’était cela l’important ! Leur présence allait réussir à les calmer, c’était du moins ce que l’adolescent espérait en descendant les escaliers. Il savait Julia très remontée contre la professeur de potion et sans doute aurait-elle encore envie de lui arracher les yeux pour une raison obscure qui s’était promis de découvrir. Quant à lui, la présence de Loréana ne l’énervait pas mais le troublait, l’inquiétait, le mettait mal à l’aise et il y avait grandement de quoi…Non seulement leur relation gardée secrète durant tant de mois mais surtout leur rupture douloureuse et affreuse qu’il avait provoquée par cette trahison déraisonnable mais maintenant, encore pire, avec ce baiser qu’ils avaient échangé et à la suite duquel il s’était enfui, comme une lâche, encore, sur son balai, volant loin, très haut et oubliant tous ses malheurs…Oh oui…Cette retenue s’annonçait très prometteuse mais peut-être pas dans le bon sens et maintenant qu’il était là, debout, dans les couloirs froids des cachots à attendre son amie de gryffondor, il se surprit à espérer qu’elle ne vienne pas ! Il avait envie de la voie, ce n’était pas la question mais plus elle prenait du temps à venir, plus tard il faudrait se présenter à cette porte en bois qui cachait le visage de Loréana Wilde…

    JULIA_ « Bonsoir beau goss, vous attendez quelqu’un peut être ? »
    MAXIMILIEN_ « Bonsoir…Moui…J’attends une jolie demoiselle…Oh mais… Attendez… Là voilà ! »

    Maximilien s’était soudainement retourné en entendant la voix de la jeune fille derrière lui. Il avait tout de suite reconnue à qui appartenait ce son si doux, un peu aigue et ce ton quelque peu amusé et taquin. Il n’y avait qu’une seule personne pour parler ainsi et pour faire réagir son petit cœur de cette manière et c’était Julia Brown, son amie ! Il rigola à sa petite blague et ne tarda pas à y répondre, faisant lui aussi preuve d’humour…Mieux valait profiter de ce moment ensemble avant de se rendre dans l’antre du dragon…Mieux valait savourer ce qu’ils avaient maintenant, ici, entre eux, s’amuser, rigoler avant d’aller en retenue. Maximilien, après sa petite blague, s’avança vers la rouge et or pour la serrer dans ses bras et embrasser sa joue en guise de bonjour. Voilà bien longtemps qu’ils ne s’étaient pas pris dans les bras l’un de l’autre…Depuis le bal de noël, depuis cette erreur et sur le terrain de quidditch, ils n’en n’avaient pas eu l’occasion mais maintenant, maintenant qu’il la tenait tout contre lui, il savait que rien n’avait changé entre eux malgré leur baiser…Ils étaient toujours amis, rien de plus ! Il se sentit soulagé et rien que pour cela, il la serra beaucoup plus fort contre lui, respirant le parfum de ses cheveux, heureux de la retrouver ! Il se détacha alors lentement d’elle et la regarda dans les yeux, s’apprêtant à dire quelque chose mais la gryffondor fut plus rapide…Elle s’excusa encore une fois, se croyant responsable de cette retenue, responsable de toute cette histoire…Maximilien soupira discrètement…Comment lui faire comprendre qu’elle n’était responsable de rien, qu’il avait lui-même jouer un rôle dans cette affaire ? Comment lui faire comprendre sans lui dévoiler ce qui ne pouvait être dévoilé ? C’était impossible ! Il se contenta alors, lâchement, de la rassurer encore une fois avant de changer de sujet, lui dire qu’il était content de la voir avant de la prendre par le bras pour s’avancer dans les cachots…Au bout de quelques pas, il lui demanda enfin ce qui se passait, pourquoi elle était tant en colère contre Loréana…

    JULIA_ « je ne sais pas vraiment par ou commencer. J’ai mal Max, mal au cœur. J’ai la sensation que Tim s’éloigne et je ne sais pas quoi faire, je suis perdu et sa me fait mal. »

    Maximilien baissa la tête lorsque son amie se décida enfin à parler…Elle souffrait, c’était clair et il haïssait voir ses proches en douleur ! C’était injuste ! Ils ne méritaient pas cela ! Personne dans son entourage méritait d’avoir mal et pourtant c’était leur lot aussi, ils avaient tous tirer un quota « souffrance » à la naissance et lui ne pouvait rien faire pour éviter cela, seulement être présent et écouter mais ce n’était pas toujours suffisant. Il plaça alors une main sur l’épaule de Julia, tandis qu’ils avançaient, pour lui montrer qu’il était là et se contenta d’écouter la cause de ses malheurs : Timothé ! Timothé l’abandonnait ? Elle avait l’impression de le perdre ? Le serdaigle eut du mal à le croire, à l’imaginer ! L’apprenti professeur de sortilège et enchantement était fou de Julia, dingue amoureuse d’elle ! Peut-être qu’il était très occupé en ce moment mais jamais, il ne s’éloignerait d’elle et puis…Cela n’expliquait pas du tout la colère de Julia envers Loréana…Il préféré resserrer l’étreinte de sa main sur l’épaule pour lui montrer sa présence et attendre qu’elle continue à parler…Ce qu’elle fit au bout de quelques secondes :

    JULIA_ « Il ne passe plus de temps avec moi, il le passe avec elle, il rigole avec elle, je le vois bien. Il est plus heureux avec elle qu’avec moi. Elle me vole ce qui m’est le plus cher et en plus elle ne le reconnait même pas. L’école m’empêche de vivre cette histoire et elle, elle en profite…je la déteste Max, je la déteste tellement ! »

    C’était donc cela le problème ? Timothé passait beaucoup de temps avec Loréana ?! Maximilien l’ignorait mais maintenant qu’il le savait, il ne trouvait pas cela bien grave…Le pauvre, si il avait su que quelques semaines plus tard, Lor’ lui annoncerait sa grossesse et Timothé qu’il avait trompé Julia avec cette dernière…Mais on en n’était pas là ! Il n’en n’avait aucune idée et tout ce qu’il savait et voyait c’était que Julia souffrait d’une situation dont elle n’était pas responsable…Que Loréana et Timothé était sans doute devenu amis et que ce n’était peut-être pas une si mauvaise chose ! Il devait agir pour rendre la vie plus agréable à Julia…Constatant qu’ils étaient arrivés devant la porte du bureau de la professeur de potion, il se retourna vers Julia, arrêtant de marcher, plaça une main sur chaque épaule de la gryffondor, la regarda dans les yeux et dit d’une voix calme :

    MAXIMILIEN_ « Je comprends tout ce que tu ressens Julia…Mais Si Timothé est ami avec Miss Wilde, cela ne veut pas dire qu’il s’éloigne de toi ! Je sais que c’est difficile mais ne mélange pas tout ! A mon avis, c’est même une bonne chose pour Tim’ ! Il doit se sentir perdu parmi les professeurs et pas à sa place ! C’est bien qu’elle l’aide à se sentir mieux et bien dans la voix qu’il a choisi ! Mais ce n’est pas juste, c’est sûre, que parce qu’il a choisi cette voix, il ne peut pas être avec toi, comme vous devriez l’être…Mais parles-en avec lui, je suis certain que ça va s’arranger ! Il t’aime et il ne te ferait jamais de mal ! Puis Miss Wilde n’est pas du genre à voler les hommes des autres, c’est une femme correcte, je suis sûre que tu le sais au fond de toi…Allez ma Julia, viens dans mes bras…Et dès que tu es prête, on toquera dans cette porte et on ira faire ensemble notre retenue ! »

