Appelo-Mortem
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Nobody Knows [FINI]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Laura P.Owned
Admin | Serpentard
La vie réserve parfois de belle surprises. avatar
.

Age : 24
1696 messages
Amour : Une langue de Plomb.

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Exécrable la plupart du temps

Absence :
MessageSujet: Nobody Knows [FINI] Jeu 9 Déc 2010 - 11:45

Prio Maximilien

    Laura eut un sursaut, elle entendait des bruits dans son dos…Non ce n’était pas possible, elle avait vérifier toutes les rondes, personne ne devait passer à cet instant là! Elle devait simplement venir, trouver une coupe un peu poussiéreuse que personne ne toucherait jamais, puis la transformer en…Bon dieu, mais il s’agissait vraiment de bruit de pas, elle n’était pas seule dans cet ailes du château. Elle reposa doucement la coupe avec un soupir agacé, pourquoi fallait-il que les êtres humains soient aussi imprévisibles? C’était pas possible ça, ils avaient des heures à respecter, et voilà que quelqu’un venait dans sa direction! En tout cas, préfets, professeur ou élèves n’avaient pas le droit de se mettre en travers de sa route! Jamais, elle les éliminerait si il le fallait, et avec plaisir, toute cette bande de crétins répugnants…
    Les bruits de pas s’arrêtèrent aussi soudainement qu’ils avaient commencé, Laura reprit donc en main la coupe qu’elle avait choisit, la faisant tinter sur celles qui se trouvaient à proximité, il s’agissait d’une coupe attribué au club de bavboules…Club de bavboules mais qui avait eu l’idée d’inventer des clubs de bavboules…Et pire encore des compétitions, que l’idiot qui s’était levé un matin avec cette idée soi disant lumineuse se dénonce! Non vraiment, Laura en était sûre, personne, jamais personne ne s’intéresserait à cette coupe, ou ne saurait qu’elle existe tout simplement.
    Laura eut un sursaut en entendant de nouveau des bruits de pas, et dans un réflexe totalement humain lâcha la coupe qui percuta le sol dans un bruit assourdissant. Elle se maudit intérieurement, dans la journée la chute de cette coupe serait passé totalement inaperçu, tout simplement parce que les élèves faisait plus de bruit qu’un troupeau d’éléphant qui décide de barrir et taper des pieds en même temps, mais la nuit, dans le silence du château…Dans le silence limite angoissant, et pesant du château, Laura avait tout simplement envoyé un signal à toutes les personnes présentes: Venez pas ici, je suis là, et je n’attend qu’une seule chose que l’on me cueille!
    Mais la maladresse faisait partie de l’être complet de Laura, tout le temps en train d’échapper des trucs, ou encore de lancer des secrets…Non ca elle le faisait exprès…Dans le genre langue de vipère on ne faisait pas mieux. Bref quoi qu’il en soit il fallait absolument qu’elle se cache si elle ne voulait pas qu’on la trouve. Elle tourna brutalement les talons et se mit derrière la première chose qui apparaissait à savoir une vieille armures. De ce point de vue là, elle avait la possibilité de voir l’entrée de la salle des trophées, mais elle avait également la possibilités de se replier, tout en restant invisible aux yeux de celui ou de celle qui allait très certainement bientôt apparaitre.
    La main de Laura attrapa dans un réflexe sa baguette, sa concentration monta encore d’un cran, et elle attendit dans le noir…Elle se rendit compte avec horreur, qu’elle avait oublié de ramasser la coupe, et que par conséquent la personne saurait qu’elle était par là, quelle idiote elle était! Elle allait sortir de sa cachette lorsqu’une personne rentra dans la salle, et Laura eut la respiration coupé.

    Elle connaissait cette chevelure châtain clair, et ce visage angélique. Il s’agissait de Maximilien Middle, un Serdaigle. Maximilien était un des ennemi de son frère, et jusqu’à il y a très peu de temps, il était également le sien, mais désormais elle ne savait pas quoi penser de lui. Pourtant, elle avait une irrésistible envie de lui lancer un sortilège de doloris. Elle sorti donc de sa cachette, baguette tendue.


      -Tu n’aurais pas dut venir ici Maximilien, pas ce soir…Ta curiosité te perdra!


    Laura entendit ses paroles, sans forcément en saisir le sens, elle avait même l’impression que ce n’était pas sa voix, qu’elle agissait comme une automate, et elle sentait une haine indescriptible grandir dans ses veines, mais ce n’était pas sa haine, c’était comme si elle était étrangère à elle-même, comme si elle ne contrôlait plus rien. Et Laura eut l’impression qu’elle allait faire quelque chose de relativement horrible à Maximilien si elle ne parvenait pas à se calmer, mais pourtant rien ne freinait cette haine, absolument rien…
    Pourtant, au dernier moment, alors qu’elle croyait qu’elle allait lui lancer le sortilège de la mort en pleine face, elle parvint à reprendre un peu le contrôle de ses émotions, elle réussit à repousser une part de cette haine, et se contenta de lancer un sort mineur, ou en tout cas, un sort mineur en magie noire


      -DIFFINDO!


    La lumière s’échappa de sa baguette, mais par chance pour Maximilien, Laura, trop aveuglé par la rage quelque secondes plus tôt n’avait pas réussi à ajuster correctement son tir, le sort lui frôla l’oreille droite et toucha une autre armure qui tomba au sol. La rage reprit possession de Laura, sans qu’elle se l’explique, elle voyait le visage de Maximilien, elle savait qu’elle ne souhaitait absolument pas faire ça, mais elle sentait également qu’elle devait le faire, comme si elle avait reçu un ordre direct de Salazar lui-même. Et elle ne pouvait lutter contre ça, ou en tout cas, elle n’y parvenait pas, mais quelque part elle espérait secrètement que Maximilien se rendrait compte du combat, et du désespoir qui faisait rage dans sa boite crânienne, alors qu’elle lançait pour la deuxième fois l’un des pires sortilèges qu’elle connaissait.


_________________


☐ SINGLE ☑IN A SECRET LOVE WITH HUGO GARNALIEL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 24
3404 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Ven 10 Déc 2010 - 14:58


MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

    LEO_ « Tu feras attention, hein Max ? Parce que je n’aime pas te savoir seul, dans les couloirs la nuit. J’ai tellement peur qu’il t’arrive quelque chose depuis que…Enfin…Tu vois… »
    MAXIMILIEN_ « Oui, Léo…Je vois ! Ne t’inquiète pas, j’ai pris ma baguette et il ne m’arrivera rien ! »

    Maximilien baissa la tête et contempla son dortoir. Combien de soirées n’avaient ils pas passés ainsi à plaisanter avant que Maximilien ne doivent aller faire sa ronde de préfet puis de préfet en chef…Mais avant ils étaient trois : Léo, Maximilien et Travis. Ils rigolaient ensemble, s’amusant, jouant, se taquinant et lorsque le petit serdaigle aux lourdes responsabilités partait, c’était à deux amis qu’il disait au revoir, deux amis qu’il embrassait, deux amis qui lui manquaient déjà, à peine avait il fermé la porte et maintenant…Ce n’était plus qu’à un ami et rien n’était plus comme avant, non rien du tout ! Avant Léo et Travis se moquaient de Maximilien qui devait toujours partir et le taquinaient en disant qu’ils allaient s’amuser sans lui et Maximilien rallait de devoir partir, il fermait la porte la tristesse au cœur et la hâte de revenir. Aujourd’hui, il partait vide de sentiment car même si il était resté, Léo et lui se serait contenté de dormir…A l’époque où Travis était en vie, ils n’avaient pas forcément besoin de sa présence pour s’amuser mais aujourd’hui, c’était à chaque fois comme si il manquait une partie d’eux même et même si ils avaient commencés à faire leur deuil, même si ils se remettaient doucement de cette perte, les moments habituels durant lesquels Travis avaient toujours été là et en particulier le soir, lors du couché, rien ne se passait comme prévu, rien n’était simple et tout changeait considérablement. Ainsi, Maximilien partait faire sa ronde sans plus rien regretté et Léo qui d’ordinaire s’amusait de se départ et continuait à rigoler ensuite se mettait à trembler, peu joyeux de voir son ami partir en le laissant seul mais également inquiet, très inquiet avec les évènements d’aujourd’hui de savoir que Maximilien se baladait seul…sans défense dans le château ! Il avait peur de ne jamais le voir revenir, de perdre un second ami, de perdre ce qui lui restait et si Maximilien comprenait cette peur parce qu’il avait la même dès que Léo, maintenant, s’éloignait trop, il avait parfois l’impression d’être étouffé et sortait de la chambre, un peu soulagé de pouvoir respirer…

