Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Qu'éclatent les provocations!Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Qu'éclatent les provocations! Lun 3 Jan 2011 - 14:22

Prio Marylee
Ce rp se passe avant les fiançailles de Max.


    MAXIMILIEN_ « Tu es prêt, Léo ? »
    LEO_ « Oui… J’arrive ! »

    Maximilien baissa la tête et, la baguette allumée brandie en avant, il ouvrit délicatement la porte du leur dortoir commun pour laisser sortir son meilleur ami avant de se mettre à le suivre, descendant tout deux sur la pointe des pieds l’escalier en colimaçon qui les mènerait à leur salle commune, s’assurant par leur discrétion de ne réveiller personne…Voilà déjà plusieurs semaines que les deux adolescents, encore plus proches qu’avant, quittait ainsi la tour des serdaigle trois fois par semaine pour sortir définitivement du château…Et aujourd’hui ne fit pas exception à leur rituel, dehors dans le parc, bien emmitouflé de son manteau, Maximilien suivait Léo en contemplant le soleil encore couché et la lune toujours souveraine dans le ciel ! L’aube ne pointait même pas encore le bout de leur né, il faisait encore très sombre dehors, seul les rayons de la belle Diane, déesse de la lune, éclairaient le chemin des deux adolescents. On aurait pu facilement les prendre pour des rebelles, des irresponsables qui faisaient le mur, sortant du château pour faire la fête et si cela avait été souvent le cas, ces derniers temps, ils avaient l’autorisation pour partir…Le directeur eux-mêmes leur permettait de se lever à l’aube et de fermer derrière eux les hautes grilles protectrices du parc de Poudlard…Maximilien et Léo se regardèrent un moment et d’un commun accord quittèrent le sentir pour se diriger vers la forêt…Cela ne faisait pas parti de l’accord passé avec le chef de l’établissement mais c’était leur rituel…Ils pénétrèrent à l’intérieur même du lieu interdit, progressant entre les arbres, ramassant ici et là ce qui convenait afin de créer de leur propre main un magnifique bouquet de fleur sauvage, un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur…Et puis, main dans la main, ils revinrent sur leur pas et s’avancèrent sur les longs chemins quelques peu enneigé de pré-au-lard pour atteindre leur destination : le cimetière !

    Silencieux, ils s’avancèrent entre les tombes jusqu’à trouver celle de leur ami décédé : Travis Cohen qui gisait là, endormi, dans cette tombe de marbre blanc, comme un ange protégé par le paradis ! Ils s’arrêtèrent un instant et tous d’eux sortirent leurs baguettes magiques…Murmurant quelques formules, ils nettoyèrent entièrement le tombeau pour le rendre encore plus brillant et sous le regard attendri de madame la lune, ils déposèrent calmement les bouquets de fleurs sauvages sur la tombe du jeune Cohen…Et enfin, vint le moment qu’ils attendaient, le moment où ils pourraient, chacun dans leur tête, s’adresser à leur ami disparu, lui raconter leurs vies, leurs journées, leurs histoires, leurs conquêtes, leurs douleurs également, la souffrance face à son absence, face à sa mort et puis…Après une longue demi-heure de communion, Léo et Maximilien abandonnèrent le cimetière, quelques larmes coulant sur leurs joues pour retourner aux château qui les attendait et reprendre leur vie d’étudiants, parler avec leurs amis, rigoler, sourire, aller en cours, apprendre et encore un tas d’autres choses qu’ils avaient plus vraiment le goût d’accomplir sur le membre manquant de leur trio…Mais il le fallait bien ! Alors ils marchèrent, silencieusement toujours, les longs des rues du petit village sorcier, seuls, inconnus, les dos courbés, les mains croisées…Tristes et le jour pour eux sonnait comme la nuit…Les grilles se dessinèrent à l’horizon lointain et les deux amis se décidèrent à sourire et à enfin s’adresser mutuellement la parole :


    LEO_ « Tu vas bien, Maxou ? »
    MAXIMILIEN_ « ça va…C’est chaque fois un peu moins douloureux…Et toi, comment tu te sens ? »
    LEO_ « Je fais aller…Tu sais bien…Il me manque terriblement ! »

    A ces mots emplis de douleur, les deux amis se replongèrent dans leur mutisme, partageant cette vérité affligeante qui faisait à présent entièrement parti de leur quotidien, quotidien qui leur était devenu de plus en plus difficile à vivre…La mort de Travis avait définitivement changé leur vie à tous les deux…Eux qui avaient toujours été des adolescents inconscients, comme si rien ne pouvait jamais leur arriver, joyeux, heureux, avaient vu leur univers transformer…Ils avaient compris que rien ne dure à vie, que tout peut changer en un instant, le monde éphémère mais ils ont surtout souffert de la perte de leur meilleur ami, leur frère qui ne partageait plus ni leurs journées ni leurs nuits, cette absence pesante qui créait un vide à l’intérieur de leur cœur et même entre eux car depuis leurs onze ans respectifs ils n’avaient plus jamais été sans le troisième membre, sans ce Travis qui les avait quittés, abandonnés, lâchés pour s’en aller reposer en paix, au paradis, au près des anges qui lui ressemblaient sans doute…Et ils étaient seuls sur terre, plongé en enfer, patientant, attendant en vain que la douleur s’estompe…Mais ce manque était pour eux devenu insurmontable et si chacun à sa manière avait réussi à passer au dessus de ce délaissement, de cette destruction d’eux-mêmes, aucun d’eux n’arrivaient à sourire de la même manière et la mort de Travis était devenu comme un poison violent qui s’insinuait lentement dans leur veine pour les paralyser un peu plus à chaque instant qu’ils étaient obligés de vivre sans lui…

    LEO_ « Je ne me sens pas la force d’aller avec ces serpents en cours de sortilège et enchantement… »
    MAXIMILIEN_ « Allons nous recoucher…Nous irons au cours suivant ! »
    LEO_ « Tmmy en sera déçu mais il comprendra sûrement ! »
    MAXIMILIEN_ « Oui…On lui expliquera…Nous irons en défense contre les forces du mal avec les gryffons, tantôt… »
    LEO_ « Et cet idiot de Baël… »
    MAXIMILIEN_ « N’en parlons pas… »