    Joignant le geste à la parole, il prit la gryffondor contre lui à nouveau…


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Dim 23 Jan 2011 - 21:09

    Comment était-il possible de ressentir autant de colère pour une seule et même personne. Oui elle appréhendais cette retenu rien que pour cela. Lorsqu’elle avait quitté le terrain de Quidditch l’autre jour, la colère et la rancœur bouillais dans ses veines. Mais par respect pour son ami, elle n’en avait rien fait. Peut être cela avait-il été préférable. Elle y avait d’ailleurs longtemps songé. S’il avait été présent ce soir là, s’il avait surgit de nul par, peut être y avait-il eu une raison particulière. Peut être simplement pour que sa présence évite à la jeune fille de faire une chose qu’elle pourrait regretter plus tard. Et pourtant dieu seul sait combien elle avait eu envie de se jeter au coup de la jeune femme ce soir là. Elle avait même passé toute la nuit à se questionner sur la façon dont les choses auraient pu se dérouler si max n’était pas intervenu. La prof ce serait-elle défendue contre elle ? Dans son souvenir, il lui semblait d’ailleurs qu’elle avait tenu sa baguette prête à l’emploie. La garce aurait alors attaquer un élève sans aucun regret. Qu’elle aurait été l’issu de cette altercation plus que violente. Car à n’en pas douter, Ju’ n’aurait pas lâché le morceau et Miss Wilde n’était visiblement pas du genre à lasser tomber elle non plus. Quand à savoir qui en serait sortit indemne, ni l’une ni l’autre à son avis. Ju’ en aurait-elle ressentit un soulagement, elle n’en était même pas sur. Même le fait de lui avoir ainsi vider son sac ne l’avait pas soulager, bien au contraire cela n’avait fait qu’empirer la douleur qu’elle ressentait au fond d’elle-même.

    Alors oui aujourd’hui elle avait peur. Peur d’affronter le regard accusateur de cette prof qu’autre fois elle avait envié, qu’elle avait admiré. Mais tous cela avait laissé place à ce sentiment si débile qu’est la jalousie. Car c’était bien de cela qu’il s’agissait au fond, même si Julia ne l’entendait pas forcément de cette oreille. Mais de quoi était-elle jalouse au fond ? Elle allait pourtant devoir l’affronter de nouveau. Et elle n’avait aucune idée de ce qu’allait pouvoir être ses réactions. Mais une chose la rassuré en cela, Maximilien son sauveur serait là. Peut être cela lui permettrait-il de se contrôler. L’étreinte que son ami lui donna lorsque enfin ils se retrouveraient dans ce couloir la rassura en cela. Elle aurait vraiment préféré passer la soirée avec lui d’une façon bien plus amusante que ce qui allaient les attendre. Mais il était inutile de revenir sur ce point, max pouvait être têtu quand il voulait, et elle ne voulait pas qu’il en soit ainsi ce soir. Elle retrouver enfin son ami et cela lui faisait chaud au cœur. L’être humain est vraiment stupide devant certaines réactions parfois. Elle s’en rendait compte maintenant. Ils auraient du prendre cela à la rigolade la fois où ils s’étaient bêtement embrasser, plutôt que de s’en embarrasser…

    Il faut l’avouer, elle avait eu un peu de réticence à raconter à max, ce qui avait été la cause de l’altercation entre Miss Wilde et elle. Mais une promesse étant une promesse, elle lui avait expliqué de la façon la plus simple. En décrivant la douleur qu’elle ressentait vis-à-vis de sa relation avec Tim, elle se concentra pour en retenir les larmes qui lui étaient apparenté. Puis elle lui expliqua enfin le véritable nœud du problème, et tout en lui racontant, elle sentait remonté en elle la colère qui c’était dissipé à son arrivé. La colère qu’elle éprouvait envers cette femme. La colère qu’elle avait mit de coté cette autre nuit. Max n’avait pas émit un mot, il l’avait simplement écouté lorsqu’elle lui avait parlé et cela lui avait facilité les choses. Mais maintenant elle attendais sa réaction, elle voulais savoir, elle avait besoin de savoir ce que lui en pensé de cette situation. Après tout max était le meilleur ami de Timothé, il devait savoir des choses. Ses choses qu’elle ne savait plus.

    MAXIMILIEN_ « Je comprends tout ce que tu ressens Julia…Mais Si Timothé est ami avec Miss Wilde, cela ne veut pas dire qu’il s’éloigne de toi ! Je sais que c’est difficile mais ne mélange pas tout ! A mon avis, c’est même une bonne chose pour Tim’ ! Il doit se sentir perdu parmi les professeurs et pas à sa place ! C’est bien qu’elle l’aide à se sentir mieux et bien dans la voix qu’il a choisi ! Mais ce n’est pas juste, c’est sûre, que parce qu’il a choisi cette voix, il ne peut pas être avec toi, comme vous devriez l’être…Mais parles-en avec lui, je suis certain que ça va s’arranger ! Il t’aime et il ne te ferait jamais de mal ! Puis Miss Wilde n’est pas du genre à voler les hommes des autres, c’est une femme correcte, je suis sûre que tu le sais au fond de toi…Allez ma Julia, viens dans mes bras…Et dès que tu es prête, on toquera dans cette porte et on ira faire ensemble notre retenue ! »

    Il l'avait attiré dans ses bras, mais contrairement à la dernière fois cela ne diminua en rien la colère qu'elle éprouvait au fond-elle. Non au contraire, il semblait que cela ai l'effet inverse. Il la défendait elle. Mais pourquoi? Il disait comprendre, mais elle n'en était pas tout a fait sur. Pourtant il les connaissait l'un comme l'autre. Tim pour être son meilleur ami et Ju' pour être une très bonne amie. Elle voulait se persuader qu'il avait raison. Mais elle n'y arrivait pas. pourtant les mots de max semblait sonner si juste. D'où venait alors la fausse note.

    JULIA_"Oh max j'aimerai tellement te crois. Mais pourtant tout ce que je vois me fait penser le contraire. Je voudrais lui parler , tellement lui parler. Mais il me fuit Max, quand je veux pour m'approcher de lui, il change de direction. Lorsque je lui envoie un Hibou pour le rencontrer, il me dit qu'il m'aime mais que ce soir il voit quelqu'un. Comment veux tu que je ne mélange pas tout. SI il m'aime, et au fond de moi j'en suis persuadé, pourquoi ce détourne t-il ainsi de moi, si ce n'est pour une autre."

    Elle n'aurait pas voulu craque, elle aurait voulu se montrer forte, comme elle l'avait toujours fait pour tout. Il en avait été ainsi pour le mort de Keiko, elle avait garder pour elle seule ses pleures, soutenant ses amis. De même pour le mort de Travis. Alors pourquoi maintenant n'arrivait-elle pas à rester le jeune femme fort que Max connaissait si bien. Celle qui avait toujours le mot pour faire que l'autre ce sente mieux. Pourquoi?Prête elle ne l'était pas. Peut être ne l'avait-elle jamais été.

    JULIA_"Elle n'a jamais démentie ce que je lui reprochait, elle a juste sous entendu le contraire. Je ne peux l'expliquer, mais je sais qu'il est plus heureux avec elle qu'avec moi. Au début max tout aller bien, on c'était fait plein de promesse, on avait trouver comment se voir sans se faire voir. Et puis du jour au lendemain, je n'ai plus eu le droit à rien. Ni a ses regard si doux, si tendre, ni a son sourire, ni même à quelque mot, si sur papier. Mais le papier Max c'est du vent. Elle, elle a eu le droit à tout cela, elle y a droit tout les jours Max. ET moi dans tout ça...Il est heureux tant mieux, je ne peux pas lui en vouloir je l'aime trop pour ça. Mais à elle....non...je ne peux pas supporter ça Max."