    Aujourd’hui ne fit pas exception, après un câlin à son ami, il avait enfilé un sweat-shirt et était parti, sa baguette sans la poche, prenant bien soin de souhaiter bonne nuit au jeune Sanchez et à fermer la porte derrière lui. Il n’avait pas osé dire à Léo qu’il avait échangé ses rondes avec un autre préfet parce que sinon le serdaigle se serait encore plus inquiété de le voir partir dans une aile du château qu’il n’avait pas l’habitude d’exploré la nuit ! En effet, Maximilien était généralement proposé soit aux cachots soit le parc et le rez-de-chaussée soit aux tours, septième étage et sixième étage. Cette semaine, il était censé patrouillé dans les tours et dans les deux derniers étages seulement…Il y avait quelqu’un dans le sixième étage, quelqu’un que Maximilien souhaitait éviter le plus possible : Loréana Wilde…L’ironie était que si il avait été chargé à la base de ces étages là, c’était, suite à une bonne centaine de manigances de sa part, pour spécialement avoir la chance de croiser la jeune professeur de potion dans les couloirs mais aujourd’hui, après ce qu’il lui avait fait, la tromper, la faire souffrir, il préférait éviter de remuer le couteau dans la plaie en lui imposant sa présence…Les deux semaines précédentes, il avait su l’éviter puisqu’il faisait les cachots puis le parc mais maintenant…Alors il avait demandé au préfet en chef de poufsouffle d’échanger avec lui et ce dernier, plus que content de changer un peu, n’avait pas hésité une seconde à accepter et avait expliqué à Maximilien, qui avait fait de même pour lui, l’itinéraire à suivre et ainsi, Maximilien s’était retrouvé avec le premier et deuxième étage sur le dos !

    Après deux heures de patrouilles au premier étage, étant entré dans toutes les salles ouvertes, Maximilien n’avait trouvé personne ce qui le soulagea car il n’avait pas envie, ce soir, d’entendre les explications vaseuses d’un élève quelconque et encore moins de devoir le sermonner. Il était assez épuisé et n’avait qu’une seule envie : retrouver son lit, ses rêves et pouvoir rejoindre au Morphée au pays du sommeil…Malheureusement et bien…il lui restait tout un étage à faire…Il se mit donc en marche, prenant bien soin de passer part les toilettes de mimi gémiarde comme lui avait indiqué l’autre préfet. Il faisait sombre dans le château et comme toujours, la seule lumière dont Maximilien disposait c’était sa baguette, éclairée d’un faible lumos…Enfin, il allait bientôt pouvoir l’éteindre, dès qu’il serait dans son lit, maintenant que sa ronde était terminé…Enfin, presque…Il n’était pas encore passé par la salle des trophées ! Bah il allait se contenter de pénétrer à l’intérieur, cela suffirait largement ! Pas besoin de faire le tour ! Sa baguette allumée, il se dirigea donc vers la salle, poussa la porte lorsqu’un bruit attira soudainement son attention : un bruit de coupe tombée par terre ! Génial, pensa-il, quelqu’un à l’intérieur ! Ne pouvait-il donc jamais passer une ronde tranquille, sans petit galopin ? C’était donc impossible ? Il s’avança alors un peu plus, intensifiant la lumière de sa baguette afin de pouvoir voir un peu plus loin que le bout de son nez mais rien…Personne ! Maximilien fronça les sourcils et s’avança alors un peu plus, pas à pas, restant sur le qui vive jusqu’à ce que…Tout d’un coup, une silhouette sortit de sa cachette, derrière une armure et se dressa devant lui ! Maximilien fit d’abord un petit saut en arrière, surpris par cette soudaine apparition et dirigea son faisceau de lumière vers la personne en face de lui, c’était Laura Owned, la sœur de son pire ennemi ! Maximilien acquiesça un petit sourire soulagé. Laura et lui n’étaient plus ennemis depuis un bon moment, sans dire qu’ils étaient amis, ils se contentaient d’être de bonnes connaissances mais ce bien sûr bien cacher du regard de Baël ! Il voulut alors saluer Laura, se décidant à ne pas lui enlever de point, mais la serpentarde fut plus rapide que lui et s’adressa à Maximilien d’une voix qu’il ne lui connaissait pas :


    LAURA_ « Tu n’aurais pas dut venir ici Maximilien, pas ce soir…Ta curiosité te perdra! »

    Le jeune serdaigle n’eut même pas le temps de comprendre le sens des paroles de la verte et argent que celle-ci avait déjà levée sa baguette, le regardant d’un air mauvais voire même haineux qui d’un seul coup d’œil aurait presque put le tuer et sans que Maximilien ne puisse agir, elle avait dirigé sa baguette dans sa direction et avait hurlé :

    LAURA_ « Diffindo »

    ]Heureusement grâce à l’obscurité, Laura avait mal visé et Maximilien, grâce à ses bons réflexes, s’était légèrement bougé lorsque l’éclair de lumière avait fusé dans sa direction, le sort ne fit que lui frôler l’arrière bout de l’oreille sans même le couper…Il soupira alors et brandit sa baguette et alors que le second « diffindo », sort de découpe, était déjà hurlé par Laura et fusait dans sa direction, Maximilien leva sa baguette et hurla :

    MAXIMILIEN_ « Protégo »

    Immédiatement, une petite bulle se créa autour de lui et le sort ricoché alors pour aller frapper une des coupes en métal, n’ayant aucun effet sur cette dernière. Maximilien vit alors très rouge et jeta un rapide coup d’œil à Laura : elle n’était pas dans son état normal et si il ne faisait rien, elle allait le ré-attaquer immédiatement. Il lui fallait agir alors, sans attendre plus longtemps, il redressa à nouveau sa baguette et hurla :

    MAXIMILIEN_ « expeliarmus ! »

    Immédiatement Laura fut désarmée et sa baguette vola quelques mètres plus loin. Maximilien remercia intérieurement le ciel d’être un peu plus âgé que la sorcière en face de lui et donc quelque peu plus expérimenté parce qu’avec la haine qu’elle avait en elle, elle aurait pu le tuer avec un peu plus de force magique. Mais, elle n’était pas neutralisée et la voyant se diriger vers lui, il leva à nouveau sa baguette et prononça précipitamment :

    MAXIMILIEN_ « Répluso ! »

    Envoyant ainsi Laura valsée contre le mur d’en face. Il avait peur de l’avoir trop blessé mais craignait aussi un piège si il allait voir si elle allait bien…Il resta alors sur place, baguette pointée vers elle, attendant qu’elle se relève pour voir sa réaction…



Bon c'est pas excellent mais je voulais te répondre avant de partir!


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura P.Owned
Admin | Serpentard
La vie réserve parfois de belle surprises. avatar
.

Age : 24
1696 messages
Amour : Une langue de Plomb.