    Sur ces mots, la décision fut prise de sécher le cours de sortilèges et enchantements…Ils s’excuseraient plus tard au près de leur ami, Timothé Smith, ancien serdaigle, qui avait toujours été très proches des deux inséparables et qui se trouvait être apprenti aujourd’hui…Il serait sans doute très déçu de ne pas les voir mais, Maximilien Middle et Léo Sanchez savaient pertinemment que le jeune adulte comprendrait leur souffrance et c’est ainsi que les bleus et bronze allèrent calmement se recoucher pour dormir encore deux petites heures…Lorsque le réveil sonna, seul Maximilien se leva, préférant laisser encore son compagnon dans le sommeil si doux, dans les bras de Morphée aucune douleur n’existait et il quitta la tour des serdaigles pour se rendre quelques étages plus bas au cours de défense contre les forces du mal…Il reprit durant cet instant un peu de poils de la bête, retrouvant sa passion pour ce cours et le pur plaisir de montrer à Baël qui observait en silence dans un coin qu’il était le meilleur élève que ce professeur n’ait jamais eu, lui y compris…Lorsque la fin du cours sonna enfin, Maximilien prit plus de temps que les autres à ranger ses affaires et découvrit un peu plus loin, la jeune gryffondor, Marylee Beck avec laquelle, quelques semaines plus tôt, il avait échangé un baiser passionné et plein de haine dans une de leur dispute habituelle. Conscient de son charme et de l’attirance qu’ils avaient l’un pour l’autre, Maximilien s’approcha d’elle dans un sourire en coin pour lui rétorquer d’un air malin et un peu prétentieux qui ne lui allait, d’ailleurs, pas du tout :

    MAXIMILIEN_ « Tiens donc…Beck qui traîne sans Gilleford ! Inimaginable… »

    Il ne savait pas si c’était sa tristesse, sa fatigue ou sa colère qui le faisait parler ainsi mais pour la première fois, Maximilien avait volontairement envie de provoquer une petite dispute !


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 22
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations! Mar 11 Jan 2011 - 3:33

    Elle avait mal partout. Comme si elle avait couru une bonne partie de la nuit ou qu’elle s’était battue avec un ours. Puis c’était définitivement l’ours qui avait gagné! Chaque muscle de son corps était douloureux et pourtant elle n’avait rien fait de particulier dans la soirée. Marylee avait réussit à terminer un travail d’histoire de la magie en un temps record et la fatigue accumulée des derniers mois la rendait d’une humeur massacrante. En quittant la bibliothèque ce soir-là elle tomba sur sa sœur qui rigolait fortement avec Savannah Jones, une autre étudiante de Gryffondor également en septième année. Marylee n’entendit pas exactement la remarque qui fit éclater sa sœur de rire, mais elle était persuadée que ça la concernait elle. Sur le coup elle n’avait rien dit, mais lorsque les ricanements de sa sœur cessèrent enfin, Phoebe ajouta à l’attention de Savannah une remarque qui confirmait ce que Mary croyait.

    Phoebe : C’est vrai qu’elle a l’air de se prendre pour la reine des Gryffondor alors qu’elle ne l’est pas du tout.
    Savannah : J’ai toujours pas compris ce qu’elle faisait à Gryffondor de toute façon! C’est à Serpentard avec Gilleford qu’elle devrait se trouver!

    Le commentaire d’elle qui devrait être à Serpentard, passe encore. Elle savait après tout que les Serpentard n’étaient pas aussi pire qu’on le disait. M’enfin pas tous… Que Savannah pense ce qu’elle voulait de toute manière ça ne changerait rien à ce que Marylee allait faire. Ce n’est pas comme si vraiment son opinion ferait changer quoique ce soit. Le choixpeau avait décidé de l’envoyer à Gryffondor pour les simples et très bonnes raisons qu’elle avait les qualités qu’il fallait! Non, le problème avait été le commentaire de sa métamorphomage de sœur. C’était peut-être la teinte orangée qu’avait pris ses cheveux qui la dérangea particulièrement, mais Marylee avait fait volte-face en entendant sa sœur et sortie sa baguette magique en même temps. Elle s’approcha de Phoebe d’un pas rapide et surtout pleine de colère.

    Phoebe : Qu’est-ce que tu vas faire Marylee? Me lancer un sort? Tu sais que tu ne peux pas t’attaquer à un préfet!
    Marylee : C’est comme tu veux, je le rajoute à la liste de tous les coups que je te dois déjà ou je te le donne tout de suite. Tu sais à la maison ou ici ça change rien pour moi!
    Savannah : Oh, mais c’est qu’elle est fâchée la petite fille!
    Marylee : Everte Statum

    Marylee regarda le corps de la blonde se faire projeter vers l’arrière de plusieurs mètres et sa si parfaite sœur volée à son secours. Lee-Lee sourit pour elle-même et rangea sa baguette avant de reprendre sa route vers la tour des Gryffondor comme si de rien était. Elle s’en fichait de toute façon. Puis, Savannah serait un peu sonner tout ou plus. Elle avait donc réussit à se mettre au lit de bonne heure en espérant avoir une bonne nuit de sommeil et surtout d’être plus supportable avec ceux qui arrivaient déjà à l’endurer. Elle pensait à Jack et à Baël qui vivait avec ses sautes d’humeur constante. C’était épouvantable d’être aussi vulnérable. Un rien la faisait devenir haïssable alors que d’autre fois, elle devenait tout sucre tout miel pour aucune raison apparente. De quoi rendre les autres fous. Et, il n’y avait que sa sœur et Maximilien qu’elle serait fière de rendre fous.