    Elle serait les dents, si elle n'avait pas était dans ses bras, elle aurait aussi seraient les points. Elle se dégagea de l'étreinte de son ami et se rapprocha de la porte, mais elle ne frappa pas, elle tambourina.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreana N. Wilde
Admin | Prof. de Potion
Dir. de Serdaigle
Baby : checked. Now, wedding ? avatar
.

Age : 29
1001 messages
Amour : Il n'y a plus que Nathou <3 (bon, un peu Max quand même)

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Etrangement morose, ces temps-ci

Absence :
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Sam 29 Jan 2011 - 18:26

    Loreana laissa ses yeux vagabonder à leur gré sur la surface lisse et miroitante de l’eau. Le calme plat et la sérénité tranquille du liquide tranchait avec la nervosité innommable de la jeune prof. La pâle lueur, d’une fébrilité presque irréelle, qui dansait avec son reflet sur ce miroir argenté était celle, lointaine et faible d’une chandelle qui, agonisant en silence, livrait ses derniers rayons de lumière avant de rendre l’âme dans une plainte silencieuse. Lorsque l’obscurité noire et pesante s’empara lentement dans la pièce, prenant d’assaut et tuant dans l’œuf les quelques tentatives pathétiques de la chandelle de repartir d’une flamme revigorée, Loreana baissa le regard, se prenant la tête entre les mains. Elle sentit que la pointe de quelques mèches trempa dans l’eau, mais n’y prêta aucune attention. Elle ne distinguait plus rien qu’une obscurité profonde, nuit noire installée dans le bureau. Vivantes, les ténèbres dévoraient tout : le bureau, les quelques chaudrons nonchalamment rangés dans un coin de la pièce, les piles de devoirs à corriger, les ingrédients étranges et rares qui trônaient dans les étagères, les manuels de potions, le bureau lui-même, les murs, lointains et indifférents, la bassine de pierre au-dessus de laquelle était penchée la jeune brunette, et enfin Loreana elle-même. Plus rien n’existait. Seulement cette appréhension, ce sentiment étrange de n’avoir pas agi comme elle aurait dû.
    Elle ne saurait dire, si on lui posait la question maintenant, ce qui était pire : l’immonde créature d’obscurité qui avait assaillit la pièce entière, où le doute rongeant son âme, le doute insupportable et parasite. En réalité, ces deux créatures s’étaient alliées. Dans les ténèbres, le doute ne paraissait que plus réel, plus matériel. Comme si, en tendant la main, la jeune femme aurait pu le toucher, le caresser du bout des doigts. Mais cela aurait été trop simple : il aurait suffi d’un éclair de lumière verte pour se débarrasser de cette gangrène de l’âme. En étant immatériel, invisible et intouchable, le perfide doute s’assurait une survie qu’il ne méritait pas. Il se faisait plus pressant, plus oppressant. Par son absence de corps, il était renforcé, et pouvait assaillir une âme qui n’avait rien demandé avec plus de force.

    Soudain, des voix brisèrent le silence qui partageait son pouvoir sur les lieux avec l’obscurité. Parfois, le silence était triste : on aurait dit du bruit mort. Ce silence, qui venait de voler en éclat, était de ceux-là. De ces silences qui étaient plus que de l’absence de bruit : ce silence-là avait déployé ses ailes, avait commencé à vivre dans chaque seconde, renforçant l’impression de solitude impuissante de la jeune femme. Mais si cruel avait-il pu être, le silence était fragile, et il était mort lorsque le bruit avait repris ses droits. De l’autre côté de la porte, invisibles, deux personnes conversaient. Leurs voix parvinrent jusqu’à Loreana mais, en traversant les ténèbres du bureau, les mots avaient perdu leur sens. Ce n’était plus que gémissement inarticulés et phrases incompréhensible. Toutefois, l’identité des deux assassins du silence ne fit aucun doute dans l’esprit de la directrice de Serdaigle : il s’agissait de Maximilien Middle et Julia Brown. Les deux élèves qui devaient subir une retenue avec elle ce soir. Les deux élèves qui la faisaient s’interroger et douter du bien-fondé de cette retenue. Julia Brown, parce qu’elle ne savait pas si elle aurait encore le courage d’affronter son entêtement et son refus de comprendre qu’il n’y avait rien de plus entre Loreana et Timothé qu’une profonde et sincère amitié. Teintée, il est vrai, d’un peu de désir, mais un désir qui ne mènerait jamais à rien, tant les deux jeunes gens le tournaient en ridicule (tu parles, si tu savais, ma vieille, que, moins d’une semaine après, l’apprenti viendrait te voir dans tes appartements, et que la soirée finirait aussi nue que vous deux…). Maximilien Middle, parce que ce jeune homme était probablement le plus beau que cette Terre ait porté. Probablement parce qu’il disposait d’un trousseau de clefs qui lui laissait libre-accès au cœur de son professeur. Probablement parce qu’il avait un sourire irrésistible. Probablement parce cet imbécile avait rompu avec son professeur et l’avait trompé…
    Dans le couloir, les voix se turent. Loreana leva la tête, se décidant enfin à bouger. Si cette retenue devait avoir lieu – et elle aurait lieu, c’était maintenant inévitable -, autant que les deux élèves ne voient pas dans l’état dans lequel elle mettait leur professeur. D’un coup de baguette, Loreana alluma toutes les chandelles et la pièce s’illumina soudainement, chassant à coups de pieds dans l’arrière-train l’horrible monstre Obscurité. La prof baissa les yeux sur la bassine de pierre au-dessus de laquelle elle était penchée. L’eau de la Pensine brillait de mille feux, aussi claire et cristalline que si elle avait jailli d’une source de montagne. Lorsqu’elle avait sorti la Pensine de son armoire, Loreana avait hésité. Avait-elle vraiment envie de se replonger dans le passé ? Avait-elle réellement envie de se faire mal, de ressentir un pincement au cœur en voyant qu’à l’époque, tout allait bien ?
    Alors, indécise, elle était restée, des heures durant, à regarder la surface pure de l’eau, sans y plonger le moindre souvenir. Petit à petit, les chandelles s’étaient éteintes, l’une sous l’effet d’un coup de vent, l’autre à cause d’une mèche mal placée. Et Loreana s’était retrouvée seule face à la nuit noire. D’un mouvement sec du poignet, la prof fit léviter la bassine de pierre argentée, et la replaça dans son armoire. Puis elle posa les yeux sur la porte de son bureau, qui ne tarderait pas à s’ouvrir pour laisser entrer les deux élèves.
    Soudain, ce fut l’orage. Un tonnerre de coups violemment frappés sur la pauvre porte de bois qui n’avait rien à voir avec tout cela. L’élève n’avait pas frappé à la porte, à peine ne l’avait-il pas défoncée. Pendant une seconde, Loreana se demandait qui de Julia ou Maximilien était à l’origine de cet orage de coups. La seconde d’après, la directrice de Serdaigle était persuadée que c’était Julia. Maximilien, même remonté contre elle, n’aurait jamais osé frapper ainsi à la porte du bureau de sa directrice de maison. Et, accessoirement, du bureau de la femme qu’il avait royalement plantée. D’un grognement plus que d’une parole, Loreana invita les deux élèves à entrer.
    Julia franchit le seuil de la porte en premier. Elle affichait une mine cripsée. Elle n’était clairement pas heureuse d’être là. Elle précédait Maximilien de quelque pas. Par les chaussettes de Merlin, ce que ce petit con était beau ! Même lorsqu’il affichait cet air de défi insolent, même lorsqu’il se présentait à elle, même lorsque ce serrait leur premier contact depuis que leurs lèvres s’étaient accidentellement (coup de pouce du destin ?) rencontrées sur le terrain de quidditch. Tentant de garder une contenance, Loreana les dévisagea d’un air sévère.