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Exécrable la plupart du temps

Absence :
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Sam 11 Déc 2010 - 20:21

    La haine est un sentiment horrible, pour celui qui la reçoit, mais également pour celui qui la donne. Etre haineux fatigue et rend malade. Personne ne sort d’une haine indemne, jamais. Ou alors, c’est que cette personne est particulièrement mauvaise et n’a jamais connu le repos de l’amour et de l’amitié. Laura avait connut ce repos, et elle le regrettait déjà, mais elle n’y pouvait rien, car il y a une autre particularité à la rage, on ne parvient pas à redescendre sur terre sans un bon électro choc. La haine a la capacité idiote de s’alimenter elle-même, sans que personne ne vienne l’y aider, elle le fait c’est tout. Elle grandit, et si personne ne l’arrête elle peut détruire des gens.
    Laura était dans cet état d’esprit là, elle avait la rage, et elle n’aimait pas ça, mais pourtant l’adrénaline qui monta dans ses veines la poussa. Dans l’était ou elle était, et si Maximilien n’avait pas été plus fort qu’elle car plus expérimenté, Laura aurait très certainement put le tuer, le déchirer en plusieurs morceaux, sans aucun remords, mais le problème c’était toujours le lendemain quand elle se réveillait.

    Elle entendit vaguement Maximilien formuler un sort de protection, puis enchaina presque immédiatement par un sort de désarmement, la baguette en bois de ronce de Laura s’envola dans la pénombre, et elle eut le réflexe humain de la chercher des yeux, ne faisant plus attention à son ennemi. Mais il fallait comprendre, elle était une sorcière, enlever quelques heures sa baguette à un sorcier et il est perdu, surtout dans un combat, soyons logique, mais en plus, elle était désordonné ces temps-ci, elle ne faisait plus attention à rien, et son état n’allait pas en s’arrangeant. Quoi qu’il en soit, elle ne se rendit compte qu’elle aurait dut plutôt se mettre à couvert pour éviter les sorts, bien mérités, de Maximilien que lorsque ce dernier l’envoya valser à l’autre bout de la pièce.
    Elle s’envola telle une poupée de chiffon, et durant le vol, elle se permit un petit cri de surprise, puis avant qu’elle n’ai put faire quoi que ce soit, elle percuta violement le mur dans un bruit sourd, elle sentit la douleur dans tout son corps, et l’espace d’une seconde un voile noir passa devant ses yeux, elle perdit connaissance, et c’est certainement à ça qu’elle dut son salut, et qu’elle put sortir de l’état dans lequel elle se trouvait. L’état d’imperium tout simplement.


    Laura ouvrit les yeux, et la première pensée qu’elle eut fut de maudire le mal de tête qu’elle avait, puis elle se rendit compte qu’elle ne se trouvait pas dans son dortoir, comme elle aurait dut l’être. Une panique sourde s’empara d’elle, elle entendit ses oreilles bourdonner, ca recommençait, elle se réveillait au milieu de nulle part, sans savoir comment elle était arrivé là, sans savoir ce qu’elle faisait, et pour quelles raisons elle était là tout simplement… Elle se redressa sur ses coudes, s’arrachant un petit cri de douleur et constata qu’elle était encore dans son uniforme scolaire, puis elle remarqua autre chose, quelque chose d’encore plus angoissant que ce qu’elle avait vécu jusque là.
    Les autres fois, lorsqu’elle se réveillait au milieu de nulle part, sans savoir comment elle était arrivé là, elle était toujours seule, dans els couloirs, dans le parcs, elle n’avait jamais croisé personne, et puis surtout elle n’avait jamais été blessé. Mais là, en face d’elle se trouvait un élève. Elle plissa els yeux et se rendit compte qu’il se tenait en position de défense, baguette tendue…En se concentra bien, elle reconnut Maximilien, un jeune serdaigle avec qui ses relations s’étaient considérablement amélioré ces derniers temps. Elle parvint à se relever en se tenant au mur, et lui lança un regard interrogateur. Comme si enfin elle allait avoir des réponses à toutes ces questions.

      -Max! Mais qu’Est-ce qu’on fait là?


    Maximilien pouvait bien choisir de ne pas croire Laura, de ne pas croire qu’elle était réellement perdu. Du moins par ses paroles, car si il pouvait lire sur les visages aussi facilement que le faisait Laura il aurait vu la surprise, le désespoir, l’envie de savoir…Laura n’était plus qu’un tourbillon de sentiment contradictoire qui se faisaient face, et elle ne savait pas vraiment laquelle choisir…
    Elle eut ensuite un regard sur la pièce, et elle eut l’impression qu’un duel venait juste d’avoir lieu, des coupes étaient tombé au sol ainsi qu’une armure, elle porta par réflexe ses mains à sa bouche, comme une enfant prise en faute.


      -Mais…Qu’Est-ce qu’il s’est passé ici?


    Laura sentit que les larmes montait en elle alors qu’elle cherchait sa baguette, et qu’elle se rendit compte qu’elle ne l’avait plus, et que ca ne voulait dire qu’une seule chose…Les personnes qui s’étaient battu dans la salle des trophées ce soir, ce n’était pas une bande d’élèves au testostérones qui les démangeait, mais bel et bien Maximilien et elle. L’horreur de la chose lui arracha un regard désolé, Maximilien ne lui avait jamais rien fait, et elle savait qu’il était un garçon plein de cœur. Non, le problème c’était elle, c’était toujours elle, toujours elle qui entrainait des événements tous plus improbables les uns que les autres…
    La culpabilité chassa bien vite l’horreur, elle ne savait pas ce qu’elle avait tenté de faire à Maximilien, mais vu l’état de la salle, elle n’avait pas été très gentille, elle chercha une nouvelle fois sa baguette des yeux, attendant une réaction de la part de Maximilien, qu’il s’énerve, qu’il la traite de folle comme son frère l’avait fait avant lui, qu’il l’amène dans le bureau du directeur, qu’il fasse quelque chose, n’importe quoi…Mais que par pitié le silence qui s’était installé entre eux cesse, elle n’en pouvait plus de ce silence. Elle avait els nerfs à vif, elle avait l’impression que ça faisait des nuits et des nuits qu’elle n’avait pas dormi, et pourtant elle n’avait pas le souvenir de sortir de son dortoir. La fatigue, plus l’angoisse avait fait d’elle un zombie vivant…Elle faisait presque peur à voir.


      -Max…Je suis désolé…Quoi que j’ai fait, je suis désolé, je te jure que je ne le voulais pas, je te le jure, crois moi je t’en prie!


    Bizarrement, elle avait peur qu’il parte, qu’il parte sans lui donner d’explications, que comme d’habitudes les réponses qu’elle attendait prennent la poudre d’escampette. Mais elle ne pouvait pas non plus se résoudre à avancer vers lui…Elle avait bien trop peur qu’il ne le prenne mal…


_________________


☐ SINGLE ☑IN A SECRET LOVE WITH HUGO GARNALIEL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 24
3404 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Mer 15 Déc 2010 - 18:21

    La confiance est un sentiment particulier et bien que le mot le désignant est souvent utilisé à tord et à travers la réalité du ressenti est beaucoup plus rare et précieux que ce que le monde peut penser. Avoir confiance c’est croire en l’autre, être capable d’accréditer ses dires, accepter qu’il dise la vérité, qu’il ne mente pas mais également pouvoir se confier car on possède au fond de nous la certitude que l’autre ne se moquera pas ni ne dévoilera notre peine ou nos secrets. Avoir confiance c’est savoir que l’autre est juste et correct, savoir que l’on peut lui raconter nos douleurs, nos peines mais c’est aussi lui confier des tâches qu’il sera capable d’accomplir. Avoir confiance a également plusieurs niveaux. La confiance peut se borner à écouter et croire les paroles ou aller jusqu’à se confier voir jusqu’à confier sa propre vie à l’autre…Tout dépend des gens. Mais la confiance n’est pas facilement accordé ni facilement gagner. Il faut la mériter, prouver que l’on en est digne, prouver que l’on peut porter cette charger et l’assumer mais une fois qu’on la perd, si jamais on trahit cette confiance…A moins d’avoir une bonne excuse, une explication et beaucoup de chance, sinon il faut travailler sans arrêt, il faut prouver, reprouver pour penser la plaie de la peine de confiance, pour essayer de la retrouver car c’est un des plus beaux cadeaux au monde : la confiance !