    Pourtant en ce réveillant au petit matin, elle avait eu l’impression d’avoir dormie seulement quelques heures. Elle était cernée comme si elle n’avait pas dormi pendant des jours entiers, ses cheveux étaient en bataille et tellement mêlé! Elle se faisait pensée à une illustration qu’elle avait déjà vue dans un livre d’histoire, mais elle n’aurait pas sut dire de qui il s’agissait. Le pire, c’est qu’en plus d’avoir moyennement mal à tous ses membres, elle avait atrocement mal à son bras droit. Il élançait du bout de ses doigts à son coude. Pendant tout le déjeuner et le cours de métamorphose, Marylee essayait de se faire de se masser le bras pour faire partir la douleur. C’était une curieuse sensation. Elle était tellement concentrée sur la douleur de son bras qu’elle n’arrivait pas à se concentrer sur autre chose. Elle avait faillit transformer Samuel Fulkner en en mouche pendant un exercice. Elle n’accordait que trop d’importance à son bras et elle avait lancée son sort à l’aveuglette. Même après s’être confondue en excuse, Samuel était irrité et toute la classe la trouvait encore plus mauvaise qu’à l’ordinaire. Ce qui était déjà un exploit en soit. À la fin du cours, Andy vient la rejoindre pour « discuter » de sa maladresse en métamorphose. Ce qui bousilla un peu les plans de Marylee puisque la jeune femme souhaitait se rendre d’avance devant la classe de DCFM pour pouvoir parler à Baël. Peut-être que l’apprenti prof pourrait savoir pourquoi son bras lui faisait si mal. Sinon, elle serait forcée de demander à Loreana. Ce qui en soit n’était pas nécessairement une mauvaise idée, mais probablement plus gênante que la première.

    Andy : Ne t’en fais pas, un jour tu vas t’améliorer en Métamorphose.
    Marylee : J’en doute profondément! De toute façon, chacun son truc. Ma sœur c’est la métamorphose et moi c’est les potions. Comme ça, on se pile pas sur les pieds!
    Andy : Logique! N’empêche, je crois pas que Samuel t’en veuille pour la vie.

    Les deux rouges et Or se mêlèrent à la masse de Gryffondor et de Serdaigle devant la porte de la salle de cours en attendant que le cours commence. Ils voyaient depuis quelques temps comment utiliser des sortilèges informulés. Ce que Mary adorait. Comme ça permet de lancer un sortilège sans en crier la formule et surtout annoncer à tout le monde ce qu’elle va faire! D’ailleurs, le cours passa relativement vite et les Serdaigle ne dérangeait presque pas le cours. Sauf, exception faite, de Middle qui essayait encore de prouver qu’il était le meilleur d’entre tous. Peut-être même meilleur que l’apprenti. Vraiment celui-là il avait une tête gonflée à l’hélium. Marylee en était persuadée! Il s’aimait tellement que s’en était déconcertant. Il était beau, certes, il le savait, mais il abusait souvent de la confiance que ça pouvait lui donné d’avoir cette information en main! Mary avait toujours envie de lui crier : « Non Middle, tu n’est pas si bon. C’est beau de s’illusionner dans la vie! » Évidemment, elle se taisait la plupart du temps. Surtout lorsqu’ils étaient en classe. Par contre, si Max et elle avaient la chance d’être seuls, elle lui disait directement sa façon de pensée! Sauf lors de leur dernière rencontre seul à seul…. Ils s’étaient embrassés! Là, vraiment, Mary n’y comprenait rien et ça portait un peu la poisse toute cette histoire! Une vrai girouette cette fille! Elle couchait avec Baël, mais elle allait embrasser langoureusement cet écervelé de Middle!

    Lorsque la cloche sonna la fin du cours, elle prit tout son temps pour reprendre ses choses et laissa même Andy partir devant elle avec d’autres Gryffondor, il fallait vraiment qu’elle parle à l’apprenti professeur, mais derrière son dos, ce n’était pas la voix de Owned ou un attouchement rapide de sa part, mais bien Max qui la narguaient avec toute son assurance habituelle!

    Marylee : Dégage Middle! C’est pas tes affaires. Puis, je suis très bien capable de me défendre toute seule! Alors fiche le camp si tu veux pas manger une racler!

    Il ne lui en fallait pas plus pour être de mauvaise humeur et d’avoir envie de battre quelqu’un! Avec toute sa chance habituelle, elle avait le candidat parfait juste en face d’elle. Rien de mieux qu’une face à claque lorsqu’on a déjà envie de faire éclater quelque chose. Depuis le début de ses absences, elle avait drôlement envie de se battre, de faire exploser quelque chose, d’être un peu cruel quoi, mais elle ne savait pas pourquoi! Parfois, elle avait l’impression que ce sentiment n’était pas le sien, mais il était bien présent et aujourd’hui plus que jamais!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations! Sam 15 Jan 2011 - 20:04

    Assis sur sa chaise, Maximilien se sentait mal ! Il avait l’impression d’avoir énormément de mal à respirer et malgré la pile de livre qu’il avait placé sur sa table pour l’entourer, il n’arrivait pas à se rassurer, à se calmer…Il aurait peut-être dû faire comme Léo, rester dans son lit, plongé dans le noir ou dans un sommeil protecteur mais voilà, trop tard, il s’était réveillé, levé, habillé et maintenant il était assis sur cette chaise froide, dans cette classe glaciale et peu accueillante, attendant, patientant. Les autres élèves n’allaient pas tarder à arriver et cela n’aidait en rien à le mettre à l’aise ! Il avait peur, ne se sentait pas bien, avait le cœur qui battait, la respiration courte, les membres engourdis, les yeux gonflé et épuisé. Il n’était pas à sa place mais trop tard…Il était là ! Il allait devoir supporter, essayer d’être fort, arrêter de penser à Travis, à cette tombe, à ses larmes, aux larmes de Léo ! Il allait devoir se montrer courageux, brave, volontaire ! Il allait devoir affronter son professeur et aussi le regard de Baël, supporter sa présence, son arrogance, sa haine ! Il fallait qu’il dépasse sa douleur pour avoir la capacité de passer au dessus de tout ce qu’il détestait le plus, de ce qu’il aimait le moins : Baël Owned et ce regroupement ! Oh oui ! Voilà encore une chose qui le gênait ! Ces regroupements inter-années qui avaient lieu, en défense contre les forces du mal, une fois tous les trois mois et qui visait à mettre ensemble le temps d’un cours une année supérieure avec une année inférieure afin que cette dernière pousse son niveau théorique et puis pratique ! Maximilien adorait cela lorsqu’il était dans les années inférieurs et qu’il était regroupé avec les années supérieurs mais en septième, c’était impossible d’être avec l’année au dessus…Il allait donc devoir s’ennuyer avec une bande de personnes qui ne connaissent pas la moitié de ce qu’il sait ! L’enfer ! La seule chose, en plus, qui aurait pu faire oublier à Maximilien la mort de Travis, c’était de lui apprendre ce qu’il ignorait encore ! Apprendre, lui remplir la tête, tout savoir pour le plaisir, découvrir ! C’était une passion ! Il adorait apprendre ! C’était quelque chose qui constituait son âme, il vivait en partie pour cela et d’ailleurs la vie ne valait pas la peine d’être vécue, si l’on ne prenait pas la peine de comprendre, d’en savoir un maximum ! Mais aujourd’hui, il n’aurait pas la possibilité d’apprendre et cela ne fit que renforcé un petit peu plus l’état de larve dans lequel il se trouvait maintenant et dans lequel il était à chaque fois qu’il devait aller voir Travis au cimetière !