    LOREANA « Bonsoir. J’apprécie tout particulièrement la délicatesse avec laquelle vous avez frappé à ma porte… »

    Elle leur adressa un sourire qui puait l’hypocrisie à tel point que même un aveugle aurait pu voir les accents de fausseté qui y pointaient. D’un geste, elle leur interdit de s’asseoir.

    LOREANA « Non, non, ne vous asseyez pas. Posez vos baguette sur mon bureau, vous n’en aurez pas besoin. Vous voyez les chaudrons, là-bas ? Bon nettoyage. »

    Nouveau sourire. Bref et creux. Sans plus leur adresser la moindre attention, elle attrappa une pile de devoirs des cinquièmes années et commença à corriger. Près des chaudrons entassés dans un coin, deux vieilles éponges et deux petites brosses minuscules.


Spoiler:
 


_________________
Maximilien et Nathanaël...
Les deux hommes de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Mer 2 Fév 2011 - 17:32

    Il la tenait là, tout contre lui, contre son cœur, contre son torse. Il sentait son souffle dans son coup, ses formes se mouvoir d’avant en arrière au rythme de sa respiration irrégulière. Il respirait le doux parfum de ses cheveux blonds tandis qu’il les caressait d’une main, l’autre se trouvait plaquée dans le dos de la demoiselle afin de la rapprocher de lui, de la serrer le plus possible, espérant par ce geste amical et fraternelle rassurer les craintes de la rouge et or ou peut-être était-ce ses propres craintes qu’il essayait de taire…Elle lui avait tout raconté, enfin, dans un seule souffle, elle lui avait révélé sa peur et ses inquiétudes, elle s’était exprimée. Timothé, l’amour de sa vie, Timothé son petit ami, son cœur, son univers entier se détachait d’elle de plus en plus, depuis qu’il était devenu apprenti. Il se montrait froid, distant, allant même parfois jusqu’à nier son existence mais pire encore, pire que cette souffrance déjà bien atroce, Timothé se rapprochait d’autres personnes et par n’importe qui : d’une femme, une femme magnifique, éblouissante autant par son esprit que par son physique. Une femme que les hommes désiraient et que leurs compagnes craignaient : j’ai nommé Loréana Wilde. Cette personne n’était en plus de tous les avantages qu’elle possédait déjà ou ce que Julia considérait plutôt comme des défauts majeurs, était leur professeur, était la directrice de la maison du serdaigle et avait été également sa copine, son premier amour. Et c’était de son cœur que le cœur de Julia se rapprochait. Maximilien avait tenté alors de rassurer Julia ! Il avait confiance en Loréana : même si ils n’étaient plus ensembles, elle ne coucherait jamais avec son meilleur ami (s’il avait su) mais surtout, il connaissait Timothé. Qu’importe ce qui lui arrivait, son ami de toujours était fou amoureux de Julia, il lui vouait un culte sans nom, il l’adulait, elle signifiait tout pour lui. Jamais il ne ferait quoi que ce soit, volontairement, qui pourrait blesser celle qui faisait battre son cœur. Si Loréana et lui s’était rapproché, il devait forcément il y avoir une raison. Maximilien en chercha et les cita également à Julia. Loréana devait être une sorte de guide pour Timothé en tant qu’apprenti. Le pauvre devait se sentir bien perdu au milieu des professeurs et sans doute que Loréana devait le rassurer, le conseiller ! C’était certain ! Mais malgré sa longue tirade, Julia ne semblait pas convaincue :

    JULIA_ « Oh max j'aimerais tellement te croire. Mais pourtant tout ce que je vois me fait penser le contraire. Je voudrais lui parler, tellement lui parler. Mais il me fuit Max, quand je viens pour m'approcher de lui, il change de direction. Lorsque je lui envoie un Hibou pour le rencontrer, il me dit qu'il m'aime mais que ce soir il voit quelqu'un. Comment veux tu que je ne mélange pas tout. SI il m'aime, et au fond de moi j'en suis persuadée, pourquoi ce détourne t-il ainsi de moi, si ce n'est pour une autre »

    Maximilien ne savait pas quoi dire face au désarroi de Julia ! Elle souffrait de cette situation et Maximilien comprenait à présent la colère de Julia envers Loréana même si raisonnablement, elle était injustifiée, sentimentalement elle était complètement justifiable et Julia se laissait emportée entièrement par sa peur de perdre Timothé, sa jalousie, son incompréhension et sa tristesse…Pourtant le serdaigle était persuadé qu’en lui parlant encore un peu, qu’en discutant avec elle calmement, il pourrait la faire réfléchir et l’éclairer un peu qu’elle se rende compte que c’était absurde de penser ainsi, qu’elle n’avait vraiment pas à s’inquiéter pour son couple et que Timothé était sans doute très occupée et peut-être rencontrait-il des problèmes qu’il ne voulait pas imposer à Julia ! Il était certain que le comportement de son ami partait d’une bonne intention et qu’une explication claire se dessinerait bien à un moment donné derrière tout cela. Il fallait juste la trouver ! Il s’apprêta alors à faire part de ses réflexions à son amie mais celle-ci recommença à parler sans qu’il ne puisse prononcer le moindre mot et il choisit dès lors de la laisser s’exprimer pleinement ?

    JULIA_ « Elle n'a jamais démenti ce que je lui reprochais, elle a juste sous-entendu le contraire. Je ne peux l'expliquer, mais je sais qu'il est plus heureux avec elle qu'avec moi. Au début Max tout allait bien, on s'était fait plein de promesses, on avait trouvé comment se voir sans se faire voir. Et puis du jour au lendemain, je n'ai plus eu le droit à rien. Ni a ses regards si doux, si tendres, ni a son sourire, ni même à quelque mots, si sur papier. Mais le papier Max c'est du vent. Elle, elle a eu le droit à tout cela, elle y a droit tous les jours Max. ET moi dans tout ça...Il est heureux tant mieux, je ne peux pas lui en vouloir, je l'aime trop pour ça. Mais à elle....non...je ne peux pas supporter ça Max. »

    Elle était toujours contre lui et Maximilien sentait son petit corps se tendre un peu plus à chaque minute, chaque muscle se contracter. Julia était dans un état de stress et de nerf extrême et Maximilien n’était pas sûr que se présenter à cette retenue soit la meilleure idée du siècle. Il voulait la calmer d’abord, l’aider, la rassurer mais il n’en n’eut ni le temps ni l’occasion. En effet, La jeune blondinette se libéra violemment de son étreinte, laissant Maximilien surpris et se retourna vers la porte pour tambouriner avec force, colère, rage et haine contre cette pauvre porte en bois qui menaça presque de s’en écrouler. Maximilien fit un pas en arrière, se doutant donc bien que vu la demande gracieuse pour pénétrer dans la pièce, l’accueil à l’intérieur n’allait pas non plus être d’une gentillesse extrême et excessive et en effet, quelques secondes plus tard un grognement parvint à ses oreilles, un grognement vague et agressif qui sembler leur donner la permission d’entrer dans l’entre du dragon : le bureau de la professeur de potion. Il voulut dès lors pénétrer dans cette pièce en premier afin d’affronter Loréana et laisser Julia en retrait pour qu’elle ne soit pas directement exposée à l’envie de tout détruire et de hurler mais encore une fois, la gryffondor l’empêcha d’agir en ouvrant violement la porte et en s’engouffrant à l’intérieur dans un pas lourd de rage ! Le serdaigle soupira : la soirée promettait d’être longue et suivit alors son amie à l’intérieur sans rechigner. Là, il trouva Loréana parfaite comme à son habitude, installée à son bureau qui les regardait d’un air supérieurement agacé. Julia semblait trop énervé pour la saluer et Maximilien, lui, était trop perturbé par sa présence, par sa beauté pour ne fuse que oser lui parler, il se contenta donc d’attendre que son ancienne dulcinée fasse le premier pas :