    Maximilien n’accordait pas souvent sa confiance et certainement pas rapidement. Néanmoins un certains nombres de personnes l’avaient gagnés parce qu’ils en valaient la peine ou simplement parce que Maximilien était un optimiste notoire qui réussissait toujours à trouver le meilleur à l’intérieur de l’humain. Il était entouré d’amis auxquels, il pourrait confier sa propre vie : Léo, Travis jusqu’à ce qu’il meurt, Timothé et Seth, d’adultes qui le soutenaient et qui avaient un peu remplacés ses parents dans son cœur : Caleigh, d’une femme extraordinaire à laquelle il s’était donné corps et âme : Loréana Wilde qui lui manquait terriblement depuis que lui-même avait trahi sa confiance. Et puis il avait un tas de copains, de connaissances qui avaient confiances en lui et desquels il était certain de l’honnêteté : Hugo, Annabeth, Amanda, Julia, Alexia, Wendy et tant d’autres encore…Et puis il avait des gens qui au préalable ne montrait aucun signe qui aurait pu faire croire à Maximilien qu’il pourrait avoir confiance en eux mais qui, à force de discussion, avait réussi à lui prouver l’inverse et parmi ces gens là, se trouvait Laura Owned, sœur de son pire ennemi. Ces deux-là n’avaient rien pour s’entendre, aucun point commun et pourtant petit à petit, ils avaient commencés à apprendre à se connaître et Maximilien avait commencé à croire que la jeune serpentarde était digne de confiance…Jusqu’à cette nuit !

    Maximilien se tenait là, debout dans l’obscurité, éclairé par la faible lueur de sa baguette. Il haletait, son cœur battait vite et il contemplait la salle d’un air effrayé et incertain…Jamais, il n’aurait crû que cette ronde allait aboutir à cela : un duel avec la jeune Owned qui l’avait attaqué sans crier gare, dans l’avertir, sans même qu’il sache pourquoi…Elle avait essayé de le découper, la garce ! Heureusement, Maximilien rapide avait pu se défendre avant d’envoyer la jeune demoiselle valser contre le mur opposé mais maintenant qu’il se trouvait là, en position de force, assuré de sa sécurité, il contemplait les dégâts. Les sorts avaient mis la salle sans dessus-dessous ! Des trophées jonchaient le sol, certaines armes étaient disloquées, une armoire entièrement brisée…C’était une catastrophe et avait le bruit que cela avait du produire, Maximilien était très étonné de ne voir apparaître aucun professeur mais tant mieux finalement, il allait pouvoir tirer cette affaire au clair lui-même. IL jeta alors un regard à Laura afin de s’assurer qu’elle ne bougerait pas et prit enfin contact avec lui-même, sortant de sa stupeur et de ses réflexes de survie. Il sentit une douleur lacérante lui fendre l’oreille et porta sa main libre à cette dernière. En y sentant un liquide visqueux, il retira sa main pour l’éclairer de sa baguette : du sang ! Cette garce avait du lui ouvrir le lobe de l’oreille à cause de son sortilège ! Maximilien soupira et plus il regardait le sang sur sa main, plus il avait l’impression d’avoir mal à l’oreille. Cependant, un bruit attira son attention, lui changeant immédiatement les idées : Laura remuait ! Il brandit alors à nouveau sa baguette dans la direction de la jeune fille, se préparant à une éventuelle attaque mais rien ne vint ! L’adolescente se contenta de s’agiter un peu et de regarder les alentours comme si elle découvrait cette salle pour la première fois…


    LAURA_ « Max! Mais qu’Est-ce qu’on fait là? »
    MAXIMILIEN_ « Arrête de jouer la comédie, Owned, tu viens de m’attaquer ! »

    Lorsque Laura lui avait posé cette question particulière, Maximilien avait haussé les sourcils, surpris mais s’était vite rattrapé. Comment avait-il pu être assez idiot pour penser qu’elle était différente de son frère ? La garce l’avait attaqué par derrière et comme elle ne l’avait pas fortement blessé, même si son oreille voulait lui hurler le contraire, elle essayait sans doute de retrouver cette complicité pour à nouveau l’attaquer au moment opportun. Maximilien avait failli se laisser à nouveau berner par les yeux doux et perdus de Laura mais il s’était rapidement rattrapé, gardant sa baguette levée, lui sommant de cesser immédiatement ce coup de théâtre ! Franchement ! Et pourtant, pourtant, une petite voix à l’intérieur de Maximilien lui murmurait qu’il se trompait, que Laura n’était pas responsable de tout ceci, que c’était quelqu’un d’autre un peu comme Travis lorsqu’il avait essayé de le manger…Serait-ce possible ? Il n’en savait rien mais ne souhaitait pas prendre le risque maintenant. Il était encore trop sous le choc et préférait garder ses distances avec son assaillant, le temps de se ressaisir et de peut-être mieux réfléchir à la situation et peut-être l’analyser dans ses moins détails plus tard ! Et tandis que les neurones de l’adolescent fonctionnaient à plein régime, Laura continuait de découvrir la scène et de demander ce qui s’était passé et puis…après un long moment de silence pesant, la serpentarde le brisa en parlant d’une voix douce et effrayée :

    LAURA_ « Max…Je suis désolé…Quoi que j’ai fait, je suis désolé, je te jure que je ne le voulais pas, je te le jure, crois moi je t’en prie! »

    Peut-être n’était-elle pas responsable ? Il y avait une telle détresse dans sa voix, une telle frayeur, comme si…Comme si elle avait peur de le perdre et jamais encore Maximilien n’avait vu Owned dans un tel état, aussi faible et surtout capable d’assumer cette faiblesse. Doucement alors, mais toujours suspicieux, il baissa sa baguette, la gardant quand même précautionneusement dans sa main et s’avança lentement vers la serpentard, scrutant des yeux sa réaction au cas où, elle se jetterait sur lui. Il s’avança alors de plus en plus, pas à pas, lentement mais sûrement, jusqu’à arriver près d’elle et alors, il la regarda dans les yeux la prit dans ses bras…Il ne savait pas si c’était réellement la bonne chose à faire, mais c’était tout ce qu’il avait trouvé…Elle avait l’air si faible, si effrayé, plongée dans l’incompréhension la plus totale et la culpabilité se lisait sur son visage…Alors lentement, il la laissa poser sa tête sur son épaule et l’encercla de sa main libre, l’autre tenant toujours sa baguette le long de son corps et puis, il lui murmura à l’oreille

    MAXIMILIEN_ « Là ! Tout va bien se passer ! »

    Oubliant, son propre saignement à l’oreille, il se recula alors à nouveau pour sonder un peu Laura, s’assurer qu’elle allait bien. Elle n’avait pas l’air blessée et semblait même déjà un peu rassurée. Mais si moralement elle n’avait toujours pas l’air au sommet de sa forme, physiquement, elle avait l’air de bien se porter mais le serdaigle voulut vérifier. Il lui demanda alors :

    MAXIMILIEN_ « ça va ? Tu n’es pas blessée ? »

    IL ne savait que dire d’autres ! Ce qu’il voulait surtout c’était des explications et cette phrase lui sortit alors des lèvres sans qu’il puisse la retenir…

    MAXIMILIEN_ « Mais bon sang ! Que s’est-il passé ? Qu’est ce qui t’a pris ?! »


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura P.Owned
Admin | Serpentard
La vie réserve parfois de belle surprises. avatar
.