    Mais les élèves arrivaient, alors par reflexe, il se mit à sourire, à grandir son dos, à paraître bien, en forme même si ce n’était pas du tout le cas ! Et pour une fois, rare fois, il remercia son éducation baignée d’hypocrisie pour lui donner la capacité de jouer si bien, par pur reflexe, la comédie ! IL sourit donc à ses camarades de serdaigles qui entraient, ses connaissances de gryffondor, ignorant les gens qu’il ne connaissait pas où qu’il aimait moins…Puis, alors que tout le monde discutait dans son coin, le professeur suivi de Baël entra en classe, ordonnant, dans un claquement de porte, le silence afin que chacun regagne sa place ! Maximilien immédiatement étendit un morceau de parchemins devant lui, tout en regroupant à ses côtés ceux des semaines suivantes qu’il avait déjà attentivement relu et patienta, la plume déjà encrée en main, que le cours commence enfin ! Qu’il puisse, malgré le niveau qui allait être bas, concentré son esprit à autre chose, s’occuper et puis, l’idée de prouver à Baël qu’il était le meilleur lui donnait une petite raison de se surpasser, de dépasser sa douleur ! D’ordinaire, il aurait nié l’existence de l’ancien serpentard mais aujourd’hui, aujourd’hui il avait besoin d’un défit pour se relever, pour oublier le marbre blanc et son ami endormi pour l’éternité, alors aujourd’hui, il allait se laisser aller à cette compétition que l’apprenti avait mis en place des années au par avant et, bien entendu, il allait la gagner ! Aujourd’hui, juste aujourd’hui ! IL allait se fortifier grâce à cela, oublier Loréana, oublier Travis, oublier ce qu’il avait fait d’affreux, oublier ce qu’il avait perdu ! ET il allait apprendre envers et contre tout, malgré les autres, profiter de cet instant de répit que la vie lui offrait ! Oui, c’était ce qu’il avait décidé ! « Carpe Diem quam minimum credula postero »* ! Et ainsi le cours commença, Baël, dans l’ombre, écoutait, Maximilien, activement, notait !


    PROFESSEUR_ « Pour le cours de regroupement prochain qui sera pratique, nous allons à nouveau travailler le duel ! Pour cela nous allons revoir quelques règles de ce dernier aujourd’hui mais avant…Quelqu’un pourrait me citer les trois duels le plus importants que notre monde ait connu au XXe et XXIe siècle ? »

    Maximilien eut un petit sourire au début du discours du professeur ! Il adorait les duels ! Il fallait avouer qu’il était assez bon et c’était sans doute ce qui lui plaisait mais aussi parce qu’il avait un très bon souvenir du duel avec ce Baël Owned qu’il avait battu ! Quelle joie ! Mais le sourire disparut bien vite quand le professeur parla de rappel…Rappeler les règles ? Encore ! Mais il les connaissait par cœur, à la perfection, sur le bout des doigts ! Il savait les réciter ! Les débuts : l’inclination, les trois pas, le retournement, la mise en garde, les règles de bienséances, les ajouts de Poudlard pour la sécurité des élèves ! L’enfer ! Pourquoi en reparler ? Ils en entendaient tous parler depuis leur première année et les gryffondors, bien que connu pour leur folie de ne par respecter le règlement, n’étaient pas stupides et pouvaient très bien l’avoir retenu, même cette Marylee ! Enfin bon ! Puisqu’il y avait une question, mieux valait se concentrer sur cette dernière et c’est pour cette raison que Maximilien, instantanément leva le doigt :

    PROFESSEUR_ « Monsieur Middle ? »
    MAXIMILIEN_ « En 1945, il y a le premier grand duel de ces deux siècles qui voit s’opposer le sorcier Albus Dumbledore et le mage noir, Grindelwald, Albus Dumbledore gagne et tue son ennemi. Ensuite durant la nuit du dix-sept juin 1996, au ministère de la magie, un duel entre Tom Elvis Jédusor, nommé celui-dont-on-ne-peut-pas-prononcé-le-nom à savoir Lord Voldemort et Albus Dumbledore pour protégé Harry Potter présent, mais cette batail finit à égalité car à cause de l’arrivée des aurors, de Lord est obligé de s’enfuir. Et pour terminer Juin 1999, Lord Voldemort contre Harry Potter et ce dernier le vainc, délivrant à tout jamais le monde magique ! »
    PROFESSEUR_ « Parfait Monsieur Middle ! Merci pour ce rappel, au niveau des règles maintenant ! »

    Maximilien, satisfait de lui-même, jeta un œil à Baël comme pour voir l’effet que ses réponses parfaites et que les compliments du professeur avait eu sur lui…Mais l’ancien serpentard avait les yeux dans le vide et semblait tenter de contrôler une souffrance extrême, une colère aussi. Il voyait ses poings tremblés et le serdaigle devina qu’il ne devait pas s’agir de lui parce que Baël n’était pas du genre non plus à piquer une crise de nerf parce que lui, Maximilien, donnait des bonnes réponses en classe ! Quelque chose se passait, le tracassait et il aurait bien voulu savoir quoi pour l’utiliser contre l’apprenti ! IL le découvrirait, foi de Middle…Il passa, dès lors, le reste du cours, ennuyeux, à fixer Baël Owned et à se demander ce qui pouvait le mettre dans un état pareil, observant la moindre de ses réactions…Il était tellement occupé à l’observer qu’il n’entendit pas la fin des cours arriver et encore moins les élèves sortir de la classe ! Il ne se rendit compte de sa quasi-solitude que lorsque la porte claque après le dernier élève ! Il se redressa alors et contempla les alentours, surpris ! Baël était déjà parti, il avait filé vite mais Maximilien, perdu dans ses pensées et dans ses questionnements sur l’Owned en question, ne l’avait même pas remarqué, les élèves avaient suivi rapidement…Il ne resta que lui et…Marylee Beck dans cette classe ! Tient donc ! Un sourire espiègle vint se loger sur les lèvres de Maximilien qui se leva, empaquetant, quelques affaires et se dirigea d’un pas assuré vers la gryffondor…

