Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Intrigue n° 2.0 | Le RPVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Appelo Mor†em
Compte Administratif
avatar
.

Age :
122 messages
Amour :

Absence :
MessageSujet: Intrigue n° 2.0 | Le RP Mer 24 Nov 2010 - 20:19

    Se lever très tôt le matin était une chose que Timothé avait bien de la difficulté à faire en temps normal. Mais depuis un bon moment, c'était devenu un automatisme qui déroutait fortement ses camarades de dortoir, eux qui auparavant devaient user de tous les moyens possibles pour réveiller le garçon. Lorsque les autres ouvraient enfin les yeux, vers six ou sept heures, ils apercevaient le jeune Smith installé près de la fenêtre, perdu dans ses pensées tout en contemplant le parc en bas. On devinait ainsi qu'une chose le tracassait, mais comme on le disait souvent, savoir ne signifie pas comprendre. Et comme de fait, on n'osait pas vraiment confronter Timothé qui faisait preuve d'une réserve et d'une agressivité qu'on ne lui connaissait pas chaque fois qu'on abordait le sujet. Il n'avait pas envie d'en discuter, et ses amis l'avaient compris assez vite. Le serdaigle avait bien essayé, au début, de confier ses craintes aux personnes proches de lui, mais ça avait toujours échoué, sans vraiment qu'il trouve la source du problème. Et comme à tous les matins ce jour-là, le sorcier était déjà en uniforme et prêt à descendre dans la salle commune où il devait rejoindre Maximilien, Léo et Travis. Et ça ne l'enchantait guère, contrairement à d'habitude. Avec Maximilien et Léo, ça allait toujours, mais c'était Travis qui posait problème. Il ne l'aimait pas et savait pertinemment que c'était réciproque. Sauf que voilà, pour ne pas devoir subir les tentatives de réconciliation des deux autres, ils faisait comme si de rien était. Et cette situation devenait de plus en plus complexe à gérer puisque les deux serdaigles semblaient tendus. Ni l'un ni l'autre n'avaient assez d'énergie et de temps à consacrer à cette mascarade. Donc ils s'évitaient le plus possible de peur que Maximilien ou Léo découvrent le pot-aux-roses. Timothé soupira un bon coup et chassa toute négativité de son esprit. Aujourd'hui était un jour de fête, et surtout un jour très important pour les deux femmes de sa vie: Eloïse et Julia. L'une qui se trouvait à être sa petite soeur, son propre sang, sa perle. Et l'autre sa petite-amie, son ange descendu du ciel, et sa source de bonheur inépuisable. Gryffondor jouait contre Poufsouffle, et bien entendu que le Serdaigle serait là afin de soutenir ses deux chéries. Il ne s'était pas encore tout-à-fait réconcilié avec Eloïse, mais peut-être le simple fait de savoir son frère présent pour la soutenir suffirait à les rapprocher de nouveau. C'est dans cette optique plutôt réjouissante que Timothé dévala les escaliers à une vitesse fulgurante pour se retrouver face au trio infernal. Aucun ne dit un mot, de simples signes de tête suffirent et c'est dans un silence complice que les quatre bleus et bronze se rendirent à la Grande Salle. Leur arrivée créa encore une fois l'émoi parmi les élèves déjà présents, il fallait dire que le quatuor qu'ils formaient ce matin-là n'était pas désagréable à observer pour les jeunes filles, si on ne se préoccupait pas du teint affreusement pâle de Timothé ou de l'air blasé de Travis. Le septième année délaissa ensuite les trois autres pour se diriger vers la table des gryffondors, où il avait aperçu ses deux joueuses de Quidditch préférées. Au moins, la perspective de les regarder filer sur leurs balais et remporter le match redonnait un semblant de sourire à Timothé, qui commençait à se dire que ce qui lui arrivait n'était peut-être pas si pénible. Après tout, dans un monde où la magie est présente, les phénomènes anormaux sont considérés comme presque'anodin par la plupart des sorciers.