Age : 24
1696 messages
Amour : Une langue de Plomb.

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Exécrable la plupart du temps

Absence :
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Mer 15 Déc 2010 - 20:07

      -Arrête de jouer la comédie, Owned, tu viens de m’attaquer !


    Laura ouvrit la bouche en signe de surprise évidente, elle l’avait attaqué, elle avait osé faire ça, elle ne savait même pas si elle l’avait touché, et elle ne pouvait pas le voir, la pièce était mal éclairé, en tout cas il était debout, donc elle ne l’avait pas blessé gravement, de toute façon comment l‘aurait-elle put? Mais elle n’arrivait pas à intégrer l’idée même qu’elle avait osé attaquer Maximilien, bien sûr elle n’était pas sa plus grande fan, pire il était un peu sa bête noire, la personne qui parvenait à lui prouver que son frère n’avait pas toujours raison, et surtout n’était pas infaillible. Mais elle lui avait accordé une grande confiance, et elle ne se sentait pas capable d’humainement l’attaquer, c’était impossible…
    Maximilien ne le vit certainement pas, mais c’est comme si elle venait de recevoir un grand coup de poignard au cœur, ainsi elle pouvait se montrer vraiment violente. Bien sûr ses amis, lui avaient dit qu’elle était plus impulsive, qu’elle avait tendance à perdre son calme très facilement, mais attaquer des gens…Ce qu’elle pouvait détester ces moments de noir, ce qu’elle pouvait se haïr elle-même parfois, elle haïssait ce qu’elle était devenu à cause de Baël, mais elle continuait à le suivre aveuglément, comme un chien suit son maitre… Elle se sentait mal, mais toujours mieux que lorsqu’elle se rendit compte de quelque chose d’important.
    Il l’avait appelé Owned, même au temps ou ils se faisaient une sorte de mini-guerre Maximilien l’avait toujours appelé Laura, peut être à cause de son jeune âge certainement, il se sentait en droit de la nommer par son prénom. Mais maintenant, elle sentait qu’un fossé immense venait de se creuse subitement entre eux, infranchissable, si il ne la croyait pas, jamais rien ne pourrait rafistoler leur début d’amitié. C’était comme si le monde entier venait de s’écrouler autour d’elle, elle venait de perdre une nouvelle personne, l’amour qu’elle portait à son frère n’était décidément pas sain.

    Elle s’excusa, elle le pensait, ce n’était pas une de ces excuses sans valeurs que l’on lance du genre: Ouai c’est ça excuse moi! Elle voulait tellement qu’il y croit. Et alors qu’elle allait partir en courant, et surtout en espérant qu’il ne lui lance pas un sort dans le dos, Maximilien abaissa doucement sa baguette. Bien sûr qu’il se méfiait toujours, mais il avait baissé sa baguette et ça c’était une victoire pour Laura, il avait au moins cru un minimum à ses excuses, il y avait cru.
    Et puis, il se mit à avancer vers elle, prudent, elle hésita à se jeter comme une enfant dans ses bras, mais elle eut le réflexe de se stopper au dernier moment, elle avait bien trop peur qu’il ne prenne ça comme une autre attaque envers lui. Et il aurait eu raison, faute de baguette, et donc de sort de découpage, elle aurait très bien se décidait à l’étrangler à main nu, bien que les chances de sa possible réussite soit très mince. Et puis enfin il la prit dans ses bras, et aussi bizarre que cela lui parut, elle s’y senti bien, comme si d’un coup tout les mots du monde venait de partir. Mais elle était comme ça la petite Laura, elle s’était forgé une carapace dure comme le diamant, se disait forte mais au fond, c’était un cœur en marshmallow qu’elle cachait dans sa poitrine, un cœur qui ne demandait rien d’autre que de l’amour. Un bon câlin et tout repartait…Ou presque…
    Il lui murmura une parole réconfortante, et surtout très rassurante, mais elle ne la saisit pas, quelque part elle en avait marre de ses phrases toutes faites, elle se contentait de saisir l’apaisement que pouvait lui procurer une voix. Tout le monde lui promettait que tout allait bien se passer depuis quelques temps, Devan lui avait dit, Amanda l’avait affirmer, Timothé avait promis une réponse à ses problèmes…Mais rien ne venait, elle tentait d’avoir une vie normale, mais tout ses faits troublants revenaient sans cesse, elle devait être victime d’une malédiction. Alors qu’elle posait sa tête sur l’épaule de Max, elle sentit quelque chose lui tomber dans les cheveux, mais elle n’y fit pas attention.
    Il se recula finalement.


      -ça va ? Tu n’es pas blessée ?


    Laura se regarda, bien sûr, elle sentait que ses articulations n’allaient pas bien, mais c’était normal elle sortait tout juste d’un duel, qui n’avait pas été des plus calmes si elle s’en référait à l’état de la pièce. Mais dans l’ensemble, mis à part ce mal de tronche elle allait bien, elle passa une main derrière son crâne, pour voir si la bosse qu’elle prévoyait commençait déjà à sortir, mais elle tomba sur un liquide chaud, ce qui lui était tombé dessus lorsque Maximilien l’avait pris dans ses bras. Elle ramena sa main devant son visage, et faillit pleurer en se rendant compte qu’il s’agissait de sang.

      -Moi ca va! Mais toi tu saignes! Il faut faire quelque chose, ou est ma baguette par Salazar!!


    Oui elle paniquait, non seulement, elle n’était pas très à l’aise avec le sang, mais en plus elle était certainement la cause de tout ça. Elle commença à s’agiter, cherchant du regard sa baguette, elle ne voulait pas non plus que Max, pense qu’elle allait encore l’attaquer… Une question la sortit de son état de panique totale.

      -Mais bon sang ! Que s’est-il passé ? Qu’est ce qui t’a pris ?!


    Laura ouvrit la bouche, puis le referma, la croirait-il tout simplement? C’était trop gros à faire avaler…Mais quand on à plus rien à perdre…

      -Je ne sais pas…Pour tout te dire…Ca m’arrive souvent ces temps-ci…Pas d’attaquer les gens! Enfin je veux dire comme ça, attaquer les gens fais parti de mes passe temps favoris bien sûr…Mais cet état ou je ne suis pas normale…. Je ne sais pas comment, quand, ni pourquoi je me suis retrouvé ici… Je suis là c’est tout…Et après d’après les témoignages…Je débloque, et je me réveille plus tard….