    MAXIMILIEN_ « Tiens donc…Beck qui traîne sans Gilleford ! Inimaginable… »

    IL se surprit lui-même à agir ainsi ! Ce n’était pourtant pas son genre de chercher les gens et encore moins de les embêter alors que ceux-ci le laissait tranquille ! Mais aujourd’hui…Il avait envie tout spécialement d’embêter un peu la jeune gryffondor, il avait envie de la taquiner afin de lui, se soulager, de la pression, du stress, de l’inquiétude, de la colère, de la tristesse qui l’avaient envahi quelques instants plus tôt ! Et puis il avait bien besoin de se détendre un peu et un affrontement avec Beck était parfait surtout depuis qu’il avait la confirmation d’une chose dont il s’était toujours douté : elle était, malgré leur haine réciproque, autant attirée par lui que lui par elle et cela allait rendre sa journée un peu plus amusante, un peu plus piquante et peut-être même bien qu’il allait pouvoir…Hum…Prendre son pied ! Mais il ne fallait pas y penser tout de suite et vu le regard que lui lançait la rouge et or et qui venait de se retourner vers lui, elle n’avait pas envie, maintenant, de penser à cela…Tant pis ! Il allait la faire travailler un peu et faire augmenter un peu la pression et la chaleur dans cette pièce…Mais avant Marylee comptait bien s’exprimer :

    MARYLEE_ « Dégage Middle! Ce n’est pas tes affaires. Puis, je suis très bien capable de me défendre toute seule! Alors fiche le camp si tu ne veux pas manger une racler! »

    Oula ! Elle était bien énervée ! Tant mieux : la dernière fois c’était suite à une crise de nerf qu’ils s’étaient embrassés en plein milieu d’une dispute ! Maximilien, loin de perdre son sang froid, continua de s’avancer vers elle avait ce petit sourire en coin et cette air charmeur qu’il savait si bien prendre…Il s’approcha lentement, fit un tour autour d’elle afin de la laisser mariner un peu, de l’agacer encore plus…Puis il vint se planter face à elle, tout prêt d’elle et lui dit alors d’une voix toujours aussi calme et maîtrisée mais toujours avec ce ton lent et un peu sensuel…

    MAXIMILIEN_ « Oh…Mais c’est qu’elle mordrait presque la lionne ! Et des menaces en plus…Mais c’est pas bien, ça Beck ! Encore un peu et tu me décevrais presque ! »

    Finalement, cette journée, n’allait pas être si mal ! Et sentir le corps de Beck si prêt de lui, alors qu’il avait l’envie de lui enfoncer la tête dans le mur pour tout ce qui s’était déjà passé entre eux, tout ce qu’elle faisait de mal, il avait fortement envie de l’embrasser…Mais pas tout de suite…Il fallait d’abord bien se disputer un peu…


*Horace, les odes.

Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 22
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations! Jeu 20 Jan 2011 - 23:54

    Professeur : « Pour le cours de regroupement prochain qui sera pratique, nous allons à nouveau travailler le duel ! Pour cela nous allons revoir quelques règles de ce dernier aujourd’hui mais avant…Quelqu’un pourrait me citer les trois duels le plus importants que notre monde ait connu au XXe et XXIe siècle ? »

    La réaction fut instantanée, même celle de Marylee. Toute la classe avait déjà hâte d’être au prochain cours pour faire des duels! Andy trépignait déjà sur sa chaise à côté de la jeune femme. C’était tout un évènement quand on y pensait. Ils avaient rarement l’autorisation de s’envoyer des sortilèges sans perdre de points… à moins qu’on ne s’attaque à une des meilleures amies d’un préfet et que celui-ci soit trop occupé à la secourir. Comme Marylee l’avait fait la veille avec sa sœur et Savannah. Elle s’était rapidement enfuie et donc, il avait été impossible pour Phoebe de faire comme à son habitude et lui faire perdre des tonnes de points injustement…. Bon, habituellement, c’est injuste, cette fois-là la Gryffondor l’aurait amplement méritée. Quoique Savannah aussi l’avait mérité, mais là-dessus, Marylee n’avait aucune preuve. La jeune rouge et or fit rapidement le tour de la classe des yeux pour se trouver un adversaire convenable pour la semaine prochaine.

    Andy : Tu veux faire ton Duel contre qui toi?
    Marylee : Middle. Si je pouvais seulement l’écorcher un peu ça me ferait bien plaisir!
    Andy : Il ne voudra jamais! T’es une fille!
    Marylee : Qu’est-ce que ça veux dire ça!

    Le professeur leur lança un regard de travers leur signifiant de se la fermée bien vite parce que le cours était loin d’être terminé. Marylee soupira super fort lorsque Maximilien commença à donner sa réponse. Évidemment, il fallait qu’il donne l’impression qu’il savait tout mieux que les autres. Tout pour faire la preuve qu’Il était plus compétant que Baël… Tout le monde était au courant de la rivalité qui existait entre les deux hommes et Mary ne faisait pas exception à la règle. Heureusement que l’apprenti ne semblait suivre le cours avec autant d’attention qu’à l’habitude… d’ailleurs qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir lui. Il avait l’air de quelqu’un d’inquiet pour une raison obscure. Alors que tout le monde prenait des notes frénétiquement sur le rappel des grands duels du dernier siècle. Lee-Lee frissonna un grand coup lorsqu’il prononça le nom de Lord Voldemort. Pas un frisson dût à la température, ou à la peur. Non, elle avait eu un frisson comme si ce nom lui faisait extrêmement plaisir. Voir même presque de désir comme si le nom de Voldemort l’excitait furieusement. Et ça ne l’inquiétait même pas. C’était comme si elle trouvait ça totalement normal de presque être attiré par le nom du mage noir le plus dangereux que le monde des sorciers avait connu. Comme si la folie, la démence et la cruauté pouvait être attirant. Pourtant, habituellement, Marylee avait des envies de chaleur, de tendresse et voir même d’un peu de romantisme. Évidemment jusqu’à maintenant, elle n’avait pas frappé le gros lot parce qu’avec Baël c’était plus comme une relation amicale avec un certain plus.