    LOREANA_ « Bonsoir. J’apprécie tout particulièrement la délicatesse avec laquelle vous avez frappé à ma porte… »

    En entendant ces mots, Maximilien ne put retenir un sourire qu’il cacha du mieux qu’il put parce qu’il se doutait que Loréana n’apprécierait pas d’entrapercevoir un minuscule sourire aussi ironique soit-il sur les lèvres de son ancien amant. Mais il se devait de noter que la verve sarcastique de la belle Miss Wilde était restée intacte et son mordant n’avait pas disparu ce qui lui fit quand même plaisir, mine de rien. Une fois entrée et la porte fermée, Maximilien et Julia se dirigèrent immédiatement vers un banc afin de s’y asseoir, s’attendant tout naturellement à devoir copier des lignes ou, plus intelligent pour une punition venant d’une directrice des serdaigles, à devoir rédiger un travail sur une quelconque potion ce qui aurait été plus un plaisir pour Maximilien qu’autre chose et c’était d’ailleurs pour cela que Loréana, le connaissant bien, avait prévu autre chose pour eux, une autre punition nettement moins amusante et qu’elle le stoppa alors tout les deux dans leurs élans pour leur lancer d’une voix qui dissimulait très mal un sadisme naissant qu’il ne lui avait jamais connu :

    LOREANA_ « Non, non, ne vous asseyez pas. Posez vos baguette sur mon bureau, vous n’en aurez pas besoin. Vous voyez les chaudrons, là-bas ? Bon nettoyage. »

    C’était effectivement vachement moins drôle. L’idée d’abandonner sa baguette effraya quelques instants Maximilien qui, soumis à Loréana, finit par obéir et par la déposer sur son bureau sans même oser la regarder dans les yeux et, sans savoir ce que comptait faire Julia, il se dirigea docilement vers le fond de la classe, attrapa une de ces éponges pourries, la trempa dans le seau d’eau savonneuse et commença à faire un travail qu’il n’avait jamais du accomplir au par avant : nettoyer quelque chose !


Spoiler:
 

A toi Julia


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Dim 27 Fév 2011 - 11:40

    Dans les bras de max, elle se sentait bien, en sécurité. Il lui offrait la sérénité, le réconfort dont elle avait besoin depuis tellement de temps. Il lui offrait ce qu’elle n’avait jamais osé demander à personne. Et en cela elle lui était reconnaissante. Elle aurait pourtant du savoir que Max était en mesure de la comprendre. Mais si elle n’avait pas voulu l’embêter avec ses problèmes, c’était parce que comme elle il souffrait, elle le savait pertinemment. Après tout il avait perdu son meilleur ami, son frère. Alors oui, elle n’avait pas voulu l’embêter avec ses problèmes. Encore une fois, elle avait tout gardé pour elle. Mais aujourd’hui, il semblait que le trop plein de souffrance avait eu besoin de sortir, que Miss Wilde était la goutte d’eau qui avait tout fait débordé et que maintenant, elle avait du mal à contenir sa colère et sa souffrance. Et malgré la tendresse et l’amitié que Max lui donné, elle sentait au fond-elle, que cette colère ne disparaitre pas avec ses simples parole.

    Elle savait que son ami, par ses parole essayé de la raisonner, de lui faire comprendre ses tord. Mais avait-elle vraiment envie de les entendre ainsi. Avait-elle vraiment envie de se rendre compte de ses tord. Est-ce vraiment ce qu’elle voulait. S’en rendait-elle compte. Ou bien son cœur ne lui laissait-il rien entendre. Peut-être pour cela qu’elle quitta l’étreinte rassurante de Max, ne lui laissant alors pas le temps de répondre à sa dernière tirade, à ses dernières reproches envers leur professeur. Elle n’avait peut être pas envie d’entendre à nouveau un discours rassurant. Non qu’elle n’avait pas envie d’entendre ses conseils. C’était plutôt son subconscient qui n’en avait pas envie. Elle repoussa alors Maximilien et se dirigea vers la porte, elle avait alors frappé avec force. Sa colère était au beau fixe, elle avait atte et en même temps redouté d’affronter la prof. Mais elle avait vraiment besoin de la voir. Peut être pour cette raison qu’elle avait un peu précipité la retenue. Peut être pour cette raison qu’elle avait ainsi frappé la porte.

    Elle était alors entrée dans la salle et avait plongé son regard dans celui de la prof, avançant vers elle d’un pas décidé, mais sans non plus se trouver trop prêt. Elle se plaça près d’un bureau. Elle ne l’avait pas quitté des yeux. Pourquoi ? Peut être pour ne pas perdre le contrôle sur la situation, peut être simplement pour ne pas la perdre des yeux. Allez savoir. Finalement, Miss Wilde pris enfin la parole.

    LOREANA _« Bonsoir. J’apprécie tout particulièrement la délicatesse avec laquelle vous avez frappé à ma porte… »


    JULIA_ « Ravi que cela vous ai plus »

    Avait-elle répondu du tac au tac. Oui elle n’aurait pas dû, elle le savait parfaitement, mais elle n’avait pu s’en empêcher. Elle ne parvenait pas à contrôler se fait et geste quand elle se trouvait avec elle. La colère surement s’exprimait-elle toute seule à travers elle. Elle la regardait toujours, attendant de voir sa réaction. Elle était prête à s’assoir quand elle leur fit signe que non.

    LOREANA_ « Non, non, ne vous asseyez pas. Posez vos baguette sur mon bureau, vous n’en aurez pas besoin. Vous voyez les chaudrons, là-bas ? Bon nettoyage. »

    Elle haussa les épaules. Elle aurait du s’en douté. Elle arrêta alors son action, se redressant d’un coup et avançant vers le bureau de la prof. Elle déposa sa baguette avec douceur. Inutile de brisé ce qui lui était précieux. Elle ne l’avait toujours pas lâché du regard, elle hésita un instant lorsqu’elle leur désigna du doigt les chaudrons, mais elle les verrait assez bien tout a l’heure.

    JULIA_ « Bien madame, a vos ordres madame. »

    Puis elle la quitta enfin du regard et se dirigea vers les chaudrons. Elle remarqua que max était déjà au fond de la salle, face au chaudron et vu la tête qu’il faisait, cela n’avait pas l’air de lui plaire. Qu’elle amie elle faisait franchement. Elle s’avança vers lui avec un sourire, la tête qu’il faisait été quand même à voir. Elle était à présent à coté de lui, jetant alors un regard au chaudron. La tache ne lui faisait pas peur. Après tout il était peut être préférable qu’elle passe ses nerf sur les chaudrons devant elle que sur la prof, a qui elle jeta un dernier coup d’œil. Puis elle se tourna de nouveau vers son ami.