    Julia se montre très réceptive à la visite de Timmy, de même que la majorité des joueurs de l'équipe. Il serra un moment sa dulcinée, lui murmurant à l'oreille que tout était bien, et qu'il ne la quitterait pas des yeux. Lenny n'avait qu'à bien se tenir, car s'il blessait l'une de ses protégées, il n'allait pas apprécier la vengeance du serdaigle. Lorsqu'il eut déposé un dernier baiser sur les lèvres de Julia, il se tourna vers sa soeur qui sembla soudainement s'intéresser à son porridge, plus qu'à l'habitude en tout cas. À défaut de le fâcher, ça le fit plutôt marrer, car il reconnaissait bien là l'orgueil légendaire des Smith. Trait de caractère dont ils avaient tous deux hérité, et qui les empêchait de faire les premiers pas pour se réconcilier. Le septième année abandonna la partie sans broncher et revint tranquillement vers sa table, prenant place à la droite de Maximilien. Les discussions allaient bon train, et toutes étaient orientées vers le Quidditch, comme à chaque avant-match. Les paris étaient ouverts, car c'était deux bonnes équipes qui s'affrontaient. Mais comme Timothé avait une énorme préférence pour l'une d'entre elles, il détestait qu'on insulte les gryffondors, surtout dans un moment où il était sur les nerfs. Et disons que ces derniers temps, sa susceptibilité était plus que jamais présente, voire même continuellement là. Et il s'en fallut de peu qu'une guerre éclate après qu'un troisième année eut par mégarde laissé entendre que Julia devrait plutôt s'en tenir au poste de spectatrice. Timothé s'était levé, brandissant son poing en direction du garçon, et Léo avait dut intervenir et sortir de la Grande Salle avec lui avant que Tim lui saute dessus. Les deux amis se rendirent directement dans les gradins du terrain de Quidditch, question de prendre un peu l'air et de calmer l'agressivité de Timothé. Ce dernier semblait lui-même étonné de son comportement, mais laissait couler en se disant que ça passerait. Il essayait de le croire, mais en doutait de plus en plus, surtout lorsque ses propres amis commençaient à craindre ses réactions démesurées. Mais agissant en bon compagnon, Léo ne prononça aucun reproche, ni aucune parole qui laissait entrevoir qu'il s'inquiétait. Et Timothé n'avait pas tellement envie de gâcher le match en confiant ce qui lui arrivait. Ils restèrent donc côte-à-côte durant environ une heure, et virent les estrades se remplir graduellement. Le garçon sortit de ses pensées au moment où le coup de sifflet annonçant le début du match retentit dans ses oreilles. Attentif, il suivait des yeux les moindres mouvement de Julia, mais trichait quelques fois afin d'observer les prouesses de sa soeur, qui se débrouillait drôlement bien. Son poste de poursuiveuse lui allait à merveille, mais il n'eut malheureusement pas le loisir de l'admirer très longtemps puisque Bartemius Croupton décida qu'il était temps de passer à l'action.

    Tout se passa très vite. Le regard brillant et heureux de Timothé s'était transformé en quelque chose de cruel, de presque fou. On aurait dit un psycopathe, mais par chance personne ne s'en était rendu compte. Ses mains tremblaient d'excitation tandis qu'il pointait discrètement la baguette de son possédé vers la jeune Smith. Un autre drame, une autre mort... un meurtre camouflé en accident, le plan parfait. Une autre rouge et or en moins dans ce monde... il prononça mentalement une formule magique qui devait avoir trop souvent servi dans le passé, et soudainement, ce qui devait arriver arriva. Le balai d'Eloïse se mit à bouger dans tous les sens, et à essayer de la faire tomber. La pauvre tenta en vain de s'accrocher au manche, mais ce dernier lui assena un coup de point violent au menton et elle tomba dans le vide, hurlant à pleins poumons le nom de son frère, probablement le premier qui lui était venu à l'esprit sur le coup.

    « TIIIIIIIIIIIIIIIIIIM ! »

    À ce moment, un phénomène étrange se produisit. Peut-être que le lien qui unissait les deux Smith, un amour puissant et indestructible, dans la vie comme dans la mort, était si fort qu'il réussit à briser le pouvoir qu'exercait Barty sur l'esprit de Timothé. Il ne fallut que quelques secondes avant que le garçon revienne brusquement à lui, et qu'il aperçoive Eloïse à quelques mètres seulement d'un impact mortel avec la pelouse. Il ne prit même pas le temps de réfléchir, et tandis que les flashs des moments partagés avec sa soeur lui revenaient en tête, le serdaigle brandit sa baguette et sauva de justesse Eloïse. Ce ne fut qu'ensuite qu'il se demanda pourquoi il avait été le premier à le faire, que faisaient donc les professeurs à ce moment-là ? Ce moment lui avait sembler durer une éternité alors qu'en fait un quart de seconde à peine s'était écoulé. Et Bartemius n'était pas encore tout à fait disparu, si bien qu'il ne se rendit pas compte que Timothé pourrait l'entendre lorsqu'il prononça une phrase qui le dénoncerait à coup sûr.