    Mary pencha son regard sur son parchemin et elle se rendit compte qu’il était complètement vide. Elle n’avait pris aucune note. Peut-être parce que son bras lui faisait encore un peu mal ou parce qu’elle n’avait pratiquement pas suivit le cours, mais elle savait qu’elle devrait copier les notes de quelqu’un d’autre d’ici le prochain cours parce qu’elle sinon elle serait encore plus en retard qu’elle ne l’était déjà. Ça pourrait avoir des répercussions désastreuses sur ses notes finales. Honnêtement pour le moment, ce n’était pas le problème majeur qui tracassait Marylee.

    Maximilien : « Tiens donc…Beck qui traîne sans Gilleford ! Inimaginable… »
    Marylee : « Dégage Middle! Ce n’est pas tes affaires. Puis, je suis très bien capable de me défendre toute seule! Alors fiche le camp si tu ne veux pas manger une racler! »

    Elle le tuerait! Lee-Lee avait envie de le pousser contre un mur. De lui lancer un sort peut-être ou même de le frapper juste pour passer ses nerfs et pour lui faire comprendre que son attitude de boa constrictor qui tourne autour de sa proie ça ne le fait vraiment pas! Qu’il passe à l’attaque ou qu’il s’en passe, la jeune Gryffondor n’était pas d’humeur à attendre que monsieur Middle se décide à attaquer. De toute façon, ce n’Est pas comme si elle avait peur de lui ou quoique ce soit. Elle le trouvait simplement agaçant. Beau, mais terriblement dérangeant. Et s’il continuait son petit jeu encore un peu plus longtemps, elle ne donnait pas cher de ses hormones. La dernière fois qu’elle avait été en colère comme ça, ils avaient finis par s’embrasser langoureusement dans le milieu du corridor!

    Maximilien : « Oh…Mais c’est qu’elle mordrait presque la lionne ! Et des menaces en plus…Mais c’est pas bien, ça Beck ! Encore un peu et tu me décevrais presque ! »

    Mais qu’est-ce qu’il racontait encore celui-là? Pourquoi elle le décevrait? Que Phoebe le déçoive passe encore, c’était son amie, mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire de son attitude à elle. Puis, leur petite guerre un peu ridicule, permettait à Marylee de passer ses nerfs sur quelqu’un en bonne conscience. C’était un peu hypocrite de sa part, mais elle s’en fichait bien. Comme ça journée avait mal commencé aussi bien continuer dans cette lignée.

    Marylee : « Qu’est-ce que tu cherches à faire Maximilien! Ton spectacle de Boa constrictor ça m’exaspère. Dégage! Puis d’ailleurs, pourquoi est-ce que je te décevrais! C’est pas comme si j’avais quelque chose à te prouver! »

    Oui elle mordrait! Surtout lui. Parce que pour le moment elle n’avait pas envie de discuter! Et c’était la seule chose qu’il trouvait à faire! Vraiment cette conversation qui menait nulle part énervait Marylee. Elle se pencha pour prendre ses affaires de la main qui ne lui faisait pas mal.

    Marylee : Sérieux qu’est-ce que tu veux Max? Si on arrêtait de tourner autour du pot et tu me disais pourquoi t’es resté ici après le cours? Parce que vraiment je suis pas d’humeur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 23
3403 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations! Sam 22 Jan 2011 - 13:43

    Maximilien ne comprenait pas ce manque de réaction de la part de son meilleur ennemi. Baël Owned s’était contenté de tourner la tête lorsque le jeune serdaigle avait prononcé le nom de Lord Voldemort mais sans plus, depuis il restait parfaitement immobile et iréactifs surtout. Il ne regardait pas Maximilien, ne le cherchait pas de yeux, ne commençait pas à la provoquer. Il était…Absent, plongé dans ses pensées et on pouvait lire sur son visage un faible mélange de crainte, d’appréhension, de satisfaction et de fierté également…Autant de sentiments contradictoires qui dérangeaient Maximilien… Jamais encore il n’avait vu le jeune Owned perdre une occasion de réagir à sa supériorité, jamais il ne l’avait vu aussi morne, ennuyé et à la fois intéressé, comme si au fond de lui, il réfléchissait à quelque chose d’important…C’était presque incompréhensible. Maximilien reporta son attention sur le cours quelques instants. Le professeur citait, en prenant bien le temps d’explique chacune d’entre elle, les règles du duel à respecter pour un sorcier…Maximilien les connaissait déjà par cœur. Cependant, il profita du moment où le professeur de défense contre les forces du mal utilisa un exemple pour accréditer ses explications pour fixer à nouveau Baël et son étrange comportement. En effet, le professeur avait utilisé une situation qui mettait en scène Lord Voldemort à nouveau et cela avait fait tressaillir l’apprenti qui n’avait pu retenir un sourire : bizarre ! Si Maximilien s’était toujours douté que l’ancien vil serpentard devait être attiré par les forces obscures et par l’histoire du plus puissant mage noir de tout les temps, cela n’expliquait en rien le fait qu’ils sursaute et qu’il tremblote à l’entente de ce nom…Quelque chose de louche se tramait et sans doute Baël avait encore eu une idée machiavélique en tête et Maximilien allait devoir le garder à l’œil…Afin de ne pas se faire attraper dans la contemplation de l’apprenti, le serdaigle détourna la tête et fixa son regard à la fenêtre, réfléchissant à cette histoire, analysant le peu d’éléments qu’il avait en main…