    JULIA_ « Aller max, a nos chaudron »

    Elle avait dit cela avec un petit sourire et avait essayé une pointe d’humour, mais ce n’était pas vraiment réussi. Elle était quand même contente qu’il soit là.

Spoiler:
 
A toi, Lor'


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreana N. Wilde
Admin | Prof. de Potion
Dir. de Serdaigle
Baby : checked. Now, wedding ? avatar
.

Age : 29
1001 messages
Amour : Il n'y a plus que Nathou <3 (bon, un peu Max quand même)

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Etrangement morose, ces temps-ci

Absence :
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Lun 28 Fév 2011 - 9:54

    Un troupeau d’hippogriffes en furie venait de passer dans le couloir. Ou bien était-ce une bande de géants qui venaient d’avoir un désaccord. C’étaient les deux seules hypothèses (ou du moins les plus plausibles) qui pouvaient expliquer l’espèce de tambourinement orageux qui s’acharnait sur la porte du bureau. Parce que personne n’aurait osé frapper (le mot n’était pas le plus adapté) ainsi à la porte d’un professeur, et encore moins d’une directrice de maison. Il était donc tout à fait impossible que Maximilien Middle ou Julia Brown soient à l’origine de cette agression de porte, n’est-ce pas ? Malgré tout, le fait que ces deux élèves doivent se rendre dans son bureau à cette heure-ci pour une retenue suffisait à douter : serait-ce une coïncidence qu’un troupeau d’hippogriffes traverse le couloir des cachots en saccageant la porte du bureau du professeur de potions pile au moment où deux élèves devaient frapper à cette même porte ? Difficile à croire. C’est pourquoi, dans le doute, Loreana laissa échapper un grognement inhumain pour intimer aux potentiels visiteurs d’entrer. Et, au cas où ce n’était pas les élèves, peut-être arriverait-elle à communiquer avec les hippogriffes, qui sait ?
    La porte s’ouvrit avec une délicatesse à peu près égale à celle dont on avait fait preuve pour y frapper. Julia Brown pénétra la première dans le bureau du professeur, suivie de près par Maximilien Middle. Elle les détailla rapidement du regard. Maximilien était beau. Non. Il n’était là que pour une retenue. Elle était le professeur, et lui l’élève. Cela s’arrêtait là. Elle se détourna de lui et observa Julia. La Gryffondor la toisait, visiblement pas décidée à tourner le regard, avec un air de quasi-défi sur le visage. Elle s’approcha un peu. Avec un sourire des plus hypocrites, Loreana accueillit ses visiteurs.


    LOREANA « Bonsoir. J’apprécie tout particulièrement la délicatesse avec laquelle vous avez frappé à ma porte… »
    JULIA « Ravie que cela vous ait plu »

    La prof n’en attendait pas moins de Julia. Depuis quelques temps, leurs relations étaient tendues, et Loreana voyait mal comment les choses pourraient s’arranger : même si elle faisait des efforts, Julia semblait décidée à la détester, uniquement parce qu’elle passait du temps avec Timothé. Ce qui surprit davantage la directrice des Serdaigle, ce fut l’absence totale de réaction de la part de Maximilien. Fier comme un hippogriffe, il aurait dû répondre, avec un ton respectueux et insolent à la fois, lui servant sur un plateau d’argent des mots empoisonnés. Mais il restait là, planté bêtement dans le bureau, sans rien dire, un très léger sourire sur le visage, même s’il tentait visiblement de le camoufler. Mais Loreana le connaissait trop bien pour que cela ne passe inaperçu et chercha à comprendre la raison de se sourire plutôt que de répondre à Julia et partir dans une discussion qui ne s’arrêterait qu’aux sommets de l’insulte et de l’indécence. Pourquoi souriait-il ? Il était là, dans le bureau de la prof avec qui il avait juré de faire sa vie et qu’il avait planté comme une moins-que-rien. Il était là, à quelques pas d’elle, et il souriait ? Qu’avait-il encore inventé ? Avait-il préparé quelque chose pour cette retenue ? Allait-il se comporter comme un élève normal, ou jouer sur l’ambigüité de leur relation ? Allait-il soutenir et exhorter Julia à se lever contre elle ? Ou bien souriait-il, tout simplement parce qu’il était heureux de la voir, malgré le cadre peu attractif ? Souriait-il parce qu’il l’aimait toujours ? Souriait-il parce qu’elle était belle ? Souriait-il parce que…
    Les deux élèves esquissèrent un mouvement vers des sièges, mais Loreana se reprit et, leur adressant un geste désinvolte, les empêcha de s’asseoir. Elle avait prévu autre chose pour eux.


    LOREANA « Non, non, ne vous asseyez pas. Posez vos baguette sur mon bureau, vous n’en aurez pas besoin. Vous voyez les chaudrons, là-bas ? Bon nettoyage. »

    Maximilien fut le premier à réagir. Surprenant la prof, il s’approcha du bureau, hésitant, et y posa sa baguette. Il n’osa même pas croiser le regard de celle qui avait été sa belle, et c’était tant mieux : elle eut du mal à dissimuler la surprise que l’attitude de l’héritier Middle avait suscité. Comprenez bien : lui, Maximilien Middle, héritier de l’une des plus grandes fortunes d’Angleterre, dont le père régnait d’une main de maître sur des entreprises diverses et variées, jeune homme promis à un avenir de pouvoir et de domination, lui, un tombeur invétéré, un Dom Juan qui enchaînait les conquêtes en claquant des doigts, lui, un jeune homme beau, intelligent et fier… Il se mettait à genoux devant elle et acceptait sa retenue sans broncher ? Il lui remettait même sa baguette, qu’il ne quittait jamais, et, la tête basse, se résignait à nettoyer des chaudrons ? Que lui arrivait-il pour être à ce point… Soumis ?!
    Loreana n’eut pas vraiment le temps d’y penser : Julia s’avançait vers elle, refusant toujours de la lâcher du regard. Avait-elle remarqué sa surprise ? Oui ou non, elle déposa sa baguette sur le bureau, abordant toujours un léger air de défi, et sembla hésiter à l’idée de se retourner et de la quitter des yeux. Mais elle n’avait pas le choix. Alors, comme résignée, elle fit volte-face et rejoignit Maximilien dans le fond de la pièce pour commencer leur labeur. Loreana les dévisagea un instant. Elle entendit Julia parler à Max, mais elle ne comprit pas les mots. Elle s’était arrangée pour que les deux élèves, s’ils s’y mettaient vraiment, n’aient pas plus de trois quarts d’heure à passer dans son bureau. Elle les observa un instant commencer à nettoyer, puis baissa les yeux sur les copies qu’elle devait corriger.
    Il s’appliquait vraiment. Son air, de soumis, était passé à déterminé : visiblement, il ne comptait pas se laisser battre par un chaudron sale. Ou peut-être était-ce parce qu’il ne voulait pas paraître incapable de nettoyer un chaudron aux yeux de son professeur de potions ? Peu importait, en fait. Il était beau, il était concentré, et Loreana, qui, sans s’en rendre compte, avait à nouveau délaissé ses copies pour contempler le jeune homme qu’elle croyait toujours aimer, ne parvenait qu’à grand peine à se retenir de lui dire d’arrêter tout et de la serrer dans ses bras. Heureusement, la présence de Julia l’en empêchait. Et les fréquents regards assassins qu’elle lui décochait aussi, d’ailleurs. Se reprenant, elle baissa la tête sur ses copies.

    Un petit bruit la tira de sa correction. Les deux élèves avaient visiblement terminé. Ils ne semblaient pas savoir s’ils devaient revenir vers elle ou attendre qu’elle leur en donne l’ordre. Des deux, Maximilien semblait le plus mal à l’aise.