Spoiler:
 


_________________


☐ SINGLE ☑IN A SECRET LOVE WITH HUGO GARNALIEL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 24
3404 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Jeu 16 Déc 2010 - 22:28

    MAXIMILIEN_ « Arrête de jouer la comédie, Owned, tu viens de m’attaquer ! »

    Il l’avait appelé par son nom de famille. Il ne savait pas pourquoi, n’avait même pas vraiment réfléchi avant de sortir cette phrase ! Elle était partie toute seule, comme un boulet de canon, il n’avait rien pu retenir…Cela avait été plus fort que lui de cracher cette vérité au visage de la serpentarde afin, peut-être, de lui faire payer cette attaque, cette oreille en sang, cette surprise, cette confiance qu’il lui avait accordée à tord ! Ce nom de famille avait pourtant sonné faux à ses oreilles, comme un mensonge, comme une réalité décalé ou peut-être simplement parce qu’il avait l’impression, le feeling, le sentiment que ce n’était pas la chose à dire, qu’il se trompait, que Laura ne méritait pas cette appellation dédaigneuse, qu’il s’était écarté de la vérité, aveuglé par sa douleur et par sa colère aussi sans doute…Colère contre Laura mais aussi colère contre lui-même de lui avoir fait confiance même si en son fort intérieur, une petite voix lui murmurait qu’il avait eut raison de lui accorder cette confiance, il n’était pas encore prêt à le reconnaître…Alors ne nom de famille avait fusé, comme cela, sans crier gare et le ton avait était sec, agressif voire même violent et ce nom de famille, cette haine lorsqu’il l’avait craché…C’était généralement comme cela qu’il s’adressait au frère de la demoiselle, à ce Baël ! C’était ainsi qu’il crachait ses insultes à la face du serpentard, ainsi qu’ils se chamaillaient, ainsi qu’ils se haïssaient, à l’aide de leurs noms de famille ! « Middle » « Owned » ! Rien que les mots étaient des insultes destinés à blesser. Mais durant toutes ces années de guerre avec le serpentard, toutes ces années à l’appeler, le designer par ce nom de famille, jamais il n’avait nommé sa sœur comme cela. Toujours il avait préféré opter par son prénom même lorsque tous deux se détestaient et ce tout simplement parce que personne, personne à part Baël ne méritait de se prendre cette insulte craché avec haine par Maximilien en pleine tête ! Personne…Mais ce soir…Maximilien avait l’impression d’avoir eu Baël en face de lui, ce même regard de haine, de méchanceté…Cette envie de créer la douleur, de détruire au fond du regard. Laura l’avait vraiment effrayé et le nom avait fusé, tout seul…Sans qu’il ne puisse le retenir ! « Owned » était parti pour aller droit se planter comme une flèche dans le cœur de Laura !

    Ce ne fut qu’après avoir vu le regard de Laura que le bleu et bronze comprit qu’il s’était trompé, qu’il avait fait erreur, qu’elle n’était pas Baël, qu’elle en était loin…Il avait vu la peur dans ses yeux, la souffrance, la douleur, l’incompréhension…Elle n’était pas rassurée et ne savait pas…Maximilien commença à comprendre que quelque chose clochait alors il se rapprocha d’elle, lentement car il ne voulait pas prendre de risque, mais il s’approcha et une fois qu’il fut suffisemment proche pour l’observer, pour s’assurer qu’elle n’était pas Baël, qu’elle était Laura, celle qu’elle connaissait et que ce regard de haine n’était pas le sien, il la prit dans ses bras, doucement, calmement et lui murmura quelques paroles réconfortantes. C’était bien plat ce qu’il avait à lui mais il savait que c’était ce geste qui comptait surtout et le ton de sa voix qui n’était plus en colère mais qui était redevenu doux ! C’était sa voix qui faisait du bien à Laura, pas ses paroles, il le savait. Elle se laissa aller lentement contre lui et Maximilien savoura pleinement cette étreinte pleine de promesse : la promesse que ce n’était pas la Laura qu’il connaissait qui l’avait attaqué, la promesse qui ne s’était pas trompé en lui accordant sa confiance, qu’elle la méritait peut-être bel et bien…L’adolescent, dans ce moment tragique, ne put cependant retenir un sourire en s’imaginant la tête d’Owned, Baël si ce dernier venait à le voir serrer sa petite sœur chérie dans ses bras car Laura était le seul point faible de Baël et cela, Maximilien le savait et même si Baël pouvait parfois également faire du mal à sa sœur, il l’aimait plus que tout, plus que n’importe qui…C’était son point faible, la seule devant laquelle il pouvait se montrer tel qu’il était, laisser tomber sa carapace et lui confier ses plus noirs secrets, la seule en qui il avait réellement confiance…Oui, Laura était le point faible de Baël...

    Et puis…et puis l’étreinte prit enfin fin ! Il fallait bien respirer un jour et les deux jeunes adolescents s’écartèrent lentement, se regardant dans le blanc des yeux…Inconsciemment, Maximilien serrait toujours fermement sa baguette dans sa main droite mais cela ne l’empêcha en rien de commencer à s’inquiéter pour Laura. Il la regarda alors de haut en bas, voulant s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle n’était pas blessée, que physiquement il ne l’avait pas trop fait souffert. Il voulait être certain qu’elle ne saignait pas, qu’aucune bosse ne lui poussait quelque part. Une fois certain, qu’elle ne saignait pas, il lui posa la question à haute voix, lui demandant si elle n’était pas blessée, si son corps ne lui faisait pas trop souffrir…Il voulait être certain. Il ne voulait pas avoir fait mal à Laura, même si cela avait été pour se défendre, il ne souhait en aucun cas être responsable d’une quelconque douleur sur le corps de Laura, bien qu’il se doutait qu’elle devait ressentir quelques courbatures dans son corps. La jeune demoiselle lui sourit alors calmement ce qui rassura déjà intérieurement le serdaigle. Et puis elle lui répondit enfin calmement :


    LAURA_ « Moi ca va! Mais toi tu saignes! Il faut faire quelque chose, ou est ma baguette par Salazar!! »
    MAXIMILIEN_ « Laisse-là où elle est ! »

    Il avait été un peu sec, il le savait bien…Surtout que Laura n’avait rien que c’était positif et qu’elle s’inquiétait pour lui parce qu’effectivement il saignait un peu de l’oreille mais lorsqu’elle avait demandé où se trouvait sa baguette, il n’avait pu empêcher son instinct de réagir, lui intimant de laisser sa baguette magique où elle avait atterri lors du désarmement. Ce n’était pas correcte de demander une telle chose, c’était vrai parce qu’un sorcier sans sa baguette se sentait toujours un peu nu, vide, comme si une partie de lui avait été enlevé mais il ne pouvait pas se résoudre à laisser Laura tenir une baguette en face de lui, pas maintenant…Ce n’était sans doute pas très juste pour elle mais il avait besoin qu’elle lui prouve qu’elle ferait au moins cet effort pour regagner sa confiance. Alors, pour changer de sujet et aussi parce qu’il avait besoin de réponse à ses questions, il lui demanda ce qui s’était passé ! Pourquoi cette attaque, pourquoi elle se trouvait là. Il avait besoin de comprendre. C’était peut-être un gros défaut de l’être humain : ce besoin de comprendre pour pouvoir continuer à avancer mais les choses étaient ainsi et Maximilien voulait voire même exigeait des réponses et peut-être était-il même en droit de les exiger…

    LAURA_ « Je ne sais pas…Pour tout te dire…Ca m’arrive souvent ces temps-ci…Pas d’attaquer les gens! Enfin je veux dire comme ça, attaquer les gens fais parti de mes passe temps favoris bien sûr…Mais cet état ou je ne suis pas normale…. Je ne sais pas comment, quand, ni pourquoi je me suis retrouvé ici… Je suis là c’est tout…Et après d’après les témoignages…Je débloque, et je me réveille plus tard…. »

    Que pouvait-il répondre à cela. Il ne savait pas… Pour une des premières fois de sa vie, il perdait ses mots, il avait mal au cœur pour Laura…Elle s’était confié à lui et lui ne trouvait rien à dire…Ces derniers temps, rien n’allait bien dans le château…Trois élèves étaient morts, des attaques avaient lieu régulièrement, des objets attaquaient les élèves, c’était le chaos général et maintenant cela…Des absences chez certains élèves : pourquoi, comment, ou, dans quelle circonstance ? Dans quel monde ! Maximilien ne comprenait pas, ne comprenait plus. Il soupira alors et posa sa main sur l’épaule de Laura. Ce dont elle avait besoin maintenant, c’était de prouver qu’elle ne l’avait pas perdu. Il leva alors sa propre baguette et murmura :

    MAXIMILIEN_ « Accio baguette de Laura ! »

    Immédiatement la baguette de la jeune femme voltigea jusqu’à lui et il la tendit à la demoiselle. Il lui prouvait ainsi que toute confiance n’était pas perdue. Puis une fois ceci fait, il plaqua la main contre son oreille qui continua à être douloureuse et pointa sa baguette contre cette dernière puis murmura à sort afin de faire apparaître un énorme pansement qui vint immédiatement se coller contre cette dernière ! Ce n’était certes pas très joli mais cela suffirait pour le moment. Il trouverait bien de quoi la désinfecter dans le dortoir ou trouverait bien un sortilège à la bibliothèque pour le faire. Une fois, certain du collage correct de son pansement, il se retourna vers Laura et lui dit calmement :

    MAXIMILIEN_ « Je pense que tu as besoin de repos surtout…Je te raccompagne à ton dortoir ? »

    Ce n’était pas exceptionnel mais il ne savait honnêtement pas quoi faire d’autre !