    Ses pensées vagabondèrent assez loin, finalement. Elles ne se cantonnèrent pas longtemps à ce qui intriguait Maximilien chez les serpentard mais s’étendirent rapidement à de nombreux souvenirs, d’abord de Baël et de lui et puis finalement de Gilleford également, Beck allant finalement jusqu’à ses plus proches amis, Léo et bien évidemment Travis ce qui lui remit en tête l’épisode de ce matin qu’il avait déjà tout fait pour oublier durant cette journée mais c’était peine perdue…Il se retrouvait à nouveau plongé dans cette vision de la tombe blanche de son meilleur ami…Il ne s’aperçu que de la fin des cours lorsque la porte claque violement derrière le professeur et il se rendit compte qu’il était seul en classe. Il se leva alors pour ranger ses affaires et quitter le local mais son regard fut attiré par une silhouette à l’arrière de la salle : Marylee Sophia Beck, justement, gryffondor en sixième année ! Il n’était donc pas exactement tout seul, non, il partageait l’espace avec une fille qui le détestait et qu’il détestait…Si au début de leur relation, Marylee lui avait toujours semblée inexistante et inintéressante, le fait qu’elle soit si hautaine, amie de Jack et Baël et par la suite désagréable voire même méchante avec lui et ses amis avait fini par le pousser à répondre à ses provocations…Ce qui avait créer des étincelles à plusieurs reprises entre les deux adolescents…D’abord ce n’était que de la pure indifférence puis de la haine et maintenant s’était glissé un soupçon d’attirance entre eux…En la voyant, la seule, Maximilien eut la nette impression qu’aujourd’hui, c’était elle qui allait lui permettre de lui changer les idées…Il fit remarquer sa présence par une petite phrase provocante, prononcée sur un ton assez taquin et froid. La réponse de la gryffondor ne se fit pas attendre. Immédiatement, elle tenta de l’envoyer balader, lui rétorquant que ce n’étaient pas ses affaires si elle était seule ici, sans son meilleure amie. Dans l’absolu, elle n’avait pas tord mais Maximilien avait bien la ferme intention de poursuivre l’échange...


    MAXIMILIEN_ « Oh…Mais c’est qu’elle mordrait presque la lionne ! Et des menaces en plus…Mais ce n’est pas bien, ça Beck ! Encore un peu et tu me décevrais presque ! »

    Ce n’était pas une réplique très intelligente mais c’était celle qu’il avait trouvé…IL savait d’ailleurs que son comportement maintenant n’était pas non plus des plus brillants et en réalité, c’était surtout lui-même qui se décevait ! Ce n’était tellement pas son genre de venir chercher des poux aux autres, il détestait des disputes d’habitudes et si il s’en trouvait mêlé, c’était souvent simplement parce qu’il défendait ses amis mais lui, haïssait la simple idée d’avoir une altercation mais aujourd’hui…Aujourd’hui, il avait besoin d’oublier les choses, oublier Travis et puis, il était impensable d’avoir une simple dispute avec Marylee…Pas avec cette électricité entre eux…Ils étaient attirés comme deux aimants et Maximilien avait bien envie d’en jouer un peu aujourd’hui. Conscient et de son charme et de l’énervement qu’il faisait monter au nez de la belle rouge et or, il se mit à lui tourner autour comme un lion autour de sa proie…Amusant de constater qu’ici c’était l’oiseau qui tournait autour du lion…Mais passons…Plus il lui tournait autour, plus il s’approchait d’elle, finissant même par la frôler un minimum, attendant qu’elle réagisse enfin, qu’elle s’énerve, qu’elle parle ou même qu’elle l’attrape et l’embrasse…Tout pourvu qu’elle agisse…

    MARYLEE_ « Qu’est-ce que tu cherches à faire Maximilien! Ton spectacle de Boa constrictor ça m’exaspère. Dégage! Puis d’ailleurs, pourquoi est-ce que je te décevrais! Ce n’est pas comme si j’avais quelque chose à te prouver! »

    Oui, elle mordait ! C’était le moins qu’on pouvait dire ! Son ton était agressif, mordant mais ce qu’elle disait n’était pas non plus d’un calme absolu ! Elle était énervée et exaspérée et c’était parfait ! Cependant, elle l’avait un peu mis à mal en se moquant clairement de lui et de ses tours autour d’elle ! Tant mieux, cela lui apprendrait à essayer de jouer les méchants, serpentard, cela ne lui allait pas du tout…Alors, il s’arrêta de tourner et vint s’accouder contre un banc, pas loin de la jeune Beck, ne sachant trop que répondre…Mais la gryffondor lui enleva l’épine du pied en parlant à sa place…

    MARYLEE_ « Sérieux qu’est-ce que tu veux Max? Si on arrêtait de tourner autour du pot et tu me disais pourquoi t’es resté ici après le cours? Parce que vraiment je ne suis pas d’humeur ! »

    Maximilien fut réellement surpris par le comportement de la rouge et or ! C’était bien la première fois en des années qu’elle utilisait son prénom et même pas son prénom : son surnom ! C’était également la première fois qu’elle lui parlait avec ce ton las et fatigué ! D’ordinaire c’était elle qui l’attaquait et qui ne perdait pas une occasion pour se moquer de lui, sa manière d’être et même lorsqu’il ne faisait rien, elle venait toujours lui chercher des poux alors ce soudain questionnement doucereux surpris Maximilien et le fit changer entièrement d’optique…Peut-être n’avait-il pas envie non plus d’être agressif finalement…Il baissa alors la tête et répondit d’une voix douce :

    MAXIMILIEN_ « A vrai dire, Beck, je ne suis pas restée pour te voir après les cours ! J’ai juste été distrait et n’ai pas vu que tu étais encore là…Quant à ce que je veux maintenant… »

    Il quitta son banc et s’approcha d’elle d’un pas lent et lourd…Une fois qu’il fut bien proche d’elle, contre elle, pour être honnête, il se pencha un peu et lui murmura à l’oreille d’une voix chaude et quelque peu sensuelle :

    MAXIMILIEN_ « Je crois que tu sais très bien ce que je veux ! »

    C’était une autre sorte de jeu qui commençait maintenant !


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marylee Beck
Gryffondor
_*Loosing my mind avatar
.

Age : 22
239 messages
Amour : //

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: joyeuse, débrouillarde, intelligente, studieuse, rieuse, rancunière, têtue, passionnée, arrogante, généreuse, loyale, sociable, honnête

Absence : non
MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations! Mar 25 Jan 2011 - 6:01

    MARYLEE_« Sérieux qu’est-ce que tu veux Max? Si on arrêtait de tourner autour du pot et tu me disais pourquoi t’es resté ici après le cours? Parce que vraiment je ne suis pas d’humeur ! »