    LOREANA « Bien. Au moins, vous avez été efficaces. Vous pouvez récupérer vos baguettes. Bonne nuit. »

    Elle ne lâcha pas Maximilien du regard, dans l’espoir imbécile de croiser son regard et que, l’espace d’une seconde, elle puisse lire dans ses yeux les flammes d’un amour pas tout à fait mort.


_________________
Maximilien et Nathanaël...
Les deux hommes de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Lun 28 Fév 2011 - 21:38

    JULIA_ « Ravie que ça vous ait plu ! »

    Maximilien eut un petit mouvement de recul lorsqu’il entendit la voix froide de Julia ! Non seulement il n’avait pas l’habitude d’entendre Julia s’exprimer ainsi, avec autant de froideur, autant de méchanceté, autant de haine dans sa voix mais en plus, il était persuadé qu’il vaudrait mieux ne pas commencer cette retenue avec une si mauvaise humeur ! Il vaudrait peut-être mieux être gentil, aimant, poli…Certes, c’était Loréana qui avait commencé les sarcasmes mais Julia aurait pu se taire un peu et garder sa colère pour elle…Cependant, l’adolescent comprenait aussi les sentiments qui animaient son amie : la jalousie, la tristesse, la crainte ! Oui, elle était tellement persuadée qu’elle risquait de perdre Timothé, persuadée qu’il lui tournerait le dos et que la belle professeur de potion était responsable de son malheur et le doute de Julia était compréhensible si, comme elle le disait, Timothé et Loréana se rapprochait. Lor’ était une jolie femme et Timothé ne serait pas le premier à avoir fantasmé sur Loréana de puis…Ce ne serait pas la première fois que Loréana cèderait aux avances d’un élève…Stop ! Il devait décidément arrêter ses réflexions ici avant de remettre en cause la relation avec la directrice des serdaigles qu’il était le seul à avoir gâché et avant d’avoir des pensées qu’il regretterait le lendemain ! Cette retenue devait bien se passer ! Il l’avait décidé la veille et c’était irrévocable ! Il ferait tout pour que Julia se sente à l’aise et pour contenter Loréana au passage ! Cela n’allait pas être simple parce que Julia était en colère, Loréana était en colère…Comment donc se trouver au milieu et réussir à servir la balle aux deux clans…Courage Maximilien courage ! Pour faire bonne figure, il voulut montrer à Loréana qu’il était de bonne volonté et qu’il était prêt à travailler ce soir, à faire ce qu’elle exigerait de lui ! Il se dirigea alors, son sac sur les épaules pour s’installer à une table mais Loréana l’interrompit dans son mouvement :

    LOREANA_ « Non, non, ne vous asseyez pas. Posez vos baguette sur mon bureau, vous n’en aurez pas besoin. Vous voyez les chaudrons, là-bas ? Bon nettoyage. »

    Maximilien mit un certain temps à réagir et à comprendre ce qu’elle lui voulait : baguette, table, chaudron, éponge, nettoyage…Hein ?! Une minute ! Nooon ! Mais si ! Il fallait qu’il fasse un effort ! Maximilien capitula et d’un geste décidé, se dirigea vers le bureau du professeur et d’un air triste et résigné, déposa sa baguette délicatement sur le bureau de la femme qu’il aimait encore ! Jamais encore il ne s’était séparé de sa baguette plus d’une vingtaine de minutes, jamais il n’avait fait suffisamment confiance à quelqu’un pour lui confier ce petit bout de bois qu’il avait reçu lors de ses onze ans ! Retenant un soupir, il fit alors demi tour et alla s’agenouiller au fond de la pièce, attrapa une éponge et la plongea dans le seau d’eau savonneuse avant de se mettre à récurer les chaudrons…Il se contentait de faire ce qu’il n’avait jamais fait : nettoyer et ce, en silence, sagement, sans pester, sans raller ! Souffrance ! Mais au moins, il prouvait à Loréana qu’il était de bonne volonté, qu’il voulait se faire pardonner et qu’il souhaitait au moins retrouver avec elle de bonnes relations de professeur à élève…Julia, quant à elle, ne semblait pas avoir le même souhait et Maximilien put particulièrement le constater lorsqu’il entendit son sac tomber violement sur le sol et ses pas frappé les dalles, accompagnés ensuite de sa voix froide :

    JULIA_ « Bien, Madame, à vos ordres, Madame ! »

    Maximilien grinça des dents, priant pour que Loréana ne relève pas l’insolence et que cette retenue ne tourne pas en pugilat ! Mais heureusement le professeur fut plus intelligent que l’élève et elle se contenta de ne pas répondre ! Maximilien laissa filer un petit soupir avant de se remettre à frotter avec acharnement ! Julia le rejoignit d’un pas lourd quelques instants plus tard mais ce n’était plus la colère que l’adolescent pouvait lire sur son visage mais de la culpabilité…Elle s’en voulait encore de l’avoir traîné ici…La pauvre ! Si elle savait que c’était surtout lui qui l’avait entraîné dans cette retenue sans issu…Que c’était de sa faute si Loréana était sur les nerfs, sans doute de sa faute qu’elle cherche l’amitié de Timothé ! Lui seul était le responsable de cette affaire mais il ne pouvait pas le lui dire, pas le lui en parler ! Il se contenta alors de lui faire un clin d’œil et de continuer sa tâche acharnée :

    JULIA_ « Allez, Max, à nos chaudrons ! »

    Maximilien réprima un fou rire et passa son bras sur les épaules de Julia pour l’attirer à lui dans un ultime câlin avant de se remettre à la tâche ! Il n’avait jamais remarqué à quel point nettoyer était fastidieux et physique ! La sueur perlait sur son front mais il n’abandonna pas ! Il récurait ces chaudrons jusqu’à la dernière crasse de saleté et Julia en faisait de même comme si elle plaçait toute sa colère dans cette éponge et dans ces objets en étain ! C’était peut-être plus sain de l’exprimer ainsi, l’adolescent n’en savait rien mais en réalité, il n’avait ni le temps ni la force dé réfléchir ! Ses bras finirent par le faire souffrir mais il redoubla de vitesse et de concentration, de zèle dans son travail comme s’il cherchait à se venger sur ce chaudron de tous ses malheurs : de la mort de Travis, de sa tromperie, de sa stupide décision et surtout de la mort de Travis ! Il revoyait le visage de l’ancien serdaigle lui sourire, le visage de Travis lui murmurer qu’il l’aimait et tout un tas de souvenirs remontèrent à sa mémoire et il continua alors de frotter avec énergie comme si rien ne pouvait l’arrêter ! Pourquoi était-il mort ? Pourquoi l’avait-il abandonné ? Cette question sans réponse trouvait sa forme et sa vengeance dans le fond crasseux de chaudron que Maximilien cherchait à tout prêt à laver sans y parvenir parce qu’il lui semblait voir au fond, toujours plus nettement, le visage de son ami ! Une larme silencieuse coula sur sa joue mais il l’ignora, contemplant, au fond de l’objet, les yeux perçants du bleu et bronze et il n’eut plus qu’une seule envie : que cette retenue cesse immédiatement, qu’il puisse rentrer dans son dortoir, se coucher ou aller serrer Léo dans ses bras…Mieux encore…Qu’il puisse aller rendre visite à Travis ! Voilà ce qu’il ferait ce soir avant d’aller voir Léo, il irait se recueillir sur la tombe du jeune Cohen pour se soulager…Mais le temps ne passait pas ! Chronos l’avait prit en haine ! Et Travis continuait de le fixer de ses yeux dépressifs…Jusqu’à ce qu’enfin :

    LOREANA_ « Bien. Au moins, vous avez été efficaces. Vous pouvez récupérer vos baguettes. Bonne nuit. »

    Maximilien laissa échapper un soupir de soulagement tandis que sa seconde larme de la soirée coulait sur sa joue de rage et de tristesse. Cependant, il se leva bravement, tentant de cacher sa peine et il se dirigea vers le bureau de Loréana pour reprendre sa baguette sans la regarder, sans lui accorder un seul coup d’œil : il avait juste besoin de sortir de ce bureau, besoin prendre l’air, besoin d’aller sur la tombe de Travis ! Il attrapa alors son sac à dos et se dirigea vers la porte. Avant de quitter la salle, il murmura vaguement d’une voix tremblante :

    MAXIMILIEN_ « Bonsoir Professeur ! A bientôt Julia ! »

    Et il s’encourut loin dans la nuit !