Spoiler:
 


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laura P.Owned
Admin | Serpentard
La vie réserve parfois de belle surprises. avatar
.

Age : 24
1696 messages
Amour : Une langue de Plomb.

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Exécrable la plupart du temps

Absence :
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Jeu 30 Déc 2010 - 20:19

    Dire qu’elle avait honte était vrai. Laura avait totalement honte d’avoir osé attaqué Maximilien. De plus, elle avait la preuve que les rumeurs étaient vrai, elle attaquait des gens, et elle n’en avait aucun souvenir après. C’était cependant très surprenant…C’était la première fois depuis le début de l’année dernière, qu’elle se réveillait dans la même pièce que quelqu’un…Et surtout en train de se battre avec quelqu‘un, quelqu’un qu’elle appréciait en plus…C’était déstabilisant.

    Laura avait demandé sa baguette, pour le soigner, mais en voyant l’air que Maximilien afficha, elle sentit qu’elle venait de faire une erreur, d’autant plus lorsqu’il lui répondit. Un sorcier sans sa baguette…C’était rien, d’autant plus pour Laura, qui sans sa baguette avait l’impression de faire parti du monde des moldus, un monde qu’elle ne voulait pas connaitre, un monde qu’elle détestait. Parce qu’il représentait la pauvreté qu’elle avait fui en venant à Poudlard, parce que ça représentait sa vie tout simplement. Le bonheur, Laura ne ‘lavait réellement connu que lorsqu’elle avait eut le droit de porter une baguette, et qu’elle avait également eu le droit de venir à Poudlard. Ici, elle n’était plus la pauvrette du coin de la rue, elle était Laura Owned, elle était respecté, et personne ne faisait attention à la classe sociale dont elle venait. Dans le monde des moldus c’était le contraire, personne ne la respectait tant que son frère n’était pas dans le coin, et tout le monde savait qu’elle était pauvre il suffisait de voir ses vêtement.
    Ce n’était un secret pour aucun de ses amis, Laura avait honte de l’endroit d’où elle venait, elle ne les invitait jamais l’été, elle ne faisait aucunes allusions à sa vie à l’extérieur de Poudlard, comme si elle avait toujours vécu dans la château, et ses amis étaient assez intelligent pour ne pas en parler. Sans la baguette que venait de lui refuser Maximilien, elle redevenait cette fille honteuse de son état, cette fille qui n’avait rien pour elle à part son physique et sa méchanceté. Bien sûr, qu’il ne le savait pas, mais en lui refusant sa baguette, il lui refuser bien plus que ce qu’il ne pouvait un jour imaginer.
    Elle aurait tellement voulu lui demander pourquoi, mais elle savait que réclamer à corps et à cri un instrument qui pouvait lui permettre de faire du mal, ce n’était pas la bonne attitude. Elle enchaina alors sur ce qui lui arrivait, et bizarrement les mots sortirent tout naturellement. Bien sûr, elle avait du mal, comme à chaque fois, elle ne savait pas réellement définir ce qui lui arrivait. Elle ne le savait pas elle-même, c’était flou, sa vie était un flou total, et elle ne savait même plus comment la décrire. C’était honteux d’être dans cet état là, mais le regard de Maximilien, cet envie de lui prouver qu’elle était toujours Laura, la poussa à aller jusqu’au bout de sa pensée.

    Alors qu’elle n’y croyait plus, et qu’elle regardait les bouts de ses chaussures, n’osant pas le regarder dans les yeux, elle entendit le sort qui lui recolla un sourire certains sur le visage, il allait lui rendre sa baguette! Et c’Est-ce qu’il fit, aussitôt qu’elle repris sa baguette, elle sentit une vague de joie l’entrainer dans un tourbillon. Certes elle avait toujours honte d’avoir attaquer Max, mais elle était de nouveau une sorcière à part entière, et la Laura moldus était de nouveau loin derrière elle.
    Et puis surtout, peut être que par ce geste, il lui montrait que tout n’était pas perdu entre eux. Que quelque part au fond de lui, il croyait à son histoire incroyable, et qu’il lui faisait par la même confiance, ou en tout cas un minimum. Elle reposa le regards sur ses chaussures alors qu’il se soignait l’oreille, lorsqu’elle releva les yeux, elle rencontra un immense pansement qui barrait l’oreille de Maximilien. Et ce fut plus fort qu’elle, Laura ne put retenir son petit rire d’enfant, elle colla u=immédiatement une main sur sa bouche


      -Oh Max, je suis désolé, c’est les nerfs!


    Laura savait que le pauvre jeune homme souffrait, et qu’elle ne devait pas rire, mais c’était plus fort qu’elle, la vision était bien trop marrante. Elle savait également que Max pouvait très bien se vexer, après tout elle était responsable de la mutilation de ce pauvre lobe. Elle imagina la tête de l’infirmière le lendemain lorsqu’elle découvrirait la tête de Maximilien Elle l’entendit lui dire qu’elle avait besoin de repos, et elle hocha la tête doucement se mettant en marche immédiatement
    Le début du parcours vers la salle commune des serpentard se passa tout d’abord dans le calme, puis Laura ne put résister


      -Max, s’il te plait, ne le dit pas à nos amis communs…Je veux dire, pour cette absence… Je ne veux pas qu’ils s’inquiètent pour rien… Et je voulais aussi te dire… Merci…De m’accorder le bénéfice du doute…Je veux dire, je suis la sœur de Baël, et pendant des années, je me suis appliqué touts ses jugements…Alors merci de ne pas tenir compte de tout ce que j’ai put faire, je ne crois pas que j’aurai put en faire autant… Maximilien…Tu crois, que je me suis réveillé lorsque tu m’as projeté sur le mur?


Spoiler:
 


_________________


☐ SINGLE ☑IN A SECRET LOVE WITH HUGO GARNALIEL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximilien E. Middle
Admin | Apprenti
Père de Nathou et futur mari aux anges avatar
.