    Elle avait l’impression d’agir comme une vieille maman qui dit à son enfant d’arrêter de faire des niaiseries pour attirés son attention parce que comme ça, il s’enlignait bien plus pour une punition que pour une récompense. Marylee sourit presque à l’idée d’avoir assez de contrôle sur la situation pour pouvoir donner quoique ce soit à Maximilien, mais comme elle ne savait pas de quoi il retournait, elle ne pouvait que se permette d’espérer que ça tournerait en sa faveur. Elle n’aimait pas les mauvaises surprises et encore moins ne pas avoir le contrôle d’une situation. Marylee Sophia Beck contrôle toujours tout… du moins la plupart du temps. Elle ne pouvait pas tout contrôler pendant ces absences par exemple parce qu’elle ne savait même pas ce qu’elle faisait pendant ces périodes de temps là! C’était peut-être, un peu pourquoi elle détestait autant ça. Aussi, parce qu’elle se réveillait avec un fichu mal de bras alors qu’elle était supposé avoir dormi comme un bébé toute la nuit! Juste d’y penser la mettait de mauvaise humeur. Distraitement, elle massa son bras encore douloureux. Heureusement, plus la journée avançait, plus la douleur se résorbait d’elle-même avec un peu de chance d’ici la soirée, il ne lui ferait plus du tout mal et elle pourrait enfin avoir la tête libre. Il lui suffirait de trouver, plus tard, ce qui avait bien pue lui arriver pour avoir aussi mal. Le seul moment où elle aimait perdre le contrôle, c’était lorsqu’elle était avec Baël. Évidemment ce serait un peu trop ordinaire de sa part d’essayer de tout contrôler pendant qu’il couchait ensemble. Ce ne serait ni agréable pour elle ni pour lui. Alors que Middle s’accoudait au banc près d’elle, Marylee s’assit sur le bureau devant lui. Soudainement beaucoup plus lasse que mordant et agressive qu’au début de leur entretient. Quand elle disait avoir des sautes d’humeur, elle ne mentait pas. Il y a une minute à peine, elle était prête à le mordre et là elle en avait marre de tourner en rond et d’être toute seule avec lui sans que rien ne se passe.

    MARYLEE_« Ah, non je sais. Tu voulais me demander d’être ta partenaire de Duel pour le prochain cours. »

    Que la réponse soit positive ou négative, elle s’en fichait un peu. Lee-Lee avait le regard fixé sur Maximilien se demandant ce qui l’avait bien pousser à rester ici après le cours. Puis, se demander aussi si c’était ce qui avait fait fuit Baël de la classe dès que la cloche avait sonné. Heureusement, elle avait une période libre et pourrait surement aller voir ce qui se passait dans la tête de son ami si Maximilien pouvait bien aboutir et finir par lui dire où il s’en allait avec ses skis en plein été! Elle se surprit à penser que le Serdaigle avait vraiment de beaux yeux. Qu’est-ce qui lui arrivait? Il fallait qu’elle retrouve son aplomb, son mordant. Il fallait qu’elle redevienne elle. La dernière fois qu’elle avait eu ce genre de pensé, ils savaient tout les deux où ça les avaient menés. Rien de mieux que de se dire que quelqu’un est beau pendant une chicane pour se lancer sur lui sans honte.

    MAXIMILIEN_« A vrai dire, Beck, je ne suis pas restée pour te voir après les cours ! J’ai juste été distrait et n’ai pas vu que tu étais encore là…Quant à ce que je veux maintenant… »

    La Gryffondor regarda son interlocuteur baisser la tête légèrement avant de prendre la parole. Qu’est-ce qu’il leur prenait à tout les deux, étaient maintenant la question que Mary se posait. Jamais ils n’avaient eu une vraie conversation depuis le début de leur étude à Poudlard. Il s’approchait drôlement beaucoup d’elle. Tellement qu’il ne pouvait plus s’approcher d’avantage sans être complètement collé sur elle. Mary ne broncha même pas sur le coup et continua de le fixer comme si de rien était. Qu’il finisse sa phrase franchement. Il ne pouvait pas agir comme ça et laisser ses intensions réelles en suspend, comme un suspend une phrase avec seulement trois petits points! Il se pencha doucement vers elle et il murmura à l’oreille… Quoi? Pourquoi il faisait ça! Et, pourquoi est-ce que ça la troublait autant. Lee essaya tant bien que mal de ne pas laisser paraître son léger frisson et le laissa continuer.

    MAXIMILIEN_ « Je crois que tu sais très bien ce que je veux ! »

    Avec cette fin de phrase là… oui elle savait exactement. Finalement, ce ne serait peut-être pas Baël qui l’aurait dans ses bras aujourd’hui. Pourvu qu’ils n’en parlent pas à personne d’autre et que ça reste entre eux, Mary n’y voyait aucun problème… la jeune femme arqua un sourcil. Qu’est-ce qui se passait!? Franchement! La gryffondor repoussa Maximilien au bout de ses bras.

    MARYLEE_« Qu’est-ce qui te prends Middle! T’es perdu et tu te lances sur tout ce qui bouge? Franchement! Tu me prends pour quoi!»

    Elle avait beau dire ce qu’elle voulait et donner l’impression qu’elle ne voulait rien savoir de la proposition de Max, au fond d’elle, la rouge et or avait franchement envie de se laisser aller avec lui. Oublier tout ses problèmes. Elle l’observa encore quelques secondes. Si elle se lançait, ça changerai tout et elle le savait. Rapidement, elle fit les quelques pas qui la séparait du Serdaigle et attrapa son chandail avec force et autorité. D’accord, elle se lançait dans son jeu, elle l’acceptait avec plaisir, mais c’était elle qui commandait. C’était elle qui avait le contrôle de la situation. Lee-Lee tira le visage de Max vers le siens et l’embrassa sauvagement. Signe qu’elle lui donnait son approbation. Que la prochaine heure qu’elle avait, elle lui accordait finalement bien volontiers. Par contre, d’être si proche de lui la rendait complètement folle, comme si son sang bouillait dans ses veines. D’ailleurs, elle n’avait même plus conscience qu’elle se trouvait dans la classe de défense contre les forces de mal. Pour le moment, il n’y avait que leurs deux cours et cette électricité tant particulière qu’il y avait entre eux depuis le soir où ils s’étaient embrassés. Elle avait envie de se pressé d’avantage contre le corps du bleu et argent, de lui retirer ses vêtements en entier, mais elle voulait voir avant, jusqu’où lui était prêt à aller. Qu’il se prouve un peu. Il avait commencé le jeu, qu’il embarque pour vrai…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Qu'éclatent les provocations!

Revenir en haut Aller en bas
Qu'éclatent les provocations!Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

1er étage

 :: 

Classe de défense contre les forces du mal

-