A toi Julia, je pense qu’on peut clôturer !
Merci pour ce rp, les gars! C'était géniaaal!


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia I.Brown
Admin | Médicomage
avatar
.

Age : 24
1237 messages
Amour : Timothé

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: douce, généreuse, courageuse, légèrement timide, protectrice, volntaire, joueuse

Absence : Présente au possible en fonction du boulo
MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE] Mar 19 Juil 2011 - 12:08

    Assise au fond de la salle, le chaudron devant-elle, elle restait pourtant passive, alors que la tache lui avait bien été assigné à elle et a max, et qu’elle avait dit à ce dernière qu’il devait si mettre, ce que son camarade et ami avait fait sans trop rechigner, bien que sa tête en disait long sur ce qu’il pensait vraiment de cette tache et de la façon de l’accomplir. Elle regardait, s’atteler à sa tache avec ardeur. Elle s’en voulait vraiment de le voir assit ici, elle s’en voudrait longtemps de l’avoir entrainé contre son grée dans cette histoire, et ceux même s’il lui avait affirmé en entrant que cela n’était pas grave, que cela ne changeait rien à leur relation. Mais elle ne pourrait jamais effacer cela de sa mémoire, c’était de sa faute un point c’est tout. Mais elle se garderait bien de le lui redire. Elle s’était donc juré de se faire pardonner de façon indirecte de cette retenue. Elle trouverait bien comment faire plaisir à son ami. L’accolade que Max lui avait donné effaça alors quelque peut la culpabilité qu’elle ressentait, mais elle continuait pourtant de voleter dans sa tête, telle une idée entêtant qui ne semble jamais vouloir vous laisser tranquille à moins d’en accomplir le résultat.

    En parlant de tranquillité, c’était tout à fait le cas dans cette salle, hors mit le tourbillon de pensé qui évolué dans la tête de Julia, il n’y avait rien de plus tranquille en cette instant que cette classe de potion. Les seuls bruit qui ricoché contre les murs étaient ceux que produisait Max en grattant son chaudron de son éponge métallique, le battement d’ailes d’un insecte quelconque et celui d’une plume sur un parchemin. Ce dernier, lui fit alors lever les yeux vers son propriétaire, qui n’était autre que la prof qui l’avait mit en retenue ce jour. Retenue qu’elle avoué avoir bien cherché et qu’elle n’avait fait que continuer d’affirmé en entrant dans cette salle et ceux malgré le discoure de son ami. Et elle devait ce l’avoue, ce n’était pas du tout la réaction au quel elle c’était attendu de la part de la prof face à son insolence. Oui car elle avait était insolente, elle le savait parfaitement. Elle le savait car elle l’avait voulu ainsi, montré sa colère de cette façon, lui montrer à elle qu’elle lui en voulait vraiment de son attitude. Mais elle n’avait rien dit, l’avait à peine regardé. Elle avait donc du se résigner à rejoindre la place qui était la sienne ce soir, à coté de son ami, devant ce chaudron. Mais elle ne parvenait pas à la quitter des yeux. A lui en vouloir. Mais lui en voulait-elle vraiment ou est-ce à elle qu’elle en voulait de ne pas avoir sur remarquer la détresse de celui qu’elle prétendait aimer plus que tout. Non elle ne voulait pas songer à cela. Elle détourna alors les yeux de la prof, pourtant la colère était toujours bien présente, bien plus que présente même. Ses yeux se reportèrent alors sur son chaudron, elle attrapa l’éponge et se mit à son tour à frotter le fond de ce dernier.

    Qui aurait cru que récurer le fond d’un chaudron pouvait apporter autant de bien être. Elle avait la sensation que chaque coup d’éponge qu’elle donnait lui enlever un poids immense, comme si c’était une part de cette colère qu’elle effaçait du fond de sa mémoire à elle. Pourtant elle pensait à lui, à son éloignement, à son comportement, à leur comportement. Elle secoua la tête comme pour chasser cela de sa tête, ce qui ut l’effet escompter. Mais alors ce fut un tout autre visage, une tout autre histoire qui refit surface. Son frère, oui elle pensa à son frère et alors une autre colère n’acquit en elle. Celle de l’abandon, de la trahison. Comme pouvait-il être frère et sœur, et jumeau qui plus est ? Alors qu’ils étaient si différents de l’un de l’autre. Elle ressentit une intense douleur dans le bras, mais en fit abstraction, et continua d’astiquer le chaudron, et ceux même si ce dernier semblait pourtant être propre. Lorsqu’elle regarda à sa droite, elle s’aperçu que Max déposait son éponge. Avait-il finit ? En jetant un œil à son chaudron elle s’aperçu qu’il ressemblait vaguement au fond du sien. Ainsi ils devaient avoir finit et elle ne s’en était pas rendu compte. Depuis combien de temps étaient-ils ici à récurer ? Aucune idée. Et que devaient-ils faire à présent ? Peut être parce qu’elle perçu un arrêt de leur activité, toujours est-il, qu’elle reprit la parole.

    LOREANA_ « Bien. Au moins, vous avez été efficaces. Vous pouvez récupérer vos baguettes. Bonne nuit. »

    Elle ne se leva même pas pour vérifier le travail accomplit. Se contentant de rester derrière son bureau, à distance. Julia regarda Max s’avancer vers elle à pas lent et récupérer sa baguette, sans même regarder celle qui le lui avait pris. Puis elle nota qu’il se dépêcher de sortir de la salle. Elle se leva à son tour et se dirigea vers la table, regarda la prof dans les yeux, et même si la colère qu’elle éprouvé à son égard était toujours présente, elle ne la ressentait pas de la même façon, aussi la façon dont-elle la regarda en fut moins marqué, moins arrogante, moins insolente, moins coléreuse envers elle. Peut être finalement cette retenue avait-elle été bénéfique, mais elle ne douté. Elle récupéra sa baguette sans un mot. Elle entendit juste le à bientôt que Max lui adressait et lorsqu’elle tourna la tête il n’était déjà plus là. Elle adressa un dernier regard à la prof et sortit à son tour, elle espérait pourvoir le rattraper, lui parler. Mais une fois hors de la salle, elle ne le vi pas dans les couloirs. Inutile de le rattraper, il devait être déjà loin à présent. Et cela ne fit que faire remonter sa culpabilité pour sa présence à la retenue. Elle regagna alors sa maison avec une boule au ventre et beaucoup d’amertume.

    THE END


Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE]

Revenir en haut Aller en bas
Retenue pour le moins prometeuse [TREMINE]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

Cachots

 :: 

Classe de Potion

 :: 

Bureau du Professeur

-