Age : 24
3404 messages
Amour : Son enfant, Nathanaël Middle & sa fiancée, Loréana Wilde

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 1ère année de Thèse
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

Absence : Complètement indisponible pour l'instant. Merci l'université!
MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI] Ven 31 Déc 2010 - 11:47

    Soudainement, Maximilien prit conscience de l’ampleur de la situation…Détachant finalement son regard de la belle serpentarde à laquelle il venait de rendre sa baguette magique, il observa les alentours d’un œil étonné et quelque peu effrayé. Cette salle des trophées toujours si propre, rangée, en ordre était à présent saccagée comme si le grand Harry Potter, lui-même, venait à nouveau de combattre le Lord Noir…Une montagne de coupes avait atterri par terre et jonchait le sol de part et d’autres de la pièce. Certaines vitres de verres avaient été brisées par les « diffindo » répétitif de Laura Owned couvrant ainsi les dalles froides de débris de verre coupant et dangereux…Certaines armures avaient été disloqués par certains sorts ratés et se trouvaient, non plus debout contre les murs, mais au sol en plusieurs morceaux…C’était un véritable carnage qui, pourtant, décrocha un sourire du serdaigle qui, si il n’avait pas s’agit de lui-même, aurait honnêtement trouvé toute cette affaire très amusante ! Il se décida à agir puisqu’il serait considérer responsable de tout ce désordre. Etant de ronde cette nuit, il lui apparut clairement qu’il serait accusé ou questionner si au petit matin, on trouvait cette magnifique salle dans cet état. Laissant alors Laura retrouver sa baguette, cette partie d’elle, il s’éloigna un peu, bougea sa propre baguette en marmonnant vaguement quelques sorts et immédiatement les armures se reconstruisirent et se remettant bien droite, contre les murs. Un autre sort et quelques autres mouvements compliqués et les coupes revinrent d’elles-mêmes à leur place, suivies de près par les trophées. Ensuite, il murmura encore un dernier sort et les vitres se réparèrent seules également, venant se replacer devant les armoires qu’elles devaient protéger. Satisfait du résultat de ses sortilèges, Maximilien se concentra un peu sur lui-même…Son oreille le faisait encore souffrir et il fallait absolument l’empêcher de continuer à saigner. Se pointant lui-même de sa baguette, il prononça une formule maladroite et un immense pansement vint se coller à son oreille…Cela ne devait pas être très beau mais Maximilien ferait avec cela pour l’instant…Il irait plus tard dans la salle de bain des serdaigles régler correctement le problème…Il releva alors les yeux vers la belle Laura et fut surpris de constater qu’elle était morte de rire !

    LAURA_ « Oh Max, je suis désolé, c’est les nerfs! »

    Etonné un petit instant, Maximilien fixa Laura sans bouger et puis…Sans qu’il ne sache réellement pourquoi, son rire vint se mêler au sien et il se laissa aller à la détente, relâchant ainsi ses nerfs racrapotés depuis le début de la soirées qui avaient étés soumis à haute tension et ils riaient tout d’eux à gorge déployée du ridicule de la situation et particulièrement de l’aspect qu’ils avaient tout d’eux…Parce que si Maximilien était drôle avec cet affreux sparadrap collé à son organe d’ouïe, Laura n’était pas dans de meilleure disposition…Son t-shirt ayant un peu craqué dans la bataille, lui tombait le long de l’épaule comme si il eut s’agit d’un vieux haillon de l’un des misérables de Victor Hugo, ses cheveux hirsute à cause de son vol plané lui donnait l’air d’une vieille sorcière un peu folle et la faisait étrangement ressembler à une image de la mangemorte Bellatrix Lestrange dont le serdaigle avait un jour vu une photo dans un livre d’histoire de la magie « Les plus proches partisants de Lord Voldemort ! ». Ils devaient carrément avoir l’air ridicule et cela sembla enfin bien les amuser…La pression étant enfin retombée, les deux amis se serrèrent une dernière fois l’un contre l’autre, soulagé d’avoir quand même réussi à se retrouver après l’enfer qu’ils venaient de vivre ensemble…Puis, raisonnable dans son rôle de préfet en chef, Maximilien proposa à la jeune serpentarde de la raccompagner dans son dortoir afin qu’elle soit non seulement en sécurité mais que lui n’ait plus rien à se reprocher et puis, ils pourraient ainsi discuter ensemble sur le trajet…Et c’est ainsi qu’ils se mirent ensemble…Le début fut longuement silencieux et puis au fur et à mesures que nos deux protagonistes descendaient les escaliers pour se rendre dans les ténèbres des cachots, Laura se mit enfin à briser le silence et une discussion sérieuse naquît alors enfin entre la serpentarde et le serdaigle…

    LAURA_ « Max, s’il te plait, ne le dit pas à nos amis communs…Je veux dire, pour cette absence… Je ne veux pas qu’ils s’inquiètent pour rien… »
    MAXIMILIEN_ « Ne t’inquiète pas, je ne dirais rien…Mais tu devrais quand même en parler à tes meilleurs amis…Ils pourraient t’aider ! »
    LAURA_ « Et je voulais aussi te dire… Merci…De m’accorder le bénéfice du doute…Je veux dire, je suis la sœur de Baël, et pendant des années, je me suis appliqué touts ses jugements…Alors merci de ne pas tenir compte de tout ce que j’ai put faire, je ne crois pas que j’aurai put en faire autant… »
    MAXIMILIEN_ « On a tous droit à une seconde chance et puis…On ne choisit pas sa famille…Je sais que tu aimes ton frère plus que tout au monde mais sérieusement…Observe le bien, il n’est pas toujours aussi parfait que ce que tu crois…Je ne doute pas qu’il est gentil avec toi et tu dois être une des seules personnes qu’il aime…Mais il n’en n’est pas de même avec le monde entier…Mais laissons ces discussion fâcheuse pour plus tard… »
    LAURA_ « Maximilien…Tu crois, que je me suis réveillé lorsque tu m’as projeté sur le mur? »
    MAXIMILIEN_ « Je n’en n’ai aucune idée ma Laura…Cette histoire dépasse toutes mes connaissances…Tu avais un air de démence dingue comme si…Comme si on te commandait à distance…J’aurais pu presque lire ton combat intérieur dans tes yeux…Je ne pense pas que cela dépende de la médicomagie ou de la psychomagie…Je crois que tout cela nous dépasse…Mais repose toi bien, prends des forces surtout…Nous voilà arrivés. Allez, rentre dans ton dortoir et essaie de ne pas trop y penser ! Bonne nuit, Laura ! »

    Sans avoir vu le temps passé, leur petite discussion avait occupé tout leur voyage et maintenant, venant le portrait de la salle commune des serpentards, Maximilien venait d’abandonner Laura dans un dernier baiser d’adieu avant de reprendre le chemin en contre sens pour rentrer dans sa propre salle commune qui se trouvait être…à l’opposé de celle des verts et argents : tout en haut, dans la plus haute tour du château…Après une longue ascension durant laquelle il ne fit que penser à Keiko, Tristan, Travis, Laura et toutes ces étranges évènements dans le château, Maximilien finit par arriver dans la tour des serdaigles. Il répondit d’un air épuisé à l’énigme que lui posait la statue et monta quatre à quatre les marches pour monter se coucher. Il trouva Léo endormi et le regarda un instant d’un air attendri. C’était mieux pour eux que Léo ne soit pas réveillé maintenant, cela évitera à Maximilien de devoir lui parler des évènements de ce soir…L’adolescent se mit en pyjama, se coucha dans son lit et s’endormit alors pour rejoindre enfin le monde de Morphée qui se trouvait être beaucoup plus tranquille que le monde des conscients…Mais il n’avait aucune idée de la batail qui commençait à faire rage dans le château et pour laquelle, il aurait un rôle très important…


FIN


_________________
Cuando lloras, se para el mundo y nunca sé que decir. Cuando lloras, me derrumbo y no me sale fingir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón... Cuando lloras, se tuerce el rumbo y no tengo a donde ir. Cuando lloras, yo me hundo y tardo en volver a salir. Cuando lloras, las horas le dan la vuelta al reloj. Cuando lloras, a solas, me muerdes el corazón. Piensa en lo que piensas cuando lloras, cuando me dices que no. Piensa en lo que quieres... Pero ahora... El que llora soy yo. El que llora soy yo.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Nobody Knows [FINI]

Revenir en haut Aller en bas
Nobody Knows [FINI]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo-Mortem :: 

┤A l'intérieur de Poudlard├

 :: 

2ème étage

 :: 

Salle des Trophées

-