    « Barty Croupton Jr. n'en a pas fini avec toi, petit imbécile... »

    Timothé figea, complètement sous le choc. Qui avait parlé ? Est-ce que ça s'adressait à lui ou à quelqu'un d'autre ? Barty Croupton Junior... n'avait-il pas déjà rêvé à lui ? Ces questions le rongeaient de l'intérieur, et il en avait oublié Eloïse que les professeurs avaient secourus et emmené à l'infirmerie tandis que le match continuait. Il n'entendit pas non plus les cris provenant de ses amis, qui le suppliaient de revenir, de ne pas partir. Ils devaient s'inquiéter de le voir dans un tel état, et ils avaient raison à un point tel qu'aucun d'eux n'aurait du le laisser partir. Car lorsqu'il découvrirait la vérité... dieu seul savait ce qu'il ferait. Laissant ses pas le guider vers l'endroit qui répondrait à ses questions à coup sûr, Timothé s'arrêta et reprit conscience devant les portes de la bibliothèque, complètement vide à cette heure puisque le match se poursuivait. Seule une autre personne le regarda entrer sous un regard suspicieux, elle qui ne devait pas s'attendre à voir quiconque avant la fin de la matinée. Et encore là, seuls les élèves studieux s'y rendraient un samedi aussi ensoleillé. Mais pourtant, la bibliothécaire connaissait si bien le jeune serdaigle qu'elle se tut et le laissa aller où il le souhaitait. Le garçon chercha donc des livres anciencs racontant les époques sombres du monde sorcier. Pas besoin d'aller dans la réserve puisque les événements étaient si lointains, et si connus, que personne ne pouvait plus les dissimuler. Quoi que dans l'esprit de Timothé, Harry Potter et toute son histoire semblait assez irréelle. Il réussit néanmoins à dénicher un livre énorme et poussiéreux, qui racontait les pires époques qu'à connu le monde sorcier jusqu'à aujourd'hui. Il passa le reste de la journée à feuilleter les pages, bien décidé à trouver ce qu'il cherchait. Et tout au fond de lui-même, Timothé était convaincu qu'il saurait. Et qu'il comprendrait enfin.

    Ce n'est que lorsque le soleil commença à disparaître par delà les montagnes que le jeune homme étouffa un cri de stupeur. Il avait enfin trouvé. Voldemort, le mage noir le plus terrible de tous les temps et qui avait commis des atrocités impensables. On le nommait lui, mais également ses accolytes les plus connus. Parmis eux se trouvaient Lucius Malefoy, Bellatrix Lestrange, Bartemius Croupton Junior... attendez un peu ! Avait-il bien lu ? Bartemius Croupton, la même personne qu'il avait entendu dans son esprit un peu plus tôt, celui-là même qui l'avait fait douter de sa santé mentale pendant des mois... avait bel et bien existé ? Il ne s'agissait donc pas d'une machination de sa conscience... et tout d'un coup, le problème en entier devint clair. Barty Croupton, ce dangereux psychopathe, était en lui. À l'intérieur de son corps, quelque part. Et c'était lui qui prenait le contrôle et lui faisait faire n'importe quoi à son insu. Les disputes avec ses amis, ses retenues sorties de nulle part, les armoires folles dans la salle des trophées, Eloïse qui tombait de son balai... c'était donc ça ! Mais pourquoi diable un mangemort décédé depuis plus de deux-cent ans refaisait surface en lui, et pas en quelqu'un d'autre ? Et comment on se débarrassait d'un esprit malveillant ? Et parle de ça à quelqu'un était tout bonnement impensable... on l'enfermerait dans l'aile psychiatrique de Ste-Mangouste jusqu'à sa mort. À moins que...

    « Tim ? Ça va ? Pourquoi t'es parti aussi vite ? »

    « Tu m'as suivi jusqu'ici ? Putain Léo, fiche-moi la paix ! »

    En disant ces mots, il avait brusquement refermé le livre, l'avait fourré dans son sac et avant que son ami puisse répliquer quoi que ce soit, avait filé rapidement vers la sortie. Parlé à qui que ce soit était inutile, et il n'avait pas envie que les gens aient peur, qu'ils le fuient... il devrait se battre, c'était un fait. Se battre contre ce monstre qui avait choisi son corps comme façon de revenir se venger. Timothé ne le laisserait pas faire... surtout si ce mangemort se mettait à s'en prendre sans raisons aux personnes qu'il aimait. Mais comment venir à bout d'un esprit malveillant ayant élu domicile dans son propre esprit ?


@ RP à Timothé N. Smith @

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Intrigue n° 2.0 | Le RPVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

4ème étage

 :: 

La bibliothèque

-